Enfant

Situations et conséquences appropriées

Tu as frappé ta sœur? Va au coin retrait. Tu as fait une crise au centre d’achats? Va au coin retrait. Tu as manqué de respect à ta grand-mère? Va au coin retrait! Et si on choisissait de meilleures conséquences?

Dans certaines circonstances, le coin retrait fait parfaitement le travail. L’enfant qui a mal agit et qui est en pleine crise est ainsi puni puisqu’il ne peut plus jouer pendant quelques minutes. Il est forcé de se calmer et de réfléchir aux conséquences de ses actes. Mais si ce système est bon pour les enfants qui se font mal ou qui sont en train de tout détruire dans la salle de jeu, il n’est pas toujours approprié quand l’enfant est calme et refuse simplement de coopérer. Que faire alors pour qu’il apprenne de ses erreurs?

Prévenir

Les parents qui croient au fameux « il va le faire une fois et il ne le refera plus jamais » l’appliquent à toutes les sauces : quand il tombe du lit parce qu’il sautait malgré l’interdiction, quand il renverse sa soupe parce qu’il tape dessus avec la cuillère, etc. Pourtant, se faire mal n’est pas ce qu’on peut appeler une conséquence appropriée. Quand on peut prévenir les accidents et les bêtises, mieux vaut le faire.

En plus de donner à l’enfant l’occasion de réfléchir avant de faire une gaffe et non après dans le coin retrait, lui parler des conséquences avant de les mettre en application sera une bonne façon d’établir une bonne communication entre vous et votre enfant. Expliquez les conséquences en détail; les enfants ont beaucoup d’imagination et le vôtre visualisera aussitôt ce que vous lui dites. S’il apprend à écouter vos conseils quand il est petit, il aura plus de facilité à les écouter quand il sera grand et vous aurez de moins en moins besoin d’intervenir.

Comprendre ce qui fâche maman

Après lui avoir expliqué une conséquence, s’il fait l’action quand même, mettez vos promesses à exécution autrement qu’en le chicanant. Pour la plupart des jeunes enfants, un parent qui crie et qui gesticule est seulement fâché et n’exprime pas grand-chose d’autre. Alors plutôt que de chercher des punitions et de lui montrer que vous êtes fâchée, donnez-lui comme conséquence de vous aider à réparer sa bêtise. À la longue, il comprendra la portée de ses gestes, ce qu’il vous impose et pourquoi ça vous irrite autant.

Quelques exemples de conséquences

Parfois, vous pourrez lui demander de réparer ce qu’il a brisé, parfois ce sera impossible et il vous faudra trouver autre chose. Puisque chaque situation devrait avoir une conséquence qui a du sens et apprendre quelque chose à notre enfant, il faut se pencher sur chaque écart de conduite différemment. Il vous faudra peut-être réfléchir plus longtemps dans certains cas afin de trouver la conséquence parfaite, mais une solution constructive portera plus de fruits qu’une conséquence donnée sous le coup de la colère et qu’une conséquence banale, punitive et répétitive.

Si votre enfant se comporte mal à table

S’il lance volontairement sa nourriture par terre en mangeant, attendez la fin du repas et demandez-lui de vous aider à ramasser. Il ne le fera pas aussi bien que vous, évidemment, et l’objectif n’est pas de parfaire sa technique de nettoyage, mais ce n’est pas grave puisque ce que vous voulez lui montrer, c’est l’effort qu’il devra fournir à cause de sa mauvaise action. La prochaine fois qu’il mangera, il se souviendra que ce n’était pas une activité très agréable et ne voudra pas ramasser à nouveau.

Si votre enfant fait preuve d’ingratitude

Nous avons tous des comportements qui nous agacent plus que d’autres. Si votre bête noire est l’ingratitude, cherchez une conséquence qui montrera à votre enfant la chance qu’il a. Par exemple, s’il demande toujours de nouveaux jouets, cachez des jouets qu’il possède et n’en sortez que quelques-uns à la fois. Votre enfant réalisera bientôt tous les trésors qu’il a déjà et tournera son dévolu vers votre armoire secrète plutôt que vers le centre d’achats.

