Répondre au message

Vos merveilleux récits d'accouchement naturels!!

Auteur Message

fleurdemai

Inscrit le :
26 mars 2010

Posté le: 13 mai 2010 16:49:42 EDT  
Bonjour! un post existe déjà concernant les récits d'accouchements mais puisque les interventions médicales sont énormément populaires de nos jours, la plupart de ces magnifiques histoires finissent avec la péridurale,ventouse, forceps etc....Ce qui est très correct et tout a fait normal. Mais puisque je suis certaine de ne pas être la seule a vouloir lire également des histoires au naturel, qui finissent bien ou mal, hé bien libre a vous de nous confier ces moments uniques!!! En espérant du même coup a rassurer de futures mamans( dont moi ) qui veulent de tout c?ur résister aux alternatives médicales!
Notez bien que je ne veux pas créer de débat! mais bien un sujet réservé aux souvenirs de vos instants tristes ou magiques! 

revenir en haut

Calculatrice d'ovulation

Entrez la date de la première journée de vos dernières règles et la durée moyenne de votre cycle

bébé kangourou

Inscrit le :
15 mars 2010

Posté le: 13 mai 2010 22:14:30 EDT  
très bonne idée ce post, j'avais moi aussi envie de le partir depuis un moment déjà. Alors je me lance Wink Je suis alors enceinte de 36 semaines et des poussières. Un soir alors que nous sommes en train de parler dehors avec des amis, je sens un liquide chaud me couler entre les jambes Surprised Sur le coup, je pense que je suis incontinente.... J'avertis mon homme que nous devons aller à l'hôpital juste pour s'assurer que je ne perds pas mes eaux. Après tout ce n'est probablement qu'une fausse alerte je suis seulement à 37 semaines, ma soeur à accouché à 42 semaines donc...

Je ne prend aucun baggage, convaincue qu'on va revenir à la maison plus tard. Durant le trajet, j'ai des tiraillements dans le bas du ventre, mais pas de contractions à l'horizon. Nous arrivons à la salle de tri.Il est environ 10:30, L'infirmière prend une petite bandelette et... elle devient verte! J'ai bien rompue mes membranes, et alors la... j'ai une contraction qui fait vraiment mal! Outch c'est ça une contraction. Je me crispe le plus que je peux, de cette façon j'ai l'impression que ça me fait moins mal. On me transfert à ma chambre, et l'infirmière demande à mon chum d'aller remplir l'admission. Non je n'ai pas envie d'être seule, j'ai peur, j'ai froid. Au moment ou je sens que je vais paniquer, ma soeur arrive enfin. En une seconde, j'ai un regain d'énergie et de confiance. Mon homme arrive aussi. J'essaie tant bien que mal de me relaxer, de ne pas paniquer et de respirer. Je suis alors dilatée à 4 cm. Je vais prendre un bain, ouf quel soulagement, la chaleur, l'obscurité et et la présence de ma soeur et mon chum m'aide à me détendre. Jamais je n'aurais cru que ça pouvait être intense à ce point, mais je suis bien déterminée à vivre cet évenement avec mes propres ressources. Je ne veux pas être gelée, même si on me propose régulièrement la péridurale. Je veux faire ce voyage avec mon merveilleux petit garçon, je veux le mettre au monde et surtout je veux qu'il sente que je suis avec lui à chaque instant de son grand voyage vers le monde. Je sors du bain, nous marchons alors un peu dans le corridor, les contractions sont maintenant très intenses et longues, j'ai un doute sur ma capacité. Le médecin vérifie mon col, je suis maintenant à 7 cm, plus que 3 et je pourrais m'installer pour pousser. Je décide de retourner au bain, la au moins j'ai l'impression que c'est plus tolérable. J'appelle ma maman pendant les contractions, et puis je décide de vraiment me laisser aller à cette intensité, je vois mon col qui s'ouvre, mon petit trésor qui descend dans mon bassin et surtout j'arrête de combattre les contractions. Je décide plutôt des les accueillir... Je suis maintenant à 10, le médecin me dit que je peux pousser. Je pousse une fois... outch la ça fait vraiment mal. Je ne veux plus, je n'en peux plus, je décide que je veux rentrer à la maison. Un peu trop tard pour reculer hein...
Alors je pousse de toute mes forces une autre fois, et hop voici mon petit trésor tout chaud sur mon ventre qui hurle à plein poumons. C'est fou comme tu ressembles à ton papa même bébé naissant Very Happy Comme tu es merveilleux et parfait. Tu pèses 7lbs 13 onz et tu mesures 20 pouces. Tu es un bébé calme qui boit comme un champion au sein. E voila c'est une nouvelles aventure qui commence à 3 maintenant. Nous t'aimons d'un amour indescriptible. Nous l'avons fait les deux ensembles. En tout le travail à duré 7 heures très intenses. Ton papa est un peu sous le choc de ce qu'on vient d'accomplir ensemble, et il est très heureux de pouvoir te prendre dans ses bras enfin.

Voilà

Very Happy Very Happy

Depuis, deux belle cocottes ont agrandit notre belle famille. Je viendrais raconter leur naissance lorsqu'il y aura d'autres récit... 

revenir en haut

Calipso

Inscrit le :
17 juin 2008

Posté le: 13 mai 2010 22:36:45 EDT  
Bon, je vais mettre la naissance de ma deuxième fille, car mon premier accouchement n'a pas été ce qu'on qualifie de plus 'naturel'...

Attention: je suis verbomotrice, même sur clavier...c'est un LONG récit.

---------------------------------------------------------------------------

Cette journée là, vendredi 23 novembre s'annonce un jour comme les autres...Pas de signes annonciateurs, pas de contractions douloureuses, rien de rien...
C'est ma DPA, mais je n'y crois plus vraiment...Ce ne sera pas non plus pour aujourd'hui...

Le soir, je prends le bain avec Anaé, et j'ai l'impression de perdre un peu de liquide, c'est chaud...mais bon, je suis dans le bain, difficile d'être sûre.
En sortant du bain, ça commence à couler davantage mais pour le moment je reste encore sceptique...Je mets une grosse serviette hygiénique et là l'écoulement s'intensifie selon les mouvements...Peu à peu le doute fait place à une certitude...Notre rencontre avec Lola est proche, youpii!

Je téléphone à mon accompagnante et lui fait part des derniers développements. Pour elle, j'ai encore le temps de voir venir même s'il s'agit d'une perte de liquide. Je peux attendre demain matin. Je lui parle des risques d'infections et elle me dit que là ou ça risque peut-être le moins c'est bien la maison. Bref, pour le moment pas de précipitations...Mais elle me dit aussi que si les contractions n'apparaissent pas d'ici là, ils me déclencheront surement et les contractions risquent d'être plus difficiles à gérer...Hmmm, ça fait pas mon affaire ça! Intérieurement, je parle à Lola...Cocotte, là faut que tu m'aides un peu...fais moi un signe ma puce, c'est l'heure!
Une heure plus tard, les premières contractions commencent...Pas régulières et pas très douloureuses...Mon appel a-t-il été entendu? Merci ma tite Lola!
Je rappelle D. pour la tenir au courant. Elle est ravie de voir que les choses se précisent et me conseille de prendre un bain d'au moins 30 minutes pour s'assurer que les contractions sont du vrai travail.
Il est 21h, Pat et moi décidons d'aller au lit et de voir venir...A peine couchée, les contractions deviennent de plus en plus régulières...10, 8 puis 5 minutes...
Je décide de tester le bain...Les contractions continuent, régulières comme un métronome...

30 minutes plus tard, je sors du bain. Je continue à avoir des contractions, la douleur commence à s'intensifier...Je perds encore du liquide, et je décide de prendre quelques contractions assises sur le bol de toilettes.
Je ferme les yeux, je me détends entre chaque contraction. Je la laisse venir...C'est une vague..Je la sens arriver, elle monte et déferle dans tout mon corps...Je vois le visage d'Anaé...Ma Biboulette, donne moi le courage de donner la vie une seconde fois, sans aide. Je veux le faire pour toi et pour ta soeur. Je suis capable. Encourage moi, j'ai besoin de toi. Son sourire m'inonde et me calme durant la vague. Ma fille dort à côté mais elle est avec moi. Et sa petite soeur va bientôt nous rejoindre....

Vers 23 heures je décide d'appeler D. Les contractions sont régulières depuis deux heures, la douleur augmente, je sais que c'est pour cette nuit. Elle me demande de la rappeler une fois rendue à la maternité, que j'appelle en suivant pour les prévenir de mon arrivée...Nous récupérons les valises, et nous partons tranquillement. La nuit est froide, très froide, je donne naissance à chaque première neige ça a l'air!

23h30, départ pour la Maternité.

Sur la route, les contractions sont plus difficiles à gérer...les sursauts à cause des trous dans l'asphalte, les virages, tout amplifie la douleur...Ouf, Anaé reste avec moi...Lola accroche toi, ça s'en vient.

Nous arrivons à minuit. J'ai des contractions dans le stationnement, le gars de la sécurité me regarde un peu désemparé. Pourtant je dois pas être la première femme enceinte à contracter dans un stationnement d'hopital! Je contracte encore dans le sas d'entrée, une chance que Pat est là! Il me soutient, j'en ai besoin là!

Arrivés à la Maternité, on m'envoie dans une salle. Il fait tellement froid que je tremble de partout. On demande aux infirmières de monter le chauffage mais apparemment c'est un système central et elles ne peuvent rien faire. Il y a un problème et ils vont appeler un réparateur...Ouais c'est bien le moment!
On s'installe tranquillement, je sors mon CD de musique d'ambiance, je tamise la lumière...
L'infirmière m'annonce que je suis positive au strepto B donc je vais devoir recevoir un antibio par intraveineuse...Nooon, je veux pas qu'on me branche! J'ai un pincement au coeur en entendant ça mais elle me rassure, ça ne durera qu'une demi-heure ensuite on me débranche. Ouf!

Les contractions se poursuivent...Vers 1 heure la résidente et l'externe arrive et on me vérifie le col...Je suis dilatée à 4..cool, mes contractions ont été efficaces jusqu'à maintenant...Mais le plus dur reste à venir!
Patrick appelle l'accompagnante pour lui donner les dernières nouvelles. Elle se met en route.

