Répondre au message

vécu émotionnel et psychologique de l'avortement

Auteur Message

dauphins20

Inscrit le :
29 sept. 2008

Posté le: 17 septembre 2009 00:22:07 EDT  
puce24: je te dirais que la vie revient à la normale.. mais maudit que c'est long... j'ai passé par là il y a 3 ans... et je te dirais que j'y pense très souvent quand même... je *vit* mieux avec ça mais je te dirais que j'étais dans une sorte de *dépression* durant au moins 6 mois à 1 an... juste voir un test de grossesse à la tv, je pleurais. Je n'ai pas été capable d'allé dans les magasins durant 2 mois... je ne pouvais supporté de voir des mamans enceintes... j'ai même coupé des liens d'amitiés avec une amie qui a accouché la même date que j'étais censé accouché... oui c'est moi qui a fait le choix finale... mais franchement, si je n'aurais pas été enceinte avec les hormones, la fatigue, les nausées vomissements... je ne suis pas certaine qe j'aurais eu le même choix...
Pour le goût de faire l'amour, premièrement c'est au moins 14 jours post-IVG avant d'avoir toute relation, ensuite, laisse toi du temps...
Ton amie qui t'a dit ça ne comprends pas que tu as un deuil à faire... si tu veux en parlé, fais moi signe... je pense qu'il n'y a que quelqu'un qui a passé par là qui peut en aidé un autre
Pour la photo de l'écho, je te dirais de suivre ton coeur sans te torturé.  

revenir en haut

melany19

Inscrit le :
17 sept. 2009

Posté le: 17 septembre 2009 10:38:39 EDT  
besoin de vous
Je m'appelle Melanie je suis eleve infirmiere en 3eme annee et je prepare mon memoire sur " le deuil des IVG" pour cela j'aurai besoin de vos temoignages. Je recherche des jeunes femmes ayant subi 1 ivg medicamenteux ou chirurgical quiauraient eu des difficultés à faire le deuil de cet enfant mais qui aujourd'hui auraient réussi à "tourner la page" et a recommencer une nouvelle vie.
Si vous etes dans ce cas ou connaissez quelqu'un qui le soit merci de lui demander de me contacter , ces temoignages seront purement anonymes et auront pour but d'aider des jeunes femmes en difficultes ainsi que de faire progrsser le soutien lors des intervention.

Merci d'avance
email: [email protected]
 

revenir en haut

puce24

Inscrit le :
15 sept. 2009

Posté le: 18 septembre 2009 06:53:28 EDT  
merci de me reponde , mais aujourdhui ca fais une semaine et je me sent comme une montagne russe jai peur de retomber enceinte malgrer que je prends evra ca me traumatise ben gros justement les magasins jy vas pu ou si g vraiment besoin dy aller pis je dy vraiment besoin ben jvas le matin tres tres tot quand ya personne pour pas tomber sur des bb naisant ou des femmes enceinte pcq en plus je mendure pas moi meme chu malade lorsque je mange g des étourdissements et jme cherche une jobe dans cette situation la mettons que c pas tres facile et je pense souvent au bout ou lintervention etais terminer et jai sentie le sang couler c lenfer ca je pense bcp aussi mes parents et mes beaux parents ne sont pas au courant ya quelques amies mais bon eux me dise t forte ta deja passer pleins de grosses epreuves depuis des années ca c pas dramatique mais ben non c sur c LENFER .jai peur davioir mal en ayant des relations ou de retomber enceinte sur evra !!!!
entk si tu as des trucs donnes les moi stppppp 

