Les signatures forum sont temporairement désactivées.
Se connecter pour répondre

Les championNEs

Auteur Message

katja

Inscrit le :
06 sept. 2008

Posté le: 14 février 2010 10:44:24 EST  
Bonjour,

En cette saison olympique, je me demandais ce que vous pensez des disciplines sportives d'élite. Aimeriez-vous que votre enfant pratique un sport dans l'espoir de devenir un champion?

C'est certain que je serais vraiment fière que ma fille excelle dans une discipline. Mais les champions sont vraiment une minorité, plusieurs doivent vivre une déception après avoir investi tant d'efforts sans jamais monter sur le podium.

Alors, pour vos enfants, êtes-vous plus sport d'élite ou sport récréatif?
Croyez-vous que les efforts et les sacrifices faits pour se rendre (ou non) aux Olympiques sont bénéfiques ou néfastes, ou les deux?

Bien sûr, l'important c'est de participer. Mais quand on pratique un sport de compétition et qu'on consacre toute son adolescence à s'entraîner, est-ce que le désir de gagner ne l'emporte pas sur la participation? 

revenir en haut

Gala

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 16 février 2010 14:33:40 EST  
Wink  

revenir en haut

Calipso

Inscrit le :
17 juin 2008

Posté le: 16 février 2010 13:17:29 EST  
Gala a écrit

Le but de la vie n'est t-il pas de s'améliorer ?

Mais pour cela, ne faut t-il pas connaître la déception ?


Et je n'ai jamais prétendu le contraire...mais on n'a pas forcément besoin de médailles ou de récompenses en bout de ligne pour vivre ces sentiments, parce que dans le cas de la vie, notre seule récompense est de mourir à la fin Smile 

revenir en haut

Gala

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 16 février 2010 12:58:27 EST  
Calipso à écrit : Tu parles de 'récompense méritée', Ok, soit. Mais qui décide qu'elle est 'méritée' ou non?

Des personnes avec parfois des bons, et parfois des mauvais jugements, selon des bons, et parfois des mauvais critères.

Je le dis souvent, le parent est le principal agent de développement de son enfant . Il doit exposer ces réalités à son enfant et le laisser choisir. Il lui faudra peut-être tirer sa révérence lorsque ces limites seront atteintes et accepter ces limites. L'important est de faire de son mieux.

Le but de la vie n'est t-il pas de s'améliorer ?

Mais pour cela, ne faut t-il pas connaître la déception ?



 

revenir en haut

Calipso

Inscrit le :
17 juin 2008

Posté le: 16 février 2010 12:54:35 EST  
yes tout à fait, et j'approuve. Smile 

revenir en haut

Gala

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 16 février 2010 12:50:15 EST  
Oui mais je trouve que nous mettons un peu trop rapidement de l'avant le mots "excès" et "mauvais pour la santé" lorsqu'il s'agit d'athlète de haut niveau.

Haut niveau ne rime pas nécessairement avec séquelles, traumatisme, excès et démesure ! Beaucoup d'athlète en sortent grandi et avec une santé bien au delà de la moyenne des gens ! Des grand sportifs centenaire, il y en n'a ! Il ont souvent une vieillesse en santé et beaucoup d'histoires à raconter...D'autres pour X raisons n'en garderont pas un bon souvenir et des blessures à vie, mais la vie est faite de risques.

Ce que je déplore un peu, c'est que beaucoup de parents abandonnent vite devant les protestations de leurs enfants et ne les soutiennent pas comme ils le devraient sous de faux prétextes. L'effort n'est pas quelque chose de très valorisé dans notre société de facilité et de confort et les enfant finissent par croire à tord qu'ils n'ont pas besoin de travailler pour avoir droit à la fameuse carotte...

Bref, en gros, je pense que tu comprend ce que je veux dire...



Wink  

revenir en haut

Calipso

Inscrit le :
17 juin 2008

Posté le: 16 février 2010 12:22:42 EST  
Gala a écrit

Il faut bien me comprendre, l'excès en toute chose est nuisible sur tout les plans . Mais la compétition ou l'excellence ne devrait pas avoir la connotation péjorative qu'on lui attribue actuellement. Ce sont là au contraire des valeurs nobles et qui ne doivent pas être confondu avec la perfection ou l'orgueil mal placé. Ne les associons pas.