Je demande le ballon, je m'accôte sur le lit avec des coussins et j'en passe quelques unes ainsi. Patrick me masse le bas du dos...Ça fait maaaaaal! J'ai l'impression de m'ouvrir en deux, ça appuie sur l'anus, c'est vraiment spécial, je sens bébé descendre. J'encourage Lola à venir. Nous sommes une bonne équipe, vas-y ma Lola, maman t'accompagne allez, viens me rejoindre! Ça me fait du bien de penser à elle. Je souffre, oui, mais pour une sacrée bonne cause! Julie l'infirmière passe aux 30 min pour vérifier le coeur de Lola durant les contractions. Tout va bien, le coeur bat très bien et de façon très régulière.

Je me déconnecte entre deux contractions, je fais le vide, je m'endors presque, c'est assez incroyable comme les endorphines durant l'accouchement peuvent être puissants! La musique joue bien son rôle.

L'accompagnante arrive, je la remarque à peine tellement je suis dans ma bulle. Je gémis, je parle, je chante, je fais tout ce qui me passe par la tête. Patrick s'affaire à me masser à chaque contraction...

Deux heures plus tard, j'ai envie d'uriner, l'accompagnante me suggère de prendre un bain bouillonnant pour changer le mal de place, elle va en faire la demande auprès des infirmières. Pour le moment, on m'a laissé pas mal tranquille...Je suis sur les toilettes, mon envie d'uriner bien présente mais rien ne vient...Par contre, je sens que ça pousse étrangement vers le bas...Je me relève et au moment de rejoindre Patrick...Plouffffff je perds tout le reste des eaux et immédiatement une envie de puissante de pousser m'envahit...C'est complètement incontrôlable, je ne maitrise pas mon corps...J'en fais part à la résidente qui vient d'arriver. Elle commence un peu à paniquer...On va vérifier votre col avant d'aller dans le bain alors, c'est pas le temps d'accoucher dedans!

Là elle m'examine et stupeur, je suis dilatée complètement et la tête du bébé arrive! Branle bas de combat, elle me demande de ne pas pousser tout de suite (facile à dire!) et elle part chercher le reste de l'équipe, on sort les instruments, on enlève le bas du lit, on sort les étriers...A leur vue, je commence à rouspéter, non pas la position gynécologique...Désolée madame on n'a plus le temps là...oui mais moi je veux pas accoucher comme ça...Finalement je me penche sur le côté, je n'ai plus qu'un pied dans l'étrier, l'autre c'est l'infirmière qui me tient. Une contraction s'en vient, intense, puissante, ouf, je veux pousser, je ne suis plus rien qu'une poussée, Lola et moi, ensemble, bientôt elle sera parmi nous...Ces poussées sont efficaces la tête commence à apparaitre...Entre deux contractions, je me relâche totalement, je ferme les yeux, je concentre toute mon énergie sur la poussée suivante. Les infirmières essaient de me diriger mais mon corps sait ce qu'il a à faire, mieux que personne. Je prends mon temps...Oh une autre contraction...Après moins de 15 minutes, j'entends la résidente me dire, madame venez chercher votre bébé...Hein quoi déjà???!! Sans réfléchir j'ouvre le yeux et je tire ma petite fille de moi. C'est une sensation complètement folle, je la vois et je la sens encore à l'intérieur, ce sont les dernières secondes de sa vie intra-utérine, c'est une séparation douloureuse et heureuse à la fois, je la pose sur moi, elle est là pleine de vernix et tout plein de cheveux collés, je la trouve minuscule!!!!! Je réalise à peine, tout est allé si vite! Ma petite Lola pousse son premier cri, elle est encore rattachée à moi par le cordon car j'avais demandé qu'il cesse de battre avant de le clamper. Ils ne pouvaient pas à cause des prélèvements, mais ils l'ont laissé battre le plus longtemps possible pour que Lola récupère le sang qu'il contient. J'ai appris plus tard qu'elle avait un tour de cordon autour du cou, mais rien de dramatique vu qu'il était très long. Papa coupe enfin le cordon.

3h34: C'est fini. Lola est parmi nous... J'ose à peine imaginer ce qui vient de se passer.

J'ai eu un accouchement merveilleux, au-dela de ce que j'avais imaginé. Une espèce de fierté maternelle m'envahit...J'ai fait ça toute seule comme une grande, j'avais donc raison de faire confiance à mon corps et en mes capacités à donner la vie. Je suis plus qu'heureuse à cet instant précis. Y a pas de mot assez fort.

Lola grogne un peu et commence à chercher mon sein, qu'elle trouve quelques instants plus tard et qu'elle attrape comme si elle s'était préparé durant des semaines pour cet instant!
Mon chum est encore sous le choc de la rapidité, il m'embrasse...Je sens toute son admiration pour ce que je viens d'accomplir, non...pour que que NOUS venons d'accomplir, Lola, Anaé, papa et moi.     
if it's good it's ok, but if it's bad, it's not good.
Anonyme

revenir en haut

fleurdemai

Inscrit le :
26 mars 2010

Posté le: 14 mai 2010 11:56:02 EDT  
Merci!! continuez!!
C'est tellement touchant! Les larmes sont impossibles à retenir. C'est tres généreux de votre part! J'y citerai le mien en octobre si tout va bien Very Happy  
Lilypie Second Birthday tickers

 Ticker

revenir en haut

fleurdemai

Inscrit le :
26 mars 2010

Posté le: 18 mai 2010 15:18:52 EDT  
Allez les mamans! Vos histoires sont toutes absolument magnifiques! Partagez-les ! On aime ca, c'est plein d'émotions! Very Happy  
Lilypie Second Birthday tickers

 Ticker

revenir en haut

Pleine_de_vie

Inscrit le :
23 janv. 2009

Posté le: 20 mai 2010 14:26:22 EDT  
Ahh moi aussi j'adore lire vos récits...tout spécialement ceux de naissances naturelles étant donné que ça me rejoint davantage!

Voici le mien!

Mon Petit Coeur,
Depuis que je te sais en moi, je suis remplie de tant d'amour, tant de joie. Seules les femmes ayant porté la vie peuvent comprendre de quoi je parle. Depuis le tout début, je veux le meilleur pour toi et moi, et me prépare au moment où enfin je ferai ta rencontre après un long voyage que nous aurons fait tout deux.

Cette semaine là, je ne me sentais pas comme d'habitude. Une fébrilité m'habitait. Comme lorsque l'on réalise à quel point Noël est près ou bien quand tu te souviens tout à coup que demain c'est congé pédagogique et que tu l'avais oublié!

Mercredi le 23 durant la soirée, j'ai beaucoup de « fausses » contractions, mais je commence à y être habituée. Je me dis que tu prépares ton arrivée petit à petit et que dans pas si longtemps, nous serons ensemble.

Je me réveille vers 2 heures du matin, consciente que j'ai eu plusieurs contractions légèrement douloureuses qui m'ont sorties de mon sommeil. Je décide alors d'attendre la prochaine pour voir à quel intervalle elles arrivent. 10 minutes plus tard, une nouvelle vague arrive, à peine perceptible au départ, elle s'intensifie pour me laisser une légère sensation de brûlure dans le dos, puis disparaît. Une petite voix me dit que c'est probablement d'ici quelques heures que tu feras ton arrivée. Je décide alors de me lever pour chronométrer les contractions plus sérieusement. Elles varient entre 11 et 6 minutes. Au réveil de papa, vers 4h30, je lui annonce que j'ai des contractions différentes de ce que j'ai eu auparavant et de se tenir prêt au cas où!

Je prends le reste de la nuit relax et prend même le temps d'aller écrire un petit mot à mes copines virtuelles les Mamans de Septembres ainsi qu'à mes amis de Facebook! Je termine les tâches que je voulais faire avant notre départ, prend ma douche et fais ma valise pour la maternité. Il est maintenant 8h00 et je décide d'aller faire un somme pour voir qu'elle effet ça l'aurait sur les contractions. À mon grand malheur, les trois suivantes s'espacent de plus en plus. C'est alors que je sens un craquement dans mon bassin! Je tousse pour voir si c'est bien ce que je crois, et oui, Ça y est, je perds mes eaux!

Je lâche un coup de fil à Papa pour lui dire sans paniquer de ne pas trop tarder à revenir à la maison! J'en ai encore probablement pour plusieurs heures mais vaux mieux ne pas prendre de risques! Une fois arrivé, on prépare les dernières choses, Papa va sous la douche, se rase et s'habille. De mon côté, les contractions sont de plus en plus intenses. À chacune d'elles, je dois m'appuyer contre une table, un comptoir ou bien un fauteuil pour tolérer la douleur. Me voyant dans cet état Papa trouve que j'ai l'air de bien mal gérer la douleur pour quelqu'un commençant à peine son travail!

Il est maintenant 10h30, nous quittons la maison. Durant le trajet en voiture j'ai très mal! Je me rappelle alors mes cours de yoga et que je dois être détendue pour moins souffrir et te laisser descendre en moi. Je prends donc de grandes respirations! En regardant l'heure je réalise que les contractions sont rapprochées, très rapprochées! J'ai parfois à peine quelques secondes entre chacune d'elles. Arrivés à l'hôpital, Papa me dépose pour aller se stationner. Je me dépêche à marcher jusqu'à la maternité entre deux contractions! Vite, vite j'y suis presque! Ouff, ah non, une autre contraction qui arrive! Je tente de grimacer le moins possible et me contenir! Je sors alors ma carte d'hôpital et annonce aux infirmières que je viens faire l'admission, que je vais accoucher et que j'ai perdu mes eaux! Une d'elles me demande si j'ai des contractions. Tu parles si j'en ai! Je lui dis oui d'un simple hochement de tête, la douleur est trop forte pour parler!

Une fois dans la salle d'observation, elle veut me faire un monitoring. Je suis incapable de restée allongée sur le dos et je lui complique la tâche! Je vomis deux fois tant la douleur est intense et j'ai qu'une idée en tête, celle de marcher pour me soulager des contractions! Manon, l'infirmière revient finalement et veut vérifier mon col, c'est en enlevant ma culotte et en découvrant tout plein de sang qu'elle réalise à quel point le travail doit être avancé! En vérifiant, son visage change. Elle me dit : « Ok ma belle, là tu es à 9 et je sens la tête du bébé. On va vite aller à la chambre pour te préparer à pousser! » À peine rendue dans la chambre je sens déjà une pression vers le bas. Je suis incapable de m'immobiliser et j'ai besoin de me balancer d'un pied à l'autre pendant les contractions tout chantonnant. Papa revient et me dit qu'il vient de téléphoner à ma maman pour qu'elle vienne nous rejoindre. Il me demande si je veux qu'il appelle notre accompagnante Jocelyne et l'infirmière lui dit qu'elle n'aura pas le temps d'arriver!
10 minutes plus tard, j'ai finalement réussi à mettre ma jaquette d'hôpital et je ressens une très très forte envie de pipi! Assise sur la toilette, je sens un soulagement! Comme je suis bien dans cette position! Le Dre. Lamontagne arrive et vient me voir dans la salle de bain en me disant que j'ai fais ça bien vite et me rassure en me disant que ça va bien aller, que tu es déjà tout près!