revenir en haut

nuage56

Inscrit le :
08 déc. 2009

Posté le: 8 décembre 2009 18:49:48 EST  
expérience difficile
La lecture de vos messages m'a fait beaucoup de bien.
Je suis tombée enceinte à l'age de 18 ans d'un homme plutôt mauvais garçon et violent. Au départ je voulais garder l'enfant et quitter le père.
Ma famille n'était pas au courant de cette relation, mais m'a poussé à avorter pour d'autres raisons. On m'a parlé d'étude à faire, de vie qui s'ouvrait, de carrière à lancer...
Ne me sentant pas soutenue, et face à ce homme que je ne voulais pas pour père de mon enfant, j'ai avorté. Et je l'ai de suite regrettée. J'ai pleuré une nuit entière avant de prendre ma décision, et puis plus rien. J'ai quitté le père en même temps.
Pour répondre aux femmes qui viennent de se faire avorter, je leur dirait simplement qu'il faut être indulgent avec son corps et son âme et ne pas prendre à la légère le "retour" à la normale. Il faut être patient et indulgent avec soi, car personne ne le fera pour vous.
Cela fait dix ans maintenant. Je me suis rendue compte l'an dernier seulement, alors que je suis mariée avec un homme qui me respecte et qui est formidable, que j'avais une angoisse de tomber enceinte. Alors même que je le voulais...
Mais j'avais tellement occulté ce passage de ma vie, en minimisant l'impact, que je me suis niée.
Mais le plus difficile est le regard de l'autre, de la société et de sa famille... Du reproche indirect à la négation totale de cet "incident", les petites phrases fusent, et atteignent leur cible.
Alors je pense que l'on a le droit de culpabiliser et d'être en colère, même si ces sentiments ne sont pas rationnels. De même que l'on a le droit d'être apathique, en deuil, triste, ou simplement déphasée.
La société, la famille, les copines, ne reconnaissent pas cela et c'est dommage...
Je vais voir un psy depuis un an, et je commence à peine à mettre les mots sur cette expérience. J'aurais du commencer plus tôt... car je commence à peine à faire mon deuil.
Bon courage à toutes, 

revenir en haut

calibra

Inscrit le :
11 janv. 2010

Posté le: 7 janvier 2010 15:55:18 EST  
Moment tragique
Bonjour à toutes,

Je viens de venir sur ce forum et ça fait du bien de savoir que d'autre femmes ont vécues cette épreuve
Pour ma part cela fait 15 ans que j'aime mon mari, j'ai une fille de 7 ans et un fils de 5 et c'est au mois de mai que l'on décide d'avoir ce petit dernier
Tout se passe bien, je tombe enceinte au bout de 1 mois d'eesai c'est la joie
Puis tout bascule à la fin du 1 er mois, les nausée arrive et je tombe dans une spirale infernale donc hospitalisation pour vomissement gravidique 1 semaine puis le médecin me dis que je suis "un cas désespèrer" car malgrès le traiement donné je vomis toujours autant puis viens la deuxieme hospitalisation qui survien 3 jours après et rebelotte traitement toujours sans effet et 10 kg de moins en 3 semaines
Avec mon mari nous avons décider qu'il vallais mmieux mettre fin à notre réve car ma santé était en danger
jJ'ai énormément pleurer car je souhaitais avoir ce bébé, je suis très en colére contre moi car j'ai pas su le garder et faire en sorte de ne pas vomir
Je me sen proche de ton histoire Puce24 car j'ai avorter le 11 septembre 2009
Au moment de l'ivg, je me suis retrouvé au bloc dans une ambiance très froide je me suis senti perdue abandonnée et très seule

Je pense avoir fais le bon choix par amour pour ma famille mes enfants
Mais cela reste très difficile à assumer pour moi
Maintenat je ne souhaite qu'une chose c'est d'avoir un autre bébéMerci à ce forum d'exister 

revenir en haut

puce24

Inscrit le :
15 sept. 2009

Posté le: 26 janvier 2010 22:10:06 EST  
bonjour calibra je viens de voir ton message jtrouve ca horrible ton histoire moi jen veut encore un peu a mon chum meme si c moi qui avait la decision final jai de la peine pis jvoi mon grand garcon qui me demande quand il vas avoir un soeur ou un frere et mon chum qui en veut pu .... le pire jy en veut pas a cause de lavortement jy en veut de mavoir fais croire que lorsque notre situation serait mieux ont en aurais un autre pis la depuis quelque temps il me dit quil en en asser ca me tue g le coeur dechirer cette date jvais tjrs men rappeler !!!! 