Gala


Gala, excellence et perfection sont des synonymes, alors ils ne sont pas confondus ici, ils veulent dire exactement la même chose, et moi, dans les valeurs que je souhaite transmettre à mes filles, ces termes là ne sont pas les plus mis en avant. C'est un choix d'éducation que j'ai fait, et je ne prétends pas qu'il est meilleur qu'un autre, mais c'est le mien.
Encouragements et récompenses ne sont pas les mêmes concepts à mes yeux. et si je mets l'emphase sur le premier, j'y vais mollo sur le second.

Contrairement à ce que tu as écrit, ma perception des choses est bien différente: Pour moi, l'athlète de haut niveau a toujours la carotte qui lui pend au nez. S'il se prépare 4 ans d'avance pour des jeux olympiques, ou des mois durant pour une compétition mondiale, c'est parce qu'il veut obtenir une médaille. Et s'il échoue, la plupart du temps, il va recommencer, encore et encore. Mais pour quelles raisons? Les mêmes qu'au départ avant son premier échec: gagner des points, des places, décrocher un podium...Pas parce que c'est bon pour sa santé, que c'est le fun et plaisant de s'entrainer 50 heures par semaine à faire et refaire la même chose...non...à ce niveau, c'est pour gagner une récompense et passer à la postérité. La carotte est toujours au bout du bâton, en permanence, au point parfois de se doper et de s'injecter de la merde pour y parvenir parce que malgré tous nos efforts, on n'a pas obtenu le centième de seconde nécessaire pour gagner en entrainement. C'est le revers de la médaille dans la recherche de cette 'excellence'.

Tu parles de 'récompense méritée', Ok, soit. Mais qui décide qu'elle est 'méritée' ou non? Pour certains, un résultat moyen ou correct est satisfaisant, pour d'autres, c'est très bon, pour d'autres encore, aucun résultat n'est satisfaisant en deça des trois premières places. Difficile de mettre une limite objective, ça va donc dépendre de la tolérance des parents, des personnes responsables non?
Pour moi, c'est le sentiment d'accomplissement personnel qui devrait être mis de l'avant d'abord et avant tout. La récompense ensuite. Disons qu'il y a une palette immense à considérer entre l'excellence et la paresse Wink

Maintenant, je ne critique vraiment pas les personnes qui veulent se rendre là, qui éprouve du plaisir à faire de la compétition, aller le plus loin possible pour développer leurs talents...tant que ça reste la motivation de l'individu qui le pratique, pas à cause de parents trop ambitieux, de coachs qui veulent la gloire à travers leurs 'poulains' etc.. etc..Ne pas se perdre dans cette recherche incessante de perfection, pour gagner 1 seconde, 1 mètre, un tour de pirouette en plus...C'est simplement cela dans le fond que j'essaie de dire, et on se rejoint pas mal là dessus de ce que je peux voir. 

revenir en haut

La louve

Inscrit le :
13 avr. 2005

Posté le: 16 février 2010 11:28:39 EST  
J'ai aimé le témoignage d'un athlète olympique à ce sujet... je me demande même si ce n'est pas Bergeron...

Il disait qu'il a atteint le niveau qu'il a maintenant seulement après avoir pris une saine distance avec sa discipline: le sport est ce qu'il fait, pas ce qu'il est.

Je crois que c'est effectivement le but à atteindre pour tout athlètes de tous niveaux. (et toute personne en fait - il faut éviter de s'investir au point de confondre l'occupation et la personne) 

revenir en haut

Gala

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 16 février 2010 11:23:51 EST  
Lilylou à écrit: Bref j'aimerais pouvoir enligner mon enfant vers un sport qui ne l'amènera pas à l'obession...si c'est possible ?!