J'annonce au personnel que je n'ai pas envie d'accoucher allongée, que je serai incapable de tolérer la douleur de cette façon. Elles vont donc chercher le banc de naissance et l'installent sur le lit. J'essais de m'asseoir dessus entre deux contractions, mais étant trop fortes, je m'appuie sur le banc au plus fort d'une d'elles. Je me retrouve donc en position quatre pattes et je réalise a quel point je suis bien ainsi. Je leur demande si je peux accoucher de cette façon. Tout le monde semble mal à l'aise, car jamais auparavant une femme à accoucher de cette façon à l'hôpital, du moins, sur leur quart de travail! Dre Lamontagne accepte tout de même et me laisse aller. Personne ne me dit quand pousser, je laisse simplement mon corps te rapprocher millimètre par millimètre de moi.

Les contractions s'espacent enfin! Comme c'est bon de pouvoir me reposer quelques minutes entre deux vagues de douleur! Pour faire passer le mal quand ça devient trop intense, je me berce en faisant des ronds avec mes hanches et en chantant. Je me sens complètement submergée, je suis dans une bulle, dans un monde à part, le temps semble s'être arrêté!
À chaque poussée, je sens une chaleur qui me brûle de plus en plus et je sais que c'est toi, qui te fraye un passage à travers moi. Jocelyne qui a finalement pu arriver à temps, me fait des compresses d'eau chaude pour calmer la sensation de brûlure. Ahh que ça soulage! Quand finalement ta tête est sortie, je fais sortir le reste de ton corps tout en m'agenouillant d'un seul coup. Dre Lamontagne te fait vite passer entre mes jambes pour que je puisse enfin te rencontrer.
Il est maintenant 12h23. Tu es là allongé devant moi, me criant ton voyage, ton histoire, le long parcours que tu as fait avant de me rencontrer! Tu es si beau, tellement vivant, tellement fort! Un moment passe avant que je te prenne dans mes bras, on avait besoin de se voir avant et de faire connaissance! J'enlève rapidement ma jaquette pour te coller contre moi! Comme tu es chaud, encore tout humide! Tu sens tellement bon! Une fois dans mes bras, tu cesses doucement tes cris et te blottis contre moi. Ahh comme c'est bon! Mon coeur de Maman est déjà tellement plein d'amour!

Le temps que l'on vérifie si je vais bien, on te place en peau-à-peau avec Papa. Tu sembles si paisible! Le personnel commence à s'inquiéter, ça fait maintenant près d'une demi-heure que tu es parmi nous et le placenta n'est toujours pas sorti. On commence à parler de m'amener en salle d'opération et ça me fait peur! Finalement, ohh surprise, une contraction arrive et le fait enfin sortir! Dre Lamontagne peut alors me faire les deux petits points que j'avais besoin et tout est fini! Je me sens euphorique et ne cesse de répéter que c'est mon accouchement de rêve! Je remercie encore et encore mon Dre et les infirmières de m'avoir permis de vivre mon accouchement de cette façon! Naturellement, dans des chuchotements, dans le respect et dans la douceur. Avec toutes ces circonstances réunies, mon corps savait, il savait comment te mettre au monde sans aucune aide!
 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
30 avr. 2010

Posté le: 28 mai 2010 18:27:46 EDT  
Voici ma contribution! (c'est vraiment le fun de vous lire!) C'est un texte que j'ai écris il y a quelques années. Mon fils a aujourd'hui 8 ans!

Ma grossesse s'est bien passée...pour l'accouchement j'étais bien décidée à ne pas faire ça comme tout le monde; je ne voulais pas d'épidural ni autres calmants ou médicaments. Après tout, les femmes accouchaient bien depuis des milliers d'années de façon naturelle (ça c'est le discours du papa qui était prêt à faire preuve de courage en refusant tout anti-douleur pour sa femme dans le but évident de communier avec ces surhommes préhistoriques tellement viril qui enduraient des heures voir des jours de cris douloureux pour finalement couper le cordon maternel avec des dents de carnivore accomplis...) ! Une nuit je me lève avec quelques douleurs dorsales (mon fils me jouait déjà dans le dos!) je réalise que c'est le moment; je réveille mon homme des cavernes et là panique totale! C'est dire que des millénaires de virilité ne servent pas à grand chose lorsque l'homme moderne est confronté à ses peurs les plus profondes; les docteurs et l'hôpital (n'oublions pas les dentistes)... Je prend bien le temps de rassurer le futur papa et lui laisse le soin de donner à manger au chat (il lui en a donné pour au moins trois mois... peut-être a-t-il prévu un long voyage à notre sortie de l'hôpital?) avant de partir pendant que j'appelle info-santé pour savoir quand me rendre à l'hôpital. L'infirmier me demande de calculer les minutes entre mes contractions et me dit «madame, c'est votre premier enfant et vos contractions ne sont pas très rapprochés; prenez votre temps ça peut prendre des heures avant la naissance. Prenez un bon bain chaud et partez doucement vers l'hôpital (qui était à 45 minutes de chez nous...). Nul besoin de vous énerver ça sera très long (soit il est gai pour rester calme comme ça soit il a déjà quelques dizaines d'enfant pour rester aussi calme!). Je suis les conseils de mon infirmier pas très viril et nous partons pour l'hôpital...Il est 5h30 du matin et une fine neige tombe sur le jour naissant (beau jeu de mot hein?). Quelques minutes après notre départ, je commence à écrire l'heure de mes contractions sur une feuille...la première ligne est bien droite et ne prend qu'un tout petit espace dans le haut de la feuille...la deuxième fut plus grosse et si vous aviez vus la troisième vous auriez crus qu'un jeune enfant presque aveugle apprenait à écrire...ma dernière note prenait la moitié de la page et se lisait à peine...Et mon homme de Neandertal qui prenait bien soin de me demander à chaque contraction «ça va chérie?» (sans commentaires). À notre arrivée à l'hôpital, l'infirmière me demande à quelle fréquence sont mes contractions; comme je reprends mon souffle après la plus douloureuse elle s'impatiente...aux cinq minutes de lui répondre. C'est qu'elle a une autre future accouchée et pas encore un seul gynéco d'arriver...je l'entends dire à la réceptionniste; « trouve moi un médecin : n'importe quel spécialité mais trouve moi en un ça presse!» J'étais plus tôt rassurée... Comme je trouvais que la situation n'était pas encore assez critique, je réservais une petite surprise à mon infirmière débordée; Lorsqu'elle me fit l'examen pour savoir à combien de centimètres j'étais «dilatée»...elle me dit en devenant un peu blanche; «tu es a 10». Et moi de lui demander bêtement qu'est-ce que ça voulait dire...elle m'a répondu ceci : « Ça veut dire que tu es prête à poussée ma grande!» Quoi ?! Mais où était passés ces dizaines d'heures à marcher de long en large dans les couloirs ? Les massages de dos, l'attente interminable, les appels à la famille... (J'avais bien envie d'appeler mon infirmier flegmatique pour lui en raconter une bonne...). L'infirmière me place donc dans la chaise aux milles tortures (plus communément appelée la chaise d'accouchement) et me branche un appareil sur le ventre qui leur dit quand la prochaine contraction s'en vient...et là pour m'encouragée elle m'avertit d'avance que celle là va être grosse...pousse! pousse! pousse! Non non, pas comme ça voyons! (tu veux peut-être le faire à ma place?!!) Et là le gynéco arrive et prends mes deux jambes et me les pousse contre les fesses en disant là madame, on arrête le niaisage j'ai pas juste ça à faire; lets go, on pousse ! Je demande entre deux poussées un peu d'eau et l'infirmière me sert un NON! Catégorique qui réanime le futur papa...J'entends l'infirmière ou peut-être le médecin dire que la tête est engagée mais que les eaux ne crèvent pas. En quelques secondes, il crève les eaux avec sa broche à tricoter (à tricoter quoi ça je ne le saurai jamais.) La douleur est tellement forte que je perds la carte à ce moment là; je sens comme quelque chose de chaud et humide et dans mon souvenir, le médecin m'a «lancé» mon bébé sur mon ventre et malgré le fait que je tentais de le toucher du bout du doigt il semblait trop loin pour que je puisse l'atteindre...j'étais sûre qu'il allait tomber par terre puisque personne ne semblait le retenir...après ça je me suis retrouvée toute seule les jambes accrochées dans les étriers; j'avais l'impression d'être seule dans la chambre durant près d'une demi-heure. Ensuite, je me suis tournée à ma gauche pour constater que le nouveau papa tenait notre fils dans ses bras et qu'il le berçait doucement...! La première chose qu'il me dit alors c'est; « est-ce que ça t'a fait mal?»... (?%$ »!?! »#*&?!!!) !!! Tu blagues! J'espère! Et là il me dit «non, je veux dire quand le docteur t'a recousue» Quoi? On m'a «recousue» sans que je m'en aperçoive? Je n'avais même pas eu de calmants ou autres médicaments et je n'avais rien sentie pendant qu'on me charcutait?!! Ah la nature si ingénieuse...si je pouvais commercialiser cette drogue naturelle que produit le corps humain je ferais fortune c'est sûr!