revenir en haut

Femme du monde

Inscrit le :
08 mars 2010

Posté le: 8 mars 2010 17:26:11 EST  
bonjour ton histoire m'a touche: A chacun son fardo
Bonjour les filles,

Personnellement c'est trop dure de réveiller cette blessure qui est en moi depuis plus de presque 9 ans maintenant.
Mon histoire est assez glauque c'est lors d'un séjour linguistique dans le cadre d'un programme erras-mus en 2001 j'avais donc 25 ans étant sure que vu ma petite expérience de la vis le pire était derrière moi. Moi aussi je pensais que l'avortement et le meurtre était similaire que la pire chose qui pouvais m'arrive c'était ça et le viole.
Et bien la vie ne m'a pas épargnée cette horrible expérience.

Arrivée donc en Allemagne dans une petite ville perdu du nord terrasse tout d'abord par la solitude et le froid j'ai fait la connaissance de la personne qui allait être mon conjoint et ensuite mon bourreau, il était mi-ange mi-démons. Tout d'abord plus qu'adorable et des que je suis tombée sous le charme 3 mois plus tard je tombe enceinte de culture arabe il était inconcevable pour moi d'avorter; mais réussit a me convaincre que c'est la seule solution qui s'offre a moi.
je le supplie de venir demander ma main a mes parents afin de garder le bébé mais rien a faire... suite a l'avortement physique je deviens une loque humaine mais il est la pour me soutenir et me remonter le moral...jusqu'au jour ou son frère nous rend visite et la je découvre son cote jaloux maladif, mais naïve je relève à peine. je décide quand même d'avancer mon retour en France d'une semaine...

A distance il l'appel presque tout les jours il ne me laisse pas un moment douter de son amour. Début septembre il me supplie de retourner en Allemagne car sans moi il n'est rien...
Bête et amoureuse j'y retourne a l'aveuglette il fait tout pour regagner ma confiance et février je retombe enceinte malgré la pilule étant complètement dérègle j'ai eu mes règles normalement le moi précèdent donc je n'ai rien vu venir quand je vais voir le gynécologue elle m'annonce que je suis enceinte de 5 semaines et pour lui le calcule est vite fait cette semaine là j'étais chez mes parent donc ce n'est pas lui le père...
Le choc pour moi d'apprendre que je suis a nouveau enceinte et la gifle supplémentaire mon conjoint qui clame haut et fort qu'il n'est pas le père et donc hors de question de le garder...
pour le faire taire je lui propose un test de paternité qu'il refuse bien évidement... Il est de 10 ans mon ainé et refuse catégoriquement tout compromis pour garder le bébé et me laisse qu'une seule solution l'avortement...
Désespérée, je suis contrainte de m'y résoudre....
Ayant lâcher ma chambre universitaire à sa demande et vivant sous le même toit il refuse de me laisser allez voir la psychologue du planning familiale qui l'avait envoyer balader lors de notre dernière visite post-IVG...
Pour ce faire la nuit précèdent le rendez vous il m'accable d'injure de tout les nom sal...et j'en passe je refuse alors de dormir dans la même chambre et la il continue de plus belle j'en suis arrive a me boucher les oreilles pour ne plus l'entendre et il est venue me tenir les mains pour m'empêcher de fermer mes oreilles et il m'a insulte jusqu'à 5heure du matin. Ce qui bien sure m'a fait rater le RDV que j'avais à 8h du matin...

Pour éviter toute tentative de fuite le jour il redevenait adorable en s'excusant et jurant que ça ne ce reproduirait plus. Il m'avait même fait croire que les auberges de jeunesses fermait à 10h alors qu'elle fermait à minuit en Allemagne heure à laquelle il tombait le masque et devenait exécrable pour un oui ou un non....
Et rebelote des excuses survient avec le petit déjeune....

