Les signatures forum sont temporairement désactivées.
Répondre au message

Aliénation parentale

Auteur Message

lyny

Inscrit le :
17 mai 2006

Posté le: 23 mars 2009 11:00:13 EDT  
Je trouve ça épouventable.

Tsé, à moins d'un vraiment gros traumatisme (enfant battu, viol ect...) je ne comprend pas comment une ado peut refuser à ce point de voir son père. Surtout quand celui-ci montre des signes qu'il veut s'impliquer.

Je pense que sa mère se tire dans le pied comme ça. Car un jour, sa fille va finir par comprendre ce qui s'est passé et là, elle va en vouloir beaucoup à la maman, je pense.  

revenir en haut

Syllie

Inscrit le :
02 avr. 2009

Posté le: 2 avril 2009 18:17:07 EDT  
Tu n'es pas la seule à vivre cette épreuve difficile...

Voici ma très longue et très pénible histoire...

Il y a presque 2 ans maintenant, mon ex a décidé de m'enlever la garde de nos deux enfants qui étaient âgés de 12 et 16 ans. En Cour, je n'ai pas pu m'objecter car ils avaient l'âge de décider d'eux-même... Nous sommes séparés depuis plus de 11 ans maintenant, et il a toujours dit que je faisais de l'aliénation parentale. Il est tellement émouvant en Cour ou devant un auditoire en parlant de moi, que si je n'étais pas son ex, j'en pleurerais pour lui...

Tant que j'avais la garde de mes enfants, on disait de ne pas m'inquiéter de toutes ses colères et de tout ce qu'il disait sur mon dos, parce que j'avais le plus important : mes enfants. Depuis qu'il a la garde, si tu savais à quel point il est stupide... Il est en train de créer de graves troubles psychologiques à nos enfants. Il a tout détruit... Ma relation avec ma fille est nulle depuis presque un an. Comme elle a maintenant 18 ans, je ne peux absoluement plus rien faire pour elle. Elle est au Cegep, en appartement et je n'ai même pas le droit de savoir où elle vit...

Mon fils de 14 ans, j'avais le droit de le voir seulement quand ça faisait l'affaire de son père... depuis le changement de garde, depuis juin 2007, j'ai eu le "privilège" de le voir 5 fois. J'ai revu ma fille une fois... Jusqu'à tout récemment, je marchais sur des oeufs pour avoir le droit de voir mon garçon de temps en temps. Il voulait venir, mais son père faisait tout pour faire "adonner" des rendez-vous ou des activités qui passaient bien avant une visite chez sa mère. Dernièrement, j'ai entrepris des démarches judiciaires pour avoir des droits définis, mais comme je ne paie pas de pension à mon ex, il s'interpose en disant que comme je ne paie rien, je n'ai droit à aucun autre droit que celui de téléphoner à mon fils. Depuis le début de ses démarches, depuis environ un mois, l'attitude de mon garçon a changé comme c'est pas possible...

Il est devenu grossier avec moi en me manquant de respect et en n'écoutant pas ce que je lui dis de faire. Il ne cesse de répondre "J'ai 14 ans et le droit de décider de ma vie." À chaque fois que je lui pose une question, il me dis "ça dépend... Est-ce que tu as arrêté les procédures judiciaire? Parce que tant que tu ne les arrêtes pas, je n'irai plus te voir et je ne te répondrai pas."

Mon ex n'arrête pas de dire que lorsque mon fils aura 18 ans, ils seront "enfin" débarrassés de moi...

Lui qui, encore aujourd'hui, clâme à tout le monde que j'ai fait de la destruction parentale pendant 11 ans, ne se gêne pas pour visiter ma soeur et écrire à ma mère toutes sortes de mensonges en me rabaissant. Il écrit que je suis de la merde et que si ma mère continue à me parler, c'est qu'elle ne vaut pas mieux que moi. Il veut à tout prix que j'aille en prison. Il a essayé avec la DPJ que j'ai eu sur le dos pendant des mois, ça n'a pas marché. Là, il a dit au juge, lors d'une audition à la Cour le 25 mars dernier, qu'il allait entreprendre des démarches pour m'accuser d'outrage au tribunal. Il se croit au dessus de la loi et il a décidé de se représenter lui-même cette fois-ci parce qu'aparemment, je fais exprès pour entreprendre ces démarches juste pour le mettre dans le trou "comme d'habitude". Tsé, le gars est policier... Il fait plus de 80 000$ par an alors que je travaille au salaire minimum et que j'ai deux autres enfants d'une autre relation dont le père ne paie aucune pension alimentaire.

