Les signatures forum sont temporairement désactivées.
Répondre au message

Fausse couche... comment s'en remettre ?

Auteur Message

elizabeth08

Inscrit le :
14 mai 2012

Posté le: 15 mai 2012 16:27:41 EDT  
Bonjour,

Ce dimanche, j'ai fait une fausse couche (oeuf clair) après 11 semaines et demi de grossesse. Depuis, je suis en miette. Je n'arrive pas à me consoler.

Et je m'en veux. Tellement. Je m'en veux d'avoir pensé, tout ce temps, qu'il y avait un bébé qui grandissait dans mon ventre. Je m'en veux d'y avoir cru, d'avoir incité mon chum et ma fille à croire à une petite vie qui prenait forme et qui allait changer les nôtres. Je m'en veux d'avoir entretenu ce rêve à leurs yeux, dans mon coeur et celui de ceux qui nous entourent.

Ça me fait mal. Mal dans le corps, mais surtout dans le coeur. Je le voulais tellement ce bébé, il était tant désiré, attendu... Tous les projets que je commençais à élaborer autour de la venue de ce petit être se sont soudainement envolés en fumée.

Ce matin je me suis réveillée, avec un énorme sentiment de vide. Un vide qui fait mal parce que j'aurais voulu être pleine de vie, de joie, de bonheur. Mais qu'est-ce qui nous attend ? J'ai tellement de questions qui déboulent dans ma tête... Serons-nous capables d'avoir un autre enfant ? Est-ce que la vie a décidé pour nous que c'en était fini ?

Lorsqu'on a eu le verdict final dimanche matin, j'ai tout de suite ardemment souhaité que la vie fasse son travail et que je n'aie pas à subir d'intervention pour en finir avec tout ça. Dans l'après-midi, j'ai eu mal, très mal au ventre? j'ai perdu beaucoup de sang et mon corps a expulsé ce qui avait eu le temps de se construire en dedans de moi. J'ai eu l'impression « d'accoucher » seule comme un chien, de laisser aller dans une vulgaire toilette ce qui aurait dû prendre vie. Une expérience horrible dont je porterai les stigmates en mon coeur et en mon ventre toute ma vie.

Comment faire pour que la vie reprenne son cours ? On s'y prend comment ? Est-ce que ma peine va s'atténuer avec le temps ? Comment en arriver à faire à confiance à nouveau à la vie si je devais retomber enceinte ?

Je dois retourner au travail, mais je m'en sens incapable... Comment y êtes-vous arrivées ?

Désolée pour le long message...merci de m'avoir lue... et de partager vos expériences si le coeur vous en dit.

Lizzie 

revenir en haut

Nab001

Inscrit le :
16 août 2011

Posté le: 15 mai 2012 18:09:59 EDT  
C les yeux peins d'eau que je te lis... Je ne revoit... J'ai vécu les mêmes choses .. Mais moi 2 fc.. Et la dernière a 11.5 sem et médicaments pour faire le travail... A la maison . Seule. Sans aide médicale.. Donc je comprends ton vide. Ton mal. Ton incompréhension. Voilà 5 mois que j'ai perdumondernier. Sa fait mal encore. Tout me ramenés a mon bébé. Jte conseil de prendre le temps de pleurer. Vivre ton deuil. Deuil de ton enfant de ta grossesse de ton rêve.. Sa en fait bcp. Ton médecin peut t'arrêter de travailler. demande lui.. Prends le temps qu'il faut. Et ne te sens pas coupable d'y avoir cru.. Il était la dans ton ventre. Il a senti ton amour et ta confiance. Et un jour quand tu seras prête tu n'oublieras pas mais tu vas penser a une prochaine grossesse. Xxxxxxxx je te fais un câlins
 

revenir en haut

Piccolina

Inscrit le :
04 janv. 2010

Posté le: 15 mai 2012 19:48:43 EDT  
Bonjour Lizzie,

J'étais tellement triste quand j'ai lu ton histoire! Ça me rappelle la mienne... C'est tellement douloureux de perdre son enfant! Ce sentiment de vide, d'impuissance d'injustice!

