Les signatures forum sont temporairement désactivées.
Répondre au message

La stigmatisation du biberon et Le deuil de l'allaitement

Auteur Message

Isa-Lylou et Lexie

Inscrit le :
18 déc. 2007

Posté le: 9 janvier 2008 10:24:55 EST  
Vous vouliez allaiter mais pour quelque raisons que ce soit, vous n'avez pas pu?
Si vous avez de la difficulté a surmonter cette situation, que vous le percevez comme un échec, que vous vous sentez coupable, triste ou que vous ressentez de la pression ou avez a subir des commentaires désagréables parce que vous donnez le biberon,

Parlez nous de votre expérience!
C'est en faisant sortir le méchant qu'on s'en sort!

j'ai vécu l'échec et je sais que ca fait mal et aussi que ca fait du bien d'en parler!

revenir en haut

Mintie

Inscrit le :
01 juin 2006

Posté le: 9 janvier 2008 10:47:26 EST  
C'est poche mais je suis tombée sur le sujet lancée dans la section temoignage de vie cette semaine. Je me suis empressée d'écrire (et j'écris tres tres rarement) parce que c'est un sujet qui me touche énormément.

Merde, ya tu moyen de dire que ca fait chier de se faire garocher en pleine face a tout bout de champs des : comment ca t'as pas allaiter ? Ben, pour allaiter avec un bébé qui a la jaunisse tu aurais du.... ou ben, faut que tu persévere....TOUTES les femmes peuvent allaiter....

J'ai pu envie de me faire dire que je suis une frustrée qui se sent persécutée....j'aimerais juste que ces femmes qui ne se mêlent pas de leurs affaires sous prétexte que c'est pour INFORMER...ben, qu'elles gardent leurs commentaires pour elles....On se croirait en campagne de recrutement continuelle !!!!

Dsl, j'ai vraiment de la peine et je veux que les mamans qui donnent le biberons soient respectées et libres. Disons que c'est dur de faire un deuil de ce que la société valorise quand on se fait harceler a tout bout de champ. En décembre, l'infirmiere qui a vacciné ma fille (16 mois !!!) se rappellait de moi parce qu'elle me suivait la premiere semaine apres l'accouchement a la maison. Ben maudit, pendant 10 bonnes minutes, elle recommencait avec ces conseils sur comment j,aurais du faire et comment j'aurais du perséverer......La Paix caline !!!

Merci d'avoir lancé le sujet.....et je ne m'excuse pas d,etre fru bon Smile

revenir en haut

cathrin1

Inscrit le :
19 juin 2007

Posté le: 9 janvier 2008 11:27:51 EST  
.
Bon je me suis pas mélée du message dans l'autre forum pcq prob que j'aurais eu la caisse de tomates!!!

Mais bon...j'ai trois enfants...ma vision de l'allaitement a commencé comme suit:

Enceinte de mon premier, je voulais allaiter. Bien convaincu, j'ai accouché a l'hopital, un accouchement rapide et assez facile et j'ai allaité dans la premiere heure..tout pour moi quoi. Ben pas tout a fait, bébé 1 dormait sur le sein, il tetait 1 min et s'endormait. Les infirmieres ont tout essayé, le desabiller, les tapes en dessous des pieds, les debarbouillette froide dans le dos du bébé, meme essayer de placer mon sein de toutes les maniere poss...rien n'y faisait, il ne tetais jamais plus d'une min ute a la fois.on m'a donc conseillé de le nourir a la demande....soit au 15 min...ma montée de lait au 3 jour (épouvantable d'ailleur..je ''pissait'' le lait), n'a rien arranger...bébé ne toffait pas. J'ai fait 2 semaines et quand je suis allé a l'hopital pour un check-up, j'ai avisé que je donnerais le bib pcq je n'était pu capable d'allaiter au 15-20 min. 2 infirmiere se sont mis sur mon dos; que toutes les meres peuvent allaiter, que c'étais pcq je voulait pas assez, que tant qu'a ca j'aurais du le faire adopter par quelqu'un qui l'aimerais vraiment...j'ai fais un dépression (légere) mais quand meme...ca m'a pris presque 3 mois avant de pouvoir dire que j'étais sure d'aimer mon bébé meme si je ne l'allaitais pas. (j'avais 19 ans a l'époque).

L'anné d'apres j'ai accouchée d'un tite fille, accouchement de reve encore la. J'ai retenté d'allaité, ca a super bien fonctionné. Elle tétais fort ca avait pas de bon sens..on y donnait notre doigt et il ressortait bleu...mais j'ai tout de meme allaité jusqu'a 4 mois (elle m'a mordu elle avait 2 dents!!) Malgré un allaitement facile, ma fille a fait des coliques tous les jours, contrairement a mon garcon avec qui je n'avais pas connu ca. A part ca, ca a bien étéa part une mastite et une inflammation des seins récurente...mais c'était pas si pir je me disait..elle buvait au sein!1

a mon troisieme, accouchement pas pir et allaitement desastreux. Aussitot qu'il prenait mon sein ca faisait mal, gercure, crevasse, saignements...tout y a passé, j'ai meme essayé le tire lait...pas moyen...les infirmiere et celle du CLSC..en ont remis un couche: cé pas grave si ca saigne, meme si le bébé a du sang jusque dans ses selles, cé pas grave si ca fait mal, si tu l'aime tu vas pouvoir endurer ca, force toi. J'ai abandonné encore et aie donner un bib et suis jamais retourner au CLSC. mon moral etait a terre mais ca a pris moins de temps qu'a mon premier pour m'en remettre.

il y a un an, je me suis fait opéré pour augmentation mamaire etant donné que ma famille etait fini. Mon chirurgien m'a drolement surpris...en voyant mes seins, il m'a toute de suite demandé si j'avais réussi a allaité...et j'ai dis oui juste 1...il m'a alors expliqué (ce que PERSONNE avait encore fait!!!) que j'avais des seins invaginés severes.. d'ou le fait que je suis jamais sur ''les hautes'', que meme on chum a beaucoup de diff a les faire sortir, et que surtout pour un bébé..cé presque impossible de tirer le sein pour boire, ca fatigue trop ou le sein ne sort pas comme il faut. Mes canaux lactaires etaient trop court pour assurer un bon allaitement.cé génétique, j'ai su que ma mere est comme ca et ma soeur aussi.Mon chirurgien m'a dit que d'hab quand il voit ca, il parle a la patiente de pas trop se faire d'illusion sur l'allaitement et que a part de rare cas de bébé qui ont assez de force, le seul moyen reste de tirer son lait et de le faire boire au bib.et encore la souvent en tirant trop sur le mamelon (bébé ou tire-lait) les canaux pouvait s'infflammer ...d'ou mes petits prob...