Il dit aujourd'hui que je l'ai presque violé pour avoir nos 2 enfants et que je l'ai obligé à me marier... Dire qu'en réalité, je me suis ramassée en centre pour femmes violentées lors de notre séparation.... Alors que son sergent appelait dans le centre où j'étais parce que mon ex voulait à tout prix voir ses enfants, il m'a tellement dit de choses, tellement fait sentir que j'étais la pire des femmes, la pire des mères, que je suis partie en ambulance à l'hôpital pendant 2 semaines. Résultat : Choc émotif.

Avant de passer en Cour le 25 mars, je me suis renseignée sur ce dont il m'accusait depuis des années : l'aliétation parentale. J'ai été horrifiée car tout ce qu'il a toujours dit et fait, concorde avec ce profil de parent aliénant. Où le bas blesse, j'ai demandé à 2 reprises des expertises psycho-sociales car il tentait d'aliéner mes enfants, mais ça n'a jamais rien donné de positif pour moi... Ça disait juste que j'étais une mère ordinaire, une femme ordinaire, que j'avais le droit de garder mes enfants malgré que je faisais de l'aliénation parentale... Non, ce n'est pas une blague... j'ai vraiment été accusée de ça. Je te jure que c'est lui qui en fait, mais qu'il est tellement bon acteur que n'importe qui peut s'y faire prendre.

Je repasse le 28 avril prochain. Une autre expertise sera demandée. La semaine dernière, j'avais des droits d'accès pour mon fils, mais il ne voulait pas venir, malgré que le juge a été très clair en disant à mon ex et en l'écrivant dans le jugement, qu'il devait l'encourager. Mais rien à faire. Il a même appelé la police et il a eu droit à de l'aide instantannée alors que moi, j'ai demandé d'être escortée et jamais je n'ai pu avoir ce privilège... Mon ex m'a accusé de toutes sortes de choses. Il était très agressifs envers moi, mon fils était à côté de lui, mais... entre confrères, on se protège voyez-vous... J'ai été obligée, en plus de tout ça, de déposer des plaintes contre 2 policières en déontologie.

J'ai décidé d'aller jusqu'au bout, parce qu'un matin, je pleurais et j'avais l'impression que mes enfants étaient morts... sauf qu'ils ne le sont pas. J'ai l'impression qu'on a arraché une partie de mon coeur. La douleur est insupportable par moment. Et ce n'est pas normal que des enfants vivent sans un parent qui n'est pas mort lui non plus... J'avais déjà perdu ma fille. J'étais sur le point de perdre mon fils. Peu importe la décision que je prenais, je les perdais tous les deux. Je ne peux plus rien faire pour ma fille vu qu'elle est majeure, mais je vais au moins tenter mon possible pour mon garçon. S'il me reste une petite chance de le récupérer, je vais le faire.

Le plus dur pour moi dans tout ça, ce sont les gens que me disent : si j'étais à ta place, je laisserais tout tomber... Surtout que ça vient de ma mère, je trouve ça très dur. Baisser les bras devant toutes les menaces que je reçois, c'est le faire gagner. Au pire, il mettra ses menaces à exécution et mes enfants perdront leur mère pour de bon... Parce que oui, il me menace. Il a le droit, il est policier...

Je te suggère de ne jamais baisser les bras et dis-le à ton conjoint. Il a le droit de revendiquer son rôle de père. Un enfant aime ses deux parents. Si ton enfant te hait, c'est qu'il t'aime encore. S'il ne t'aimerait plus, ce serait de l'indifférence qu'il te servirait... Tant qu'il y a de la haine, il y a de l'amour. Dis à ton conjoint de ne pas faire mon erreur... J'ai attendu trop longtemps et maintenant que ma fille a 18 ans, elle est aliénée et je ne peux plus rien faire pour la récupérer, à part attendre qu'elle revienne d'elle-même ou d'apprendre qu'elle s'est suicidée pour de bon cette fois... Rien ne me dit qu'un jour, je la reverrai car elle est trop instable. Elle ne voudra peut-être jamais se rendre compte parce que la douleur serait trop grande à supporter pour elle...