Le 22 mai, ça fera exactement 9 mois que j'ai perdu mon beau bébé. Dans une semaine, j'aurais été supposée le tenir dans mes bras. Comment la vie peut nous faire le plus beau cadeau du monde pour ensuite, nous l'enlever?

À 12 semaines, nous sommes allés chez mon gynécologue pour entendre le coeur du bébé, mais...rien. Ensuite, à l'hôpital, le verdict est tombé. Nous avons vu notre beau bébé, avec ses belles petites mains, sa belle tête...mais il ne bougeait pas. Je savais que quelque chose n'allait pas. Le médecin m'a annoncé qu'il était mort à 9 semaines. Mon pauvre petit ange... C'est tellement injuste qu'il n'ait pas eu le droit d'avoir une bonne santé!

Trois mois plus tard, je retombe enceinte et je fais une fausse-couche précoce. Ouf!

Je suis présentement en essai pour une troisième tentative. La douleur est toujours aussi vive qu'avant. J'ai seulement appris à vivre avec l'absence de mon bébé. Je crois malheureusement que ce sera ainsi pour toujours.

Je pense à toi et je t'envoie plein d'ondes positives! Tu auras droit, toi aussi, à une belle grossesse.

Sur une note plus théorique, 1 grossesse sur 4 finit en fausse-couche. C'est énorme! Les probabilités ont été contre nous, mais ça ne veut pas dire que ce sera toujours ainsi. Il faut y croire. Mais surtout, laisse-toi le temps d'apprivoiser la douleur.

Pour ton retour au travail, comme Nab a dit, parle à ton médecin. De mon côté, je suis en arrêt de travail depuis plusieurs mois. Je prends le temps de me remettre sur pieds et je t'encourage à le faire toi aussi.

Bon courage et viens nous jaser quand tu veux! Nab et moi, ça fait déjà plusieurs mois qu'on jase, qu'on pleure, qu'on rit et qu'on se raconte tout ce qui nous rappelle notre grossesse, notre bébé. Ça fait du bien!

Picco
xxx 

revenir en haut

elizabeth08

Inscrit le :
14 mai 2012

Posté le: 15 mai 2012 20:09:13 EDT  
Merci beaucoup les filles de partager vos histoires avec moi. Bien qu'elles m'attristent beaucoup, ça me fait du bien de savoir qu'il y a quelqu'un, quelque part, qui comprend le désarroi que je ressens.

Aujourd'hui, je suis passée à la clinique de planning pour m'assurer que mon corps avait bien fait son travail. J'ai été soulagée d'apprendre que je n'aurai pas à subir d'intervention. Je croyais que cette étape passée, je me sentirais libérée... Malheureusement, je me sens encore davantage attristée... un peu comme si c'était la confirmation ultime que s'en était fini pour de bon Sad

Vous allez me trouver complètement dingue, mais j'ai même pensé, pendant quelques secondes alors que le médecin m'examinait, qu'il y avait encore une chance qu'un petit bébé se soit installé chez-moi... J'ai encore de la misère à y croire... je ne veux pas y croire...

Merci encore les filles et je nous souhaite le meilleur pour l'avenir... 

revenir en haut

crespita

Inscrit le :
01 déc. 2008

Posté le: 15 mai 2012 21:13:13 EDT  
Je suis très désolée de lire ton histoire, qui est très triste, mais à la fois superbe parce qu'elle crie l'amour que tu as pour ton bébé, et que tu auras pour ton prochain bébé.

J'ai moi aussi fait un oeuf clair, les saignements ont commencé à 9.4SA, confirmé à l'écho le lendemain et en revenant chez moi, j'ai tout évacué. Ma grossesse avait arrêté son évolution à 6SA, donc 3 semaines plus tôt. Moi aussi, je me suis trouvée nounoune de "m'être inventé" des symptômes pendant 3 semaines.