  

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
30 avr. 2010

Posté le: 28 mai 2010 18:32:59 EDT  
Je sais que c'est un accouchement à l'hôpital et qu'ils ont crevés «les eaux»...Mais je considère quand même avoir fait ça toute seule comme une grande! 

revenir en haut

Laurie25

Inscrit le :
07 oct. 2009

Posté le: 28 mai 2010 22:37:09 EDT  
Je dois avouer que je n'ai pas lu tous vos récits encore mais je prévois le faire! J'adore les histoires d'accouchement. Razz

Le miens :

19 avril 2009
17h00 : Début des contractions aux 7 minutes, absolument indolores.
21h00 : Je me douche, les contractions se poursuivent, toujours sans douleur, maintenant aux 5 minutes. J'appelle à la maternité. On me suggère de prendre un bain.
22h00 : J'ai pris un bain, les contractions sont toujours là, tout en douceur. J'ai l'impression de toujours devoir aller faire pipi. Je perds un peu de liquide? Je rappelle à la maternité, qui me dit que dans ce cas, je dois me rendre à l'hôpital tout de suite, question de vérifier.
(Là je ne suis plus certaine des heures puisque nous sommes arrivés à l'hôpital à 00h30 après 30 minutes de route) Nous bouclons nos valises et quittons la maison, fébriles!
En chemin, je n'y crois pas. Je n'ai pas mal du tout, je ne me sens pas comme une fille qui va accoucher... Ils vont sûrement me renvoyer à la maison!
20 avril 2009
00h30 : Arrivée à l'hôpital, fraîche et dispose, après une douche et un bain Laughing , je m'installe dans l'espèce de salle d'attente avec des lits avant qu'une chambre ne me soit assignée. J'enfile ma séduisante jacquette d'hôpital et l'infirmière confirme que ma poche des eaux est fissurée et que je perds du liquide. Après m'être fait martyriser les bras (vive les veines fuyantes) et quelques ecchymoses plus tard, j'ai une chambre, la même que j'avais visitée pendant les cours prénat.
Là, plusieurs heures se passent où je me promène dans la chambre, jase avec mon chum, jase avec l'infirmière, perd du liquide (j'ai dû vider le placard de piqués!). Les contractions deviennent de plus en plus fortes mais tolérables. J'ai chaud. On ouvre la fenêtre. Dormir? Impossible. Je suis bien trop excitée. J'attend ce moment depuis des mois moi! Toujours pas de médecin et personne n'a vérifié mon col étant donné que ma poche des eaux est fissurée et que les risques d'infection sont plus grands.
9h00 : Enfin, mon médecin se pointe le bout du nez. Je suis dilatée à 8 cm et l'infirmière croyait que j'étais à 4. Doc crève mes eaux. Splouche. Difficile d'imaginer qu'il restait encore autant de liquide là-dedans après tout ce qui venait de sortir toute la nuit. Là, LÀ! ça commence à faire mal. Je marche encore, fait du ballon, me mets à chigner que je n'en peux plus, que je vais mourrir, blablabla Laughing ... Ma chère docteure m'encourage en me disant que dans deux heures j'aurai mon bébé dans mes bras. 2 HEURES!? AH NON, c'est beaucoup trop long et ça fait beaucoup trop mal. Mais on continue. Mon chum me frotte le bas du dos et m'apporte le sac magique chaud. L'infirmière m'apporte de l'eau (plein de glaçons, question que je m'étouffe entre deux contractions), mon dieu que j'ai soif.
11h00 : Je suis complètement dilatée. Bloc honteux. Je me plains que ça fait mal. C'est bientôt fini cet affaire là? Non, il reste l'autre côté ensuite! La fille est tannée d'avoir mal. Puis, c'est le moment de pousser. Ma douleur se transforme en envie de pousser. Le médecin me suggère de finir le travail debout. C'est qu'elle est en forme la mère! La tête de bébé ne se fixe pas dans le col, mon p'tit gars n'aime pas être inconfortable, il se repousse au fond avec ses jambes! Mais je fini par l'avoir. Je pousse de toutes toutes TOUTES mes forces (semble bien qu'il en reste après une nuit blanche et rien dans le ventre) et enfin, voilà la tête. Mon chum me dit : Lau! Il a beaucoup de cheveux! Je souris (oui oui!). Au moment où il est sorti, le médecin me dit : Ça y est, tu l'as! Et je lui répond : Non! Il reste un pied, je le sens! Laughing Et comme je suis debout, elle me dit, tu peux le tirer doucement dans tes bras. QUOI? Je vais l'échapper! Je n'ai plus de force... Je m'écroule dans le lit, et on met mon beau garçon tout costaud de 8 lb et 11 oz sur mon ventre et nous nous sommes regardés dans les yeux... longtemps... Inoubliable instant. AAAAAAHHHHH... J'ai déjà hâte en janvier pour le deuxième.

Very Happy

 
Laurie

Lilypie Second Birthday tickers

Lilypie First Birthday tickers

revenir en haut

fleurdemai

Inscrit le :
26 mars 2010

Posté le: 29 mai 2010 15:34:13 EDT  
Wow Pleine de vie t'as eu un personnel formidable!! J'espère avoir la chance de tomber sur une équipe aussi ouverte!!

Mais...Azaouellé? Tout a fait le contraire pour toi je remarque?! C'est quand même triste...une infirmière a un très grand choix de département. Je crois que quand les circonstances te poussent a être médiocre, tu change de branche!! Anyway j'espère que t'as tout de même aimé ta rencontre avec ton fils! Wink  
Lilypie Second Birthday tickers

 Ticker

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
30 juin 2007

Posté le: 29 mai 2010 19:03:27 EDT  
J'adore vos récits, merci!
Naissance de Mathieu Huard le 6 avril 2007

C'est après un voyage en Gaspésie en amoureux qu'un petit garçon a élu domicile dans mon bedon?.Le deuxième de la famille! Nous sommes tellement excités. Ça fait 5 ans qu'on remet ça mais là il est bien accroché et surtout bien entouré?Il a un frère formidable qui me flatte la bedaine tous les jours dans l'espoir d'un petit coup de pied ou d'une caresse. Ma grossesse va bien. J'ai un suivi sage-femme pour la première fois et je me sens prête pour le grand jour.

Cinq heures du matin le 5 avril, les contractions commencent doucement, mais je sais que c'est lui qui frappe à la porte : il est prêt à venir nous rejoindre! Wow! Je suis ravie, j'attendais ce jour avec impatience et mon amoureux aussi. J'appelle Marie-Andrée, ma sage-femme dès 7h pour lui annoncer la venue de notre enfant. Elle arrive vers 9h pour constater que je suis à 3 cm et m'assurer que vers l'heure du couché du soleil, elle reviendra. Je reste dans le confort de ma maison à faire ma bulle au salon, car c'est chez moi que j'accueillerai mon petit ange. Vers 18h, ma sage-femme revient avec sa stagiaire et vraiment, c'est plus intense? Je fais du ballon?ça marche pas? J'essaie le bain?.non plus! Alors je m'installe sur le rebord d'un petit banc et je m'appuie sur le divan pendant que mon conjoint me masse le bas du dos?Ensuite je viens à la cuisine et là la seule chose qui me soulage c'est de me suspendre au cou de mon amoureux?Je ne le ménage pas! Vers 12h, mes contractions sont difficiles et je veux absolument que mon bébé naisse? Ma sage-femme propose d'essayer assise sur la toilette, chose que je fais. Aillolle! J'ai peine à rester assise, mais je sais qu'il le faut? Je me dirige vers la chambre à couché et tout est prêt pour m'accueillir. Je demande que Marie-Andrée perce la poche des eaux encore intacte. Je veux mon bébé tout de suite! Alors elle tente de crever la poche, mais en vain?elle mentionne que c'est comme du cuire ?! Finalement je suis à 9+ et ça pousse beaucoup. J'essaie de me placer accroupie, mais non je me laisse tourner sur le côté et je pousse accompagné merveilleusement par mon chum et ma sage-femme qui m'encouragent dans le calme. Il y a seulement moi qui crie ?'Ça fait mal!!!'' à intervalle de 2 minutes. Je veux des compresses sans arrêt, et je ne me gêne pas pour en demander : ça presse! Mon bébé fait ça comme un champion, son c?ur reste beau tout au long de l'accouchement. Tout à coup ça me brûle intensément et mon garçons naît tout doucement en dormant après 34 minutes de poussées sur le côté ? Et oui, il dort?On le réveille tranquillement, il est 2h21. C'est un beau bébé aux oreille fripées couvert de vernix. On se regarde et on tombe littéralement en amour. Il tète comme un champion.

Je vais prendre un bain pendant que tout le monde range et me prépare un lit douillet ainsi qu'un goûter mérité! Ce fut un accouchement extraordinaire, sans peurs, sans pression. Une journée inoubliable.

J'ai déjà hâte au 11 juillet prochain pour rencontrer mon troisième enfant encore chez moi avec Monique ma sage-femme.

Voilà! 

revenir en haut

mariasu

Inscrit le :
03 juin 2010

Posté le: 4 juin 2010 12:18:24 EDT  
Vos histoires sont toutes touchantes! (Elles me donnent envie d'avoir un 3e enfant)
Je vous fait part de mon 2e accouchement puisque le premier a été avec épidurale.

Je suis donc a 38 semaines et 4 jours, à ma dernière visite chez le médecin, j'étais effacée a 85% et ouverte a 1cm et demi... je suis donc encouragée que je n'aurai pas besoin d'être provoquée comme a mon premier bébé. Jusqu'à présent, ma grossesse est absoluement merveilleuse (je suis une de ces femmes qui sont biens et très en forme durant sa grossesse).

Nous sommes donc le 29 août 2006, il est environ 21h et je vais me coucher puisque mon fils se lève encore 1 à 2 fois chaque nuit et qu'il se lève vers 5h30 le matin. Vers 3h30 Am, je me réveille, mon bébé me fait mal, il doit être drolement placé comme ca lui arrive parfois donc je bouge un peu, ca passe et je me rendors. 20 minutes plus tard: ben voyons bébé laisse un peu maman dormir et dors donc toi aussi ca te fera un peu de bien! Et hop, 20 minutes plus tard: ouille! mais qu'est ce que tu fais mon bébé d'amour? Je commence a me demander si ce ne sont que des inconforts ou bien si tu as décidé que l'heure était venue...

La nuit continue donc de cette façon et vers 5h mon conjoint doit: soit aller travailler, soit rester avec moi a la maison... je lui d'aller travailler (ca a été tellement long a mon premier, je ne me ferai pas avoir 2 fois) il part donc, et moi je suis au 10-12 minutes, j'ai le temps de prendre un bain pour voir ce que ca donne. au bout de 15 minutes (durant lesquelles j'ai eu 3 contractions) j'entends mon petit bonhomme qui se réveille donc j'essaie tant bien que mal de me lever et j'y parvient finalement.

Il est maintenant 6h30 Am, mon petit homme chéri est tout de bonne humeur et maman est aux anges, les contractions sont aux 8 minutes et assez fortes mais tres supportables.