cool j'ai LA réponse a toutes mes souffrances!!! mais pk personne m'a rien dit!!! mes seins ont toujours été comme ca, ils ont pas devenu comme ca d'un coup..pk les infirmiere m'ont pas aider, pourtant elles les ont tripotté en masse pour voir le prob!!!!!!

en-t-k aujoud'hui, je suis encore pour l'allaitement...mais je modere mes propos en expliquant que le 1% d'allaitement qui est supposé impossible...est souvent plus haut que ca. Que chaque probleme d'allaitement a sa solution et que chaque prob de bib aussi a sa solution...donc qu'on fait de notre mieux pour nos enfants et que toutes les solutions sont bonnes tant qu'on est bien la-dedans

a+

revenir en haut

gen13

Inscrit le :
08 août 2006

Posté le: 9 janvier 2008 17:02:00 EST  
merci isa d'avoir ouvert ce forum. Moi j'ai vécu l'enfer
avec l'allaitement et ma fille est tombé malade. Ça l'aire que je fais partie du 1% qui n'a pas de monté de lait. Ma fille à maintenant 21 mois et je commence à me sentir mieux. J'ai déjà raconté mon histoire sur l'autre forum ``témoignage de vie``

J'avais peur de m'exprimé sur le sujet parce que je m'était tellement fait rentré dedans quand j'en parlais que je n'osais plus rien dire. Mais je suis contente de voir enfin qu'il y a plusieurs femmes qui s'exprime parce qu'elles se font écoeurer parce qu'elle n'allaite pas. Je commençais à pensé que s'était dans ma tête. J'ai même remarqué que sur le forum on doit faire attention parce que celle qui allaite ne nous laise pas tranquille elle continue à nous rentré dedans.
S'est une secte ça ou quoi?

J'ai besoin de commentaire des filles qui ont eu des expériences négatives et qui ont vécu de la discrimination parce qu'elle n'allaite pas. Je veux faire une démarche pour dénoncé ce phénomène qui est discriminant destructeur et qui ressemble à de la propagande.

j'aimerais rassemblé des mères qui veulent aidé d'autre mère parce que nous on a pas vraiment de ressource et nous sommes laissé à nous-même.

Dès fois je me demande si plus tard nos enfants non allaité vont être considéré comme des gens de seconde classe parce qu'une pseudo recherche
va prouvé que les enfants non allaité sont moins intelligeant. Bon j'exsagère mais avoué que s'est rendu grâve quand on censure l'info sur la formule et le biberon. Je pense que ce n'est pas une sollution et je ne comprends pas que des gens intelligent adhère à ce genre de pratique. En tout cas ça fait peur.

De plus les filles faites attention quand on vous cite des recherches parce que certaine on une méthodologie douteuse. Mais les gens ce serve de cette argument parce que plusieurs ne connaisse pas grand chose au recherche et que s'est un argument massu. De ce fait l'allaitement est ce qu'il y à de mieux pour l'enfant dans le meilleur des monde sa s'est prouvé or de tout doute. Mais pour ce qui est du Q.I. des allergie, sur le lien d'attachement les colliques il faut faire attention. PArce que la plus part se réfère à des publications officielle qui ne sont pas des recherches. Alors quand quelqu'un vous parle d'une recherche demandé lui de vous donné de
1-le titre de l'article
2-le nom du périodique
3-le numéro de volume
4-la date de parution
5-nom de ou des auteur de la recherche
pour enfin connaître la méthodologie de la recherche.
Quand les fille qui allaite se refère au recherche il faut qu'elle sache la différence entre une publication officielle et une étude scientifique.ça va aussi dans le sense de celle qui n'allaite pas et qui se réfère aussi à d'autre étude favorissant la formule et le biberon.

Salut les filles
gen13

Wink

revenir en haut

Isa-Lylou et Lexie

Inscrit le :
18 déc. 2007

Posté le: 9 janvier 2008 19:31:24 EST  
ma petite histoire...un peu longue...
Salut ! Moi j’ai accouché d’une petite fille le 25 août dernier. Elle a 4 mois et c’est l’amour de ma vie ! Je n’ai pas eu à ‘travailler fort ‘ pour tomber enceinte. Ma grossesse a été un vrai charme. J’ai adoré cette expérience. Je veux des enfants depuis que j’ai a peine 14 ans. C’est 10 ans plus tard que l’opportunité se présente, mais depuis ce temps que j’idéalise la maternité et que je m’en fais une image toute faite.

De plus, je suis une fille qui lit beaucoup. Alors bien sur j’ai passé tous les livres possibles sur la grossesse, l’évolution de l’enfant et l’allaitement. J’ai une amie qui a échoué l’allaitement. Je crois qu’elle a abandonné dès la rentrée à la maison en revenant de la maternité. Je l’ai jugée sévèrement…Mais je vois bien que je parlais au travers de mon chapeau parce que je ne pouvais comprendre ce qu’elle avait vécu.

Après 16h de travail, ma fille est née a 20h33 et comme prescrit dans tout les livres je lai mise au sein dans la première heure. Je n’ai pas eu tellement d’aide parce que c’était le soir et c’était le changement de shift. Dès le début : Gros gros bobos : J’ai des gerçures. Dès le lendemain les infirmières m’amènent toute sorte d’échantillon de crème mais ma fille veut têter au 30 min. Elles n’ont pas le temps de faire effet. On me prescrit une crème que je dois faire faire en pharmacie. Rendu a la maison 3 jours plus tard, toujours pas de montée laiteuse et bébé qui a vraiment faim demande le sein au 40 min jour et nuit. Évidemment je pogne les nerfs et j’arrive pas a me positionner…je pleurs et papa est aussi pris de panique et m’aide pas trop. Il me convint de lui donner le biberon et ça me permet d’aller me coucher. L’infirmière qui vient a la maison m’assiste et ça va bien, mais j’ai les mamelons qui BRULENT et elle trouve ça étrange et me dit : « j’ai l’impression que tu es allergique a quelque chose »… dès que bébé ne tette plus et que je donne le BIB pour un jour ou deux… les rougeurs disparaissent. Peut être étai-je allergique a sa salive ? J’ai lu ça dans le « Mieux vivre avec son enfant » qui parle de dermatites de contact et d’eczéma (p. 216). Je me décourage vite du rythme de ma fille qui est encore aux 40 min après 5 jours et moi, toujours pas de lait dans mes seins. La montée laiteuse est survenue 7 jours plus tard et moi ça faisait 7 jours que je ne dormais PAS. J’étais dans un état second et je ne répondais pas de mes actes, j’étais agressive envers mon chum et mon bébé et je capotais ben raide.

