Imprimer Fermer

L'accouchement : des signes avant-coureurs prouvés scientifiquement

Des chercheurs ont publié une recherche selon laquelle il existerait plusieurs symptômes notables qui précéderaient l’accouchement.

Saviez-vous qu'il existerait plusieurs symptômes notables qui précéderaient l’accouchement?

Mise à part la perte des eaux, un signe plutôt évident annonçant une naissance prochaine, il existerait des signaux chimiques échangés entre la mère et son fœtus qui anticiperaient l’accouchement. Bien que les scientifiques prédisent un autre 5 ans de recherches pour résoudre l’énigme, le premier symptôme annonciateur de l’accouchement récemment identifié chez les souris serait une protéine, connue du nom de SP-A, qui serait émise par le bébé. Reconnue pour protéger les poumons du nouveau-né contre les infections, cette protéine se mettrait à grimper dans le fluide amniotique deux jours avant l’accouchement. Reconnaissant que le bébé aura besoin de respirer dès sa sortie à l’extérieur, il est donc tout à fait logique que cette protection antibactérienne se mette à augmenter quelques heures avant.

Toutefois, selon la revue Science, il ne s’agirait pas du seul signal puisque la progestérone, qui est produite en grande quantité par le placenta, deviendrait moins omniprésente au profit de l’œstrogène qui prendrait la relève pour exciter le muscle utérin.

Comment cette transition se fait-elle et surtout, à quel moment?

Au milieu des années 90, une équipe de chercheurs australienne a identifié une hormone produite par le placenta, et connue sous le nom de CRH, qui s’intensifierait de façon prévisible tout au long de la grossesse. En atteignant un certain quota, elle déclencherait ainsi le signal attendu par l’œstrogène. Un endocrinologue de l’Université de Toronto est arrivé à la conclusion qu’un régime alimentaire faible pourrait accélérer la montée du CRH et ainsi provoquer des naissances prématurées.

Quant aux inflammations diverses (infections bactériennes, réactions allergiques, contraction du muscle utérin) constatées juste avant l’accouchement par les médecins, sont-elles un signal d’alarme ou plutôt une réaction normale de défense du corps? Jusqu’à ce jour, les études n’ont encore rien prouvé. En comprenant de mieux en mieux tous ces échanges chimiques, il sera possible de prévenir les naissances prématurées (6 à 10 % des grossesses) par des médicaments adéquats.

Source : Agence Science-Presse, mai 2004

Cette semaine

Commentaires

Suivez-nous

  • Facebook
  • Twitter
  • Forum Forum 93 031
  • RSS

Mamanpourlavie.tv

La réanimation cardio-respiratoire de bébé (RCR) - Vidéo

39124 vues / 7 commentaires

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!