Vacances

Plein air multiactif au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Crédit :Gary Lawrence

Vélo, rando, kayak, hébertisme aérien, via ferrata : séjourner au Saguenay–Lac-Saint-Jean, c’est s’assurer de ne vivre aucun temps mort et… se sentir pleinement vivant. La preuve en cinq temps.

Vélo avec du cran à Saint-Félicien

Si le Club Tobo-Ski n’a rien du mont Sainte-Anne pour pratiquer la glisse, il s’avère un terrain de jeu de choix pour le vélo de montagne. Même qu’il compte parmi les premiers sites québécois à avoir aménagé un (vaste) réseau de sentiers pour vélomanes des bois.

Inauguré en 1995, l’endroit a accueilli des épreuves de la Coupe du monde, en 2007, ce qui lui a permis de faire un bond de géant dans le développement de son domaine.

Intelligemment aménagés, ses 45 sentiers totalisant 60 km sont conçus de façon à se drainer rapidement et efficacement lors des pluies, ce qui permet au réseau de bien vite revoir circuler les montagniers, une fois le beau temps revenu.

Si on peut doucement longer sur 6 km la jolie rivière de l’Ours, tâter du chemin forestier, se frotter à des crans de roche et s’éclater dans des sentiers doublement diamantés, il est aussi possible de se laisser dévaler sur le mode pépère, par endroits.

En à peine dix minutes à mouliner en montée sur une pente douce, le sentier d’initiation permet ainsi d’accéder à une agréable descente de 5 km dans une forêt bien dense et allègrement fournie en feuillus et conifères. Une fois la mise en jambes complétée, on peut ensuite s’attaquer à la Montagneuse (3 km, intermédiaire); à la boucle des Kamikazes (2 km, un diamant); voire au Champ de mines (0,3 km, extrême).

À la base de la montagne, un parcours technique bien ficelé permet enfin d’aspirer à suivre les traces de Léandre Bouchard, l’athlète olympique et champion régional qui s’est fait les dents de pignon ici. En prime, un parcours d’hébertisme aérien avec trois tyroliennes se déploie sur le domaine, histoire de s’aérer la tignasse après avoir sué sa vie en sentier.

Offert sur place : location de vélos de montagne et de fatbikes, camping rustique.

Pour en savoir plus: velostfelicien.com

À lire aussi : Horst du Kénogami à vélo, jonction entre le lac Saint-Jean et le Fjord du Saguenay

S’élever avec majesté vers Notre-Dame-du-Saguenay

L’histoire est connue : après avoir évité la noyade au pied d’une falaise du fjord du Saguenay, un voyageur de commerce de Québec, Charles-Napoléon Robitaille, a commandé l’érection d’une statue de la Vierge, tout là-haut, en droite ligne avec le lieu où il a évité le drame.

Aujourd’hui, la splendide statue de neuf mètres, inaugurée en 1881, sert notamment de prétexte à une ravissante randonnée ponctuée de points de vue enivrants sur le Saguenay et sur la baie Éternité, dans le parc national du Fjord-du-Saguenay.

Ici entre deux pins, là depuis un belvédère, là encore au pied de la Vierge, les panoramas sont tantôt grandioses, tantôt littéralement divins. Sur les rochers plats et en pente d’où s’élève la statue, on jouit même d’une extraordinaire vue à 180 degrés sur le fjord. En contrebas, il n’est pas rare de deviner quelque banc de bélugas, pour qui a l’œil aiguisé.

Le sentier de 7 km nécessite une bonne grimpette et il est un peu raide par endroits, mais il ne présente pas de difficulté particulière. On peut le parcourir aisément en 3 ou 4 heures aller-retour, en gardant à l’esprit qu’il atteint un sommet avant de redescendre vers la statue. Un chalet refuge permet enfin de se reposer ou de se mettre à l’abri près du sommet, mais on n’y trouve aucun service.

Offert sur place : centre de découverte, casse-croûte, boutique, camping, rabaska, via ferrata, 80 nouvelles unités de prêt-à-camper Étoile et chalets Écho.

Pour en savoir plus: sepaq.com/pq/sag

Embrasser la canopée sur fond de Saguenay

Le Parc Aventures Cap Jaseux, à Saint-Fulgence, est le premier centre à s’être doté d’un parcours d’arbre en arbre, au Québec. Depuis, le réseau s’est richement développé et compte désormais un parcours extrême. Celui-ci comprend une foule de modules propices à perdre pied dans les airs, mais aussi une section où on s’élance dans le vide pour s’agripper à des composantes aériennes… sans être rattaché à un câble de sûreté par des mousquetons, avec comme seule protection un filet de sécurité.

Pour s’assurer que ceux qui s’y engagent sont à la hauteur du défi, l’itinéraire aérien débute par une haute poutre mobile entourée d’un « escalier » d’échelons en spirale. « On appelle ça la sélection naturelle : si vous franchissez ça, vous pouvez continuer! » indique Rebecca Tremblay, directrice du parc.

Plus accessible, le parcours principal est séparé en quatre sections (on peut donc arrêter à la fin de chacune d’elles), et il forme un crescendo d’autant de niveaux de difficulté. Juste assez corsé pour faire palpiter jugulaires et carotides, il offre des points de vue ex-tra-or-di-naires sur le Saguenay, du haut de ses vertigineuses plateformes. Certaines d’entre elles sont joignables par deux looooongues échelles qui se font face et qui permettent de gravir les hauteurs en duo, les yeux dans les yeux, pour éviter de regarder en bas. Car en bas, c’est vraiment bas, quand on est là-haut…

Cap Jaseux est désormais relié par une navette maritime pour piétons et cyclistes (navettesdufjord.com), à partir de plusieurs escales le long du Saguenay (La Baie, Chicoutimi, L’Anse-Saint-Jean, etc.). 

Offert sur place : via ferrata, hébertisme aérien de nuit, kayak de mer, randonnée et course en sentier, baignade à la plage et voile.

Pour en savoir plus : capjaseux.com

À lire aussi : Le parc national de la Pointe-Taillon s'agrandit

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Célébrez l'arrivée du printemps avec les Imageries!

Gagnez 6 Imageries des Éditions Fleurus!

Commentaires