Couple/Sexualité

Où est passé mon désir sexuel?

Avec l’arrivée de votre nouveau-né, vous avez vu votre vie transformée. Toutes vos habitudes ont été plus ou moins chamboulées. Qu’en est-il de votre désir sexuel?

Vous savez que certains changements sont temporaires. Vous savez aussi que d’autres seront là pour rester. Qu’en est-il du désir sexuel? Reviendra-t-il au fil de l’adaptation avec votre poupon ou est-il égaré à jamais?

Pas facile pour une nouvelle maman de s’adapter dans le tourbillon que provoque la naissance d’un enfant. Même les deuxièmes et troisièmes bébés demandent à réorganiser votre horaire. Vos nuits sont courtes et il en est de même pour votre période de repos entre les boires de votre bébé. Peu de répit pour vous et beaucoup d’abnégation de soi afin de veiller au soin de ce nouveau membre de la famille. Une fois que l’adaptation commence à s’installer, vous penserez certainement à réintégrer la sexualité dans votre vie de couple. Durant les premières semaines, la fatigue, le stress de l’adaptation et les inconforts physiques suivant l’accouchement (douleur au périnée, cicatrisation, lochies, etc.), vous feront très probablement mettre la sexualité de côté. Une fois ceci passé, vous pouvez vous inquiéter si vous avez l’impression que votre libido n’est pas de retour. Vous pouvez même redouter que votre conjoint ait envie de recommencer une sexualité active. Certaines femmes ne comprennent pas ce qu’il leur arrive. Certaines vont même jusqu’à éviter les contacts intimes par peur de susciter le désir chez leur partenaire. Il arrive de plus que des femmes en viennent à ressentir du dégoût envers la sexualité.

Quelles sont les raisons de la baisse de désir chez la femme?

Vous devinerez qu’il n’existe pas de raison unique à la baisse de désir. Il faut aussi faire la différence entre la baisse de désir commune que vivent la plupart des femmes après l’accouchement et l’émergence de troubles sexuels. Toute femme vivra une adaptation « normale » suite à l’accouchement. En effet, le retour à la normale des hormones, la guérison d’une déchirure, d’une épisiotomie ou d’une plaie de césarienne demandent une adaptation physique. Le délai pour le retour de la libido sera différent pour chaque femme. Les femmes allaitantes verront ce délai retardé davantage puisque les hormones que nécessite l’allaitement ont un impact direct sur le désir sexuel. N’oublions pas aussi que vous êtes fatiguée puisque bébé ne fait pas ses nuits. Alors des parents qui se couchent épuisés sans avoir même eu le temps de penser à se coller, ce n’est pas une situation rare. Une fois cette adaptation passée, plusieurs femmes remarquent que le désir n’est toujours pas au rendez-vous. Vous pouvez alors vous sentir coupable, inquiète, anormale, mauvaise conjointe, etc. Voici quelques pistes pour vous aider à identifier les raisons pour lesquelles votre désir peut être absent. Il est aussi possible que plusieurs de ces raisons se conjuguent.

  • Vous sentez que votre adaptation à votre nouvelle vie de mère se fait difficilement et cela vous occasionne du stress ou de l’anxiété.
  • Votre bébé est demandant et vous n’arrivez pas à prendre le dessus. Vous avez peu ou pas d’énergie.
  • Vous ressentez des douleurs physiques lors des relations sexuelles (sensation de brûlure, d’irritation, etc.).
  • Vous êtes si en symbiose avec votre bébé qu’il est difficile de laisser entrer votre conjoint dans cette bulle.
  • Vous et votre partenaire vivez des conflits.
  • Vous recevez peu d’aide de votre conjoint pour prendre soin de vous et de bébé.
  • Vous vous sentez moche. Des complexes physiques suite à votre grossesse occupent votre esprit assez pour redouter de vous montrer nue devant votre conjoint.
  • Vous allaitez et il arrive que du lait coule de vos seins durant la relation sexuelle ou vous avez l’impression de sentir le lait. Cela vous occasionne de la gêne.
  • Votre lubrification vaginale est quasi absente malgré votre excitation et cela vous occasionne de la douleur.
  • Vous avez l’impression qu’il est inadéquat pour une mère de famille d’avoir une vie sexuelle.
  • Vous avez peur de réveiller bébé ou qu’il vous entende.
  • Vous vous sentez sous pression de votre partenaire pour avoir des relations sexuelles.
  • Vous avez des relations sexuelles même si vous n’en désirez pas.
  • Vous avez l’impression que votre partenaire ne vous désire plus.
  • Vous vivez un stress important (difficulté financière, décès dans la famille, déménagement, etc.).
  • Vous vivez une dépression postnatale. Etc.

Comme vous pouvez constater, il existe plusieurs raisons à la baisse de désir. Il arrive bien souvent que plusieurs de ces facteurs soient combinés, ce qui augmente la difficulté à identifier la vraie raison de votre baisse de libido.

Que faire si je vis cette situation?