Et moi aussi, je suis revenue de l'hôpital avec plus de questions que de réponses. Heureusement pour moi, la stagiaire de ma sage-femme a été géniale, elle était disponible en tout temps pour moi. Et j'ai aussi commencé à écrire et lire ici et ca aussi, ca m'a fait énormément de bien. Je t'invite à continuer à écrire ici, ca fait du bien d'en parler, mais si tu es comme moi, je ne voulais pas en parler "en personne" (face à face) parce qu'inévitablement, je partais à pleurer et à la longue, je trouvais ca trop fatigant.

Et pour conclure la lecon de statistiques: Si une grossesse sur 4 se termine en FC, la probabilité de faire 2 FC consécutives est de: 25% x 25% = 6%...
3 FC de suite: 25% x 25% x 25% = 1.5%.
Donc la prochaine fois devrait être la bonne pour nous! (Oui, je généralise un peu beaucoup, mais enfin.) En attendant, on est là pour se soutenir et s'aider à patienter.

Prends soin de toi. 

revenir en haut

elizabeth08

Inscrit le :
14 mai 2012

Posté le: 16 mai 2012 23:06:16 EDT  
Merci crespita de m'avoir parlé de ton vécu.

Effectivement, je trouve ça difficile d'en parler "en personne" parce que je me mets à pleurer dès qu'on effleure le sujet... comme tu le dis, ça devient fatigant...

Je suis sortie aujourd'hui, dans l'espoir que ça me fasse du bien. J'ai trouvé ça difficile, car on dirait que tout me ramène au "bébé"... à commencer par les petits gestes routiniers que je faisais déjà pour lui...

J'essaie de prendre ça "une heure à la fois", dans l'attente que le temps fasse son oeuvre...

 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
01 avr. 2012

Posté le: 21 mai 2012 09:08:41 EDT  
Bonjour,
je vis actuellement la meme situation je viens d apprendre ma fc cette fin de semaine je ne comprend pas c est tellement dur a vivre comment faire pour ne pas se laisser aller..........
j ai une petite fille de bientot 2 ans et demi heureusement qu elle est la,j etais enceinte de 11 sa mais a priori bb s est arreter de vivre a 7 semaine .
j aimerais discuter avec des personnes qui on vecu cela c est dur d en parler les gens ne comprenne pas toujours besoin vraiment de soutien 

revenir en haut

Mawiepoule

Inscrit le :
22 mars 2009

Posté le: 21 mai 2012 15:11:47 EDT  
Bonjour,

je suis triste pour vous, je suis pleine de compassion.

j'ai aussi fait une fausse-couche. Vendredi j'ai subie un curetage, à 10+6 semaines de grossesse. Bébé avait arreté de se développer à 6 semaines....

Pour le moment je suis dans ma petite bulle familliale... Avec les enfants je réussie à sourire et je profite du bonheur d'être avec eux. Mon conjoint me dorlote... J'ai peur du retour au quotidien sans ma bedaine. J'appréhende beaucoup la rencontre avec mes amis ou les membres de ma famille éloignées. lorsque je devrai parler de cette situation avec eux... 

revenir en haut

elizabeth08

Inscrit le :
14 mai 2012

Posté le: 21 mai 2012 20:23:33 EDT  
Je suis vraiment désolée pour vous loulette et Mawiepoule...

Tout comme toi loulette, je trouve ça difficile d'en parler autour de moi. Je ne me sens pas vraiment comprise... à un point où parfois je me demande si c'est moi qui a plus de misère que "la normale" à m'en remettre. Ça fait une semaine hier que j'ai fait ma fausse couche et la douleur est toujours aussi vive. Je pleure moins, mais je me sens davantage triste... je ne retrouve pas ma joie de vivre. Je me force lorsque je suis avec ma fille car je ne veux pas qu'elle ressente toute cette tristesse. Mais le soir, aussitôt la lumière fermée et couchée dans mon lit, les larmes se remettent à couler...