Il était jaloux de tous ses amis et la moindre incartade comme donner mon CV devant lui a un de ses amis qui m'a dit pouvoir me trouver du travail...
et pour clore le dossier son meilleur ami viens dormir chez nous avec sa femme et leur bébé de quelque moi..il désire m'envoyer au lit a 22h et quand je refuse prétextant ne pas voir fini mon repas et prenant plaisir à discute avec des personne qui parle Allemand et qui son très sympa.
Mr pique une colère monstre devant ses amis pour finir je lui dis que je dormirais dans le salon et la il vient me voir en me disant que j'aie le choix entre sa chambre et dehors...
et là pousser a bout je choisie dehors...

Pendant que j'enfile mon jean par dessus mon pyjama il me donne un coup a la jambe tout en continuant de m'insulter m'accusant de vouloir coucher avec son ami...Ce dernier débarque dans le salon avec sa copine et essaie de le calmer ils n'ont compris car la scène se passais en français et le couple est allemand. Je leur explique rapidement qu'il viens de me mettre a la porte sous prétexte que je voulais dormir dans le salon pour coucher avec son meilleur ami...
Le couple hallucine autant que moi pour finir quand je veux sortir je découvre que la prote est verrouiller a clef. je lui demande de m'ouvrir il refuse et la je pique une colère monstre et je frappe comme une malade sur la porte de sortie...

Il a fallut que ses amis interviennes pour m'ouvrir la porte et dans le couloir d'entrer il m'a regarder dans les yeux pour me dire que j'étais qu'une chienne et qu'il ne savait pas ce qui le retenait pour me tuer.
Ce à quoi je répons que la seule chienne qui existe c'est sa mère pour l'avoir enfanter...
et là il tente de m'étrangler devant ses amis qui nous sépare rapidement et je le mes un bon coup au passage...

Ensuite je part en cavalant dans les escalier avec la copine de son pote qui m'emmène dans une auberge de jeunesse ...
avant cela elle tente de me consoler devant l'immeuble quand je l'aperçoit à nos trousses... on cavale vers la voiture à 3 porte et là elle me fait glisse a l'arrière et fait office de barrière entre moi et lui...
Et là il dit vouloir juste présenter des excuses....
et la fille lui dit que j'ai besoin de paix et de tranquillité et que je ne suis pas en état d'entendre ses excuses...
arrive a l'auberge j'étais tellement bouleverser que j'étais incapable de comprendre le veilleur de nuit en allemand j'ai donc laisser mon portefeuille la fille qui c'est occupe de régler....

je la quitte a minuit car l'auberge ferme ses portes et je m'endort aussi tôt emporter par la fatigue et l'émotion. je règle mon réveille a 6h00 du matin sachant que j'ai un RDV de contrôle suite à mon IVG. je reçois un SMS qui réveille tout le monde dans la chambre à 3h00 du matin pour me dire "EXCUSE MOI" ...

Cette nuit là je réalise que si je reste en Allemagne je resterais sous son emprise et que ma seule chance de survie c'était de rentrer en France...
Chose que je fais dans la quinzaine qui suis après m'être pris une voiture...

Tout ce cauchemar est remis a la surfasse par ma grossesse actuelle... Marie enceinte de 9mois j'accouche fin du mois et surtout par le fait que moi mari viens d'apprendre la nouvelle grasse à mon charment anesthésiste qui insiste lourdement sur les IVG alors que je lui dit que ce dois être une erreur...

Mon mari est bouleversé du faite que je ne lui en avais jamais parlé je ne le connaissais pas encore à cette période de ma vie..
Après le harcèlement que j'ai subi durant les 3 mois suivant mon retour en France dont je vous épargne les détailles..
Même ma famille a été au courant j'ai déforme la vérité en disant que j'étais tombé sur un malade qui racontait n'importe quoi pour que je l'épouse...
Seule ma meilleurs amis est au courant de toute l'histoire du début à la fin...
Comment lui raconter ça sachant qu'il me boude des fois pour un rien pendant 4 jours alors je ne pouvais qu'appréhender ...
Âpres le choc de la nouvelle on est rentrer à la maison au lieu de faire nos course comme prévu et la il est dans le salon et moi dans la chambre j'ose même pas aller le regarder en face.
Dans l'après midi je suis allez lui présenter mes excuses en pleur mais il a fait mine de dormir et de ne rien entendre et la il est 23h il est pas venu une seule fois voir ce que je devenais...

