Les signatures forum sont temporairement désactivées.
Répondre au message

Fausse couche tardive à 16 semaines

Auteur Message

Nell40

Inscrit le :
17 oct. 2019

Posté le: 17 octobre 2019 19:43:26 EDT  
Bonsoir à toutes,

Tout d'abord, depuis une semaine, j'ai lu vos témoignages et je suis profondément désolée pour vos pertes, toutes plus douloureuses les unes que les autres. Cependant, vous lire m'a fait du bien, je me suis sentie moins seule, moins isolée et cela m'a également permis de valider des émotions que je vivais.
Je me suis dit qu'en partageant mon expérience, peut-être que ce serait mon tour d'aider quelqu'un.
J'ai bientôt 38 ans, mon mari et moi avons deux filles extraordinaires (8 et 5 ans) et depuis janvier 2019 nous nous sommes lancés dans l'aventure bébé 3. Je suis tombée enceinte rapidement au mois de janvier, juste après le retrait de mon stérilet de cuivre. Malheureusement, dans des douleurs atroces, j'ai perdu notre bébé au cours d'une fausse couche naturelle. Nous avons rapidement réessayer et je suis retombée enceinte au mois de juin. Cette grossesse qui suivait la perte d'un bébé était évidemment très différente de mes 3 autres grossesses. J'étais inquiète, je planifiais l'avenir avec précaution, j'avais constamment des doutes et chaque passage aux toilettes soulevait la même angoisse... Et si il y avait du sang sur le papier toilette... Les 6 premières semaines se sont bien passées, malgré le fait que mes symptômes semblaient s'être atténués. Par exemple, ma poitrine ne me faisait presque plus mal. Dans le doute, et comme je devais prendre l'avion pour de nombreuses heures, je suis allée passer une échographie dans le privé. Je précise que j'étais en vacances chez mes parents, en France. L'échographie est normale, le bébé est à sa place et son coeur bat.
Nous soufflons un peu mon mari et moi, mais nous décidons de ne pas annoncer la nouvelle à nos filles. Nous préférons attendre encore quelques semaines, car elles avaient été bouleversées par notre première perte.
Après plusieurs jours de voyage pour retourner à la maison, dans le nord du Québec, je suis fatiguée, mais pour le moment tout va bien, j'ai même quelques nausées.
Je suis enseignante, c'est la rentrée, je reprends donc le travail et le lendemain, le cauchemar reprend, j'ai des pertes brunes. Je suis à 8 semaines, je suis convaincue que c'est fini. L'infirmière me met au repos. Les pertes continuent mais ne s'aggravent pas. J'ai même quelques journées sans spotting. Début septembre, j'ai enfin mon rendez-vous avec le médecin. Je suis à 11 semaines, elle arrive à écouter le coeur avec le doppler. Deuxième souffle. On l'annonce aux filles, à la famille et aux amis.
Quelques jours après, alors que je n'avais plus de pertes, je perds du sang rouge. C'est peu, mais c'est assez pour m'inquiéter. Le lendemain, je pars passer une échographie dans un village voisin. L'échographie est normale, le bébé est 3 jours plus petit que les dates, mais le coeur va bien, le bébé bouge, aucune anormalité selon le médecin. Il ne voit pas non plus d'où viennent les pertes.
Après cette échographie, je me sens plus sereine, j'ai des photos de mon bébé qui me prouvent que tout va bien, jamais je n'aurais imaginé ce qui allait arriver. 4 semaines après cette écho, je suis à Montréal pour une conférence, et vendredi soir (le 4) je perds du sang, en plus grande quantité que d'habitude. Je me présente aux urgences et après 6 heures d'attente, le résultat est sans appel, le bébé ne bouge pas, le coeur ne bat plus. Le samedi soir, je suis admise en salle d'accouchement, le travail est déclenché, je passe la nuit à passer au travers de contractions douloureuses et finalement le dimanche matin, je perds les eaux et une heure après j'expulse mon bébé en trois petites poussées.
Je suis chanceuse, mon mari a été très présent et il l'est encore. Cela fait une douzaine de jours et j'ai encore cette sensation de vide immense. Je me pose une multitude de questions, est-ce que ces pertes de sang à répétition étaient un signe. Est-ce que j'aurais dû me mettre en arrêt de travail? Est-ce que j'aurais pu faire quelque chose pour éviter la mort de mon bébé?
Nous avons décidé d'accepter l'autopsie et ils vont également faire mon cariotype. J'espère que nous aurons des réponses bien que je sache qu'il se peut qu'il n'y en ait pas.
Je dois retourner au travail lundi, je suis en arrêt de travail depuis le 7 octobre. Je ne me sens vraiment pas prête, j'ai presque vu personne depuis que je suis rentrée à la maison. Je suis épuisée de pleurer, mais je n'arrive pas à me contrôler.
J'essaie de me concentrer sur mes enfants, ce qui n'est pas tous les jours faciles.
Pour celles qui ont eu des analyses suite à des fausses couches, combien de temps avez-vous attendu pour les résultats? 

revenir en haut

Se connecter pour répondre