Les signatures forum sont temporairement désactivées.
Auteur Message

Shabaila

Inscrit le :
03 avr. 2010

Posté le: 21 novembre 2013 11:16:06 EST  
Crying or Very sad

Bonjour,

Tous les jours c'est la même histoire. Notre petit garçon de 3 ans nous insulte sans cesse, pour un oui ou pour un non. Ce n'est pas que des insultes comme "méchante maman", non non! C'est des "colisse de tabarnak de maman". Je vous jure qu'il dit des gros mots sans arrêt. Il doit bien le dire 200 fois dans une journée. Pour le fun et quand il est en colère. Lorsqu'il lance des gros mots comme ça en l'air, on l'ignore. Mais il sait que ça nous dérange. Par contre quand c'est une insulte directe à nous "titi de colisse de papa", alors là il va en retrait instantanément. Le problème c'est que ça des mois que ça dure et rien de change. On s'est demandé s'il avait le syndrome de La Tourette mais non, c'est juste à la maison qu'il dit ça. Dans sa garderie c'est un ange, il parle bien.

Quand il est fâché, il huuuuuuuuurle super fort et sacre sans bon sens en lançant ses jouets. Pas beau à voir. Il est archi colérique et agressif. Zéro patience dans ce petit corps. Il me fait pleurer au moins un matin sur deux.

Il est capable du meilleur aussi. Il nous dit beaucoup qu'il nous aime.

On va voir un psy dans un mois. Mais je voulais savoir ce que vous en pensiez, quoi faire avec ça. J'en peux pu, je ne le tolère plus et je l'adore en même temps, c'est mon petit garçon. Mais il est particulier.

Merci de me donner vos opinions et vos conseils!  

revenir en haut

Pattenrond

Inscrit le :
17 juin 2008

Posté le: 22 novembre 2013 07:01:33 EST  
Je ne crois pas que ce soit La Tourette étant donné qu'il ne le fait pas à la maison...

Par contre, si tu sens que tu es à bout de ressources, tu peux appeler ton CLSC. Il y a des équipes super d'intervenants qui sont de très bons conseils quand on se sent dépassé. Ils pourraient t'aider à trouver la source du problème et de proposer un plan d'intervention.

Hésites surtout pas, ces ressources sont là pour ça Wink 

revenir en haut

Shabaila

Inscrit le :
03 avr. 2010

Posté le: 22 novembre 2013 11:01:49 EST  
Oui, il le fait à la maison, c'est ailleurs qu'il ne le fait pas. J'ai eu une intervenante du CLSC que j'ai rencontré une fois et qui m'a appelé plusieurs fois mais ça n'a rien donné. Elle me donnait des conseils que je connais déjà et qui ne donnent rien. À la fin elle ne savait plus quoi faire. 

revenir en haut

Pattenrond

Inscrit le :
17 juin 2008

Posté le: 22 novembre 2013 11:37:40 EST  
Erreur de ma part... je voulais écrire : ''que à la maison''


Si l'intervenante ne savait plus quoi faire, c'était dans son devoir de te référer ailleurs. Rappelle et insiste. Ils sont là pour t'aider jusqu'à ce que ça fonctionne. Ils ne peuvent pas t'abandonner comme ça.

As-tu pensé consulter au privé? Une psy spécialisé avec les enfants peut-être... 

revenir en haut

uotak

Inscrit le :
14 déc. 2011

Posté le: 22 novembre 2013 12:48:32 EST  
Je pense qu'elle disait qu'ils avaient déjà rendez-vous avec un psy, mais comme c'est seulement dans un mois, elle aimerait avoir des trucs en attendant.

Tu as l'air à bout. C'est clair que tu as besoin de soutien. C'est dommage que l'intervenante du CLSC n'ait pas pu t'aider plus que ça. Ils ne pouvaient pas t'envoyer quelqu'un à domicile? Habituellement, les services du CLSC pour ce genre de problématique sont vraiment excellents.

Sinon, il y a toujours la Ligne Parents (http://www.ligneparents.com/) que tu peux appeler en tout temps, soit pour ventiler, soit pour avoir des conseils. On ne sait jamais, ça ne coûte rien d'essayer. Et puis, tu as sûrement besoin d'en parler un peu de temps en temps, quand le vase déborde.