Lilylou, c'est l'attitude de l'entourage mais surtout des parents qui détermineras si l'enfant en fera une obsession ou non. Un comportement obsessif est toujours relié à d'autres problèmes qui ne sont pas en lien avec la pratique d'un sport quel qu'il soit. Le noyau du problème est ailleurs. Si l'enfant est obsessif, il le sera dans d'autres sphères de sa vie. Il faudra donc en trouver la cause et l'aider à s'en sortir au lieu de supprimer les activités ou il manifeste son obsession. Bref, s'attarder au contenu plutôt qu'au contenant... Wink

TOUS les sports peuvent donner lieu à de l'abus mais certains demande effectivement plus de rigueur et de discipline. Ça ne veut pas dire pour autant qu'ils doivent être banni mais surveillés de plus près...

Choisi un sport que ta fille semble aimer d'abord et avant tout. Demande lui ce qu'elle aimerait en lui proposant différent choix.  

revenir en haut

Gala

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 16 février 2010 11:13:13 EST  
Je n'ai jamais dit que l'ultime but était de recevoir une médaille ou un trophée loin de là !

L'important reste toujours de faire de son mieux !

L'enfant ne doit jamais penser qu'il méritera l'amour de ses proches uniquement en remportant une médaille ou un trophée ! si l'enfant en vient à le croire, c'est que les parents n'ont pas agit correctement et ne lui ont pas inculqués les bonnes motivations relié à la pratique d'un sport quel qu'il soit.

Il est normal dans la vie d'avoir des résultats et des récompenses lorsque l'on fourni les efforts nécessaires et ce n'est pas uniquement des trophées et des médailles. Parfois, il y a aussi des déceptions et l'enfant devra y être préparé. Le parent ne doit pas tomber dans le panneau de transposer ses propres rêves et laisser l'enfant vivre ses expériences par lui-même en étant présent.

Tu parle d'excès de récompenses Calipso , moi je parle de récompense qui sont méritées après avoir fournit les efforts nécessaires. Elle permet à l'enfant de s'actualiser tout en prenant conscience des efforts qu'il ou elle à du déployer pour y parvenir.

Aucuns athlètes de haut niveau ne peut se rendre au sommet sans avoir vécu l'échec. Il n'a donc pas abandonner une fois la carotte enlevée parce qu'en général, là ou réside nos passions réside nos forces. L'enfant excelle dans un sport la grande majorité du temps parce qu'il y prend plaisir et aime ce qu'il fait.

Le bout de métal aura une fonction symbolique pour l'enfant. Une médaille ou un trophée offert sans raison, c'est comme de donner un câlin à un enfant qui vient mal se conduire, l'enfant ne reçoit pas une image de lui-même qui est réaliste.

Il faut bien me comprendre, l'excès en toute chose est nuisible sur tout les plans . Mais la compétition ou l'excellence ne devrait pas avoir la connotation péjorative qu'on lui attribue actuellement. Ce sont là au contraire des valeurs nobles et qui ne doivent pas être confondu avec la perfection ou l'orgueil mal placé. Ne les associons pas.

Gala
 

revenir en haut

Lilylou

Inscrit le :
02 févr. 2008

Posté le: 16 février 2010 10:27:08 EST  
C'est drôle parceque j'en parlais justement avec mon chum hier... Je lui faisais la remarque que les olympiens devaient mûrir beaucoup plus vite que les autres. Ils doivent être tres disciplinés.

Mais pensez-vous qu'il y a des sports plus exigents que d'autres? Je suis peut etre naïve, mais il me semble que le snowboard (exemple) est moins exigent ou disciplinaire que la gymnastique par exemple...(ou est-ce que je me trompe?)

Ma grande fille de 2 ans et demie, on le voit tout de suite qu'elle ne sera pas athlétique (comme moi Wink ) Mon chum dit: à moins que le scrapbooking devienne une discipline aux Olympiques, pense pas que Lily aient de chances d'y aller! Laughing

Mais si ma plus jeune a du talent dans les sports, je vais l'encourager, jusqu'à quel point? Je ne sais pas...Mais j'aurais tendance à choisir un sport qui ne demande pas une rectitude, ou une perfection point de vue du corps (encore comme exemple la gymnastique ou le tennis...)

