Consommation

Les effets de la pub sur nos enfants

Les enfants sont les consommateurs de demain et s’il est illégal de s’adresser à eux directement dans une publicité, ils ne sont pas moins affectés par les 40 000 messages télévisuels auxquels ils sont exposés chaque année.

Ils sont jeunes, rêveurs, apprennent à une vitesse vertigineuse, chantent les messages publicitaires et distinguent mal le faux du réel. Aux yeux des manufacturiers, les enfants seraient probablement les meilleurs consommateurs du monde s’ils avaient accès à de l’argent. C’est que les clichés marketing qui vendent un nouveau yogourt n’ont plus autant d’emprise sur nous, mais c’est une autre histoire pour nos enfants qui sont ébahis par les produits « fantastiques », « meilleurs » et qui « rendraient notre vie plus facile ». Est-ce que votre enfant a déjà commencé à vous parler de la pub qu’il voit à la télé et sur Internet? Est-ce qu’il vous recommande des produits « magiques » quand vous allez dans les pharmacies et les grandes surfaces? Qu’est-ce que vous êtes censée lui répondre?

Croire ce qu’on entend

Les jeunes enfants sont toujours en apprentissage. Des adultes leur apprennent à se moucher, à compter, à créer et ils ont bien peu de méfiance envers ces grandes personnes qui veulent simplement les aider. Alors quand ils entendent des adultes qui sont heureux de leur montrer un produit révolutionnaire qui fera tout le ménage et un exerciseur qui fait perdre du poids en regardant la télé, ils les croient. Ce sont des adultes qui ont l’air de maîtriser leur sujet après tout.

Ils ont aussi du mal à séparer le vrai du faux quand ils voient des enfants porter des vêtements qui pourraient les faire voler au-dessus de la ville ou que des jouets lancent des rayons laser. C’est normal puisque ce n’est pas avant l’âge de huit ans que vos enfants seront en mesure de réaliser que les publicités ne disent pas toujours la vérité. Même plus tard, ils devront souvent vous demander si un produit est bon ou mauvais tellement la publicité qu’ils ont vue est crédible à leurs yeux. 

Ce n’est pas vraiment de la naïveté. Ces messages publicitaires sont conçus pour vous convaincre vous, acheteurs aguerris. Il est bien évident qu’ils auront aussi un impact sur des petits sans expérience.

Le Canadian Toy Testing Council prévient les parents de l’effet de l’exagération sur les enfants. « Les jeunes enfants croient souvent que les jouets sont en mesure de faire beaucoup plus qu’ils ne le peuvent en réalité, et cela en raison de la façon dont ils sont présentés dans les bandes-annonces », explique Habilo Médias.
La loi sur la protection du consommateur

Afin d’éviter que les enfants ne soient trop affectés par les efforts publicitaires, certains gouvernements, dont le Gouvernement du Québec, ont interdit toute publicité aux enfants. Ici, c’est la publicité à but commercial qui est interdite sur tous les supports et dans tous les médias quand elle vise directement les enfants de moins de 13 ans.

C’est pour cette raison que vous ne voyez jamais de publicité utilisant des mots d’enfants, des dessins animés pour enfants et des ritournelles pour vendre des objets de consommation à la télévision. Même les logos et les mascottes sont considérés comme un message publicitaire et sont visés par cette loi.

Du temps perdu devant la télé

En plus d’être convaincus de choses irréelles, les enfants perdent un temps précieux à analyser les publicités écrites et télévisuelles. Une étude de l’Université de Montréal menée sur des enfants a d’ailleurs démontré l’effet néfaste de la télévision sur les enfants. On y souligne notamment qu’« Il est clair que l’exposition à la télévision se substitue au temps qu’il est possible de consacrer à d’autres activités plus enrichissantes et plus propices au développement cognitif, comportemental et moteur. » Si c’est vrai de certaines émissions sans contenu éducatif, c’est encore plus vrai pour la pub qui ne leur apprend rien et qui utilise un temps précieux qui pourrait être mis à contribution de bien d’autres façons.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Un spectacle en famille la TOHU

Courez la chance de gagner des billets pour le spectacle Le Bibliothécaire

Commentaires