En tout ca, j’ai toffer durant une semaine a 100% et 2 semaines en lui faisant boire mon lait au biberon. J’ai tout abandonné parce que j’étais en train de virer FOLLE !

Dans le fond, je vis un deuil parce que je considère que je n’avais pas de bonne raison d’abandonner puisque j’avais du lait et un bébé qui tête bien. Mais c’est ma santé psychologique qui en a pris un coup.

Honnêtement, je m’en fou de lui donner du lait maternisé. Même que je sais que je suis beaucoup plus heureuse qu’avant. C’est de « L’idéal que je m’étais fait de l’allaitement » dont je dois arriver a me défaire. Je dois me convaincre que je suis une bonne mère et que mon bébé sera tout de même en bonne santé et pas moins bon que les autres.

Je trouve ça dure de voir qu’il n’y a AUCUNE photo de bébés qui boivent au biberon dans le mieux vivre. J’ai écrit à l’auteur et j’ai envoyé des photos de ma fille avec mon appréciation en espérant qu’elles les publient dans sa prochaine édition.

Certaines disent qu’on « invente » la pression…qu’elle vient de nous et de notre incapacité d’assumer nos choix. Certes, j’avoue être plus sensible puisque j’ai mal mais crime OUI OUI OUI il y a de la pression. C’est comme le mariage dans le temps de nos parents. Les vieilles filles et les vieux garçons sentaient de la pression de leur famille si ils ne trouvaient personne pour se marier et ils n’étaient pas bien dans leur peau. Parce que c’était « mal vu » de pas se marier.

Aujourd’hui c’est « mal vu de pas allaiter » alors les biberonneuses on une pression sociale qui n’est pas vu aux yeux de tous mais qui existe. C’est sur que quand tu réussi quelque chose de hautement valorisé, tu es fier et tu ne verras pas la pression qui est mise sur ceux qui n’atteignent pas cet idéal.

Désolé d’avoir été longue mais merci de tout cœur de m’avoir lu !

revenir en haut

Inscrit le :
30 oct. 2020

Posté le: 9 janvier 2008 21:10:15 EST  
Bonjour les filles, je suis contente que plusieurs d'entre-vous est fait le choix de parler aujourd'hui de cette pression et de se manque de respect.

Mon histoire la voici. Prête a être mère, prête a allaiter. Je n'ai pas eu ce qu'on appel le symptome des seins sensible lors de ma grossesse. Aucun mal et aucune augmentation non plus. A la fin, plusieurs filles peuvent avoir de légère perte de colustrum. Moi niet.
Donc, j'accouche par césarienne a 40 semaines et 3 jours. Accouchement difficile, provocation manquer et césarienne d'urgence. Je m'en remet plustot bien. je mets mon fils au sein tout de suite a la salle de réveil. On me trippote de tout bord tout coté mais je m'en fiche je veux allaiter. On me presse les seins pour en sortir qu'une minuscule goutte qui sèche immédiatement. On essaie tant bien que mal avec le dal, le doigt, la seringue, le tire lait. Mon fils dors littéralement sur le sein pas moyen de le réveillé ou s'en rage quand on lui présente le sein. Mais je persévère. Je lui donne le sein, j'essaie avec le dal, après j'essaie au tire lait pendant 30 minute chaque sein. Il me reste plus beaucoup de temps pour dormir mais j'ai de la force. Je veux allaiter. On m'aide le plus possible. Les infirmières sont super a part une qui me regarde même pas. On me donne une seringue pour amasser le colostrum tirer. Hahahaha. J'arrive même pas a obtenir une goutte ça sèche tout de suite. Alors je décide de donner le biberon, le dal et de prendre le tire-lait.
arriver a la maison e loue la big machine, je continue le manège mon fils apprendra bien a têter correctement un jour. Ca y est il tête comme il faut. Pas de gerçure, aucun mal. WOw c'est super. Mais non il crie il a faim. Ma montée de lait arriver a la 5iem journée. Wow quelle montée rien n'ada a part que je peux tirer 1/2 onze pour les deux seins. C'est ça une montée de lait? Je persévère comme ça 2 mois et 2 semaines et après avoir pu tirer seulement au maximun de ma forme pour les deux seins seulement 2oz j'abdique. Mieux vaut maman bien mentalement que maman souffrante. Je suis bien avec ma décision. Même ma marraine d'allaitement me félicite pour mon courage et ma détermination. Je réessairai au prochain bébé. Après ce sont justement les questions de mon entourage qui arrive et je vois que dans leur regard pour eux je suis une lâcheuse et une menteuse ( je crois pas qu'elle a assez persévéré )
Ca fait mal et je suis de moins en moins a l'aise avec ma désicion. Plus j'en entend parler et plus je me sens coupable.

Voila mon histoire

revenir en haut

Juju2007

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 9 janvier 2008 21:39:07 EST  
Bravo d'avoir lançé ce sujet!
Alors moi, imaginez, je ne savais même pas si je voulais allaiter lorsque je portais ma peanut...on me regardait de trvaers, on me disait de me renseigner et toutes les vertus de l'allaitement. oui, j'en convient, il y a des avantages: économique, pratique, le lait fait sur mesure pour bébé... Mais, comme le disais une pédiatre dans le journal Le soleil cet automne on a tendance a prêté à l'allaitement plusierus vertus...elle n'embarquait pas dans le concept de l'attachement et de la meilleure santé des bébés. L'attachement, on le crée avec bébé par des caresses, des sourires, des chansons, des bisous...moi aussi quand je donne un biberon, ma petite me regarde dans les yeux et pose sa main entre mes deux seins...quand je la berce aussi, on se colle! Je ne suis pas contre l'allaitement, je suis pour le libre choix et surtout d'arrêter de dénigrer une mère seulement parce qu'elle n'alaite pas....on l'allaite autrement et c'est ce qui nous convient!