Moi j'ai fais de la compétition en équitation classique (sauts à obstacles) et apres chaque classe on donnait des rubans (de la première à la 6e place) et c'Est tres gratifiant d'être classé et de recevoir une médaille, c'est encourageant! Mais on est loin de la gymnastique comme Superlune a fait! Wink

Bref j'aimerais pouvoir enligner mon enfant vers un sport qui ne l'amènera pas à l'obession...si c'est possible?!

Lilylou

 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
01 juil. 2007

Posté le: 16 février 2010 09:47:36 EST  
Les trophées donnent p-ê envi de se dépasser...mais si c'est là la motivation, c'est pas dans mes valeurs.

Pour moi, développer sa détermination, son envi de dépassement, ça va se chercher dans son soi intérieur et c'est un long travail personnel. Oui, tu peux recevoir des motivations extérieures comme des encouragements, des tapes dans le dos, des becs de félicitations...Mais je vais trouver ma satisfaction en tant que parent, quand je me rendrai compte que mon enfant continue parce qu'il a trouvé sa propre façon de s'auto-motiver. Que je ne serais pas là, qu'il enfilerait son kit de Kung Fu et prendrait son bicycle et irait faire son sport préféré avec le sourire! Ou encore, son école d'arts martiaux fermerait, et il continuerait à s'entraîner chez lui seul, par plaisir du sport et du dépassement.  

revenir en haut

Calipso

Inscrit le :
17 juin 2008

Posté le: 16 février 2010 07:56:10 EST  
Gala a écrit

Les médailles et les trophées sont substitués par d'autres récompenses une fois rendu à l'âge adulte, les médailles et trophées sont d'abord et avant tout là pour donner envie au jeune de se dépasser et de s'améliorer ! Il doit aussi travailler fort pour y avoir droit et donc, cela l'aide à développer sa motivation et sa détermination.
 

Justement Gala, il est peut-être là le souci...La confiance se bâtit beaucoup en fonction du regard de l'autre, et un excès de récompenses durant l'enfance pourrait amener l'enfant à penser que pour être aimé et aimable, il doit performer, exceller, agir de la manière qu'on attend de lui. Autrement, il ne vaut rien. Je pousse la caricature à l'extrême, j'en conviens, mais selon moi, on met le doigt sur le bobo. Parce que beaucoup trop de personnes agissent seulement s'il y a la carotte au bout. Parfois, c'est un bien, ça permet de se remotiver, de s'organiser autour d'un objectif commun, de partager les savoir, de se re-focuser...mais si on utilise la carotte systématiquement, ça devient inefficace. On enlève la carotte et tout le reste s'effondre, car il n'y avait pas de volonté profonde de se rendre là, que si on le fait, c'est uniquement pour la carotte. Une fois obtenue on va en chercher une autre, parce qu'on ne peut plus vivre sans cela, vivre les choses pour le simple plaisir de les vivre...
Bref, je comprends ton point par rapport à aider l'enfant à franchir certaines étapes plus difficiles: une tape dans le dos, un encouragement, une confiance dans les capacités de l'enfant, ça le pousse en avant. Viser le trophée ou la médaille comme récompenses ultimes de tous ses efforts, comme 'preuve' de sa persévérance et de son courage', c'est mettre son énergie à la mauvaise place selon moi. S'il y a le potentiel ou le talent, et avant toute chose, la motivation, il s'en ira de toutes façons vers là. S'il ne l'a pas, il va peut-être penser qu'il est incompétent, nul, pas bon, pas assez courageux ou pas assez persévérant. Alors que son niveau à lui, c'est peut-être celui là, il l'a peut-être atteint, et que c'est déjà très bien parce que la majorité des gens ne se sont même pas rendus là.
La persévérance ne devrait pas être uniquement récompensé par un bout de métal. Tenir la main pour accompagner oui...pousser dans le dos, pas certaine. 

revenir en haut

balabalabala

Inscrit le :
13 déc. 2007

Posté le: 15 février 2010 21:43:56 EST  
Je viens d'aller voir sur le site de la fédération québécoise de Gymnastique... Viagym a classer une gymnaste au championnat canadien... Léa-Mea Chicoine...