J'ai 5 enfants. J'en ai deux ici qui sont déchirés par tout ça et une petite dernière qui ne connaîtra peut-être jamais son grand frère et sa grande soeur. J'ai appris avec les années que si tu baisses les bras, tu fais gagner le parent aliénant. Un parent qui détruit la relation entre son enfant et l'autre parent, détruit d'abord son enfant... Mais ça, ils ne sont pas capables de s'en rendre compte... Ils sont des abuseurs d'enfants...

J'espère que mon histoire vous aidera... Ne baissez jamais les bras...  

revenir en haut

Syllie

Inscrit le :
02 avr. 2009

Posté le: 4 avril 2009 05:53:03 EDT  
Ce que vous vivez, je l'ai vécu il y a quelques années... À mon grand désarroi, tout m'est retombé dessus parce que mon ex a tellement une grande facilité à la victimisation, qu'il a réellement été perçu comme "ma" victime...

Heureusement (disons que le mot sonne un peu faux, mais bon, ça prenait un mot Rolling Eyes ) pour moi aujourd'hui, je n'ai plus la garde de mes enfants et son discours n'a pas changé... Tout ce qu'il raconte n'a plus aucun sens, surtout quand il radote que je fais de la destruction parentale mais que ce sont mes enfants qui ne me voient plus aujourd'hui... Il est tellement en état de vengeance extrême à mon égard, qu'il a l'air d'en perdre les pédales... Surtout qu'il se croit au-dessus de la loi et qu'aucun juge ne me donnera raison (enfin, c'est ce qu'il croit), comment pourrais-je entretenir un lien de parent avec cet homme? Impossible...

Moi aussi, j'ai fait comme vous. J'ai laissé mes enfants au soin de leur père pour respecter leurs choix. C'est comme si je ne m'étais pas battue pour eux. Enfin, c'est ça que mon ex raconte... J'ai parlé à plusieurs intervenants pour savoir ce que je devais faire, et tous étaient unanimes pour me dire qu'il fallait que mes enfants puissent choisir de vivre où ils voulaient étant donné leur âge. Sauf que oui, normalement, cela est vrai. Il faut laisser des choix à nos enfant. Mais lorsqu'il y a un des deux parents qui détruit l'autre, c'est là que la justice devrait intervenir et dans bien des cas, beaucoup plus rapidement avant qu'il soit trop tard.

Je pense que plus les années passent, et plus le parent fautif fait des gaffes. Avoir tout noté, c'était la meilleure chose à faire puisque vous avez accumulé des évènements et donc, vous ne partez pas avec rien. Moi, quand j'ai su que mon ex avait envoyé une lettre de 10 pages manuscrites à ma mère et ma soeur, à quelque part, j'étais hors de moi, mais d'un autre côté, j'ai une belle preuve écrite de sa main, envoyé à une autre personne que moi et où il me sert de fausses accusations, où il ne se gêne pas pour me rabaisser et me traiter en ses termes de "merde". Je pense qu'avec ça, je pourrais même le poursuivre pour diffamation et atteinte à la réputation. Sauf que si je fais ça, j'ai bien peur que ma vie s'écourte dangereusement...

C'est drôle parce que dernièrement, aux nouvelles, on a entendu plusieurs histoires de meurtres sur des enfants qu'un des parents vivant mal la séparation, s'en ait prit à ses propres enfants et à son ex... J'espère que ces cas ouvriront les yeux des juges. Il y a des fous dans la société qui ne paraissent pas fou et qui occupent des bonnes positions d'emploi. Moi, je ne veux pas être une statistique... Je veux juste que mes enfants puissent être libres de penser par eux-mêmes...