Identifier la source est une première étape, bien que cela ne soit pas toujours facile. Une fois identifiée, vous savez sur quoi vous concentrer. Il n’est pas possible de faire l’inventaire de toutes les solutions puisque chaque femme est différente et chaque situation l’est aussi. Voici tout de même quelques pistes de réflexion.

Conflits. Si votre baisse de désir est davantage reliée aux conflits de couple, vous savez que vous devrez avoir une discussion avec votre partenaire afin de régler les situations difficiles. Par exemple, lui demander plus d’aide à la maison, nommer les situations dérangeantes, etc.. La communication dans le couple demeurera toujours un atout important à votre santé sexuelle. N’hésitez pas à discuter de vos sentiments. Il pourra trouver avec vous des pistes de solutions ou simplement vous rassurer sur certains aspects que vous voyez comme catastrophiques, mais qui en réalité, ne sont pas aussi alarmants que vous le croyez.

Désirs. Avoir des relations sexuelles alors que vous n’en désirez pas ou que cela vous occasionne de la douleur, risque de vous causer davantage d’inconvénients. Il est important d’être à l’écoute de votre corps et de votre esprit pour ne pas vous augmenter votre résistance envers la sexualité. Certaines femmes ressentent une pression pour retrouver une vie sexuelle active. Cette pression vient parfois du conjoint, mais elle peut aussi venir de vous qui vous mettez des exigences bien élevées. Attendre d’être prête et d’avoir envie de moments intimes est plus profitable et vous amènera moins de chance de vous donner le dégoût de la sexualité.

Stress. Les soucis et les stress importants demandent parfois à passer en priorité sur la vie sexuelle. Il y a parfois de l’énergie à mettre ailleurs que dans la sexualité. Si vous vous sentez dans un état précaire ou en détresse psychologique, il est évident que la sexualité ne sera pas dans vos priorités. Il faut accepter que certaines situations doivent être réglées avant de vous sentir détendue et investie dans votre sexualité.

Symbiose. Les femmes en symbiose avec bébé doivent se rappeler que leur partenaire est toujours là. Cette bulle magique qui entoure une mère et son enfant peut être si opaque, que le conjoint a peu de place. Ajouter des câlins, des baisers et des mots d’amour dans votre quotidien sont des petits gestes qui peuvent faire une grande différence dans l’impression que votre conjoint a d’être rejeté. Au fil du temps, il risque de s’installer une distance entre vous, ce qui sera difficile à rattraper par la suite.

S'adapter. Une solution simple à laquelle vous avez pu oublier de penser est de favoriser les moments de rapprochement dans votre couple. La sexualité inclut la relation sexuelle avec pénétration, mais n’exclut pas les touchers, les caresses, les moments de sensualité, de complicité et de rapprochements non génitaux. Il est possible que présentement dans votre vie, cette forme de sexualité soit plus adaptée pour votre couple et cela est bien acceptable. Il se peut que ça ne ressemble pas à la définition que vous vous faites de la sexualité, mais à tout prendre, cela est mieux que de ne plus vivre aucun rapprochement avec votre conjoint. Il ne faut pas perdre la complicité que vous avez tous les deux. 

Finalement, il est parfois trop difficile ou impossible de reconnaître ce qui cause votre baisse de désir ou encore, de trouver ce que vous pouvez faire concrètement pour pallier ce problème. C’est là que les professionnels peuvent vous aider. Médecins, sexologues ou psychologues sont toutes des ressources que vous pouvez consulter afin de vous aider dans votre démarche pour régler la situation. Ces ressources sont de plus en plus utilisées alors il ne faut pas avoir honte d’avoir besoin d’un coup de pouce. Vous serez celle qui sera la plus gagnante. Demeurer isolée avec vos inquiétudes ne sera pas utile. Il y a plus de femmes que vous croyez qui vivent la même situation que vous. Vous êtes par contre la seule qui puisse faire le pas pour agir afin de recevoir l’aide adéquate pour vous aider.

Véronique Boisvert
Sexologue et psychothérapeute

Véronique Boisvert est titulaire d’un baccalauréat et d’une maîtrise en sexologie. Elle pratique en clinique privée comme sexologue clinicienne pour traiter les difficultés sexuelles, relationnelles et conjugales. Elle fait partie de l’Ordre des sexologues du Québec et a un permis délivré par l’Ordre des psychologues du Québec. Elle est l'auteure du le livre Bien vivre ma période postnatale : prévenir les difficultés et devenir une maman heureuse. Elle est copropriétaire chez Axe Santé. Vous pouvez trouver d’autres informations sur sa pratique sur son site Web.  

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Gagnez le jeu “Kiki va sortir les poubelles?”

Participez pour gagner le jeu “Kiki va sortir les poubelles?”.

Gagnez le livre Flora : un fascinant voyage au cœur du monde végétal

Participez pour gagner le livre Flora : un fascinant voyage au cœur du monde végétal.

Gagnez un trousse complète d’apprentissage de OLO Fusion!

Participez pour gagner la trousse “La Futée” de OLO Fusion.

Commentaires