7h00 j'appel ma maman qui est infirmière pour qu'elle m'aide avec mon bonhomme et mon conjoint qui est sur la route a environ 45 minutes de l'hopital... je lui dit que ca avance mais de ne pas venir tout de suite (c'est long un accouchement)

7h10 oups!!! les contractions sont aux 4 minutes tout d'un coup! Mais tout va tres bien...

7h45 ma maman arrive, elle constate que je suis plus avancée que je le croyais. C'est elle qui panique maintenant pour se rendre a l'hopital! Le temps d'habiller mon fils, de lui prendre quelque chose a grignoter et hop on part. J'appel mon conjoint en chemin et lui dit de ramener ses jolies fesses parce que nous seront bientot une famille de 4!

8h30 j'arrive à l'hopital. On m'enregistre, je met cette adorable jaquette que les infirmières nous donne et la gentille infirmière toute calme m'installe pour voir ma progression... WOW!!! je suis ouverte a 7cm et demi!!! Génial On appel le doc!

9h je suis complete mais ... Papa n'est pas arrivé encore!! Le médecin me demande si je veux attendre un peu avant de pousser question que papa ne manque pas l'arrivée de bébé. C,est un oui, de toute facon, ce n'est rien comparé a mon autre accouchement, je ris avec mon fils de 16 mois entre les contractions!!! Smile

9h10 papa arrive!! On fait sortir mon petit homme et c'est parti on pousse! Mais bébé est mal placé, il est a l'envers. Donc, doc doit le tourner avec ses mains durant les contractions... AYOYEEEEEE! Surprised Ca fait donc bien mal ca!!!

9h25 Ca y est! La tête est sortie, le médecin me dit d'attendre avant de pousser. Euh pardon? mon bébé est a moitié sortie et tu me dit d'attendre? Je réussi malgré tout a attendre un peu et là une derniere poussée, bébé est sortie! Mon amoureux me dit: c'Est une fille!!! On la garde entre mes jambes pour lui enlever des sécretions mais je veux mon bébé moi!!!! donnez moi mon bébé que je le vois comme il faut! ma fille, mon ange! Comme elle est belle!

9h40 Samuel fait la rencontre de sa petite soeur, il sera son éternel protecteur! Elle a un visage d'ange..., de Gabrielle... c'est son nom.

Voici donc mon accouchement de rêve! J'en souhaite un aussi beau a toutes les femmes!

 

revenir en haut

annasophiee

Inscrit le :
16 juin 2009

Posté le: 9 juin 2010 22:13:25 EDT  
Salut les filles! Comme c'est agréable de vous lire!

Je suis vraiment pour une naissance naturelle... je crois que chaque femme a la capacité et la force à l'intérieur d'elle-même pour mettre son enfant au monde et l'accompagner dans cette merveilleuse transition... voici donc mon récit :

Récit de la naissance d'Amélia Rose
27 février 2010

Après 24h de latence, mon travail actif s'est finalement déclancher à notre arrivé à la Maison de Naissance, samedi matin le 27 février à 6h30, Marie-Pier, ma sage-femme, nous a acceuilli et nous nous sommes tranquillement installés dans notre chambre. Nous avons défait nos valises, mis de la musique et allumé quelques chandelles. Je me sentais bien malgré les contractions douloureuses et je prenais chacune d'elle avec calme et assurance. C'était mon souhait le plus cher de vivre mon accouchement le plus naturellement possible et de vivre pleinement toutes ces sensations pour l'arrivée imminente de ma fille.

L'avant-midi s'est dérouler rapidement et mon travail progressait bien. J'ai alterné les positions, le ballon et le bain tourbillon pour bien vivre mon travail. Un rhume assez désagréable, attrapé 2 jours avant l'accouchement, a commencé à me nuire un peu après midi. Bien que mon travail avancait bien, j'ai commencé à me sentir plus fatiguée et déshydratée, Marie-Pier m'a donc proposée un soluté de glucose que j'ai accepté. Ce fût la seule intervention ?médicale' de mon accouchement. Après quelques minutes j'ai recommencé à retrouver mes énergies et j'ai ensuite pu me débarasser de mon soluté. Vers le milieu de l'après-midi, j'en ai profiter pour somnoler pendant environ 1h entre les contractions. C'est suite à cette petite sieste que j'ai finalement rompu mes eaux. Je vivais toujours bien le moment présent et je n'appréhendais pas les contractions suivantes. Mon mari a été d'un support incroyable, autant en se faisant plus discret à certains moments, autant en étant plus physiquement actif dans les moments ou j'en avais besoin.

Le reste du travail s'est déroulé assez rapidement et le réflexe de poussée s'est vite fait sentir. J'ai passé une petite partie de la poussée proprement dite sur le banc des naissance pour ensuite retourner dans le bain. Quel bonheur! La chaleur, l'apesenteur et la sensation enveloppante de l'eau ont été tellement bénéfique. Je ne m'aurais pas imaginé donné naissance à ma fille autrement que de cette façon! Les poussées ont été définitivement la partie la plus intense de mon accouchement mais en même temps tout était tellement paisible! La transition s'est faite tout en douceur et j'ai mis mon bébé au monde à 17h23. Nous sommes restées quelques minutes dans le bain à faire connaissance puis notre belle Amelia est allée se coller contre son papa le temps que je sorte à mon tour.

J'ai eu droit à une petite déchirure qui a nécessité 3 points de rapprochement mais qui n'est pas vraiment douloureuse. Les aide-natales nous ont ensuite apporté le menu du traiteur et j'ai choisi de manger une belle assiette de fruits, de noix et de fromages pendant que mon homme s'est décidé pour une bonne pizza jardinière! Nous sommes ensuite restés en famille pendant plusieurs heures pour découvrir notre petite merveille et reprendre des forces un peu.

Nous étions prêt à quitter la Maison de Naissance vers 21h00 mais finalement, sous les conseils de Marie-Pier, nous avons décider d'y passer la nuit. Les aides-natales et les sages-femmes présentes ont été merveilleuses. Nous nous sommes sentis supporté, appuyé et respecté. Nous sommes donc revenus à la maison le lendemain matin 28 février, vers 11h.

Bref, mon accouchement a été vraiment à la hauteur de mes attentes et je suis une maman comblée!
  
Lilypie Second Birthday tickers
Lilypie Pregnancy tickers

revenir en haut

Pleine_de_vie

Inscrit le :
23 janv. 2009

Posté le: 11 juin 2010 15:40:31 EDT  
Wow Annasophiee, tu as vraiment eu un accouchement de rêve!!! J'aimerais tellement qu'une maison de naissance ouvre ses portes près de chez moi d'ici ma prochaine grossesse...

C'est super de vous lire les filles, continuez, et qui sait, si la lecture de nos témoignages donne le goût à ne serait-ce qu'une maman de donner naissance de façon naturelle, ce sera génial! Very Happy  

revenir en haut

valewie

Inscrit le :
13 juin 2010

Posté le: 14 juin 2010 00:26:55 EDT  
Wow les filles! Vos récits sont tout à faits merveilleux. Ma date prévue d'accouchement est pour très bientôt, soit le 20 juin et j'ai pris la décision d'accoucher naturellement. J'y tiens dur comme fer, mais j'avoue que ça m'inquiète quand même. Ce sera un premier accouchement pour moi. Ce disant, vous lire me rassure énormément! Et j'ai trouvé ça tellement touchant, que j'ai versé plusieurs larmes, m'imaginant tenir moi aussi mon beau petit garçon dans mes bras! Oufff! Que d'émotions! J'espère vivre un accouchement aussi magique que les vôtres!

Ce post était une excellente idée! Very Happy Merci pour vos témoignages ! Smile 
Bébé Félix arrive le 20 juin Smile

revenir en haut

Chapsi

Inscrit le :
02 août 2008

Posté le: 17 juin 2010 09:58:19 EDT  
Quels beaux récits! J'adore ça.

Voici le mien, que j'ai écrit pour mon fils.

Mon petit Paul, voici l'histoire de ta naissance :

Jeudi 5 mars 2009, 8h00. Je me réveille tranquillement pendant que ton papa déjeune. En me levant du lit, je sens du liquide chaud entre mes jambes alors je file à la salle de bains. Je ne sais pas si j'ai perdu mes eaux alors je mets un protège-dessous dans mes sous-vêtements pour voir s'il s'imbibera, comme on me l'a appris dans les cours prénataux. Ça semble s'arrêter mais j'ai des petites contractions très régulières? Tu es quand même attendu depuis 2 jours déjà, je me dis que ça y est peut-être? Je déjeune et je m'assois à l'ordinateur pour lire mes courriels. Puis, en me relevant, je perds encore une fois une bonne quantité de liquide.

Je décide d'appeler Marleen, ma sage-femme. Il est 9h00. Je lui décris mes petites contractions, qui sont aux 5 minutes, mais qui se prennent bien. Elle me dit de venir à la Maison de naissances pour 11h00. J'appelle alors ta Mamadou pour ne pas être toute seule avec les contractions qui montent en intensité. Ton papa est à l'université et je veux lui laisser le temps de finir son cours. Ma maman arrive et elle range la cuisine pendant que je prends une douche. En 10 minutes dans la salle de bains, je compte au moins 3 contractions. Entre-temps, ton papa décide de revenir à la maison car il est trop fébrile.

Nous ne savons pas si c'est vraiment l'heure mais nous finalisons nos valises. Je prends le temps d'écrire à ma grande amie Amélie, qui est enceinte aussi : « Je pars pour la Maison de naissances. Je suis plutôt zen. J'ai envie que ce soit vraiment ça, j'ai hâte de rencontrer ce nouvel homme de ma vie ! ».

Les contractions me semblent très rapprochées, j'ai l'impression qu'elles sont aux 2 minutes. Elles sont plus fortes aussi. Je m'isole dans une pièce quand elles arrivent. Ton papa et ma maman se font alors silencieux. Je sens dans l'air une grande intensité mais je suis très calme. À chaque contraction, je bouge mon bassin et je me masse le bas du dos. Ça soulage beaucoup !

Nous sortons de la maison. Déjà, les contractions sont plus fortes et je dois m'immobiliser sur le balcon avant d'arriver à la voiture. En chemin, elles commencent à faire très mal ! Tous les soubresauts de la route sont pénibles et je commence à gémir à chaque contraction. En fermant les yeux, je vois la douleur partir avec le son de ma gorge, comme si le bruit l'emmenait au loin...