L'allaitement de ma puce qui a aujourd'hui 4 mois a durer 5 jours...sinon, j'y laissais ma santé psy...et pas question de me traiter de lâcheuse, j'ai choisi une autre option (celle de l'allaitement avec lait commerciale...4 pages dans le mieux vivre dont la première qui nous fait culpabiliser au max). Il y a plein d'options qui s'offre à nous quand on devient parent...dodo ou cododo, type d'allaitement, pas laisser pleurer ou laisser pleurer, à la demande ou horaire...tout le monde a sa théorie et on prend ce qui nous convient, selon notre personnalité, notre façon de voir la vie et comment on se sent avec ce choix... Nous sommes de la génération des enfants biberons, certains ont été allaités...le vent a tourné. Pourquoi pas le libre choix dans tout ça et l'important c'est de faire ce qu'on croit être le mieux pour nous...c sûr que les filles qui pronent l'allaitement ou le biberon pensent que c le meilleur choix, c leur choix selon leur personnalité, leurs valeurs...

Pourrait-on en arriver à faire nos choix dans le respect selon nos valeurs...c'est à nous d'aller chercher les infos et de décider. L'important c'est d'être bien et de donner le meilleur à notre petit amour...le meilleur pour nous et pour lui...La relation doit aller dans les 2 sens!

Ouf...ça fait du bien...Merci pour la tribune Wink

revenir en haut

chtouxg

Inscrit le :
02 juin 2006

Posté le: 10 janvier 2008 07:59:11 EST  
merci pour ce post!

Celui qui est dans la section témoignage était rendu vraiment trop du style combat entre allaiteuse et non-allaiteuse....On peut tu avoir un break desfois??

Enceinte j'étais pro-allaitement et c'était une priorité pour moi, mais la réalité a été tout autre avec l'arrivée de ma cocotte... Il y eu plusieurs problèmes comme des sécrétions trop abondantes la faisant vomir, la jaunisse, aucun réflexe de succion, aucun signe de faim pendant environ 7 jours... J'ai persévérée en essayant toutes les méthodes possibles; le DAL, le doigt, le gobelet, la cuillère, la seringue, la téterelle... mais rien n'y faisait. On a alors décidé à ma grande tristesse de donner le biberon ; elle a eu de la difficulté à le prendre pendant quelques mois alors imaginer le sein! On en essaye des affaires ca pas de bon sens!

Pis pour tirer son lait au tire-lait pour le donner au bébé, je l'ai fait 4 mois et c'était très difficile... C'est pratiquement du travail en double! Je ne sais pas si je le referais...

Ce fut un deuil très difficile à faire pour moi; je me sentais tellement une mauvaise mère... Surtout que tout le monde disait que ca ne se pouvait pratiquement pas quelqu'un qui ne peut allaiter. OUF! Qu'elle pression et dénigrement de nos problèmes! Une chance j'ai vu une infirmière du CLSC qui m'a beaucoup aidé et réconforté, mais c'est pas tout le monde qui est comme ca...

Je que je trouvais difficile aussi c'est de voir toutes les autres mamans autour de moi pour qui l'allaitement fonctionnait bien. Ca me renvoyait mon échec en pleine face...

Je suis présentement enceinte et je vais retenter l'allaitement, mais j'avoue que ca me stress un peu. Je vais essayer de rester zen avec ca, mais je suis un peu plus ferrée face aux commentaires déplacés des autres....

Ouf! Quel roman! Mais ca fait du bien d'en parler avec d'autes personnes qui ont vécu une situation semblable..

chtouxg

revenir en haut

suzy74

Inscrit le :
24 mai 2007

Posté le: 10 janvier 2008 09:53:52 EST  
Bonjour! j'ai 3 enfants, 1 sur 3 a été allaité. Au premier je voulais rien savoir. Y faut dire aussi qu'en 1998, la popularité de l'allaitement était qu'à son début. Au deuxième, 2001, j'ai tenté l'expérience avec un peu de recule. Après 3 mois et demie, j'ai abandonné. Chaque fois que je mettais Nicolas au sein c'était un calvaire, les seins me fesait un mal de chien. De plus je n'étais pas à l'aise, drôle de sensation lorsque mon bb avait le sein dans la bouche. En plus, je fume, personne ne m'a jamais dit que sa fesait baisser la production. Tant que j'allaittait tout était beau. Mon fils avait toujours faim après son boire. Fatiguer, j'appréhendais la tétée. Au troisième, c'était déjà décidé, mon choix fût le biberon. J'ai eu quelque petit regret lors de ma montée de lait. J'aurais pu changer d'idée, mais j'ai pesé le pour et le contre. Et le mieux pour moi c'est le biberon. Je me suis fait regarder de travers souvent et j'ai eu toute sortes de commentaire. Mais je m'en fais pas avec ça.

revenir en haut

Ti-Poux

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 10 janvier 2008 15:31:44 EST  
J'ai un peu hésité avant de venir écrire car je suis une allaiteuse... mais j'ai décidé de venir l'écrire quand même parce que je comprends la pression qui est vécue et que j'ai été la première à la dénoncer tout au long de ma grossesse... j'ai même abandonné mes cours pré-nataux parce que je n'en pouvais plus!.

