Imprimer Fermer
Loisirs

Comment développer l’esprit sportif?

Votre enfant se fâche, boude ou crie à l’injustice lorsqu’il perd? Quand il gagne, il tend à se moquer de ses adversaires et à bomber exagérément le torse? Et si on l’aidait à développer son esprit sportif?

De plus en plus, les arénas se dotent d’un code de conduite à l’intention de leurs petits joueurs et joueuses de hockey…ainsi que de leurs parents. Ces affiches rappellent les règles : C’est un JEU; Nous sommes ici pour avoir du PLAISIR; c’est une ligue RÉCRÉATIVE, etc.

En effet, il semblerait que plusieurs enfants apprennent à avoir (très) à cœur le fait de gagner, d’être le meilleur, le plus rapide et le plus talentueux. Ils deviennent donc très compétitifs, acceptent mal la défaite et se vantent lorsqu’ils gagnent. Ils peuvent se moquer des coéquipiers moins talentueux et jalouser les meilleurs.

Ces observations sont faites en contexte sportif, mais également dans le cadre académique, scolaire, social et récréatif aussi. Ce BESOIN de performance et de se trouver au-dessus de la mêlée semblent devenu la norme si on se fie aux cas d’anxiété de performance grandissante chez les enfants et les adolescents.

Alors, comment aider nos enfants à cet effet?

Être bon gagnant

Agir en bon gagnant, ça s’apprend! Encourager les autres, les féliciter pour leurs bons coups et comprendre que faire cela ne nous enlève absolument rien, bien au contraire. Se montrer fier pour autrui, être inclusif avec les coéquipiers moins performants et savoir souligner leurs réussites est la définition même d’un bon gagnant. Serrer la main à l’équipe perdante, reconnaître leurs efforts et bien sûr, célébrer sa victoire sont également des façons de se montrer bon gagnant.

Que ce soit via des jeux de société, des matchs de soccer familiaux, des bricolages coopératifs, on peut, en tant que parents, favoriser un climat de collaboration, d’entraide et d’esprit d’équipe en plus d’agir en modèle pour que nos enfants apprennent de nous et de nos façons de faire adéquates.

Être bon perdant

Perdre avec la tête haute, c’est reconnaître que le gagnant a mérité sa victoire. C’est admettre qu’on a tout de même eu du plaisir, qu’on a fait notre possible et en être satisfait. C’est avoir une estime de soi suffisamment solide pour comprendre que vivre un échec ne fait pas de NOUS un échec. Que cet échec nous permet d’apprendre et de parfaire nos façons de faire. Encore une fois, ces apprentissages peuvent être faits dans le quotidien, via les échanges, les activités et les jeux faits en famille.

Apprendre à collaborer

Apprendre à collaborer est une habileté sociale complexe qui implique de :

  • Nommer ses idées
  • Être à l’écoute de celles des autres
  • Suivre des règles
  • Formuler des règles
  • Partager
  • Attendre son tour
  • Encourager les autres
  • Accepter de l’aide
  • Offrir son aide

Comme n’importe quoi, une habileté se développe à force de répétitions, d’efforts et de contextes pour s’exercer.

Pourquoi ne pas offrir un modèle prosocial à votre enfant tout en lui offrant divers contextes lui permettant de se pratiquer? Amusez-vous bien!

Stéphanie Deslauriers

Psychoéducatrice

Stéphanie Deslauriers est psychoéducatrice de formation et auteure de passion. Depuis 2012, elle a publié plusieurs livres, dont un qui a remporté le Grand Prix du Livre de la Montérégie 2015. Elle se promène à travers le Canada pour animer formations et conférences. Peut-être l'avez-vous aperçue sur les ondes de Télé-Québec à l’émission Format Familial, où elle participe à la chronique « Prenez un numéro » ou encore, sur les ondes de TVA et LCN afin de commenter l’actualité? Le moins qu’on puisse dire, c’est que Stéphanie déborde d’énergie et d’inspiration.

Cette semaine

Commentaires

Suivez-nous

Facebook Twitter Pinterest Google+ Instagram Youtube RSS

Patrick Lagacé dans son quotidien

24164 vues / 0 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!

Nos partenaires