Nous arrivons à la Maison de naissances à 11h30. Les contractions sont très rapprochées, elles me font peur car j'ai l'impression que je n'ai pas de répit. Je n'ai pas de bouée à laquelle me raccrocher pour affronter la suivante. Je m'arrête une fois dans le stationnement, une fois sur le balcon et une autre fois à l'intérieur, en bas des escaliers qui mènent aux chambres de naissances.

Marleen et son étudiante, Karine, nous accueillent. Elles m'installent dans la belle chambre verte, celle que je voulais. La pièce est inondée de soleil. Marleen m'examine et je suis dilatée à 4 cm. Je suis un peu moins zen tout à coup. Je trouve les contractions tellement rapprochées que je me demande comment je passerai au travers des longues heures qui m'attendent. Karine me dit de te laisser descendre dans mon bassin et de me concentrer seulement sur la contraction présente. J'essaie de ne pas penser aux suivantes, mais elles sont effectivement aux 2-3 minutes. Je marche un peu dans la pièce, ton papa à mes côtés.

Karine me suggère de prendre un bain tourbillon. Ton papa s'en occupe. Ouf ! Quel soulagement ! Les gros remous me font un bien énorme. Les deux sages-femmes décident alors de nous laisser seuls et elles partent dîner. Je perds un peu la notion du temps. Ton papa est à mes côtés et me fait boire de l'eau, me fait manger des quartiers de clémentines et ajoute de l'eau chaude au bain. J'ai souvent les yeux fermés, mais je sais qu'il est là, tout près. Il me prend la main dans l'eau. Les contractions sont douloureuses, mais je gémis plus fort, pour être plus forte qu'elles encore. Ça marche ! Je les repousse avec le bruit dans ma gorge.

Marleen et Karine reviennent et m'examinent dans le bain. J'entends Marleen qui me dit : « Sarah... tu es rendue à 7 cm ! » Je suis heureuse de voir que la douleur fait son chemin, elle fait bien son travail. Très rapidement, mes gémissements se transforment en cris, je sens les contractions de plus en plus bas, vers mes fesses. Je soulève le bassin quand elles arrivent. Marleen revient m'examiner et je sens la surprise dans sa voix : « Sarah, tu es à 9 cm et il ne reste qu'une bande de col sur un des côtés de sa tête. Tu vas devoir sortir du bain maintenant. »

Cette idée m'effraie beaucoup, car dès que les remous du bain s'arrêtent, j'ai beaucoup plus mal. Je n'ai pas le choix. Ton papa, Karine et Marleen m'aident à sortir. Elles me disent de faire pipi avant d'aller sur le lit. Mais une fois assisse, j'ai une grosse contraction qui m'emporte et je m'accroche au dos de Karine, qui est forte et me soutient.

Je m'allonge sur le côté droit dans le lit, et Marleen me masse les reins pour aider mon col à bien se dilater. Ton papa est allongé près de moi et me tient les mains très fort. J'enfouis ma tête dans ses bras à chaque contraction et je gémis toujours. Marleen m'invite à commencer à pousser doucement en levant ma jambe gauche. Ouch ! ça fait mal, ça pousse de partout, je perds le contrôle et je perds le fil...

On décide alors de m'installer sur le banc de naissances, accroupie au pied du lit, ton papa qui me soutient dans le dos. Je commence alors à pousser pour vrai, mais c'est difficile de savoir comment faire. C'est nouveau pour moi et je te sens dans mes fesses ! Marleen me dit de mettre un doigt dans mon vagin pour sentir ta tête et savoir comment pousser. Ça y est ! Je te touche pour la première fois et tu n'es même pas encore né, mais bien au chaud dans mon corps ! Je pousse sur mes doigts et les sages-femmes m'encouragent, je crois que je commence à comprendre. Je pousse fort à chaque contraction, j'écrase les mains de papa et je vois les gouttes de sueur qui tombent sur mon ventre. Il m'éponge avec une débarbouillette froide et m'oblige à boire de l'eau entre les contractions. J'ai la tête lourde entre chacune d'elles, je n'ai plus beaucoup de force et pourtant, tu n'es pas sorti, je dois continuer.

On change de position, je m'installe en semi-assise dans le lit, ton papa à mes côtés et les sages-femmes qui me tiennent les pieds. On commence à voir ta tête alors la deuxième sage-femme est appelée, en prévision de ton arrivée.

Je pousse fort, je ne sais pas où je vais chercher cette énergie mais elle est bien là, elle vient de mon ventre, de mon c?ur, de ma peur et de ma douleur. Je te sens dans mon vagin tout à coup, ça commence à chauffer ! Marleen tient un miroir entre mes jambes et je vois ton crâne ! Ça fait mal par contre ! Je cris que ça chauffe. Elles mettent de l'huile et des compresses d'eau chaude. Les dernières contractions approchent, je sais que tu seras bientôt là. Je donne un grand coup et ta tête est sortie, je la vois entre mes jambes ! ! Ça brûle, je veux que ça arrête ! Avec la dernière contraction, ton corps passe et je hurle, ça fait tellement mal ! Je pense que je n'ai jamais crié comme ça. L'espace d'une seconde, je ne suis personne, je n'ai plus d'émotions, je ne pense à rien. Je suis une femelle qui te pousse à la vie et qui rugit.

Dans ce brouillard, j'entends une voix : « Viens chercher ton bébé Sarah ! ». Alors je tends les bras, je te prends et je te glisse sur mon ventre. Tu es chaud et humide. Je crois que je dis : c'est mon bébé, c'est mon bébé? Et je demande pourquoi tu ne pleures pas, je veux t'entendre ! Ce n'est qu'une question de seconde et ça y est, tu hurles pour vivre, tu fais entrer l'air dans tes petits poumons, tu vis ! Il est 15h25.

Papa pleure, moi je t'observe, encore sous le choc. On m'examine pendant ce temps. J'ai à peine déchiré, je n'ai pas besoin de points de suture. On clampe ton cordon et papa le coupe, je pense qu'il tremble un peu. Je suis calme et toi aussi. Nous nous regardons. Tu es sublime, tu as même une petite fossette au menton comme papa...
  
Mes deux petits amours: Paul, mars 2009, et Louis, juin 2010.

revenir en haut

Cerise et Marguerite

Inscrit le :
14 févr. 2008

Posté le: 17 juin 2010 23:57:12 EDT  
Wow! Très bel accouchement Chapsi! Merci de le partager avec nous! 

revenir en haut

kikie

Inscrit le :
04 nov. 2008

Posté le: 23 juin 2010 05:55:11 EDT  
Pour ce 4e bébé, nous avions décidé de demander les services d'une sage-femme. Je voulais accoucher à la maison. Voici donc le récit de mon accouchement.
Le vendredi, des contractions ont commencées. Mon mari se lève en fin d'après midi (il travaille de nuit) et je lui dit que, si ça continue ainsi, nous aurons bientôt notre petit bébé. Vers 20h00, toutes les contractions cessent. Plus rien. Je me dis que c'est assurément une fausse alerte... Je dis à mon mari de partir travailler sans crainte.
Vers 1h00 du matin, les contractions reprennent mais ce n'est rien de sérieux. Une contraction douloureuse de temps en temps. Je réussi à dormir.
À 5h00 du matin, mon fils se réveille. Je me lève et, comme si le fait de bouger déclenchait tout, le travail commence intensément. J'ai des contractions très douloureuses, aux 3 minutes environ. Je réalise que j'ai vraiment besoin d'aide, je suis incapable de m'occuper des petits dans cet état. Je téléphone à mon mari pour lui demander s'il a bientôt terminé (il travaille sur la route et a des horaires variables). Il me répond qu'il en aurait pour 30 minutes, environ avant d'arriver à la maison. Pas d'ennui, il a amplement le temps, selon moi. Mais le travail est franchement douloureux. Je réveille ma "grande" de 5 ans et demi et je lui demande de téléphoner à ma belle-mère (il était convenu que c'est elle qui s'occuperait des enfants durant l'accouchement). Vers 5h45, je téléphone à ma sage-femme. Ma belle-mère arrive, je descends dans ma chambre, j'ai seulement hâte que mon mari arrive, je ne veux oas être seule. Il arrive enfin. J'ai vraiment très mal. Ma sage-femme arrive vers 6h30. Elle m'examine. Il est déjà temps de pousser. Elle appelle la seconde sage-femme mais, à ce moment, elle m'a avoué après coup, qu'elle doutait que celle-ci puisse arriver à temps. Je commence à pousser. Bébé ne sort pas aussi vite qu'à mes autres accouchements. Je pousse à n,en plus finir. Je pleure. J'ai mal mal, mal. Au bout d'une heure, les sages-femmes m'examinent de nouveau. Elles croient d'abord que le col est sur la tête de bébé, ce qui l'empêche de passer. Cette possibilité est écarté et, finalement, elles réalisent que bébé est en position postérieure, le nez vers le haut. J'essaie plusieurs positions pour pousser, le siège, à 4 pattes, couchée sur le côté, la jambe relevée. Je suis désespérée. Je hurle à mon mari de prendre rdv pour une vasectomie. Je hurle que je veux une césarienne. Ma sage-femme, avec un sourire que je ne vois pas, me dit que mon bébé sera bientôt là. Soudain, je ressens cette douleur incroyable, doublée par cette sensation intense de brulûre et cette impression que mon corps se bris. Je me mets à 4 pattes et en 2 poussées, mon petit bébé sort. C'est mon mari qui reçois notre fille. Je la prends dans mes bras. Je m'allonge, complètement épuisée. Elle est belle, douce, calme.. On nous enveloppe dans des couvertures chaudes. Je me calme, j'arrête de trembler. Une demie heure plus tard, mes 3 enfants viennent dire un petit bonjour à leur soeur, à tour de rôle. Notre bébé est né à 9h45 du matin. Ce soir-lè, je peux souper avec toute la famille. Lea petite cocotte fait déjà partie de notre famille.  

revenir en haut

Maria23

Inscrit le :
23 janv. 2010

Posté le: 23 juin 2010 08:43:15 EDT  
Bonjour les mamans!