Petit train va loin... Wink  

revenir en haut

balabalabala

Inscrit le :
13 déc. 2007

Posté le: 15 février 2010 21:39:03 EST  
Gala a écrit
Je ne suis absolument pas d'accord avec les fanatiques qui détruisent l'enfance de certains jeunes par soif de victoire et par orgueil et j'ai l'intention de voir à ce que ma fille ne soit pas prit dans de telles situations d'abus de pouvoir. Il faut rester vigilant comme parent face à ça... 


Et bien si tu veux tenir ta fille loin des fanatiques... tiens ta fille loin de la gymnastique de compétition de haut niveau. Crois-moi.

De toute façon Viagym n'a jamais monté de fille au Nationale (du moins, dans mon temps...)

 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
13 oct. 2005

Posté le: 14 février 2010 23:26:47 EST  
Je comprends ton point Gala, mais en même temps pour qu'un enfant excelle dans une discipline, il faut d'abord qu'il ait du talent et celui qui est doué dans un domaine le sera aussi dans des domaines connexes. En touchant à plusieurs choses, il y a des chances pour qu'une ou des étincelles s'allument alors qu'en se spécialisant trop j'aurais peur que l'enfant se tanne et ne veuille plus rien savoir de cette activité plus tard et se retrouve face à rien.

Mon but c'est effectivement de lui donner une certaine discipline et de favoriser son estime de lui-même, mais si ses activités relevaient de mes intérêts à moi ce serait tout-à-fait le contraire de l'effet recherché qui se produirait. Disons qu'on a essayé la guitare et qu'on a pas insisté très longtemps.

J'ai longtemps travaillé dans des centres sportifs et j'en fréquente encore souvent avec mon fils. Ce que j'ai observé c'est que la ligne est bien mince entre le petit coup de pied au derrière et le parent qui insiste trop. Je donne un exemple anodin. En natation, certains enfants refont plusieurs fois le même niveau avant de réussir et en viennent à détester nager alors que s'ils avaient un petite pose avec quelques visites à la piscine de temps en temps pour le plaisir, ils réussiraient sans doute le niveau l'année suivante.

Rester vigilant je pense que c'est surtout d'observer l'intérêt réel de l'enfant et s'ils sont heureux dans leurs activités tout va bien.  

revenir en haut

Gala

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 14 février 2010 22:10:42 EST  
Oui mais d'un autre côté, il peut être intéressant de pouvoir exceller dans un sport ou un instrument de musique en particulier...

J'aurais bien aimé qu'ont m'encourage un peu plus à persévérer dans une discipline quelconque de manière à bien maîtriser quelque chose en particulier. La plupart des enfants n'ont pas de leur propre chef la discipline et la motivation pour persévéré suffisamment pour passer les étapes plus plate nécessaire avant d'obtenir des résultats mais aussi d'en tirer une satisfaction. Il faut pour cela que les parents soient là pour donner le petit coup de pied au derrière qui permettra de ne pas abandonner trop vite.

Les médailles et les trophées sont substitués par d'autres récompenses une fois rendu à l'âge adulte, les médailles et trophées sont d'abord et avant tout là pour donner envie au jeune de se dépasser et de s'améliorer ! Il doit aussi travailler fort pour y avoir droit et donc, cela l'aide à développer sa motivation et sa détermination.

Je ne suis absolument pas d'accord avec les fanatiques qui détruisent l'enfance de certains jeunes par soif de victoire et par orgueil et j'ai l'intention de voir à ce que ma fille ne soit pas prit dans de telles situations d'abus de pouvoir. Il faut rester vigilant comme parent face à ça... 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
01 juil. 2007

Posté le: 14 février 2010 21:10:07 EST  
anémone: je suis tellement d'accord avec toi sur la diversité des sports et des activités!