Mawiepoule, j'appréhende moi aussi mon retour au quotidien sans ma bedaine. Je retourne au boulot demain et ça m'angoisse beaucoup. Parce que je sais que mes collègues vont m'en parler. Mais surtout parce que ça me fait beaucoup de peine de reprendre une vie qui ne correspond pas à celle que j'ai rêvée, imaginée ces deux derniers mois. Le deuil de cette vie-là est vraiment difficile à faire...

Je pense à vous... 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
01 avr. 2012

Posté le: 22 mai 2012 11:33:15 EDT  
merci pour vos reponse mawiepoule et elizabeth
merci pour vos reponse je pense que l on se comprend dans notre tristesse je dois reprendre le travail samedi j appréhende beaucoup mais c est moi qui veux y retourner aussi rapidement j etait depuis 2 mois en retrait preventive car je travail a l hopital tous mes collegues sont au courant de ma situation vu que j ai ete a l urgence ou je travail je vais trouver ca tres tres difficil le regard des gens viv a vis de ma fc .
j ai deja assez de peine comme ca pour qu en plus les gens on de la pitier pour moi ...mais je me dis que si je reste a la maison c pire je ne mange meme plu depuis que j ai appris on dirait que je suis absente de mon corp et ses besoins ,heuresement que j ai ma fille car elle me donne un peu d espoir comment peut on reprendre gout a la vie ,au bout de combien de temps la douleur ne sera plu aussi vif ...comment peux par la suite n avoir pas peur que ca reproduise ...
ca me fait du bien d en parler avec vous moi aussi je pense a vous 

revenir en haut

elizabeth08

Inscrit le :
14 mai 2012

Posté le: 22 mai 2012 20:26:37 EDT  
Je suis retournée au boulot aujourd'hui. J'ai trouvé ça dur de faire face au regard des autres. Mais je n'ai pas ressenti qu'elles exprimaient de la pitié à mon égard... je les ai davantage senties tristes avec moi. J'ai des collègues merveilleuses, je suis chanceuse.

Disons que je n'en menais pas large ce matin. Je suis blanche comme un drap, j'ai les yeux "poqués" et un peu comme toi je me sens "absente"... J'ai eu beaucoup de misère à me concentrer. J'imagine que ça va revenir avec le temps.

Je me demande moi aussi comment je vais faire pour ne pas vivre avec la peur constante de revivre ça à nouveau lorsqu'on va se réessayer... ça me fait peur. Je sais qu'il est trop tôt pour penser à ça mais reste que j'ai un tas de questions qui tournent dans ma tête et ça m'angoisse beaucoup... 

revenir en haut

Lodi

Inscrit le :
10 sept. 2009

Posté le: 24 mai 2012 21:14:38 EDT  
Bonjour a toutes
Premièrement je suis désole, toutes les histoires sont terriblement triste et touchantes. J'ai aussi fait une fc a 12 sem avec curetage pour une grossesse arrête. Il n'y a aucun mot pour décrire ce qui se passe en nous, notre peine notre colère et tout!

Comme le dit Linda Lemay il n'y a aucun mot pour désigner un parent qui a perdu son enfant.

Vous savez je crois sincèrement que l'on ne peut pas oublier, on y pense toujours, mais avec le temps on comprend le passage de ce petit papillon dans notre vie.

Dans 2 sem cela fera déjà 3 ans que je testais positif pour mon petit ange-papillon. Mais ce n'est que dernièrement que j'ai faut la paix avec lui, que j'ai compris son passage parmis nous.

Si ce ne serait de lui, je n'aurais pas le magnifique garçon que j'ai aujourd'hui , j'ai pleins d'amies dont ma meilleur que je n'auraipas rencontre et surtout je n'aurais fais une certaine promesse que je suis actuellement en train de réaliser .

