Désir d'enfant

Les dons d’ovules – des témoignages

Est-ce de la solidarité féminine ou de l’altruisme qui s’apparente au don de soi? Il existe vraiment des femmes qui se font du don d’ovules une manière d’aider leur prochain.

Trois femmes qui ont décidé de faire don d’une partie d’elles-mêmes pour permettre à une autre femme de goûter le bonheur d’enfanter ont accepté de nous raconter leur histoire.

Andrée-Anne, 21 ans

Elle est croyante. Et généreuse, répond-elle spontanément, mais humblement lorsqu’on l’interroge sur les motifs de son geste. On ne peut douter de sa générosité… Andrée-Anne a 21 ans et elle a déjà fait deux dons pour deux couples. Par-dessus le marché, elle est elle-même enceinte et devrait accoucher le 16 juin 2012.

« Je voulais que d’autres femmes puissent profiter de ce que j’ai. J’ai aussi été inspirée par Julie Snyder (l’animatrice qui a elle-même eu recours à la fécondation in vitro) », explique-t-elle.

La jeune femme s’est tournée vers le Centre de reproduction McGill, par le biais duquel elle a rencontré la femme qui allait par la suite recevoir ses ovules.

L’échange a commencé le 4 novembre 2010 : la synchronisation des cycles menstruels, l’injection de la médication qui permet de contrôler les cycles, l’échographie, la stimulation ovarienne, le déclenchement de l’ovulation, puis le prélèvement. L’ovule retenu a ensuite été fécondé par le sperme du futur père et l’embryon a été implanté le 16 décembre. Onze jours plus tard, l’heureuse receveuse était enceinte!

Comme la rémunération des dons est illégale depuis 2004 au Canada, Andrée-Anne n’a évidemment pas reçu d’argent du couple qui a reçu son don, pas plus qu’elle n’a eu de compensation financière du centre de reproduction. Le couple a cependant payé les médicaments (environ 2000 $) et défrayé les coûts du transport (la donneuse a dû se rendre une dizaine de fois à Montréal, alors qu’elle habite en Mauricie). Elle a bien sûr perdu des journées de salaire, mais fort heureusement, ses assurances personnelles ont couvert les autres dépenses encourues pendant le processus.

Andrée-Anne et la femme qui a reçu son ovule n’ont pas coupé les ponts ; elles communiquent de temps en temps par courriel. Mais qu’en sera-t-il du bébé qui portera une partie des gènes de la donneuse ? « Le psychologue de la clinique nous a donné des conseils et l’âge idéal recommandé pour dire la vérité à l’enfant est cinq ans », mentionne Andrée-Anne.

Elle ignore si la future maman révèlera un jour à l’enfant la contribution d’Andrée-Anne à sa conception mais elle affirme qu’elle respectera la décision du couple et lui assurera sa collaboration, quelle que soit cette décision.

Une autre femme a bénéficié de la générosité d’Andrée-Anne, toutefois l’expérience s’est soldée par un échec; l’implantation de l’ovule ne s’est pas concrétisée.

Andrée-Anne sera cependant encore très présente dans la vie de la petite famille qu’elle a contribué à former puisqu’elle fera encore don de ses ovules pour le prochain enfant…

L’histoire de Julie (prénom fictif), qui a offert ses ovules dans un site web de petites annonces

C'est la première fois que je fais un don d'ovules. J'en avais parlé à quelques personnes de mon entourage qui ont approuvé ce geste.

Ne souhaitant pas d'enfants, je trouve normal de pouvoir offrir à un couple la chance de pouvoir avoir un enfant. Le choix de la famille devra respecter mes critères et je désire les rencontrer avant afin de voir à qui je ferai mon don. Je ne ferais pas de dons à plusieurs familles mais à une seule. Je ne veux pas qu'il y ait au Québec des dizaines d'enfants qui auront une partie de mon ADN…

J'ai pris contact avec Procréa pour avoir des informations sur le don d'ovules. On m'a d'abord posé des questions sur les maladies présentes dans ma famille, ma santé générale, ma sexualité.

Je sais que c'est illégal de vendre des ovules. En revanche, je demande à la famille de me rembourser mes frais d'essence, mes frais de repas lors des rendez-vous (il y a plusieurs allers-retours à la clinique de procréation et il faut souvent prendre une journée de travail pour aller aux rendez-vous).

Une personne étrangère m'a contacté car elle souhaitait faire un don d'ovules et voulait quelques renseignements. Je me suis rendue compte qu'elle ne voulait que se faire de l'argent. Une autre fois, un homme étranger m'a proposé de l'épouser et de faire avec lui des bébés pour les vendre. Il y a bien des donneuses qui ne sont pas fiables (trop à mon goût)…

Calculatrice d'ovulation

Entrez la date de la première journée de vos dernières règles et la durée moyenne de votre cycle

Cette semaine

Concours Partenaires

Boutique Séduction vous aide à briser la routine!

Boutique Séduction vous offre la chance de gagner un panier-cadeau

Nos Concours

Zoo de Granby - Dernière chance!

Participez pour gagner deux laisser-passer pour le Zoo de Granby!

Commentaires

Calculatrice d'ovulation

Entrez la date de la première journée de vos dernières règles et la durée moyenne de votre cycle

Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Google+ Instagram Youtube RSS

Pourquoi une multivatimine prénatale?

9615 vues / 1 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!