Alors voici. J'avais pris ces cours pour nous préparer mon cojoint et moi à l'arrivée de bébé. Mon conjoint n'avait jamais approché un bébé alors je croyais que ca pourrait être utile des p'tits conseils sur comment changer une couche, donner le bain... mais quelle ne fut pas ma surprise de me retrouver dans une session de 8 cours sur l'allaitement... je vous jure, tout tournait autours de ça...
- L'accouchement... si vous prenez l'épidurale, vous risquez d'avoir de la difficulté avec l'allaitement...
- Vidéo sur les "situations cocasses" en revenant à la maison: vous êtes fatigués et les gens vous disent d'arrêter d'allaiter... ne les écouter pas.
- Donner une suce... JAMAIS, vous allez gacher l'allaitement
- Un biberon pour vous reposer une nuit? Et là c'est la meilleure... attention, vous pouriez provoquer des allergies en donnant autre chose que votre lait avant 6 mois. QUOI??? Si en 6 mois je donne 1 biberon mes efforts seront vains???? Après 7 cours, j'ai lâché... surtout que le dernier était soi-disant sur l'allaitement Exclamation Exclamation

En bref, en 7 cours, j'ai eu aucune info sur les couches, le bain, les choix de biberon (à ne jamais acheter d'ailleurs pour ne pas etre tenté Shocked Shocked ), les "poudres de fesses". Non, rien... juste l'allaitement... je trouve ca déplorable. Ce n'est pas la seule chose à savoir à l'arrivée d'un bébé.

Vers 4 mois, j'ai du retourner à ce CLSC avec mon p'tit homme. Il étail blessé à l'orteil... il avait mal et j'avais peur de ne pas tout avoir enlevé (un cheveux c'était enroulé serré autours de l'orteil et je ne l'ai pas vu... ca a coupé sa peau assez profondément...) En entrant dans le bureau, première question de l'infirmière: est-ce que vous l,allaité?(avec un p'tit air sévère en regardant la suce de mon homme) La réponse était oui, mais ca m'a vraiment choqué! Ca change quoi???

Sans compter tout le stress qu'on m'a mis à l'hôpital. Je voulais allaiter... mais ca a l,air que je ne le faisait pas assez souvent la premiere journée... l'infirmière venait me voir aux 20 minutes, visite pas visite pour savoir si je l'avais allaité... s'il avait le malheur d'avoir les yeux ouverts, je me faisait sermoner car il n'était pas au sein... il n'en voulait pas... j'avais peur de mal faire "ma job"... j'étais hyper stressée...
(finalement, le lendemain il a passé 20h sur 24 à boire je pense... je me suis stressée absoluement pour rien).

Mon message: on est souvent affaiblies et émotives à l'hopital... surtout quand c'est notre premier... mais ayez confiance en vous. Ne laissez pas une infirmière décider à votre place.
Je vais accoucher en juin et si jamais je n,avais pas de montée de lait ou un bébé trop somnolent et qu'on me refuse du lait maternisé... fiez-vous sur moi que je traverse la rue à l'épicerie! Je n'attendrez pas d'être à la maison pour commencer à penser par moi même!

Ouff... c'était long, j,en avait beaucoup à dire... disons que ça me met vraiment hors de moi toute cette pression!

Bon courage à toutes... Reprenez votre assurance... ca ne change en rien votre qualité de mère et l,amour que votre enfant aura pour vous (et vice-versa).

revenir en haut

Petitfleur

Inscrit le :
02 août 2007

Posté le: 10 janvier 2008 15:49:40 EST  
Premièrement Bravo pour ce post, car nous sommes plusieurs dans cette situation et le sujet est encore tabou. Je pensais d'ailleur ouvrir un post car j'ai présensement 2 amies qui vont accoucher bientôt et qui vivent un grand stress du a l'allaitement suit a ce qui m'est arrivé et a la pression social.

Alors voici mon histoire.
Je suis tombé enceinte en prenant la pilule, alors quel fut notre suprise, mais nous étions tres content ! Ma grossesse c'est tres bien passée, le bonheur parfait. Je n'avais pas vraiment d'inquiete ( mon conjoint non plus) car je viens d'une famille avec beaucoup d'enfant) Ma fille est la 8e. Je désirait allaiter mais pas à tout prix, j'avais même de la misère a comprendre les futurs mères qui capotait a l'idée de ne pas pouvoir allaiter leur enfants. Cela créait tellement un lien unique.....

Finalement ma fille est né le 18 août 07, l'accouchement c'est très bien passée, mais le doc a du utiliser une ventoute car son coeur ralentissait trop entre les contrations... A peine 2 poussée et elle était sortir.... Changement de chiffre des infirmière... elle me ramasse le sein et essai de mettre bébé au sein, mais celle-ci pleure... bon on va attendre.... finalement bébé veut rien savoir. J'extrait donc mon collostrum de peine et de misère a la main et lui donne a la cuillère, elle ne veut toujours rien savoir du sein elle le prend mais ne le garde pas... le pédiatre dit qu'elle a tout pour réussir mais on ne trouve pas pourquoi elle ne veux rien savoir... Je suis rester a l'hopital 4 jours, car elle ne buvait pas assez, en 4 jours j'avais en moyenne 4 infirmières et seulement 2 ont été gentille et on réellement essayer de m'aider dont une que je connaissait, j'était donc tres decu ....

De retour a la maison, je lui donne du similac au doigt avec un catétère.... ouf c'est long et pénible... je décide donc de lui donner le biberon....
je voulais cependant lui donnait mon lait, mais malgré le tire-lait ma monté laiteuse a pris 6 jours et oui 6 jours.. ensuite j'ai fait une petite dépression post-partum.... en partie causé par mon échec de mon allaitement....... pourtant je redoutait ce moment, ni moi ni ma fille ne semblait jouir de se moment si intente que certaine mère décrive lors de la mise au sein.

Je suis allé en clinique d'allaitement a plusieurs reprise mais rien.. Finalement le pédiatre du chul m'a dit... de réessayer un fois de temps en temps mais de pas m'acherner car sinon je risque d'écoeurer ma fille et de gacher le plaisir que j'avais avec elle.

Finalement ma fille boit mon lait au biberon et a l'age d'un mois oups elle a voulu le sein, mais j'ai décider de ne pas la mettre au sein exclusivement, car j'aimais bien et lui aussi que mon conjoint lui donne le boire....


Je suis finalement tres chanceuse, car j'ai une petite fille merveilleuse qui prends le sein, boit mon lait au biberon et boit même parfois du lait maternité sans broncher.....

Alors je vous dit a toute, de ne pas lâcher et que malgré la pression de la société, l'important c'est d'être bien soi-même et avec sa fille. Car dans mon cas on n'a pas vraiment découvert pourquoi au début elle ne voulait pas le sein et qu'après un mois elle l'a accepter. Certain mon mentionner le fait que l'utilisation de la ventouse pourrait y etre pour quelques choses ( déplacement de la machoire du cou etc) mais si les médecins n'ont rien détecté).