J'ai parle longtemps avec mon papillon quand je suis tombe enceinte de mon garçon et lui ai demande de veiller sur lui, qu'il saccroche qu'il soit fort et que je puisse connaitre le bonheur de tenir mon enfant dans mes bras su terme de ma grossesse, et que sil accordait cette faveur a sa maman , j'aideraus un couple a réaliser leur rêves. Je suis en processus pour dons d'ovule a une amie et si ce ne serait de cet ange-papillon, je ne serai pas en cheminement pour faire ce cadeau a cette femme, car je ne l'aurais jamais rencontre.

Donc s'est après près de 3 Ana que j'ai compris son passage dans ma vie et que j'ai fais la paix avec son départ .
Quoi que j'y pense toujours et qua chaque hous j'ai un pincement au c?ur, n'accepte son passage et Dieu sait que je l'aime mon Erick-Angelique (nom qu'il ou elle aurait eu).

Prenez le temps de vivre votre deuil et surtout allez y a votre rythme .

Bonne chance xx 

revenir en haut

Choup'

Inscrit le :
26 mai 2012

Posté le: 26 mai 2012 05:10:41 EDT  
Quel bonheur de vous lire et quel réconfort !
Je me sens tellement moins seule maintenant. Merci pour tous vos témoignages que vous avez partagé. Tout ça est tellement triste.

Le jour de mon anniversaire, j'apprenais de manière officielle que j'étais enceinte. Quoi de plus beau comme cadeau !
C'était inattendu, je n'avais arrêté la pilule que depuis deux bons mois et je n'étais même pas sûre de pouvoir être enceinte un jour, c'est bête je sais.
Curieusement, je n'ai jamais su me réjouir. L'angoisse a toujours dominé et dès que je m'évadais un peu trop, ma petite voix me rappelait au sol.
Mercredi, j'ai perdu du sang, j'ai compris tout de suite. L'horreur s'ouvrait sous mes pieds. Ce que j'avais le plus crains arrivait... J'ai hurlé, pleuré à ne plus avoir une larme dans le corps et je me suis retrouvée face à mon copain me demandant pourquoi je me mettais dans cet état pour un amas de cellules (ouch que ça fait mal!)
J'étais à 6 semaines. Le coeur n'a jamais battu. C'est plus facile de me dire que "ce" n'était pas vivant.
Le lendemain, les douleurs étaient à la limite du supportable et moi aussi j'ai pu voir des "déchets" dans les toilettes. Pire que ça, j'en ai même eu un morceau en main hier soir. L'horreur dans toute sa splendeur et dans la solitude totale.
Je croise les doigts pour que mon corps fasse le travail seul et que je ne doive pas en plus subir une intervention. J'ai mal dans mon corps, mal dans mon âme.
Avec ce que je viens de vivre, sans savoir si le pire est passé ou pas, je ne suis pas prête à envisager de recommencer. J'en tire une bonne leçon : on a beau craindre le pire, s'il doit arriver, on ne peut pas mettre sa main devant et on ne peut que s'incliner face aux décisions de la nature. Je me demande quel sens ça a, qu'est-ce que ça doit m'apprendre sur moi, sur lui, sur ce nous qui se désagrège au même rythme que le sang coule...
Je ne suis pas en colère, sauf par rapport à ces femmes qui ne veulent pas d'enfant et qui ne se protègent pas et pour qui un avortement est bénin.
Je suis très triste mais je ne regrette rien, je ne m'en veux pas, je n'ai rien fait de mal, ce n'est pas ma faute.
La pire question que je me pose c'est "est-ce que je serai maman un jour ?" et je suis en train de remettre en question mon choix de partenaire, celui qui brille par son absence, qui ne voit pas pourquoi c'est important d'être à côté de moi parce que la douleur sera la même qu'il soit là ou pas, celui qui ne sait pas me soutenir et qui ne m'apporte aucune attention.
Je ne veux pas d'un enfant à n'importe quel prix. Et même si je suis convaincue que je pourrais l'élever seule, qu'en est-il de son équilibre à lui ? Ce n'est pas pour rien qu'il faut être deux pour le faire...
Parallèlement à ça, je me dis que ne pas être maman, ça doit être passer à côté de la plus belle expérience de la vie et je ne vois pas ce que j'aurais pu faire de mal pour justifier/expliquer que je doive m'en passer...
Désolée pour ce long message et merci à ceux qui me liront. 