Et je ne voulais pas mettre mon couple en péril en racontant une histoire aussi atroce...
c'est tout
 

revenir en haut

LILLY12

Inscrit le :
31 déc. 1969

Posté le: 1 décembre 2010 06:31:18 EST  
bonjour,

je ne sais pas si cette discussion est toujours active car je suis nouvelle....

Je suis maman d une petite fille de 4 ans et j ai avorté le 24 03 2010.

c etait une decision que je pensais reflechie mais finalement je sais que j ai fait le mauvais choix,le pire choix de ma vie...

j ai le sentiment d avoir avorté sans me rendre compte de ce que je fesais,j avais l impression d etre un robot....

En fait j ai quelques soucis de troubles alimentaires et quand je suis tombee enceinte je n avais plus de regles depuis 2 ans...et j ai completement paniqué...

Mais depuis je deprime,je suis malheureuse et triste.
Je suis actuellement en arret de travail et suis une psychothérapie pour essayer de m'en sortir...
Mais à ce jour,je vais toujours aussi mal. j ai l impression qu une partie de moi est morte,tous les souvenirs reviennent et je n arrive pas à m expliquer ma décision d avorter.

j essaie actuellement de retomber enceinte car une chose est sure à ce jour,c 'est que je souhaite un 2eme bébé plus que tout.

si quelqu un me lit et vit une situation similaire? 

revenir en haut

SophieM1Psy

Inscrit le :
03 mars 2013

Posté le: 3 février 2013 18:59:19 EST  
Étudiante en Psychologie, étude sur l'IVG

Bonjour à toutes,
Etudiante en première année de Master en Psychologie, je fais mon mémoire de recherche sur l'IVG et je suis actuellement à la recherche de femmes de plus de 18 ans ayant avorté dans les 24 derniers mois pour répondre à mon étude.
Cela ne vous prendre qu'une vingtaine de minutes et est indispensable à mon travail de recherche et pourra apporter des solutions aux problèmes que les femmes peuvent rencontrer suite à une interruption volontaire de grossesse.
Merci de votre participation, je vous serai très reconnaissante du temps que vous

https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?for mkey=dG5uUDM4dnVEQWZKOTNwRWwxSlNHUnc6MQ#gid=0
 

revenir en haut

celia82

Inscrit le :
28 janv. 2014

Posté le: 28 janvier 2014 14:51:13 EST  
Choix avortement par médicament?
Bonjour
Je me pose des questions sur les techniques d'avortement...Je sais que dans certains pays on peut avorter avec un médicament, à la maison....Je crois que j'aurais préférer ça à l'aspiration...Pas vous? pourquoi est-ce qu'on peut pas choisir cette méthode au québec? Douce-naissance,e st-ce que tu crois que ça serait un choix plus "facile"? 

revenir en haut

uotak

Inscrit le :
14 déc. 2011

Posté le: 30 janvier 2014 13:54:39 EST  
L'avortement médicamenteux est possible au Québec, du moins à certains endroits. Cela dit, cette technique n'est pas aussi efficace que l'avortement chirurgical, et pour qu'elle soit possible, la grossesse doit être très peu avancée (entre 7 et 9 semaines, je crois). 
Lilypie Third Birthday tickers