Ça ne doit pas être évident à gérer au quotidien. Ton conjoint t'épaules bien là-dedans? As-tu d'autres gens dans ton entourage à qui tu peux en parler ou qui peuvent t'aider?  

revenir en haut

Shabaila

Inscrit le :
03 avr. 2010

Posté le: 22 novembre 2013 17:27:50 EST  
Merci pour vos r?ponses! Effectivement on va voir un psy pour les enfants bientôt. Oui mon conjoint est comme moi, il est vraiment tanné. Mes parents sont à 700 km mais on en parle au téléphone et ils me comprennent très bien. Une intervenante est venue me rencontrer cet été mais pas mon petit. Elle est venue pour un autre problème que ça et elle n'a rien réglé. Quand je lui ai parlé de ce probl?me de gros mots elle ne savait pas trop qui me dire alors j'ai mit fin au processus. J'ai vraiment hâte de voir la psy.... 

revenir en haut

Izza01

Inscrit le :
03 juin 2012

Posté le: 23 novembre 2013 07:54:32 EST  
Je ne dis pas que c'est le syndrome de tourette mais le fait que ça ne s'exprime qu'à la maison n'est pas une indication. Mon ami a un enfant atteint de ce syndrome et les tics ne s'expriment qu'à la maison ou lorsqu'il est seul... Quand il sait qu'il peut les exprimer sans jugement...  

revenir en haut

Zante

Inscrit le :
05 oct. 2013

Posté le: 24 novembre 2013 09:17:49 EST  
Pour en venir à un diagnostic du syndrome Gilles de la Tourette, il faut plus que des gros mots. Il faut, entre autre, un tic vocal (langage, cri, bruits de bouche, ...), un tic moteur (les yeux qui clignent avec exagération, les mains ou pieds qui reproduisent toujours le même mouvements, ...) et il faut un 3e tic (moteur ou verbal).

Avant votre rdv chez le psychologue, je vous suggère de bien observer les comportements de votre enfant. Essayez de trouver l'élément déclencheur des crises. Parfois, c'est une successions d'événements et il faut arriver à trouver le premier qui fait tout déclencher. L'anxiété fait aussi souvent parti de l'équation dans de telles situations. Mais bref, plus vous aurez d'observations, mieux ce sera pour le psychologue.

Et durant tout ce processus, vous aurez besoin d'ouverture face aux moyens proposés mais surtout de constance et de cohérence. C'est la clé! Toujours agir de la même façon afin que ce soit prévisible pour l'enfant, pour qu'il sache à quoi s'attendre. Si on dit qu'on va punir, il faut le faire et ce même si notre c?ur est déchiré... Sad Et si on dit qu'on va récompenser, il faut le faire et dès que possible!

Je vous souhaite bon courage! Et rappelez vous que vous semez des petites graines pour plus tard... C'est un travail à long terme que vous entreprenez et ne vous découragez pas! 

revenir en haut

nath9494

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 24 novembre 2013 19:00:00 EST  
Allo
Les crises de colères ressemblent à celles de mon fils de 41/2 (sauf qu'il ne sacre pas).

Mon fils a, selon le TS qu'on a vu, de "traits de trouble de l'opposition". Moi, aussi, il me fait pleurer environ 1 matin par semaine. Il est toujours en confrontation avec nous, toujours en lutte.
Pour ce type d'enfant (trouble de l'opposition), il n'y a rien de magique. Je continue à voir le TS pour travailler mes habiletés parentales, mais voici les trucs qui m'ont VRAIMENT aidés.

1- Quand il commence à crier : je lui dis : tant que tu cries, je ne te parle pas. Et je l'ignore complètement.
2- Quand il conteste une consigne, je lui dis : c'est la consigne et je ne changerai pas d'idée. Le sujet est clos.
3- j'utilise aussi le asked and answered : est-ce que tu me la demandé? Est-ce que je t'ai répondu? est-ce que la réponse va changer même si tu me harcèles de question?. Et quand il revient à la charge, je lui dit : "déjà demandé et répondu". Rien d'autre.

J'ai découvert que même s'il a un sourire "baveux" pendant ses crises de colères, il est en grande détresse. Depuis que je sais ça, je ne m'arrête plus à ça et je lui mets des mots dans la bouche : es-tu heureux en colère comme ça? Est-ce que je peux t'aider à te clamer? et souvent, maintenant, je le prends dans mes bras pour le temps de sa crise de colère, qui se transforme en crise de larme.

Je pense que dans le cas de mon fils, ce qui m'a aidé, c'est de profondément comprendre que cela le rend très malheureux et qu'ignorer ce comportement ce fonctionne pas. De mon côté, ce n'est pas parfait, mais c'est plus facile.

Travailler ses habiletés parentales avec un TS, ou un psy, c'est mais confrontant mais avec de la persévérance, notre relation s'améliore, notre façon de répondre à cet enfant difficile, et différent (j'en ai 2 autres avant lui et aucun problème de ce genre) s'améiore aussi.

Bonne chance!

 

revenir en haut

Shabaila

Inscrit le :
03 avr. 2010

Posté le: 28 novembre 2013 13:24:15 EST  
Merci Nath9494 et les autres aussi! J'ai remarqué qu'effectivement quand je le prends dans mes bras pendant une crise de colère ça le calme rapidement, il fond souvent en larme et il me dit que je suis gentille. Des fois le chicaner ou le punir ne fait qu'empirer les choses. Je vais en parler au psychologue à propos du trouble de l'opposition. Ça ressemble tellement à ça! 

revenir en haut

Se connecter pour répondre