J'espère que ce post sera aidé et encourager toute les mères qui vivent des pressions et qui sont décourager par l'échec ( même si j'aime pas ce mot) disont plutot par leur problème d'aillaitement.

revenir en haut

San1978

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 11 janvier 2008 11:06:02 EST  
J'ai particicipe au post sur temoignage de vie, mais ca fait plaisir de voir ce post ici ou le climat est plus calme!

cathrin1 ton temoignage me fait beaucoup de bien car je suis dans la meme situation que toi. J'ai les mamelons invagines severes moi aussi. Les infirmieres de l'hopital se sont acharnee a me faire allaiter, elles m'ont triturer comme une vache, je te jure l'enfer! C'est ma medecin, quand elle est venue me voir qui m'a annonce que l'allaitement, quoique pas impossible, serait tres dure dans mon cas. La puericultrice de l'hopital m'avait prevenue que ce serait dure mais comme la ligue leche, elle m'a laisse entrevoir que j'avais des chances quand meme.

De lire que un medecin t'a dit la meme chose que la mienne me rassure et me reconforte. C'est a ce niveau que je trouve qu'il manque d'information. Malgre notre situation particuliere, on applique le meme protocole a toutes les femmes. La meme pression. Comme je disait dans l'autre post, il a fallu 4 jours et une crise de ma part (et je n'en fais pas habituellement) pour qu'on me donne le droit de ne plus allaiter. On refusait de signer mon conge juste pour ca. En fait, les infirmiere refusait de dire au medecin de venir me voir pour le signer. Puisque les medecins etaient debordes en salle d'accouchement, je n'arrivait pas a les voir. Apres 4 jours, j'ai menace de quitter conge signe ou pas, et du coup l'infirmiere a demande au medecin de venir. Cette-derniere m'a toute suite comprise.

Une fois a la maison, l'infirmiere qui passe apres 2-3 jours m'a evidemment demande si j'allaitai. Ma reponse a ete non et du coup sur 1 heure de recontre, elle a passe 45 min a me convaincre de revenir a l'allaitement, qu'elle allait me montrer. Mon chum s'est fache a ce moment.

J'assume tres bien de donner le biberon, il a meme eu de mon lait pensant pres de 2 mois. Mais entendre ton temoignage me rassure quand meme car il y a peu d'information en ce sens concernant les mamelons invagines alors merci!

revenir en haut

geni1327

Inscrit le :
18 mai 2006

Posté le: 11 janvier 2008 11:58:33 EST  
Wow! Quels beaux témoignages... Je me suis reconnue dans plusieurs d'entre eux et c'est rassurant de voir que je ne suis pas la seule à avoir vécu une expérience similaire.

Je vais essayer d'être brève... Voici mon histoire:

J'ai accouché de ma fille en novembre 06. Un très bel accouchement de 3h30 au total, 20 minutes de poussées, sans épidurale (manque de temps!) et une petite en pleine santé. Je l'ai mise au sein immédiatement et elle a tétouillé. Pendant les 2 premiers jours, elle n'a pas vraiment pris le sein, s'endormait, mais elle ne pleurait pas. Elle n'avait probablement pas faim...

Toutes les infirmières venaient me voir et demandaient même que je les appelle à chaque fois que bébé se réveillait, pour m'aider à la mettre au sein (lire ici: me tripotter et m'étirer les seins, me les pincer, déshabiller bébé, débarbouillettes froides dans le cou, etc...) Même elles étaient découragées! Moi, malgré qu'avant ma grossesse, je ne voulais rien savoir de l'allaitement, même en sachant tous les bienfaits de l'allaitement (j'ai fait des études en petite enfance et ai beaucoup appris sur la santé des petits), je tenais bon. Ariane a perdu beaucoup de poids pendant les premiers jours. Plus que la normale. Elle n'éliminait presque pas non plus. Après 3 jours à l'hôpital, le médecin et les infirmières commençaient à s'inquiéter que ma fille perdait encore du poids. Ce n'est qu'au bout de tout ce temps qu'une très gentille infirmière a proposé de m'apporter le tire-lait. Mais il n'y avait pas grand chose à tirer... Ariane n'a tellement pas tété les premiers jours que je n'ai jamais eu de montée de lait...

On a eu notre congé le 4e jour (le poids de ma fille s'était stabilisé), à la condition de revenir le lendemain pour une pesée. Mais le lendemain, ils ont vu qu'elle faisait une bonne jaunisse. Donc, réadmission pour 2 jours! Pas mal, une semaine d'hôpital, pour un accouchement facile et sans complication...

J'ai finalement décidé de tirer mon lait et de le donner au biberon. Mais je n'avais tellement pas de lait ( au plus, je tirais 4 onces pour les 2 seins, en environ 45 minutes.) que j'ai dû compléter par de la préparation. Une chance que ma fille n'était pas gourmande!

Au bout de 3 semaines à travailler en double (ça prenait 45 min. tirer mon lait et 1 heure lui donner, car elle s'endormait toujours, et ce, aux 3 heures, bien-sûr, conseil des infirmières...) j'ai décidé, non sans remords et mauvaise conscience, de lui donner uniquement du lait maternisé. Je sentais que ça dérangeait un peu mon conjoint, mais je me dis qu'il valait mieux que je sois en bonne santé mentale que malade en lui donnant "le meilleur".

Ce n'est pas l'allaitement qui a créé le lien d'attachement avec ma fille, même que j'appréhendais ce moment et que c'était devenu un calvaire. Je lui ai donné tout l'amour qu'une mère peut donner à son trésor, je lui ai donné le meilleur de moi-même, mais autrement! Et oui, j'en ai senti de la pression de l'extérieur. Et non, je ne me vantais pas que je donnais des biberons. Mais que voulez-vous? Il y en a pour qui ça fonctionne, d'autres pas.

Je suis enceinte de mon 2e. Je vais essayer d'allaiter. Mais croyez-moi que je vais avoir des biberons et de la préparation dans ma valise. Au cas où! Mon médecin, la même qui m'a accouchée, m'a rassurée en me disant que quand ça ne fonctionne pas, ce n'est pas la faute de la mère, c'est que le bébé ne veut pas. Merci Doc!!