revenir en haut

LizaF

Inscrit le :
26 mai 2012

Posté le: 26 mai 2012 13:21:48 EDT  
à moi aussi c'est arrivé!
bonjour à toutes, j'ai lu tous vos message en espérant avoir du réconfort mais je constate que nous sommes toutes à peu prêt dans le même état d'esprit.

J'ai appris ma grossesse il y a maintenant un bon mois, elle n'était pas prévue mais totalement désirée. j'était enceinte de presque 3 mois.
lorsque je m'en suis rendue compte, j'ai consulté mon médecin traitant qui a confirmé mon diagnostic, je lui ai aussi parlé d'une douleur juste en dessous des cotes, il ne m'a pas prise au sérieux!! mon gynécologue non plus. j'ai alors pensé que c'est moi qui commençait déjà à "psychoter".
jusqu'à ce que lundi je trouve de minuscules gouttelettes de sang. je suis alors allé aux urgences. j'ai été reçue par des personnes odieuses "j'entend pas le coeur, il est mort, depuis une bonne semaine" ok merci j'ai quand même compris que le lendemain que j'avais fais une fausse couche (c'est ridicule mais quand je l'ai su, je me suis dis "ça y est je suis dans les statistiques!!", c'était courant: 1 grossesse sur 4).
j'ai aussi eu le droit aux clichés de mon enfant mort sous les yeux.
aucune compassion, rien, que dal!!

le lendemain rdv à l'hopital pour que l'on m'annonce qu'il était trop grand pour les médicaments, que l'opération était nécessaire. du coup, re-rdv gynéco, anesthésiste, prise de sang, réservation de la chambre... qu'est ce que je me suis sentie seule, complètement seule, même s'il était encore en moi.

avant hier, je suis entrée à l'hopital (encore), pour me faire opérée. le dossier était complet, sauf pourquoi je me faisait opérée. et voilà, il faut encore dire à 4 ou 5 personnes que tu viens pour un curretage (je voulais pas dire que 'avais fais une fausse couche, trop dur), et tout le monde de répondre "curretage désiré??" "non, putain mais notés le sur le dossier une bonne fois pour toute, qu'on arrete de me demander pourquoi je suis là"!!
on se sent encore plus seule, complétement seule.

à la sortie, le médecin vous dis que quelque douleurs seront là le soir même mais que le lendemain ca ira déjà beaucoup mieux.

ba rien, depuis ce jour je me sent encore plus seule, pourtant mon conjoint fait tout pour me consoler, mais rien, je me sens vide avec encore tous les symptômes de la grossesse. j'ai mal au coeur, au ventre, dans ma tête.
il faut annuler les rendez-vous pris, l'annoncer à la famille.

Pourquoi moi?? j'ai peur: pour mon couple, pour la prochaine grossesse, pour moi...pour tout en fait!!

c'est dur, très dur! alors oui, ce n'étais encore qu'un foetus, ma grossesse n'était pas encore très avancée, la douleur aurait été encore plus dure si cela était arrivé plusieurs mois après, je sais tout ça, mais rien n'y fais!!!

alors, je me dis QU'AVEC LE TEMPS...PEUT ÊTRE...

je m'excuse de la longueur de mon message, mais d'écrire me fais l'effet d'une thérapie, et je crois que c'est aussi pour cela que nous sommes toutes là. 