Et on apprend autant en faisant des activités et des sports gratuits aussi...se baigner à la rivière contre le courant, jouer au hockey au parc avec des inconnus rencontrés là, volley-ball de plage avec la famille, mini-pot dans la cours, soccer à la terrasse entre amis... 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
13 oct. 2005

Posté le: 14 février 2010 18:52:39 EST  
Quand j'étais au CÉGEP un prof de psycho nous a fait écouter un documentaire d'André Melancon qui s'appelle Les vrais perdants. Une fille qui faisait de la gym s'est mise à pleurer. Très intéressant si vous vous intéressez à cette question. Il suit une gymnaste, un joueur de hockey et une jeune pianiste qui ont tous l'air de faire ça pour leur parent.

Mon grand a 11 ans. C'est un sportif. Il excelle dans tous les sports qu'il essaye et justement on s'organise pour qu'il en fasse plusieurs. Je trouve ça un peu triste de voir des enfants hyper-spécialisés dans un sport à 7-8 ans. Il a fait du tennis cette automne au parc Jarry et c'est pas mal ce que j'ai vu de pire à date. On a aussi parlé à quelqu'un qui s'occupe d'un programmme tennis-études dans une école secondaire privée... 12000$ par année pour le sport + 4000$ de frais de scolarité!!!

Personnellement, je sais que je n'ai pas la patience et les ressources pour faire de lui un champion... parce qu'il ne faut pas oublier qu'il y a énormément d'investissement en temps et en argent de la part des parents derrière les grands champions. En plus, je suis loin d'être certaine que ce soit bénéfique. Mais je trouverai toujours le temps de l'amener plusieurs fois par semaine faire de l'activité physique. Il fait du judo depuis maintenant 7 ans mais aussi de la natation, du tennis, du golf, du badmington, du ping-pong, du soccer, du rugby, ... et il y a encore une longue liste de trucs qu'il veut essayer. 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
01 juil. 2007

Posté le: 14 février 2010 18:36:32 EST  
Je vais assurément toujours encourager mes garçons et les soutenir dans leurs habiletés et leurs goûts. Mais pas à l'extrême car je trouve que c'est pas juste une question d'enfant mais des parents aussi. Quand ton enfant fait du sport de compétition dans le but ultime de devenir presque ou même parfait...et bien les parents doivent se sacrifier en mautadit aussi. Nous les fins de semaine on veut les voir, on veut en profiter et des fois RIEN faire. Je ne me vois vraiment pas prise d'horaires chargés à cause que je veux ou que mon fils veut être un champion...

Notre gar¸on a presque 8 ans et cela fera bientôt 2 ans qu'il fait du Kung Fu avec son père. Il vont au cours du vendredi soir ensemble. Ça dure 2 heures. Il n'y a pas de compétition, pas de journée spéciale, pas de ceinture, pas de médaille, pas de ''vrai'' combats...c'est une discipline personnelle...c'est fort sur le moral aussi car tu dois trouver ta satisfaction dans tes proprets et non dans la compétition ou la médaille que tu pourras montrer à tout le monde pour ''prouver'' ton talent.

Dans la vie, on ne reçoit pas de médaille en général. C'est très rare de recevoir même des compliments au travail...de notre famille...dans la manière d'élever nos enfants...C'est pourquoi je préconise un sport ou une activité pour le plaisir d'être en santé et en forme...ça te suivra toute ta vie ce plaisir de faire attention à ton corps.

 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
10 mars 2008

Posté le: 14 février 2010 18:23:26 EST  
Hum bonne question. Bien sur, je serai fière de ma fille si elle devenait championne olympique. Par contre, je souhaiterais qu'elle pratique un sport parce qu' elle le désire et non pas parce que ses parents veulent qu'elle pratique tel ou tel sport.
L'important, c'est le bonheur de l'enfant.
Les enfants qui deviennent champion dans un sport doivent se donner à fond, y consacrer la grande majorité de leur temps et de leur énergie, souvent mettre leurs études et leur vie sociale de côté. Ça demande beaucoup de sacrifices.
Bref, si ma fille développe beaucoup de potentiel dans un sport en particulier, je vais l'encourager et la soutenir, mais je ne la pousserais pas à exceller et à performer à tout prix.  

revenir en haut

Se connecter pour répondre