Mais je suis d'accord qu'il faudrait que ça arrête cette propagande. Oui, le lait maternel est le meilleur aliment pour bébé. Oui, c'est tout naturel. Oui, c'est beau, digne, valorisant. Mais de voir une maman donner le biberon avec amour et admiration envers son petit, ça l'est aussi!

Aujourd'hui, ma fille a 14 mois et elle est pétante de santé. Elle n'a jamais été gourmande (jamais plus de 25 onces de lait par jour, même lors de soi-disant poussées de croissance!!) Elle est grande pour son âge, mais son poids est moyen. Mais surtout, on a la plus belle complicité et un attachement hors-paire! C'est l'amour de notre vie, à moi et mon conjoint, et elle sait nous le rendre. C'est ça qui compte, non?!

Il me semble que j'aurais encore bien des choses à dire. Mais j'ai déjà été assez longue! Merci pour ce post.

Bonne journée, et je respecte vos choix, quels qu'ils soient!

revenir en haut

Coquelicot27

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 11 janvier 2008 12:42:41 EST  
Bonjour à vous toutes!
je suis tellement heureuse de voir ce sujet. Je suis maman d'une petite fille de 3 mois et demi et je dois avouer que j'aurais grandement aimé voir ce sujet lors des premières semaines de vie de ma fille. Je crois que ça m'aurait vraiment fait du bien...

Voici mon histoire en gros. Lorsque je suis tombée enceinte, je ne me suis pas posée de question. Pour moi, c'était clair que j'allais allaiter. J'ai suivi la formation sur l'allaitement chez entraide naturo-lait et ça m'avait motivé au possible. Avec raison, car là-bas, on te laisse vraiment miroiter que l'allaitement est seulement une question de volonté. Quand on veut, on peut... suffit juste de persévérer etc etc. Vous connaissez bien la chanson. Comme je suis une nature déterminée et je aussi très exigeante envers moi, je m'étais promis que j'allais y arriver. Je m'étais dit que ça allait être difficile les premiers temps mais que je ne suis pas lacheuse et que j'allais en venir à bout. Comme certaines d'entres vous, j'ai les mammelons invaginés (pas plats là, vraiment par en-dedans..)

Finalement, rien ne s'est passé comme je l'imaginais. J'ai eu un accouchement provoqué très long avec des poussées pendant 4 heures... À la naissance de mon bébé, quel ne fut pas mon choc d'apprendre qu'elle avait une malformation non-détectée aux échos au niveau de la lèvre (petite fente labiale). Ouf... la terre arrête de tourner pour moi... je suis démolie...je pleure et voilà que les infirmière se mettent sur mon dos que je me mette à allaiter. Oui il possible mais difficile d'allaiter un bébé avec une fente labiale (il y a fuite d'air) et oui il est possible mais difficile d'allaiter avec des mammelons invaginés... Les 2 ensembles...c'est l'horreur totale. Ma fille n'a jamais été capable d'aggripper mon sein...même pas 5 secondes... Je capotais... J'ai tout essayé: bouclier, tétrelle, marraine d'allaitement, infirmiere du clsc, clinique d'allaitement... ouf vraiment l'enfer quand j'y repense. Lors de mon séjour à l'hôpital, ma fille ne pouvait pas boire au sein et j'ai demandé un biberon pour 1 seule fois. L'infirmière m'amène le biberon en haussant les yeux au ciel. Je lui ai demandé des conseils sur le biberon. Elle m'a répondu:" je ne peux pas te donner de conseils sur les biberons car je ne connais pas ça. J'ai allaité mes 3 enfants moi..." Ouf, méchante claque en pleine face...je me suis tellement sentie mère indigne... J'ai eu des comentaires comme ça tout mon séjour... J'ai accouché au centre mère-enfant à Québec et j'ai vraiment détesté mon expérience. Je ne suis pas gênée de dire que si j'ai un prochain enfant, j'irai accouché à St-Francois...

Je vivais tellement de culpabilité qu'en revenant chez-moi, je suis allée me louer un tire lait électrique. Je tire mon lait depuis 3 mois et demi et je le donne au biberon. C'est la seule façon que j'ai trouvé de me déculpabiliser. J'ai eu bcp de pression de la part des marraines d'allaitment. On s'est parlé pendant des jours et je pleurais et ma fille n'aggrippait pas le sein et jamais jamais jamais elle m'a dit que j'avais tout donné... Caline, quand est-ce qu'elle aurait trouvé que j'ai assez persévéré à son goût. Juste pour vous dire, je suis retournée en clinique d'allaitement à l'hôpital quand ma fille avait un mois. Le pédiatre spécialiste en allaitement m'a dit...c'est plate à dire et j'aime pas ça dire ça mais je crois que dans votre cas, le mieux que vous pouvez faire c'est de continuer à tirer votre lait... Pourtant, à entendre les marraines d'allaitement, infirmières et autres...c'était que j'essayais pas assez...

Alors voilà, je vous comprends à 100 miles à l'heure sur le deuil à faire, la pression des autres et la culpabilité. Je crois aussi que les ligues d'allaitement ne devrait pas nous faire rêver que quand on veut on peut car ce n'est malheureusement pas toujours une question de volonté et de persévérance.

revenir en haut

Eucaliptus

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 11 janvier 2008 13:03:39 EST  
Je déteste lire le mot échec de l'allaitement. Échec par rapport à quoi ???? La reccomandation mondiale de la santé ? Pourquoi vivre cela comme un échec et non comme un épanouissement ? L'important est de trouver la bonne recette pour notre bébé. Parfois c'est l'allaitement, parfois, c'est la formule. Pour le reste, ce sont des choix personnels. Vous avez toutes trouver la recette qui convenait le mieux à vous et votre bébé. N'est-ce pas une réussite ?

J'ai hâte de voir dans les prochaines années les prochaines études qui sortiront. Je me demande si un jour, une étude ne dira pas que toutes les hormones que nous assimilons dans la nourriture passent dans le lait maternel. Que finalement, vaut-mieux un allaitement mixte. Je dis n'importe quoi là, mais je suis convaincue qu'un jour, une autre étude sortira et on verra la naissance d'une autre mode, parce que tout ce qui touche l'obstétrique et l'évolution d'un enfant est une mode...Là, c'est la mode de l'allaitement à tout prix, du dodo sur le dos, de la température à 20 degrés etc...