revenir en haut

loulette

Inscrit le :
22 mai 2012

Posté le: 26 mai 2012 13:25:18 EDT  
bonjour
je vois que l on es pas seule dans cette situation ca me reconforte et me desole aussi j espere qu un jour chaqu une de nous retrouvera sa paix interieure avec un jolie bebe que lon tiendra dans nos bras que l on oublira jamais je pense ce que l on viens de vivre mais accepter de vivre avec ....
elizabeth tu as eu du courage d avoir repris le boulot moi je devais y aller aujourd hui puis mon medecin m a conseiller de rester encore une semaine a la maison pour me reposer enfin j ai comme meme hate d y retourner pour etre occuper et eviter d y penser..
les filles je vous souhaites ume bonne fin de semaine et une immense pensee pour vous 

revenir en haut

elizabeth08

Inscrit le :
14 mai 2012

Posté le: 27 mai 2012 21:21:28 EDT  
Merci les filles de partager... Je me reconnais un peu dans chacune de vos histoires.

Ça fait deux semaines aujourd'hui que j'ai fait ma fausse couche. J'ai des hauts et des bas. La semaine de travail a été très difficile, mais c'est pire lorsque je me retrouve seule à la maison. J'ai besoin de m'occuper, de remplir ma tête pour éviter de penser...

J'ai décidé de prendre un RV avec une psy. Ne serait-ce que pour en parler. Je ne veux pas alourdir davantage l'atmosphère familiale... Mon chum est présent, mais il a ses limites, que je tiens à respecter. Et il y a ma fille qui, du haut de ses quatre ans, sent bien que sa maman est tout croche. Je ne veux pas qu'elle en souffre.

Et je cherche à faire la paix avec ma colère et ma culpabilité car elles me détruisent tranquillement. On a toujours su qu'on voulait un 2e enfant. J'aurais aimé les avoir "collés". Mais à cause de ma carrière, on repoussait ce projet toujours un peu plus tard. Maintenant qu'on étaient prêts et que j'étais à nouveau enceinte... le drame arrive... Je m'en veux tellement d'avoir fait passer ma carrière avant ce deuxième bébé... Et si la vie décidait qu'on ne pourrait plus avoir d'enfant ? Par ce qu'on a trop attendu ? Comment pourrais-je accepter ça ? J'ai 35 ans, mon chum bientôt 40 et ça m'inquiète beaucoup...

Je sais que tout ça n'est pas rationnel et c'est pourquoi j'ai décidé de consulter pour remettre un peu d'ordre dans mes idées...

Merci de me lire et j'ai une pensée pour toutes celles qui comme nous doivent traverser ces moments difficiles.  

revenir en haut

Charlie140

Inscrit le :
19 juin 2012

Posté le: 19 juin 2012 11:07:30 EDT  
Bonjour les filles,

Moi aussi ca me fait énormément de bien de vous lire. Je me sens moins seule. Je me trouve plus normale de réagir de la sorte...

Voici mon histoire.

Le 16 mai dernier j'ai fait un test de grossesse qui s'est avéré positif. Quelle belle surprise puisque mon conjoint et moi ne nous attendions pas à ce que je tombe enceinte puisqu'il a un une déficience en spermatozoïdes (condition pour laquelle il a déjà été opéré deux fois). J'ai vu mon médecin la semaine suivante et ce dernier a établi que j'étais enceinte d'environ 10 semaines. J'ai donc pris un rendez-vous pour la première échographie. Entre-temps j'ai commencé à avoir de légers saignements, mais le doute s'est rapidement installé. Lors de l'échographie on a pu voir un petit être minuscule dont le coeur avait cessé de battre a 9 semaines et 4 jours. Le choc total même si jamais eu des saignements, c'était une réalité en laquelle je ne voulais pas croire. J'ai eu un curetage 4 jours plus tard puisque mon travail ne me permettait pas de prendre congé. Ca été une semaine difficile car j'avais encore le petit bébé mort dans mon ventre. Depuis le curetage j'ai beaucoup de peine et j'ai comme une boule dans le coeur qui ne passe pas...J'ai peur que ce miracle qui est arrivé ne se reproduise plus. Je me sens coupable.