Non, je ne suis pas parfaite et je ne l'ai jamais été. J'ai fait des erreurs comme tout le monde en fait. Que des enfants apprennent qu'un de leur parent n'est pas parfait parce que l'autre en fait continuellement la remarque, ce n'est pas la fin du monde, mais de prétendre parce qu'un parent n'est pas parfait, qu'il n'est pas normal, c'est fausser et inculquer dans la tête d'un enfant maléable, que d'aimer ce parent imparfait est impossible.

J'ai vraiment de la peine pour mes enfants... Mais également pour tous les enfants qui subissent ces mauvais traitements... Les miens sont sous l'emprise d'un père qui veut à tout prix protéger ses enfants de leur mère imparfaite que je suis. Ordinairement, comme ton conjoint n'a pas la garde de sa fille et que c'est sa mère qui fait de l'aliénation parentale, c'est une situation très répandue et facile à prouver. Moi, ma difficulté, c'est que je vis l'inverse et que c'est plus difficile à croire pour les intervenants qu'un homme puisse à se point rabaisser la mère de ses enfants...

Depuis combien de temps votre demande d'expertise a été déposée? Il me semble que c'est si long... Trop long en fait car l'autre parent peut à sa guise manipuler en sachant ce qui s'en vient. C'en est même désespérant... 

revenir en haut

Tayania

Inscrit le :
25 oct. 2008

Posté le: 10 avril 2009 13:47:52 EDT  
Voilà, lundi matin le représentant pour l'expertise ce présentera chez nous. Ensuite, il visitera le domicile maternel pour finalement revenir mais cette fois-ci avec ma belle fille.

C'est stressant de savoir que la "petite" devra venir ici puisqu'elle le refuse depuis septembre en ajoutant chaque fois de nouvelles raisons. Refusera t-elle? A t-elle le droit de refusé? Et si elle vient, nous serons témoin de ce qui sera dit, qu'est-ce qui sera dit justement? Évidement, nos savons que des mensonges seront dit, faut-il y réagir?

Je crois comprendre les raisons pour lesquelles il va venir avec ma belle-fille, voir comment notre famille réagit face à elle et si nous autant qu'elle tiendrons les même propos en la présence de l'autre.

Ce matin j'ai parlé avec les garçons pour leur expliqué ce qui se passera et j'ai pris soin de leur redire qu'il ne faut pas en vouloir à notre puce qu'elle traverse présentement une période difficile et que c'est pour l'aider tout ça et non la tenir responsable de la situation. Comme vous pouvez en douter, à cet âge les jeunes sont "frustrés" par ce qu'il se passe. ils comprennent mal la situation et surtout pourquoi elle ne désire plus "les" voir alors qu'ils n'ont rien fait. Il se sentent coupables pour des accusations qu'ils savent être mensongères, ils ont souvent été témoins de choses dites par ma belle-fille et sa maman qui les ont blessés.

Mon plus vieux se rapelle que la maman m'a traîté ouvertement de "vache" parce que j'étais assise dans la voiture stationnée devant chez elle et qu'elle considerait que je devais pas y être car c'est chez elle. Qu'elle m'a clairement fait des menaces me souhaitant la mort haut et fort disant que je n'avais pas ma place dans la vie de ma belle-fille. Il se rapelle car il était présent et avait été choqué par ces paroles. Il avait alors dit que la maman avait un sérieux problème à la limite de dire qu'elle était folle d'agir ainsi surtout devant la petite soeur de 4 ans en hurlant à tue-tête brassant la bras de la petite parce qu'elle gesticulait. Celle-ci pleurait disant " maman j'ai peur". Mais c'est bien elle qui hurlait, moi j'étais assise n'en revenant pas de ce qu'elle disait, silencieuse ne désirant pas agraver les choses... À quoi bon, elle est persuadée être en droit d'insulter et menacer les gens.

Certes, mon fils en fera part à l'expert si il demande son opinion, ce qu'il espère de tout coeur. Il dit vouloir revoir "sa soeur", elle lui manque il en parle tout les jours depuis septembre.

Le week-end sera long et pénible mais enfin la semaine prochaine il restera peu de temps pour un verdict plus clair vue par des professionnels.