S’il est plutôt ingrat dans ses activités, proposez-lui de changer d’activité sportive ou d’instrument de musique. Peut-être que cette simple discussion permettra à votre enfant d’admettre qu’il n’aime pas le sport ou l’activité qu’il pratique ou peut-être qu’il prendra au contraire conscience du plaisir qu’il y trouve.

Finalement, suggérez-lui de profiter de votre cour, s’il n’est jamais satisfait pendant les sorties. Si vous réduisez les activités du weekend en lui expliquant que s’occuper à la maison freine un peu ses besoins et lui apprend à apprécier la solitude et le calme, ce ne sera plus une punition, mais une activité supplémentaire qu’il découvrira.

Si votre enfant fait de grosses crises

Quand les enfants font des crises spectaculaires, tapent du pied, crient, se chicanent et claquent des portes, le retrait demeure la meilleure solution. Assoyez votre enfant sur une chaise et déterminez une période pendant laquelle il devra y rester. Il n’est pas nécessaire de l’y laisser longtemps, il faut seulement qu’il ait le temps de se calmer et de reprendre ses esprits. Certains enfants font des crises incroyables et il est difficile de changer le cours de la journée une fois que cette ambiance est en place. Si c’est le cas de votre enfant, faites une petite marche ou un petit tour d’auto qui changera complètement la scène et le fera penser à autre chose. Ensuite, prenez quelques minutes pour lui parler du comportement qu’il a eu pendant qu’il est calme. Le contraste le frappera probablement assez pour l’empêcher d’agir de la sorte la prochaine fois.

Si votre enfant refuse de dormir

Parfois, les enfants nous voient nous amuser, discuter et écouter la télévision pendant qu’ils doivent aller dormir. C’est frustrant, on peut le comprendre, mais à force de refuser d’aller dormir, c’est toute la journée suivante qui est hypothéquée. Plutôt que de vous battre avec lui, déterminez une règle simple. Chaque période de quinze minutes qu’il aura perdue sera reportée au jour suivant. Par exemple, si votre enfant a l’habitude de se coucher à 20h, mais qu’il s’obstine jusqu’à 20h30, il devra se coucher à 19h30 le jour suivant.

En pensant à des conséquences d’avance, vous réussirez à intervenir dans le calme, vous vous fatiguerez moins et vous chicanerez moins. N’hésitez pas à nous parler de vos conséquences dans les commentaires, les idées des autres mères sont toujours les bienvenues et pourraient aider celles qui n’ont pas encore trouvé de solution à une situation particulière.

Image de Anne Costisella

Anne Costisella est diplômée en communication publique à l’Université Laval et maman de deux enfants. En plus d'être une rédactrice web d'expérience,  Anne est aussi l'auteure du blogue Techno Maman


Cette semaine
Maladie grave : nécessaire d’assurer son bébé?

Présenté par Beneva

L'annonce d'une maladie grave détectée chez un enfant doit causer une onde de choc au sein de la famille concernée. Une assurance maladie grave permet de soulager le stress financier afin de pouvoir se concentrer sur ce qui compte réellement, le rétablissement et l'accompagnement. Voici ce qu'il faut savoir sur l'assurance contre les maladies graves.

Parents solos : gérez-vous le budget familial avec brio?

En pleine période d’inflation, la gestion des finances familiales s’avère particulièrement stressante, d’autant plus lorsqu’on est séparé ou un parent monoparental et qu’on doit composer avec un seul salaire. 

Rester motivé, jusqu’à la fin de l’année scolaire

Les vélos n’attendent qu’à être enfourchés et l’appel du parc est criant. Les vacances d’été se dessinent à l’horizon, mais avant d’y arriver, il faut survivre aux examens de fin d’année. Comment rester motivé, alors que tout invite au jeu?

Dumplings au chou nappa

Les dumplings sont très appréciés par les enfants. Ceux-ci sont faciles à préparer et se congèlent très bien après la cuisson ou avant. Voici une recette à essayer! 

Nos Concours

Gagnez deux livres de recettes de Geneviève O’Gleman

Participez pour gagner deux livres de Geneviève O'Gleman