C'est déjà très difficile à vivre. Mais voilà que j'ai appris hier soir que ma belle-soeur est enceinte de 8 semaines. Le coup de grâce. Je suis très contente pour eux. Mais ca m'a fait revivre ma peine. Et maintenant je sais que chaque fois que je vais la voir je vais m'imaginer avec la bédaine que j'aurais du avoir...et mon petit bébé qui ne naîtra jamais. Je me sens mal de penser comme ca et je ne lui en veux pas mais ca fait ressortir toute la douleur que je m'efforce de combattre depuis deux semaines....Alors voila, au lieu d'aller mieux j'ai l'impression que je m'enfonce et je ne sais pas comment affronter cette nouvelle situation...

J'ai peur et j'ai mal...

Merci à vous toutes d'avoir pris le temps de lire... 

revenir en haut

shayo

Inscrit le :
28 août 2010

Posté le: 20 juin 2012 20:05:46 EDT  
bonjour les filles!!
je comprends tellements votre douleur et l'incompréhension des gens qui nous entourent face a notre peine et même note deuil a vivre. car bien souvent maintenant concevoir un bb c'est planifier et un coup le test positif arrivée wow quel joie!! une multitude de projet s'enchainent, on se projète parfois dans l'avenir et boum...ce que l'on pense arriver seulement aux autres nous arrive a nous.
J,ai fait 2 fc dans l,espace de 5 mois. a ma 1ere suite a une echo de 12 semaine le doc a constaté que le coeur avait cessé de battre a 10 sem. Ton bb est mort me dit t-il..ouff la claque au visage, le visage figé et le serement de gorge en choc totale. Lui serein devant la situation, car il en a vue d'autre mais moi, sous le choc totale. 2 obtions s'offre a moi laisser la nature faire ou provoquer la fc. je choisi la medication!!
Ah la bétise de mon choix, je me revoit faire les 100 pas dans la maison, de peur de voir ce qu'il va sortir, mon bb tant désiré et projeté dans l'avenir. Ah que jai été triste aterré même. je devais porter la vie et je portais maintenant la mort !!!
par la suite jai fait une petite dépression, et une obsession intense de revenir enceinte a nouveau. je voulais a tout prix que la vie reprenne son court comme elle devait être..porter la vie. mois apres mois, obsédée a l'idée d'etre enceinte a nouveau. test d'ovulation, température, vérifacation du col et tralala et boum tes positif au bout de 5 mois...yesmerci la vie tu me redonne ce que tu m,a pris. 7 jours plustard..début des crampes..ah non!! ah non!! je ne veut pas aller au toilette jai peur de voir ce que je ne veux pas voir..et oui fc naturelle. rechute dans ma peine, mais pourquoi moi??
28 jours apres ma fc naturelle, je suis en retard ah non pas encore enceinte..aussi bête que ca puisse paraitre non je n'ai pas le gout d'être enceinte aussi rapproché. jai en tête le vieux dicton jamais 2 sans 3. Je reste zen et ne fait aucun projet, et surtout je me creer aucun espoir!! mais je suis a l'écoute de mon corps et de tout signe avant courreur!! le temsp passe et a l'écho 12 sem bb est la un petit coeur clignote!! wow quel joie mais je m'emballe pas trop..jai déja vecu 2 echec en 6mois je ne veux pas revivre, je suis en mode protection!! ca n'a pas été une belle grossesse moralement et physiquement mais...
bref grand roman pour dire aujourd'hui jai un beau petit homme de 13 mois en parfaite santé..et même encore aujourdhui je repense encore aux dates que jaurais accoucher mais en restant positive je n'aurais pas aujourd'hui mon petit ange.
garder espoir les filles!! 

revenir en haut

Se connecter pour répondre