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
10 oct. 2007

Posté le: 11 janvier 2008 13:44:04 EST  
moi aussi je déteste le mot échec de l'allaitement, on nous traite comme si on était le belle mêre d'aurore l'enfant martyre.... en tout cas c'est le sentiment que j'ai eu lorsque j'ai dit a l'infirmière du clsc qui vient apres l'accouchement que je songeait a abandonner l'allaitement. Je voulais simplement savoir comment faire la transition comme il faut.. mais j'ai pas eu le droit a ses renseignements... J'ai eu droit a toute la liste de bénéfices de l'allaitement et tout le tralala...(comme si je le savait pas avant de faire mon choix). J'ai donc du lui dire très bêtement de changer de sujet, car je bouillonait a l'intérieur...

Et losrqu'elle m'a demandé si j'avais des symtomes de dépression mon chum lui a toute suite répondu ; oui elle en fait une a cause de l'allaitement! elle a recommencé son show.... en tout cas j'ai du lui faire croire que tout allais bien et que j'allaiterai pour qu'elle "me foute la paix".

en tout cas, cette infirmière la m'a tellement harcelé que pour me défouler j'ai donné un biberon a mon garcon et ca m'a fait tellement de bien... wow ca lui a pris 15 minutes son boire.... avant ca un boire était 30 min d'un sein, pause rot 15 min et 30 minutes de l'autre sein....ensuite 1 heure de pause pour moi... manger en vitesse, pipi me laver un peu et tout recommencer.... c'était mon chum qui devait me faire boire de l'eau parce que j,était clouée sur mon divant toute la journée... Bref, quand mon bébé pleurais de faim je pleurait aussi d'épuisement et des que c,était fini j'avais hate de le donner a mon chum pour pouvoir faire autre chose.... je ne crois pas que ca valorise l'attachement ca...quand tu peut pas prendre ton bébé pour autre chose que le nourrir......

en tout cas je vais arreter car j'en ai long a diresur le sujet.....


ne vous sentez pas coupable et ne laissez pas les autres tenter de vous le faire sentir....

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
10 oct. 2007

Posté le: 11 janvier 2008 14:00:39 EST  
p.s. mon frère et moi n'avons jamais étés allaités, même pas une goutte de colostrum, et nous sommes aujourd'hui très intelligent ( ben normalement intelligent hihi et mon frere est devenu comptable agréé)parce qu'on a recu une bonne éducation, n'avons aucune allergie et n'avons jamais étés malades, je n'avait meme pas de carte d'hopital avant d'accoucher.

Et nous sommes très attachés a nos parentscar on a recu beaucoup d'amour de leur part.

donc si le enfalac de il y a 25 ans a réeussi a faire tout ca, je ne voit pas pourquoi celui d'aujourd'hui ne serait plus bon...

revenir en haut

karounet

Inscrit le :
13 févr. 2006

Posté le: 11 janvier 2008 15:51:21 EST  
Salut les filles!
C'est vrai que c'est un très bon sujet! J'ai 3 enfants que j'ai allaité, mais seulement 3 semaines pour ma plus vieille... Et je me suis sentie très coupable quand j'ai arrêté. Je me disais que j'aurais dû persévérer, même si je ne me sentais pas bien et que je trouvais ça très difficile. Je m'étais mis de la pression sur les épaules, même que je m'étais entrer dans la tête que mon conjoint ne voudrais pas que j'arrête... comme s'il avait un mot à dire là-dedans!!

La décision d'allaiter ou non son enfant est tellement personnelle... Et c'est vrai que dans le "Mieux vivre", il ne parle pratiquement pas de biberon. Je trouve ça injuste pour les mamans qui n'allaitent pas, je trouve que ça met encore plus de pression et que ça peut faire naître un sentiment de culpabilité. Car il ne faut pas oublier qu'un bébé au biberon, ça ne manquera jamais de rien! Oui l'allaitement est un plus, mais si la maman n'est pas bien, est-ce encore un "plus"??

Bonne fin de journée!!

revenir en haut

Isa-Lylou et Lexie

Inscrit le :
18 déc. 2007

Posté le: 11 janvier 2008 16:09:57 EST  
Eucaliptus :
Je déteste lire le mot échec de l'allaitement. Échec par rapport à quoi ???? La reccomandation mondiale de la santé ?


Moi aussi j'aime pas trop ce mot. Je crois que pour ma part, je vis plutot un échec de "l'idéal de la maternité que je m'étais créé." Je me voyais donner le sein a mon bébé et que ca serait merveilleux...

j'ai déchanter assez vite merci... Sad

revenir en haut

Juju2007

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 11 janvier 2008 17:02:59 EST  
Que ça fait du bien de vous lire!!! C'est fou de voir toute la pression que certaines infirmières mettent pour l'allaitement...
J'ai déjà des idées pour mon prochain plan de naissance...pas de pression, bb prendra le sein quand il voudra et pas d'affaire à le réveiller aux 2 heures pour le sein quand il dort et que maman et papa qui ont vécu une nuit blanche à l'accouchement reprennent des forces..et la montée viendra naturellement sinon, on s'arrangera (je suis sûre qu'avec moins de pression ça risque d'aller mieux que ce que j'ai vécu au premier!) Wink
Et banissons le mot échec!!!!!

revenir en haut

Cocci

Inscrit le :
08 déc. 2004

Posté le: 13 janvier 2008 14:46:03 EST  
Félicitation pour le post!

Ge13 : Pour ton recour si jamais tu as besoin d'appui je suis là!!! Même si j'allaite je trouve la propagande ÉPOUVENTABLE !!! J'ai plusieures amies qui ont CHOISI le biberon et qui n'ont pas essayé l'allaitement et puis? Elles ont autant besoin de support et elles sont d'aussi bonne mère. Le retour du balancier a assez duré il est temps de faire de la place au "bibonnereuse". Je trouve immorale que les CLSC font autrant de pression pour l'allaitement de même que les infirmiere d'obstétrique. Je me doutais que ça existait, mais je suis estomaquée de lire vos histoires et triste aussi Sad Cette pression ne devrait pas exister, c'est déjà assez dur émotivement d'accoucher sans en rajouter!

Encore bravo pour le post! Défoulez-vous ça fait tellement de bien Smile

revenir en haut

Se connecter pour répondre