 

revenir en haut

Tayania

Inscrit le :
25 oct. 2008

Posté le: 13 avril 2009 21:33:22 EDT  
Première visite effectuée ce matin. J'ai trouvé cela... comment dire... bref, impersonnel et très incomplet. L'expert n'a voulu regarder que les lettres de la psychologue et celle du médecin sinon toutes les autres "preuves" suggérées par notre avocate sont restées dans leur pile, il n'a pas voulu les regarder. Exigence de réponse très brèves et d'ordre générales.

Mon mari était hyper nerveux, ce faire "juger" dans notre rôle de parent c'est difficile et surtout on espère tellement détenir "la bonne" réponse. Il a été franc et honête mais légèrement maladroit, reste que je suis fière de lui.

La suite, une visite de ma belle-fille samedi prochain avec l'expert en guise de "médiateur". Il nous dit vouloir évaluer la dynamique dans une routine normale tel un repas ou un jeu en famille... "normale" faut le dire vite après 7 mois sans voir notre puce je craint un froid, une certaine gène et avouons-le une bordée de questionnements qui brûleront nos lèvres... L'expert nous rassure en disant que les enfants pourront dire leur sentiments ouvertement et sans crainte, il sera justement là pour tempérer la situation.

Il nous explique ensuite qu'il faudra attendre entre 5 à 7 semaines pour que le rapport soit complété et quelques semaines de plus pour enfin avoir un verdict. Donc, avec le retour de l'été nous devrions avoir des nouvelles. Donc plus de 9 mois se seront écoulés depuis le dbut de ce cauchemard...

Je reviendrai après la rencontre de samedi prochain, à bientôt!

 

revenir en haut

Tayania

Inscrit le :
25 oct. 2008

Posté le: 20 avril 2009 21:12:44 EDT  
Voilà, le résumé de la visite de samedi matin...

Beaucoup d'émotions, nous étions vraiment heureux de la revoir et de la prendre dans nos bras. Elle fût très réceptive et émotive face à cette rencontre.

Mon plus vieux était celui vivant le plus de frustrations je crois. Il avait un air sérieux mais triste à la fois. Il lui posa plusieurs questions directs et sans gants blancs. Elle répondit à quelques unes étonnament avec la mention : ma mère m'avait dit que..." Voilà nous en revenons à la première raison qu'elle évoquait en septembre. Elle dit que plusieurs fois que sa mère lui a dit telles ou telles autres choses sur son père et le déroulement des l'auditions devant juge du mois de septembre et novembre 2008.

À la question :" Qui t'as dis que tu souffrais d'anorexie? Parce que nous avons les lettres de la psychologue et le médecin et ni l'un ni l'autre ont posé ce diagnostique". Elle reste bouche-bée répondant après quelques secondes:" Ben c'est parce que je ne mangeais pas mes lunchs à l'école". Elle ajoute alors qu'elle a rencontré son médecin et qu'elle a du donner son sang pour analyse et que ceci était pour avoir des "pillules". Nous avons alors pris soins de lui expliquer que cette prise de sang était pour le bilan sanguin annuel, ce qui est tout à fait normal pour toutes jeunes femmes ayant débutés ses menstruation dans le but d'éviter l'anémie ou des troubles reliés aux glandes telque la tyroïde etc. Elle semblait très surprise de cela surtout quand nous lui avons dit que ce bilan était heureusement parfait aux yeux du médecin et qu'elle devra avoir des prises de sang plusieurs fois durant sa vie pour s'assurer que tout soit normal.

Elle s'est mise à pleurer en entrant dans sa chambre, elle aime la nouvelle déco et j'en suis très heureuse. J'y ai passé tellement d'heures a penser à elle espérant que ce que je faisais elle l'aimerait. Elle a aussi aimé son cadeau de noël et anniverssaire.

L'expert lui a expliqué lui-même que la psychologue ou le médecin ont le droit de parler à son père et de lui expliquer de façon brève les raisons pour lesquelles ma belle-fille les consultent. Ce qui cessera le fait qu'elle croit que mon mari lui ment en disant les avoir contacter.

La rencontre ce termine avec le questionnement de l'expert sur ses intentions prochaines. Elle répond qu'elle désire téléphoner pour communiquer et qu'elle tient à revenir nous visiter.

