Les signatures forum sont temporairement désactivées.
Se connecter pour répondre

Questions aux enseignantes...

Auteur Message

Calipso

Inscrit le :
17 juin 2008

Posté le: 30 mars 2010 16:22:02 EDT  
J'essaie de démêler un peu l'info avant de me lancer...
Voilà, je pense peut-être à m'inscrire dans les commissions scolaires de mon coin pour faire de la suppléance/remplacement (y a -t-il une différence d'ailleurs?)
Je n'ai pas de 'permis' d'enseigner, j'ai une maitrise en communication, mais je ne sais pas si ce genre de diplôme est pris en compte pour faire de la suppléance. Est-ce que je pourrais faire du remplacement au primaire avec ça? Enseigner le français?
Comment ça fonctionne exactement? On nous appelle quand il y a besoin? J'imagine que c'est toujours plus ou moins dernière minute?
Faut-il une formation en pédagogie? Nous donne-t-on une mini formation avant de nous laisser aller?
J'entends plein de sons de cloche différent là dessus, alors je fais appel à celles qui connaissent le système...

Merci d'avance pour votre aide!!  

revenir en haut

ASMO

Inscrit le :
19 août 2008

Posté le: 30 mars 2010 16:32:08 EDT  
Une raison bien simple explique les différents sons de cloche que tu entends: ça dépend beaucoup d'une commission scolaire à une autre. Tu aurais probablement de meilleures réponses si tu précisais la commission qui t'intéresse. 

revenir en haut

katja

Inscrit le :
06 sept. 2008

Posté le: 30 mars 2010 18:48:50 EDT  
Calipso, je crois que tu aurais plus de chance auprès des cégeps. Dans les commissions scolaires, la priorité est en effet donnée à ceux qui détiennent leur brevet d'enseignement, et ce brevet n'est émis qu'à ceux qui ont un bacc en enseignement.

Il y a 3 ans, j'avais essayé et j'avais été prise dans un tourbillon bureaucratique: l'école ne t'appelle que si tu es sur la liste de la commission scolaire; la commission scolaire exige que tu aies un brevet d'enseignement (ou permis temporaire) émis par le ministère de l'Éducation; le MELS ne te donne un permis temporaire que si une école lui donne une confirmation écrite qu'elle est prête à t'embaucher... Mais l'école ne t'embauche que si tu es sur la liste de la commission scolaire, qui exige le brevet!!! Retour à la case départ!
Ça c'était à Montréal, ailleurs c'est peut-être différent. Je connais quelques personnes qui font de la suppléance, mais je me demande vraiment comment elles y sont parvenues...

Quelqu'un m'avait déjà dit aussi que c'était beaucoup plus facile dans les écoles privées, tu pourrais t'essayer.

Mais vraiment, je crois qu'avec une maîtrise en communication, tu as de bonnes chances pour obtenir une charge de cours dans un cégep.

Bonne chance! 

revenir en haut

MarieCharlo

Inscrit le :
14 mars 2008

Posté le: 30 mars 2010 19:13:27 EDT  
À Québec, c'est possible... mais difficile. Premièrement, tu n'entreras jamais sur la liste de rappel sans brevet (qui s'obtient avec un bac en enseignement). Ce qui veut dire que tu peux te faire appeler, mais que tu n'obtiendras jamais de priorité d'appel, peu importe le nombre d'années que tu travailleras.
Par ailleurs, enseigner (au secondaire en plus...) n'est pas un métier facile. Même quand on a notre bac, il semble parfois nous manquer un gros quelque chose : que ce soit dans la gestion de classe ou parfois même dans la façon d'enseigner une partie de matière. Ce n'est pas parce que tu sais écrire ton français, par exemple, que tu sais enseigner la grammaire... Une fille qui m'a remplacée pendant mon premier retrait préventif (pendant les 2 derniers mois de l'année scolaire, en français) a rushé sur un temps rare : elle sortait de littérature à l'université... elle ne savait rien ou presque de la nouvelle grammaire, ne connaissait rien de notre façon d'évaluer les élèves, ne connaissait pas la réforme, n'avait absolument aucune notion de gestion de classe... elle s'est pété la fiole... Wink Et les élèves n'ont rien gagné à l'avoir comme suppléante. Tout ça pour dire qu'enseigner n'est pas juste une question "d'avoir des connaissances" dans un domaine précis, aussi faut-il savoir les transmettre et gérer un groupe (ce qui ne s'apprend pas toujours au bac, j'en conviens...). Donc, dans plusieurs écoles de ma commission scolaire, à ma connaissance, les suppléants sans bac ne sont pas les mieux perçus. Je sais par contre que c'est différent au privé.
Pour ce qui est de la suppléance à court terme, c'est plus une job de "surveillante" puisque c'est ben rare que tu as à enseigner en tant que suppléante occasionnelle. 

