Bébé

La bronchiolite et le virus respiratoire syncytial (VRS)

Souvent causée par les microbes du rhume, entre autres le virus respiratoire syncytial (VRS), la bronchiolite affecte les bronchioles, les petits conduits qui permettent à l’air de circuler dans les poumons.

La bronchiolite atteint surtout les enfants de moins d’un an et c’est l’une des maladies les plus répandues dans le groupe d’âge des 0-2 ans, surtout ceux de 3 à 6 mois. Chaque année, elle touche près de 30 % des nourrissons surtout à la saison du rhume entre la mi-octobre et le début du printemps.

Symptômes de la bronchiolite

La bronchiolite dure environ une semaine. Les symptômes les plus courants, qui ressemblent beaucoup à ceux du rhume, sont :

  • la toux;
  • l’écoulement nasal et la congestion;
  • une légère fièvre;
  • diminution d’appétit;
  • irritabilité;
  • respiration sifflante en raison des sécrétions à l’intérieur des bronches.
Transmission et prévention

Hautement contagieux, le virus se transmet par la toux et par le contact avec des sécrétions ou des objets contaminés. Par exemple, le virus respiratoire syncytial est reconnu pour survivre plusieurs heures sur des objets et sur la peau. Il est donc essentiel de se laver les mains souvent pour limiter la propagation du virus. Pour les enfants plus vieux, montrez-leur à tousser dans le creux de leur coude plutôt dans le poing. Cette méthode est recommandée dans tous les cas de toux contagieuse. Laver les objets avec lesquels bébé est en contact (jouets, suce, biberon, etc.) devient également un incontournable pour limiter la propagation de la maladie.

La bronchiolite commence habituellement par ce qui semble être un rhume, puis quelques jours plus tard, d’autres symptômes apparaissent, notamment la respiration sifflante propre à la bronchiolite. Notez que bébé peut avoir plus d’une bronchiolite chaque année.

Le respect de quelques gestes simples de prévention dans l’entourage du bébé pourrait permettre de faire reculer l’épidémie des nourrissons :

  • se laver systématiquement les mains à l’eau et au savon avant de s’occuper d’un bébé;
  • aérer la chambre tous les jours;
  • éviter d’emmener le nourrisson dans des lieux publics très fréquentés, où il pourra se trouver en contact avec des personnes enrhumées (transports en commun, centres commerciaux, hôpitaux, etc.);
  • ne pas échanger les biberons, suces et jouets que bébé porte à sa bouche;
  • éviter d’embrasser les enfants sur le visage, lorsque l’on est enrhumé ou que l’on a des symptômes grippaux;
  • si on a un rhume, porter un masque chirurgical ou « anti projection » (en vente en pharmacie) avant de s’occuper d’un bébé.

Tout comme pour le rhume, les antibiotiques ne sont pas efficaces puisqu’il s’agit d’un virus. On ne peut donc pas traiter la bronchiolite qui peut durer jusqu’à 3 semaines, mais on peut en soulager les symptômes.

  • Eau saline (de type Salinex) pour dégager le nez, particulièrement avant les repas et les dodos
  • Acétaminophène ou ibuprofène (bébé de plus de 6 mois seulement) selon la posologie recommandée pour soulager la fièvre
  • Soulever le matelas à l’aide d’un oreiller pour surélever légèrement l’enfant, mais ne pas coucher l’enfant directement sur un oreiller.
  • Humidificateur à vapeur froide
  • Donner régulièrement à boire à l’enfant
  • Veiller à ne pas trop couvrir l’enfant malade
  • Ne pas exposer l’enfant à la fumée de tabac.

Consultez rapidement un médecin si l’enfant a :

  • Moins de 3 mois et fait de la fièvre
  • De la fièvre depuis plus de 3 jours
  • Une respiration rapide
  • Détresse respiratoire
  • De la difficulté à manger
  • De la toux et des étouffements au moment du boire

Plus l’enfant est jeune – moins de 6 mois – plus il est recommandé de consulter un médecin rapidement, surtout si son état se détériore au lieu de s’améliorer. Les jeunes bébés peuvent faire de l’apnée et ont besoin d’être plus étroitement surveillés. Cette maladie est souvent bénigne, mais chez les enfants plus à risque (prématuré, déjà malade, troubles cardiaques et pulmonaires, etc.) elle peut être grave en raison des complications possibles. Le médecin pourrait par exemple prescrire un bronchodilatateur pour faciliter la respiration de l’enfant ou même recommander son hospitalisation dans les cas plus sévères chez les très jeunes bébés.

Source : Soins de nos enfants (SCP) et l’Association pulmonaire.

Image de Sonia Cosentino


Cette semaine
L’intégration graduelle à la garderie

Non, vous n’êtes pas coupable de l’avoir laissé trop tôt ou trop vite au service de garde, car l’intégration tardive et « en crescendo » n’est pas une panacée.

Changer d’école : 5 conseils pour aider votre enfant à s’adapter

Que ce changement soit causé par un récent déménagement ou encore par l’arrivée au secondaire, changer d’école peut être un bouleversement dans la vie de votre enfant. 

Les différentes positions pour accoucher

On voit souvent la femme accoucher sur le dos, les pieds dans les étriers. Mais ce n’est pas la seule position qui existe et, surtout, ce n’est peut-être pas la plus favorable!

Activités parascolaires : oui ou non?

Les bienfaits des cours parascolaires sont nombreux. Mais peut-il y avoir une limite? Un moment où on doit dire « non » à ces activités?