Donc, une rencontre très satisfaisante pour nous. Reste à voir si d'ici le résultat de cette expertise elle tentera de nous contacter...
 

revenir en haut

lyny

Inscrit le :
17 mai 2006

Posté le: 22 avril 2009 19:17:07 EDT  
Oh, Tanayia, je suis vraiment contente pour vous! C'est définitivement un pas dans la bonne direction. L'intervenant va bien voir de quoi il s'agit, et j'espère qu'il va faire de quoi!


Pauvre chouette, elle a du être très désorienté. Au moins, elle sait maintenant que vous avez son bonheur à coeur.  

revenir en haut

nibelung

Inscrit le :
10 nov. 2009

Posté le: 10 novembre 2009 20:56:31 EST  
don't give up
Bonjour Tayana,


Je t'ai lu avec grande attention.
Sincèrement, vous avez été très patients avant de demander une expertise psycholégale.
Ne vous découragez pas. Gardez confiance en le jugement du psychologue qui voit généralement très bien le jeu dans lequel l'enfant est souvent pris.

Personnellement, je vis une situation très similaire. Ne lâche pas et ne doute pas des bons soins parentaux ni de l'amour que tu peux offrir à cette enfant. Il ne faut pas en douter même si l'enfant lui-même prétend le contraire. En cas d'aliénation parentale, l'enfant finit par affabuler plein d'histoires rocambolesques.

Personnellement, mon beau-fils de 13 ans a inventé être persécuté par son père qui l'aurait obligé à dormir dans le placard sous les escaliers. Il soutient que mon conjoint, son père, est très violent envers lui. Que c'est un mauvais père. À l'entendre, on dirait presque le miroir de sa mère, rapportant les propos médisants et dégradants qu'elle peut tenir contre mon conjoint. J'imagine que ces propos sont à la mesure de sa souffrance intérieure... et de sa rancoeur d'avoir perdu son mari qui l'a quittée. Je n'en sais trop rien.

Néanmoins, je me demande ce qui passe dans la tête de mères pour agir de la sorte en effectuant un vrai lavage de cerveau sur leurs enfants au point de tenter de briser la relation papa-enfant.

Franchement, je crois sincèrement que certaines mères sont dérangées du ciboulot. Je ne peux pas comprendre qu'une mère mette ses enfants en danger de la sorte, en grande souffrance et les prenne en otage à ce point. L'enfant vit un énorme conflit de loyauté et d'immenses tensions quand une mère exige de son enfants qu'il/elle rejette son père. Il est rare que l'inverse survienne. Pourquoi? Sommes-nous des veuves noires nous les femmes??? Je n'en sais rien.

Mon plus jeune beau-fils est d'âge scolaire et il pleure souvent. Il nous dit qu'il a une meilleure famille (et c'est la famille de sa mère) et qu'on ne l'aime pas. Qu'on a un petit coeur et que seules sa mère et sa grand-mère maternelle l'aime. Même si je le rassure du mieux que je peux et que son père lui démontre un amour infini: câlins, dodos, repas, attention papa-enfant, etc... rien n'y fait. La destruction lente et programmée de son ex fait son oeuvre. Cela fait deux ans et demi que ça dure. Je n'ai pas bon espoir que cela se résolve facilement.

Nous aussi on va devant les tribunaux. C'est pas facile. Je peux vous le dire. La mère a exigé une expertise psycholégale qui s'est retournée contre elle. Elle voulait utiliser le rapport d'expertise pour justifier sa demande de garde exclusive prétextant que mon conjoint est un mauvais père. Suite au rapport, il a plutôt été mentionné qu'elle devait se faire soigner et que les enfants devaient se faire soigner également.

Mais vous savez, le système judiciaire est assez mal fait par bout. Cela fait un an qu'on se battait pour obtenir des traitements pour les enfants. Maintenant, le juge l'a ordonné. Il a ordonné aussi une expertise pour déterminer s'il y a ou non aliénation parentale et si un changement de garde doit être ordonné. On retourne en cour dans pas long.

C'est vraiment pas simple. En attendant, on a crise sur crise à la maison. Une semaine chez maman à entendre toutes sortes de bêtises sur leur père... la semaine où les enfants sont chez nous est souvent difficile... nous recevons beaucoup d'aide extérieure dont du CLSC. Heureusement!!!