revenir en haut

MarieCharlo

Inscrit le :
14 mars 2008

Posté le: 30 mars 2010 19:17:16 EDT  
(s'cuse, ça bug...)
Ça demande donc, à mon avis, une formation moins "poussée"... mais beaucoup de drive et d'assurance... et de patience. Mais les profs semblent moins réticents à avoir une suppléante sans bac en ens. pour un seul cours que pour quelques semaines, voire quelques mois... 

revenir en haut

sonia31

Inscrit le :
10 févr. 2010

Posté le: 30 mars 2010 21:00:48 EDT  
Bonjour,

Je suis une enseignante du primaire à la commission scolaire Rivière-Du-Nord ( St-Jérôme et les environs) . Tu peux faire de la suppléance au primaire et au secondaire en autant que tu possèdes 30 crédits universitaire. Tu arrives au bon moment car nous sommes constamment à la recherche de suppléants. C'est un bon salaire!!!!


Sonia 31 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
16 août 2007

Posté le: 31 mars 2010 12:46:20 EDT  
À la Commission scolaire où je travaillais aussi, la suppléance était accessible à toute personne qui détient un bacc ou un minimum je crois de 30 crédits en enseignement ou en adaptation scolaire. Au moment d'aller porter mes papiers et faire la petite scéance sur la paye, il y avait même à côté de moi des personnes qui avaient fait seulement un certificat (aucun lien avec l'enseignement) et qui s'étaient retrouvées avec des remplacements moyens termes je dirais (un moi ou deux) au secondaire. Ça semble donc très variable.

Pour ma part, j'ai accpeté un contrat comme TES à temps plein, donc je n'ai pas eu le temps de vraiment essayer la suppléance et ses aléas de gestions! Et aucune formation pour personne. On appelle le matin ou d'avance aussi si la personne responsable des remplacements est informée qu'il y a une demande de suppléance, on te demande de te présenter à l'école, tu reçois des clés et les papiers laissés par les enseignants pour savoir quoi faire avec les élèves et avoir ta liste de présence. Peut-être que ça diffère d'un endroit à l'autre par contre.

De plus, pour avoir côtoyé plusieurs suppléants comme Tes, je te dirais que plusieurs qui ont des formations bien différentes de l'enseignement font des suppléances à la période. Là c'est plus du domaine de la gestion de classe, car souvent, l'enseignant n'avait pas prévu son absence ou encore le travail à faire est plutôt simple. S'ils sont apprécié des directions, ils peuvent se faire offrir des remplacements, car à ce que j'ai vu, ce n'est pas toujours selon la convention, surout s'il n'y a personne sur les listes!

Effectivement, je sais que ce n'est pas partout pareil. Rien ne t'empêche par contre de commencer la suppléance et faire quelques cours comme étudiante libre en éducation si c'est quelque chose qui t'intéresse à plus long terme. Ce n'est pas impossible de réussir, mais je pense qu'il faut quand même se préparer à différentes éventualités, comme par exemple le fait d'avoir à assumer une classe pendant 4 heures dans une même journée sans avoir de matériel...  

revenir en haut

Calipso

Inscrit le :
17 juin 2008

Posté le: 31 mars 2010 17:23:49 EDT  
Merci les filles, ça me rassure un peu...

Sonia, je vais regarder ça de près!

 

revenir en haut

Se connecter pour répondre