Imprimer Fermer

L’implication du père

L’adaptation à notre rôle de mère est par moment exigeante, mais comment cela se passe-t-il pour notre conjoint? Est-ce que nous comprenons et acceptons sa façon de s’adapter? Voici une petite réflexion sur la paternité pour mieux comprendre…

Être père

La paternité peut créer chez notre conjoint une grande insécurité face à sa capacité à être un bon père tout comme pour nous qui voulons être une bonne mère. Il veut offrir ce qu’il y a de mieux à son enfant sans nécessairement savoir de quoi il s’agit. Tout au long de cette expérience, il cherchera à déterminer ce qu’il peut offrir et comment le faire. Souvent, il se réfugiera dans ce qu’il connaît le mieux : le travail, car être pourvoyeur est naturel et valorisant pour lui, surtout dans ces moments où il se sent maladroit.

Notre partenaire a lui aussi besoin d’être valorisé et d’être reconnu pour le père qu’il est! Malheureusement, lorsque la reconnaissance des autres et la nôtre ne sont pas présentes cela peut amener notre homme à se désengager. Il s’impliquera de moins en moins croyant qu’il ne sert à rien. Il n’agit pas ainsi par provocation ou par désintérêt, mais davantage comme protection, il croit éviter ainsi les reproches et les critiques!

Et pourtant, la mère que nous sommes aura tendance à lui reprocher son manque d’implication et nous nous en inquièterons. Nous chercherons à comprendre, mais il sera difficile de ne pas juger ce comportement qui nous semble incompréhensible! Et nous nous demanderons « Que se passe-t-il, n’aime-t-il pas notre enfant? » Soyons rassurées, il ne s’agit pas d’un manque d’amour, mais bien de peurs; peur de se tromper, d’être critiqué, jugé, dévalorisé et pire, humilié!

L’impuissance ressentie par le père doit absolument être nommée. Quoi de pire pour un homme que se sentir inadéquat ou inutile? Pourtant, plusieurs situations peuvent déclencher ces états : l’accouchement, nos émotions de mère, les pleurs et les soins à donner au bébé. Il faut cesser de croire que tous les hommes s’adaptent facilement à leur nouveau rôle.

Lorsque le père s’implique, il doit ressentir le soutien et l’approbation de sa conjointe. Il a besoin d’elle pour devenir père tout comme elle a besoin de lui pour devenir mère. C’est ensemble que nous nous découvrons parents, et le regard bienveillant de l’autre est d’une importance capitale.

Fausses croyances

Il est vrai que plusieurs hommes croient à tort que leur conjointe sait comment prendre soin d’un bébé, qu’elle saura décoder ses pleurs et qu’elle aura les réponses à toutes les situations. Cette croyance crée beaucoup de pression chez la mère qui très souvent se sent elle-même dépassée par la réalité. De son côté, la mère croit souvent que son conjoint s’adapte sans difficulté à son nouveau rôle et qu’il ne vit aucun bouleversement. Or si personne ne parle de ses croyances et de son ressenti, chacun agit dans l’incompréhension de l’autre. Cette incompréhension engendre des conflits et des échanges blessants, alors que l’expression authentique de notre vécu permet un rapprochement et une plus grande complicité.

Jouer son rôle

Dans la façon où chacun joue son rôle, il est souvent question de la notion de prendre sa place ou encore de laisser la place à l’autre. Prendre sa place signifie que l’homme doit s’affirmer dans son désir de donner des soins au bébé et d’agir en conséquence. Pour ce qui est de la notion où la mère doit laisser la place au père, cela signifie que celle-ci n’intervient pas ou peu lorsque le père interagit avec l’enfant. De toute évidence, il est nécessaire que l’homme démontre concrètement son désir de s’impliquer et que la mère accepte qu’il ait sa propre façon de faire pour que ça fonctionne.

Or, ce n’est pas toujours aussi simple que ça! Il est clair qu’on ne peut pas reprocher le manque d’implication d’un père seulement parce que la mère émet des critiques! Gardons à l’esprit que devenir parent est un changement important et que chacun sera touché émotionnellement. Les peurs, les doutes, l’éducation, le passé et les manques se manifesteront et souvent nous ne le réalisons pas! Pourtant, leurs effets sont bien réels, autrement comment expliquer le manque d’implication d’un père ou le côté « contrôlant » de la mère? Dans ces deux exemples, il y a des raisons profondes qui motivent ces comportements! Donc avant de jeter la pierre, il serait souhaitable que chacun se demande ce qui le motive à agir ainsi. La prise de conscience étant le premier pas vers la bonne direction.

Étant donné que nous ne pouvons pas changer notre conjoint, nous aurions avantage à reconnaître nos attentes envers lui et à accepter que nous vivons cette expérience différemment. Respecter et valoriser nos différences nous rapprochent l’un de l’autre!

Pour approfondir ce thème, je vous invite à participer à l’événement-conférence « Pour être un parent épanoui de jour et de nuit. »  Visitez le www.etremaman.ca.

Isabelle Dagenais

Conférencière sur le mieux-être maman

Depuis la naissance de sa première fille, Isabelle Dagenais a choisi de mettre ses connaissances en sexologie et en travail social au service des mamans. Elle a créé les Conférences/Ateliers Être maman dont le but est de contribuer au bien-être émotionnel, relationnel et sexuel des mères. Pour plus d’information concernant ses conférences et ateliers, visitez son site internet, Être maman et suivez-la sur Facebook. Être maman pour le meilleur et pour le pire par Isabelle Dagenais Éditions de Mortagne 2011 ISBN 9782890749849 19,95 $

Cette semaine

Commentaires

Suivez-nous

  • Facebook
  • Twitter
  • Forum Forum 92 452
  • RSS

Mamanpourlavie.tv

Les loisirs pour enfants - Vidéo

5667 vues / 0 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!