Lilypie Pregnancy tickers

revenir en haut

Bil

Inscrit le :
10 oct. 2014

Posté le: 9 octobre 2014 21:05:47 EDT  
Le deuil du 3e
Bonjour,

Voici mon histoire: Il y a 10 ans j'ai rencontré mon homme, quelques mois à peine après notre rencontre, je suis tombée enceinte, malgré mes 21 ans, nos quelques mois de vie de couple et mes études à temps plein, nous avons décidé de garder notre bébé. Mon garçon c'est avéré être un bébé très difficile, boit aux heures, coliques, ne dort pas, fait des crises et évolue trop vite pour son âge selon mon médecin donc aucun répit de plus, nous étions loin de nos familles respectives ( c'était un bb tdah, nous le savions pas encore). Malgré un début de vie de famille plutôt difficile, mon conjoint et moi décidons de faire un 2e bébé après 2 ans et demi. Mon second garçon est donc arrivé, bébé quasi parfait, il a soudé la famille et nous réconcilié avec la parentalité.
Nous coulions des jours heureux et l'année dernière, je suis retombée enceinte, un accident. Nous avons une vie précaire, nous sommes deux pigistes et après une dizaine de changements d'idées entre on le garde, on le garde pas: on a finalement décidé de ne pas le garder en misant sur notre dynamique à 4 et non à 5.
Le 18 juillet 2013, je me suis fait avortée, j'ai été soulagée sur le coup, mais encore aujourd'hui, je me demande si nous avons bien fait?
Le deuil de ce 3e enfant est très difficile... Aujourd'hui à 31 ans, je suis toujours avec mon homme et je porte un stérilet.
Mais il m'arrive souvent d'être nostalgique en pensant à ma petite fille (forte impression), je ne sais pas si un jour cette douleur viscérale me quittera, je ne saurai jamais si nous avons fait le bon choix. Nous avons tenter de prendre la meilleure décision avec ce que étions à ce moment là.
 

revenir en haut

Evelongpre

Inscrit le :
08 févr. 2015

Posté le: 8 février 2015 21:20:35 EST  
Bonjour!
Ceci est mon premier message a vie sur un forum! Je suis completement désemparée. J'ai 34 ans et desirait un enfant depuis quelques annees. J'ai rencontre mon amoureux il y a 1 a1/2 et il a une petit fille de 5 ans. Lorsque j'ai fait retirer mon sterilet, je sui tout de suite tombée enceinthe. Ce fut un choc et mon conjoint a pris 2-3 semaines pour s'en rejouir. Depuis on vit des hauts et des bas et l'idee de l'avortement me hante tout le temps. Mon chum n'est pas tres attentionne et sa fille nous empeche bcp de dormir ces temps-ci. Je ne pense pas que notre couple est assez fort pour passer a travers et je pense que l'avortement serait une solution qui ferait du bien a lui et sa fille. Pour moi, seulement d'y penser, je pleure. J'ai deja avorter dans le passé pour les bonnes raisons et je ne regrette pas cette decision. Par contre, je me sens coupable d'imposer un enfant a une famille qui en veut pas, car la mere de mon chum s'en mele maintenant. J'ai peur aussi que l'enfant soit malheureux car il n'est pas desire a 100%. Je n'ai aucune idee de la solution a prendre et j'ai peur d'etre triste pour le reste de ma vie si j'avorte. Merci a toutes pour votre ecoute. 

revenir en haut

sgiard

Inscrit le :
22 avr. 2017

Posté le: 22 avril 2017 16:03:31 EDT  
Bonjour, je suis étudiante moi aussi
Bonjour,

Je réponds à votre témoignage car je suis moi aussi étudiante mais en sexologie clinique et je fais mon tfe sur l'impact de l'IVG sur la sexualité et dans le couple. Je recherche des témoignages de femmes ayant eu des problèmes dans leur sexualité.
En lisant votre témoignage, j'aimerai pouvoir vous interviewer. Est-il possible de prendre contact Avec vous? Je vous remercie d'avance.

