Grossesse/Maternité

La peur du grand jour...

Il y a moins d’un mois, je vivais intensément cette angoisse face à l’arrivée tant attendue du jour J. Même si ce jour n’est qu’une date théorique à laquelle on s’accroche, elle devient, avec les semaines et les mois de notre grossesse, l’ultime but à atteindre, car une fois que ce jour est là, ce n’est plus qu’une question d’heures et de poussées avant que la grande rencontre ait lieu!

Il y a moins d’un mois, je vivais intensément cette angoisse face à l’arrivée tant attendue du jour J. Même si ce jour n’est qu’une date théorique à laquelle on s’accroche, elle devient, avec les semaines et les mois de notre grossesse, l’ultime but à atteindre, car une fois que ce jour est là, ce n’est plus qu’une question d’heures et de poussées avant que la grande rencontre ait lieu!

Je vous dirais que ce moment est sans doute le plus culminant de toute votre grossesse. À jamais, ces heures resteront gravées dans votre mémoire. Même si certaines d’entre elles vous ont paru longues et ont été très douloureuses, cela se termine toujours par un grand bonheur!

Le 15 octobre dernier était pour moi le quatrième jour J de ma vie de maman. Je ne peux pas vous dire que j’étais habitée par cette peur de donner naissance, mais plutôt par une angoisse incontrôlable qui habite à mon avis toute future maman, qu’elle en soit à son tout premier ou encore à son quatrième enfant!

Pour moi, cette grande peur s’est transformée au fil des accouchements que j’ai vécus. Lors de notre première grossesse, la peur est si grande et incontrôlable parce qu’elle est associée directement à la méconnaissance de ce qui nous attend. L’angoisse que représente pour chaque femme le fait de devenir mère atteint en réalité son summum un peu avant et après l’arrivée de bébé.

Cette première expérience fut pour moi un peu traumatisante! Assisté par un médecin qui semblait beaucoup plus intéressé à lire la une de son journal qu’à suivre la progression de mon accouchement et par une infirmière qui tentait malgré tout de m’aider à comprendre le principe des poussées, l’accouchement s’est étiré sur 16 heures de travail, 2 heures de poussées non fructueuses qui nous ont menés à l’utilisation des forceps afin de réussir à sortir mon premier garçon. Heureusement, j’étais accompagnée de mon équipe d’urgence qui a su m’apporter tout le support dont j’avais besoin.

Il faut dire que la vie est bien faite! On oublie rapidement la douleur que représente l’accouchement, car moins de deux ans plus tard, je donnais naissance à mon deuxième garçon. Si je regarde derrière moi, c’est assurément cette fois où j’ai le plus ressenti cette fameuse peur!

À cette grossesse, j’étais très consciente de ce qui m’attendait. La peur de l’inconnu avait maintenant laissé place à la grande peur que l’on ressent lorsque l’on sait ce que nous devrons accomplir pour pouvoir tenir dans nos bras notre petit poupon. Je gardais en tête que même si très souvent un second accouchement peut mieux se dérouler et être moins long, ce n’est pas nécessairement toujours le cas. J’ai finalement eu la chance de vivre beaucoup mieux ce deuxième accouchement. J’avais un peu plus d’expérience, un nouveau médecin et j’avais encore prévu la même équipe d’urgence pour me seconder. Mon bébé est né après 8 heures de travail et 1 heure de bonnes poussées. Il est sorti naturellement, en pleine santé!

Trois ans plus tard, l’appel de la maternité se fit ressentir à nouveau. Nous voulions alors tenter notre coup afin de vivre les joies d’avoir une petite fille (ou les problèmes d’avoir une petite sœur, vous dirait le plus vieux de mes fils!). Dieu merci, nos vœux ont été exaucés! Ce troisième accouchement a été pour moi une véritable expérience de contrôle en tant que femme et une révélation en tant que mère. À cette troisième naissance, la peur n’existait plus. Bien entendu, j’étais habitée par une nervosité très intense, mais je me sentais en pleine possession de mes moyens. L’expérience que j’ai acquise durant les deux autres accouchements m’a rendue plus confiante en mes capacités. J’avais également confiance en l’équipe médicale qui m’entourait. Et surtout, j’étais tellement heureuse d’avoir une fille que l’adrénaline qui m’habitait m’a donné une force supplémentaire à la fin de travail. Elle est née en 6 heures de travail et 30 minutes de poussées. Elle s’est présentée à nous en moins de trois poussées. Mon équipe d’urgence m’a encore une fois épaulée, tellement comblée par l’arrivée de notre petite chérie.

Moins de 16 mois ont suivi avant l’arrivée de mon quatrième petit chef-d’œuvre. Pour ce dernier accouchement, je me suis offert un réel plaisir. Puisque les accouchements antérieurs s’étaient bien déroulés, j’étais convaincue que celui-ci se déroulerait aussi bien, sinon mieux. Et mes prédictions ont été justes! Moins de quatre heures de travail et 20 minutes de poussées ont été nécessaires pour un bébé en pleine santé qui comble toute la famille de bonheur depuis son arrivée.

Je m’étais promis de vivre chacun des instants de cet accouchement le plus intensément possible puisque ce serait probablement le dernier. C’est finalement ce que j’ai fait et ce quatrième accouchement fait partie des plus beaux moments de ma vie. Aujourd’hui, 28 jours après la naissance de bébé Lorenzo, si vous me demandez s'il sera le cadet de sa famille, je vous répondrai que seul l’avenir nous le dira. Car au plus profond de moi-même, j’ai peine à croire que jamais plus je ne vivrai cette sensation de délivrance qui donne la vie à un enfant. Dites-vous bien, chères futures mamans, que donner la vie est l’expérience la plus extraordinaire qui soit et pour vous, chers futurs papas, le plus merveilleux des spectacles auxquels vous pourrez assister et participer, avec tout votre amour.

En terminant, j’aimerais vous présenter mon équipe d’urgence : mon mari et ma mère. Mon amour, merci de m’avoir permis de devenir mère et de concevoir de si merveilleux enfants. Et toi, maman, merci d’avoir été l’image de mère à laquelle j’essais tous les jours de ressembler.

Mariane Chenail, novembre 2004

 

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.


Cette semaine
Sorties et activités pour parents cassés et en panne d’idées

Avouons-le, les sorties familiales pendant les vacances coûtent cher et les attractions bien connues sont bondées. Voici quelques suggestions originales et économiques à mettre au calendrier.

Les bienfaits du camping chez les enfants TDAH

Le camping. Partir, avec les enfants, une tente et aucune bébelle électronique. Pendant quelques jours, se déconnecter du monde et se connecter entre nous. Ça semble une si belle idée. En théorie.

Salade mexicaine

C'est la saison du succulent maïs du Québec! Afin de le savourer autrement, on vous présente une recette rafraîchissante, super santé et qui a du "punch".

Les différentes positions pour accoucher

On voit souvent la femme accoucher sur le dos, les pieds dans les étriers. Mais ce n’est pas la seule position qui existe et, surtout, ce n’est peut-être pas la plus favorable!

Nos Concours

À gagner, trois bâtons solaires ATTITUDE®!

Trois bâtons solaires ATTITUDE® d'une valeur de 50$!

Commentaires

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Suivez-nous
Facebook Twitter Pinterest Instagram Youtube

Wooloo - DIY - Biscuits déjeuner nutritifs

3019 vues / 0 commentaire

Activités de la semaine

Les meilleures sorties et activités du mois de juillet 2021