Alors ne crains rien... l'expert aura vu clair dans tout ça. Il va émettre des recommandations dans son rapport... j espère que le juge en tiendra compte. Assure-toi simplement de repasser devant le juge immédiatement ou très rapidement après...

En ce qui nous concerne, mon conjoint vient de recevoir sa facture pour la dernière visite au tribunal: 3240$ canadiens. C'est beaucoup d'argent. Mon chum a deux jobs pour y arriver... pour payer les pensions à elle (qui s'est mis sur le BS lors de la séparation) et pour les enfants quand ils sont en garde chez elle.

Vous savez, parfois moi j'ai honte d'être une femme. Comment peut-on tant exploiter un homme des années après s'en être séparée.. dites-moi. Pourquoi un système judiciaire permet-il une telle chose? Honte de voir que certaines mères agissent plus comme des enfants que comme des adultes: ne travaillant pas et se laissant vivre à distance. C'est vraiment la grosse misère sociale ça... quand tu fais pitié auprès de tes enfants car tu ne reçois QUE une pension d'environ 1200$ par mois... alors que tu ne travailles pas... et que tu réclames une augmentation de pension... au lieu d'aller travailler.

Je me demande quand est-ce qu'on va avoir des juges assez courageux pour dire aux femmes: Madame, levez-vous et aller travailler. Bon dieu, on est plus en 1940 après tout.

Quand est-ce que ces femmes vont réaliser qu'elles tuent leur enfant à petit feu... comme la mère de ta belle-fille Tayania. Quand vont-elles cesser de leur donner des coups de batte de baseball verbales qui tuent et martyrisent leur enfant qui n'a pas le droit d'être heureux en dehors de leur présence.

Un enfant, ce n'est pas un objet.
Enfin voilà.. j'en aurais long à dire.
Et c'est curieux de parler de la sorte, moi, une femme sans enfants... mais acceptant et aimant beaucoup les enfants de mon conjoint. Parfois, je me dis que je suis plus mère que leur propre mère en prenant soin d'eux et en la valorisant même si elle dévalorise tellement mon conjoint de son côté.

Voilà ma réflexion pour ce soir.












 

revenir en haut

[email protected]

Inscrit le :
10 oct. 2011

Posté le: 10 octobre 2011 03:35:44 EDT  
la fureur d'un mari n ayant jamais accepter le divorce
je vis une situation similaire à la votre, maman d une famille recomposée de 8 enfants dont 3 filles avec mon ex mari.mes deux filles ainées sont totalement détruites par les propos malveillant de leur papa. Mon ainée qui à19 ans mene sa petite loin de moi,ma deuxième louloute de16 ans se retrouve dans un centre therapeutique pour ado, elle est tellement detruite et seule que je craint le pire pour elle.Comment puis je protéger ma petite de12 ans?comment nous protéger de ce manipulateur,il nous a toute détruite et ne se cache pas de sa victoire et ses intentions malgrés cela il est arrivé a me faire douter de moi et si il avait raison j en fait peut etre pas assez,et si j étais vraiment une mauvaise mère. si moi adulte avertie il a mit le doute dans ma propre tete que doit il se passer dans la tete de mes filles? 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
20 juil. 2009

Posté le: 20 décembre 2011 00:15:12 EST  
Je vous conseillerais un psychologue qui fait des expertises psycholégales et qui à le pouvoir de relationner avec des policiers si nécessaire pour aider ton enfant et ou toi-même. Attention il faut bien le choisir et prendre le temps de le rencontrer avant de lui donner un mandat. Je te conseil un psychologue averti qui connait bien les pervers narcissiques (ceux qui détruisent...). Je suis dans un cas semblable qui était au familiale (poursuite par mon ex et bla bla bla...) et qui s'est rendu à la DPJ (pour du bla bla bla...) malheureusement et la seule personne qui puisse arrêter son délire est une psycholégale ou psychiatre légale.  

revenir en haut

Se connecter pour répondre

Calculatrice d'ovulation

Entrez la date de la première journée de vos dernières règles et la durée moyenne de votre cycle

Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Google+ Instagram Youtube RSS

Wooloo Popsicle

3181 vues / 0 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!