Je voulais vous remercier de partager vos magnifiques récits! J'en suis à ma première grossesse et j'accoucherai à l'hôpital, mais en prenant plusieurs cours/ateliers tout au long de ma grossesse (j'aurai 27 semaines des passées demain), j'ai fait le choix de tenter un accouchement sans péridural et de revendiquer mon droit d'accoucher comme je le veux, c'est-à-dire autrement que dans la position habituelle pendant des heures!!! Hihi! J'espère vraiment y parvenir. J'ai parfois la crainte de succomber à la péridurale puisque je me trouverai dans un établissement hospitalier et qu'on me la proposera certainement!

Merci encore pour vos histoires extrêmement touchantes et qui me confortent dans mon choix!

 
Create your own banner at mybannermaker.com!
Create your own banner at mybannermaker.com!
Lilypie Second Birthday tickers

revenir en haut

Takhisis

Inscrit le :
01 mai 2006

Posté le: 24 juin 2010 15:09:20 EDT  
Voici un copier/coller de mon récit d'accouchement. Ça été de loin mon accouchement le plus intense et le plus douloureux mais ça aussi été le plus merveilleux des trois! Je serais pas prête à recommencer demain matin mais d'ici 6 mois je dis pas non Wink

Vendredi à 8h00 le 26 Juin je vais à une séance d'acuponcture pour essayer de déclencher le travail. J'en suis rendue à 39,4SA et pas mal à bout. Mes 2 autres enfants avaient déjà 11 jours à ce terme de grossesse!

L'acuponcture finie, je vais chez mon ami massothérapeute qui me masse les pieds et le ventre pour essayer d'activer les choses. Je passe la journée de samedi à contracter mais rien de régulier ni de stable. Je finie par prendre de l'homéopathie conseiller par ma sage-femme pour essayer de me reposer un peu.

Le lundi en début d'après midi, j'ai un autre suivi sage-femme et elle me fait un gros stripping. Je saigne pas mal mais sans plus. Mon col par exemple était rendu dilater à 3 et effacer à 70%. C'st 2cm de plus que la semaine d'avant.

Le lundi vers 16h30 des contractions aux 10 minutes s'installent mais sauf être désagréables elles ne semblent pas jouer sur mon col. Je continue à contracter toute la journée et toute la nuit ainsi que le mardi dans la journée. Toujours environ aux 10 minutes.

Le mardi 30 Juin vers 15h00 les contractions deviennent de plus en plus douloureuse mais elles sont toujours aux 10 minutes. Je finie par aller dans la douche vers 16h30 et mes contractions tombent aux 7 minutes environ. J'avertis mon chum que ça va surement se passer cette nuit ou demain. J'avertis aussi mes beaux-parents de ne pas s'éloigner.

Plus le temps passe et plus mes contractions sont douloureuse mais toujours environ aux 7 minutes. Mon chum arrive vers 19h30 à la maison et il mange en vitesse et on va porter les enfants chez mes beaux-parents pour ensuite se diriger vers la maison de naissance ou ma sage-femme m'attend. Je lui avais dit qu'on serait là vers 21h15 environ.

À chaque contraction je crie à mon chum de ne pas rouler dans les trous ni dans les bosses. Il trouve ça très drôle et se moque un peu de moi. On croise aussi de la grosse construction ou on reste pris et je crie des bêtises aux travailleurs qui font leur travail mais qui m'empêche de me rendre à la maison de naissance.

Finalement on arrive à la maison de naissance il est 21h50 et ma sage-femme vient nous voir dans le stationnement plutôt inquiète de notre retard. Elle m'installe dans ma chambre (la chambre chêne, une belle chambre peinture beige en 2 tons avec un bain podium et des décoration d'un beau rouge framboise. Elle vérifie mon col, je suis dilater èa 5-6 et effacer encore à 70% mais avec un col très postérieur.

Je commence à avoir faim et ma sage-femme va me faire cuire de la soupe pendant que je relaxe dans le bain et souffle mes contractions. Elles sont environ aux 4 minutes mais se tolère encore assez bien.

Je me rend compte qu'on a oublier la caméra et mon chum téléphone à sa soeur pour qu'elle vienne nous en porter un. C'est quand même à plus de 30 minutes de voiture. Elle vient nous porter sa caméra et repart aussitôt.

Je mange un bol de soupe dans le bain et ensuite ma sage-femme décide de me ré-examiner. Ça fait 2 heures que je suis arriver (il est environ minuit) et je suis toujours dilater à 5-6cm et effacer à 70% mais mon col s'est centrer un peu plus et le bébé a descendu. Mes contractions commencent à être de plus en plus dans le dos et ma sage-femme n'aime pas ça. Elle essaie de sentir les fontanelles et elles ne les touche pas. Elle croit que mon bébé est en postérieur.

Elle m'envoie faire du 4 pattes sur le lit pour un gros 15 minutes et juste avant de me relever, je fissure une première membranes.

Mes contractions tombent aux 2 minutes environ et j'ai très peu de répit entre chaque. Elle veux que j'aille marcher pour faire descendre le bébé. Je souffle de mon mieux en geignant un peu et mes yeux coulent tout seul. Après environ 30 minutes de marche je vais manger un autre bol de soupe dans la cuisine ou mes 2 sages-femmes relaxe tranquille. Mes contractions sont de plus en plus dans le dos et j'ai de plus en plus de mal à relaxer.

Elles vérifie mon col à nouveau et il est maintenant rendu à 7cm, toujours à 70% mais de plus en plus centrer et le bébé a encore descendu un peu. Elle est maintenant convaincue qu'il est en postérieur.

Elle me donne de l'homéopathie pour l'aider à bien se positionner. Je vais au toilette et je me rend compte que j'y suis confortable et je décide de rester assise dessus un peu. Mon chum se place devant moi, assis sur le ballon et il me sert de tablette pour m'appuyer. Elle me fait me placer de travers pour aider mais je finis par balancer le banc de naissance sur lequel ma jambe est appuyer. Ça me fait trop mal. Elle me demande de faire du ballon pour essayer. Je n'aime vraiment pas ça. Je ne tolère pas les contractions assise.

Je m'étend dans le lit un peu et je geint de plus en plus à chaque contractions. Elles s'espacent aux 5-6 minutes environ et ça me permet de souffler. Il est environ 2h30 du matin. Mon chum me masse le dos et il me met un sac magique pour me soulager pendant les contractions.

Je vomit un peu mais sans plus. Ma sage-femme veux que je retourne debout un peu car mes contractions sont plus efficace. Mon col ne dilate plus du tout mais le bébé descend lentement et elle a peur qu'il coince en postérieur.

Debout mes contractions reviennent à toutes les 2 minutes environ et j'ai à peine entre 30-60 secondes pour souffler entre chaque. Je me met à trembler comme une feuille et je pleure toutes les larmes de mon corps. J'ai presque atteint mes limites et je ne sais pas comment je vais faire pour continuer. Je réussie à rester debout environ 15 minutes et elle me fait me mettre à genoux accoter sur le bord du lit pour basculer mon bassin et aider le bébé à se placer.

Vers 3h30 du matin elle vérifier mon col et toujours rien n'a bouger. Le bébé s'est mieux placer mais il n'a toujours pas la tête fléchie correctement. Elle me dit de tenter quelques contractions encore et qu'on peut tenter de rupturer mes membranes après. Elle a peur que ça coince le bébé dans la mauvaise position mais elle m'avoue que je ne peux plus continuer comme ça très longtemps avec mon utérus cicatriciel. Mon travail doit avancer le plus régulièrement possible et ça n'est pas le cas du tout pour l'instant.

Je retourne dans le bain qui est maintenant froid et je relaxe. J'avais tellement chaud que ça soulage énormément!

En sortant du bain, environ 15 minutes après elle vérifie mon col, bébé est encore descendu, le col s'est aminci et est maintenant presque centrer mais je suis toujours à 7cm. Elle écoute le coeur du bébé, rupture mes membranes et ré-écoute le coeur du bébé. Il va super bien. Ma pression aussi est belle quoi que un peu basse mais ça s'explique par l'heure de la journée. Maman elle commence à trouver ça de plus en plus ingérable et je me met à crier à chaque contractions.

Je me couche sur le lit un peu pour essayer de souffler un peu et je crie de plus en plus. Mon chum est un ange et il me masse et me colle à chaque contractions.

La sage-femme revient vers 4h00 du matin et même si le bébé est maintenant bien placé et descendu très bas, mon col est toujours à 7cm. Elle me dit d'aller dans un bain à remous chaud pour une dizaine de minutes et si après le bain rien n'a bouger, je vais devoir aller à l'hôpital. J'en suis soulager. Je veux quelque chose pour la douleur, je crie de plus en plus, je suis épuiser et j'ai l'impression que je ne vais pas y arriver.

Vers 4h20 je vais dans le bain et j'y reste environ 10 minutes. J'ai 3 énormes contractions ou je hurle tellement que ma voix casse. Ma sage-femme essaie de me rassurer, me dit de me calmer, de relaxer et que ça va bientôt être fini, qu'on va probablement aller à l'hôpital ou je vais pouvoir recevoir quelque chose pour la douleur.

Je sors après 3 contractions et j'en ai une avant même de me rendre au lit qui est à environ 3 pas. Je m'écrase à genoux par terre et je subit plus que je n'accompagne le mal. Je suis un peu plus zen, je sais que je m'en vais à l'hôpital et que je vais enfin être soulager.

Elle vérifier mon col, je suis rendue à 9.5+, effacer à presque 100% et mon col est bien centrer et bébé très très bas. Elle me dit pas le temps pour l'hôpital, je vais commencer à pousser d'un minute à l'autre.

Une contraction après ou j'ai l'impression de fendre en 2 je me met à crier que ça pousse très fort et je me met à grogner en même temps. Je suis coucher sur le coté gauche et mon chum lève ma jambe dans les airs. Je ne suis pas confortable, j'ai une crampe. J'essaie de rouler sur le dos mais ça fait trop mal.

Ma sage-femme me suggère le 4 pattes mais elle me dit de ne pas trop pousser, de laisser mon bébé faire son chemin pour ne pas déchirer.

La contraction d'ensuite je pousse en grognant de tout mon coeur, ça fait tellement du bien même si en même temps ça fait mal! Elle m'encourage. La 2ième contractions elle me dit de pousser et tout d'un coup elle me dit de souffler pour arrêter de pousser pour ne pas déchirer. Je lui crie que je ne peux pas, je pousse 2 dernier coups et mon bébé est sur le lit, face à moi et il pleurer de son petit pleur qui ressemble à un miaulement. Moi j'expulse tout ce qui restait dans mon utérus sauf le placenta et je vais un méchant dégât sur le lit. Elle couvre le tout avec des piqués. Le bébé est sorti à 4h57 du matin.