Sophie Giard
Lilie a écrit
Bonjour Douce naissance,

Je vais essayé de t'aider le plus possible et en même temps, ca me fait du bien d'en parler, je suis encore très émotive à ce sujet quand j'y repense. J'ai vécu 2 avortements, un j'avais 18 ans l'autre à 20 ans, j'ai maintenant 27 ans. J'ai un magnifique petit garçon de 18 mois et j'en porte un autre depuis 20 semaines. Je n'ai jamais regretté le choix que j'ai fait à 2 reprises, j'aimais beaucoup les papas les 2 fois mais je savais que je ne voulais pas qu'ils soient les pères de mes enfants. Je n'étais pas assez mature psychologiquement ni financièrement. J'ai toujours voulu avoir des enfants mais j'ai toujours su que je voulais donner le meilleur de moi à mes enfants, j'en suis maintenant capable et c'est ce qui fait que je vis bien avec ma décision. Les gens à qui j'en ai parlé sont
très rares, même maintenant, mes amis ne savent pas pour la plupart ce que j'ai vécu, je n'ai pas vraiment le gout de m'exprimer a ce sujet à n'importe qui parce que les gens comprennent mal je pense. J'en ai parlé beaucoup avec mon conjoint actuel parce que lors du dernier avortement, même si il n'était pas le père c'est lui qui m'a accompagné lors de l'avortement, il a vu l'effet que ca a eu dans ma vie. À la suite du dernier avortement, je pleurais souvent sans raison apparente, j'ai fait une vaginite chronique pendant au moins 2 ans! j'avais beaucoup de douleur lors des relations sexuelles, j'ai eu des problèmes avec l'équilibre de mes hormones, j'avais des cycles menstruelles de 40 à 60 jours! J'avais un malaise dans mon corps au niveau des organes reproducteurs, c'est difficile de dire que c'est seulement la faute de l'avortement mais je suis convaincu que ca laisse des traces.
Mon désire d'avoir des enfants a été très fort à partir de ce jour, je me retenais jusqu'a ce que mon conjoint et moi nous nous sentions vraiment prêt. J'ai réussis a tombé enceinte très facilement. J'avais beaucoup travaillé sur moi, physiquement et psychologiquement j'avais un cycle plus régulier et les vagites se controlait bien. Je pense d'avantage à mon avortement depuis que j'ai mon garçon, je sais maintenant le bonheur qu'un enfant apporte. C'est certain que pendant la grossesse j'y pense plus, c'est plus concret... j'ai du mal a l'expliquer, je vis ma peine et j'en parle avec mon conjoint, je me dis que tout arrive pour une raison et que j'aimais ses bébés même si je n'ai pas voulu les mettres au monde. Je donne mon 100% avec mes enfants et j'apprécie mon garçon à 200% parce que je l'ai tellement souhaité! Mon accouchement a très bien été, entièrement naturel, 7 heures de travail dont 4 de poussé!! J'avais une certaine crainte à le laissé sortir peut-être des mémoires corporelles... J'ai bien gèré la douleur et je pense que le travail que j'ai fait par rapport aux avortements a été bénifique pour mon accouchement parce que je suis aller voir profondément en dedans de moi et pendant le travail je n'avais pas peur d'y retourner.
Je pense que c'est assez long! J'espere t'avoir été utile, comme je n'en parle pas souvent ca me fait du bien.
Si tu as d'autres questions n'hésite pas. 
 

revenir en haut

SwannDel

Inscrit le :
10 mars 2018

Posté le: 10 mars 2018 04:29:33 EST  
Bonjour à toutes,

étudiante en master 1 de psychologie à Toulouse, dans le cadre de mon mémoire je travaille sur l'avortement. Je cherche des femmes catholiques de plus de 18 ans ayant eu recours à une I.V.G., pour répondre à un questionnaire entièrement anonyme. Cela dure une quinzaine de minutes et vous pouvez arrêter à tout moment. Ce questionnaire ne vient en aucun cas juger le bien fondé du recours à l'I.V.G. Si ça vous intéresse, le lien est juste en dessous. Merci d'avance pour votre participation et bonne journée !

PS: Vous pouvez partager le lien à des amies, des collègues, des voisines, ... !

https://toulousepsychology.eu.qualtrics.com/jfe/form/SV_5AN2MrVzFNQ6OK9 

revenir en haut

Se connecter pour répondre

Calculatrice d'ovulation

Entrez la date de la première journée de vos dernières règles et la durée moyenne de votre cycle

Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Google+ Instagram Youtube RSS

La grossesse et l'alcool en questions

2794 vues / 0 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!