Imprimer Fermer
Blogues

La parentalité positive, le choix du coeur

Et si, le choix de l’éducation positive était aussi un choix pour soi? La parentalité positive nous renvoie à nos valeurs, mais aussi à nos ambitions les plus chères, parce qu’elle véhicule des notions de bienveillance et nous fait un écho chaleureux, rassurant.

Pour accéder à cette évidence, il faut y adhérer bien sûr, s’en imprégner et y croire. Comment réussir à saisir l’essentiel de ce mode vie si on n’est pas convaincue de ses bienfaits? Oui, on pense au bien-être de nos enfants, mais on doit s’attarder aussi à ce qu’on veut être comme parent et comment on se sent avec la discipline qu’on applique et ce qu’on veut leur transmettre.

Il n’y a pas de recette miracle avec des enfants qui seraient tellement mieux et plus heureux que les autres s’ils avaient été élevés autrement! Ce serait trop simple; il n’y aurait alors jamais débat sur comment il faut les accompagner. Bien des enfants vivent et se réalisent après avoir reçu une éducation traditionnelle, voire stricte. Mais, si ce choix était cohérent avec ce qu’on est, ce qu’on veut transmettre, ce qui nous parle intérieurement? Comme un fil conducteur entre nos actions du quotidien, nos penchants politiques, écologiques ou notre manière de consommer. Et si, ce n’était qu’un tout harmonieux qui nous aiguillait un peu chaque jour vers ce en quoi nous croyons et qui serait une réalisation de vie?

Ce choix d’éducation pourrait refléter ce qui compte à nos yeux, soit continuer de donner ce qu’on a eu la chance de recevoir ou tout simplement transformer et suggérer ce qui nous a tant manqué : écoute, présence, considération, patience, indulgence et collaboration. Ce choix panse aussi nos blessures, car il englobe la personne dans son intégralité, et notre petit moi y a une place de choix.

Je crois qu’on ne choisit pas, on ressent de toute part cette voie qui se présente à nous. Elle n’a rien de simple, elle est difficile à suivre cette ligne conductrice - un brin utopiste diront certains -, mais elle entraîne une qualité de vie où la cohérence prime toujours. Ce qui est réconfortant avec les éducations alternatives, c’est qu’elles offrent une flexibilité, l’opportunité de créer, d’écouter, de se redéfinir à l’infini grâce à l’échange où il n’existe pas de rapport de force avec nos enfants.

L’éducation dite bienveillante - qui ne serait pas l’opposé d’une éducation malveillante, car chacun tente de donner au mieux avec les outils qu’il a entre les mains -, bienveillante dans le sens propre du terme : humaine, compréhensive et tolérante offre le droit de se tromper, de réessayer, de se réajuster. LA méthode infaillible qui fonctionnera à tout coup n’existe pas, mais le résultat n’est pas le plus important, mais une partie du développement.

La parentalité bienveillante représente une ouverture versus une certaine rigidité de laquelle il est difficile de sortir lorsqu’on instaure hiérarchie et rapports de force.

Le parent qui propose une éducation traditionnellement stricte doit toujours être fort, dur ou infaillible. Il ne peut trébucher de peur de tout mettre en péril, de se faire démasquer. Il craint pour son autorité, sa position, sa discipline et il est hanté par la possibilité de faire de sa chair un enfant roi, des tyranniques sans considération. Avoir raison, sans négociation, c’est beaucoup de pression! C’est devoir oublier ses propres peines et ses frustrations. Le petit soi est alors perdu dans les abîmes de l’obéissance, il ne peut être consolé ni pris en charge, car l’adulte prend toute la place et est bien trop occupé à faire régner l’ordre et les règles aux dépens de sa voix intérieure.

J’aime le côté authentique, léger et respectueux de ce que me propose l’éducation que j’offre à mes enfants, où les essais font partie intégrante du processus, sans mettre le doigt sur le négatif.

Osons être vulnérables, être perdues parfois et pleines de doutes. Soyons en cheminement pendant longtemps, sur des itinéraires remplis où l’instinct est un vrai outil. Osons dire pardon, osons changer de direction, pour ajouter de la vie à l’expérience.

Éduquer et accompagner des enfants, c’est la vie, et ce qu’il faut retenir est LA PROGRESSION, l’expérience dans son entièreté pour que chacun y gagne son apprentissage.

Chloé Boehme

Accompagnement périnatal et familial

Chloé Boehme s’est tournée vers l'accompagnement périnatal et familial après un baccalauréat en psychologie clinique. Conférencière, elle tient des chroniques sur les réseaux sociaux. Sa mission est de permettre à la famille de reprendre confiance en son intuition et développer ses aptitudes grâce à des outils concrets, la communication non-violente et une écoute empathique. Elle exerce depuis bientôt 5 ans. Ses clients se disent touchés par sa sensibilité, son ouverture et sa joie de vivre. Son intention est de briser la solitude et la difficulté parentale en levant les tabous. Elle exerce à la clinique Rosemont et à la Source en soi à Montréal et propose des consultations via Skype à travers le Québec et toute l’Europe francophone.

Cette semaine

Commentaires

Suivez-nous

Facebook Twitter Pinterest Google+ Instagram Youtube RSS

Etienne Boulay dans son quotidien

19404 vues / 0 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!

Nos partenaires