Ma sage-femme me dit de me coucher sur le coté pour pouvoir clamper le cordon. Elle me fait une injection d'ocytocine dans la cuisse pour prévenir une éventuelle hémorragie (j'en ai fait une petite à mon premier accouchement sinon j'aurais attendue que le cordon cesse de battre). Je met le bébé au sein et il l'attrape tout de suite comme un champion. Je me met à trembler comme une feuille, je suis littéralement geler et je n'arrive même plus à parler tellement je tremble.

Ma sage-femme m'encourage à pousser encore un peu pendant une contraction pour faire sortir le placenta. Je suis épuiser et je chiale pour la forme même si ça fait un peu mal. Le placenta sort et elle m'habrille chaudement pour que je puisse me réchauffer. Je me met à somnoler. Mon chum prend le bébé avec lui en peau à peau et moi je suis dans les vapes. Les endorphines ont embarquer un peu trop tard à mon gout.

La 2ième sage-femme et l'aide natale arrive. Trop tard. De ma sortie du bain à l'expulsion du placenta il s'est passer moins de 20 minutes. On a pas eu le temps de prendre des photos de l'accouchement (c'est le travail de l'aide natale) et la deuxième sage-femme est arriver tout le travail était déjà fait.

J'ai quelques petites déchirure très minime sur les petites lèvres et elle me demande si je veux des points ou si je préfère laisser le tout guérir quitte à ce que ce soit un peu plus long. Je décide de prendre les points.

L'aide natale m'apporte un énorme plateau de fruits, fromages et noix avec un yogourt, des biscuits maison et un grand verre de jus d'orange.

M sage-femme vient avec la 2ième sage-femme et prépare le matériel pour les points. L'aide natale change mon lit en me roulant d'un coté et de l'autre. Ça fait du bien d'être dans un lit propre!

Les 2 sages-femmes restent pour mes points, 3 minuscules petits points que je ne sens même pas lorsque je vais au toilette.

Je mange le plateau qu'on m'a apporter et j'essaie d'aller au toilette. Je n'y arrive pas. Ma sage-femme m'avise que je ne peux pas quitter tant que je ne vais pas faire pipi normalement.

Elle apporte ensuite son matériel et fait l'examen du bébé. Mon fils, bébé Arthur, pèse 3,860 kilos (8.8lbs) alors qu'on m'annonçait un petit bébé et mesure 52cm. Il ressemble comme 2 gouttes d'eau à son frère et à sa soeur mais avec les cheveux noirs au lieu de blond. Il n'a pas de sourcil donc on pense bien qu'il va être blond lui aussi. Après les soins de routines, elle luit met la crème dans les yeux et fait l'injection de vitamine K et je le remet au sein. Je l'allaite quelques minutes et il s'endort comme une masse.

Je dors environ 45 minutes et une envie de pipi me réveille. Je vais au toilette et tout va bien cette fois ci. Je me rend ensuite à la cuisine ou on me fait cuire de belles grosse crêpes. Je me sens un peu faible et j'ai trop faim pour dormir. Je mange 2 crêpes avec un verre de jus et je retourne me coucher.

Je dors environ 2 heures jusqu'à ce que le bébé se réveille pour boire, je l'allaite et je vais aviser l'aide natale qu'on s'apprête à quitter. Elle nous apporte les papiers que je dois remplir à la maison, elle vient prendre une empreinte de pied au bébé, me donne un petit bonnet et j'achète un chandail qui dit ''né en douceur avec une sage-femme''.

Je vais me peser ensuite et j'ai déjà perdue 15lbs (6.8kilos). J'ai du mal à rester debout longtemps et je me sens un peu faible encore.

On serre nos choses, on attache le bébé et on quitte ensuite la maison de naissance. Il est midi 30.

Arthur tête comme un champion et il dort beaucoup. On l'entend à peine. Je le trouve minuscule même si c'est mon plus gros bébé! Demain matin ma sage-femme vient à la maison pour examiner maman et le bébé. Moi je vais être bien tranquille dans mes choses.  
Sophie L, monitrice LLL
 BabyFruit Ticker
Lilypie Kids Birthday tickersLilypie Kids Birthday tickers
Lilypie Kids Birthday tickersLilypie Breastfeeding tickers

revenir en haut

ushaia

Inscrit le :
31 déc. 1969

Posté le: 24 juin 2010 18:03:39 EDT  
Je vous suis ...
Ma DPA le 25 avril 2010
J'ai accoucher le 17 avril 2010 d'un merveilleux petit garçon nommé YOEN

A 21h00 petite soirée tranquille avec mon homme, la fatigue commence a pointer le bout de son nez donc je me rend dans ma SDB pour me changer et j'entend un craquement et la c'est même pas un écoulement c'est une inondation ...
faut dire que j' avais pas mal de liquide aussi !!!

Je prend le temps quand même de nettoyer le carnage que j'ai fais dans la SDB et je mets une serviette histoire de protéger ma culotte ... résultat mes chaussettes étaient toute mouillées !!!

22h00 départ maternité qui est quand même a 30 min, cela semble une éternité.
Arrivée sans encombres a la maternité (urgence), la gentille dame a l'accueil, me demande pour quelle raison je viens, en sachant que je laissais une trace d'eau derrière moi !!

Une sage femme m'accueille, l'équipe est d'une gentillesse, rien a redire.
Elle me demande de me mettre sur la table pour m'ausculter, a peine allonger elle me demande de passer en salle d'accouchement, et me dis que mon liquide est teinter (bien teinter) il ne faut pas perdre de temps, donc installation sur la table d'accouchement, je ne sens pas de contractions la sage femme me fait un toucher et je suis dilater a 3cm mais bébé très haut donc elle décide de déclencher les contractions mais me demande avant si je veux une péri.

23H bienvenue cette petite péri même si il n'y a pas de contractions, l'anesthésiste arrive et me fait la péri sans aucune douleur mais avec un peu de difficultés, je suis bien cambrée mais rien de bien méchant.

Ensuite une perfu parce que je suis anémiée (manque de fer depuis toute petite) et le fameux produit pour déclencher les contractions.
Pour l'instant tout baigne.
Les contractions commences doucement et on me demande de mettre une note pour la douleur (de 1 à 10) jusque la je dirais 2.
Mais les vrais contractions arrivent et la pas de bol la péri n'a marché que sur mes jambes aller comprendre pourquoi.
J'ai ressenti toute les contractions, je n'ai pas du tout réussi a la gérer la douleur.

1H les contractions sont de plus en plus forte et de plus en plus rapprochées toute les 3min, j'appelle la sage femme, je ne supporte pas la douleur .
Elle regarde mon col toujours a 3 cm !!!! Petit rire nerveux quand même quand elle me dit que mes contractions ne sont pas assez forte et pas assez rapprochées !!!
Du fait que la péri soit dans mes jambes je ne peu plus du tout les bouger donc a chaque fois que je veux me tourner il faut que j'appelle la sage femme.
Je suis « bloc-moteur » je ne peux même pas bouger le petit orteil.

3H La sage femme revient, me demande comment je gère les contractions.
Hélas toujours aussi douloureuse et de plus en plus rapprochées 2 min environ et mon col a 4cm.
Elle augmente la dose produit pour accélérer le travail.
Je n'en peux plus je souffre, heureusement mon homme est la pour me soutenir.
Je suis complètement naze, je veux dormir !!!

5H Changement de sage femme, avec elle c'était que du bonheur !!! Elle m'a redonné le peps !!
Mon col toujours a 4 cm, et là le chef arrive et me dit que dans une heure si la col ne bouge pas, ils me feront une césarienne. Je veux que tout ça se finisse je veux mon fils sur moi je suis tellement naze que mes yeux se ferment tout seul, mais a chaque contactions je suis réveillée.

6H Mon col est dilaté a 6cm voir 7.
Youpi ça commence a bouger, mais j'ai toujours aussi mal et en plus de ça la sage femme augmente la produit déclencheur.

8H La sage femme revient vérifier mon col il a 8cm, je commence voir le bout mes douleurs sont de plus en plus présente mais je veux les surpasser parce que je veux vraiment arriver au bout!!!
Il me font une piqûre pour calmer un peu la douleur, merci parce que j'ai pu dormir une heure et demi environ!

9H30 réveille avec un grand soleil que du bonheur je ne sens plus rien ni les contractions ni mes jambes,
Je commence un peu a baliser, parce que je me dis que mes jambe aurais dû être plus sensible depuis le temps que je pompe plus pour la péri !!
La sage femme arrive, elle voit que je suis un peu angoissée voir paniquer.
Le,monito n'ai guerre mieux, le c?ur du bébé commence a s'essouffler et le bébé aussi d'ailleurs.

Elle vérifie le col 10 cm, mais bébé ne descend pas!!!
Alors la ça va pas du tout je suis prête a fondre en larme, mais elle me dit qu'il faut que j'essaye de pousser .
Elle appelle le chef de secteur qui viens aider.

9H40 Je commence a pousser mais je ne sens rien toujours pas mes pieds et les contractions non plus alors j'ai les yeux sur le monito pour pousser a chaque monter chiffre !!!
Un espèce de frisson froid passe dans mes jambe et j'arrive a les rebouger un peu donc plus facile pour pousser.
Bébé ne veut toujours pas descendre donc le chef appuis sur mon ventre pour forcer le passage et je sens comme un petit qqc qui sort, et la sage femme me dit «  arrêtez de pousser ».
Heureusement j'en peu plus j'avais l'impression de pousser pour rien, ça me démontais le moral.

9H59 Mon petit ange est sortit, non sans mal!
Il est là, sur mon ventre peau a peau , il est magnifique, mon fils !!!!
Je regarde le papa, qui a les larmes aux yeux tellement fier de voir son fils!!
La sage femme prend mon petit gars pour les exams de routine. Résultats 3kg530 pour 51.7 cm.
Ensuite on donne Yoen a son papa pour s'occuper de ma déchirure, 12 points de suture plus un malaise en prime.

13H Installation dans ma chambre avec mon fils, j'ai passé la journée a le regarder sans détourner mon regard j'en revenais pas , j'avais réussis a mettre au monde une telle merveille!!!!


















 

revenir en haut

Se connecter pour répondre