Famille

Covid-19 - Le partage des congés des Fêtes pour les parents séparés

Le 19 novembre 2020, le Gouvernement du Québec annonçait les mesures d’assouplissement permises pour les rassemblements durant les Fêtes de fin d’année 2020. Un casse-tête pour les parents séparés? 

Rassemblements permis durant les Fêtes 2020

La situation reliée à la pandémie du coronavirus évolue rapidement. Au moment d’écrire ce billet, les consignes sanitaires prévoient que les rassemblements privés d’un maximum de 10 personnes seront permis entre le 24 décembre et le 27 décembre. Il est également recommandé de se limiter à 2 rassemblements par famille. Les consignes sanitaires à jour pour les Fêtes peuvent être consultées en cliquant ici.

Partage équitable des journées festives

Il est généralement reconnu en droit de la famille que les fêtes de fin d’années doivent être réparties équitablement entre les parents. Certains parents choisissent de partager la veille et le Jour de Noël (par exemple, le 24 avec papa et le 25 avec maman, en alternance une année sur deux) et font la même chose pour le Jour de l’An. D’autres choisissent de séparer les Fêtes en deux : papa sera avec les enfants à Noël les années paires et avec eux au Jour de l’An les années impaires, et inversement.

Ce principe du partage équitable devra être appliqué aux 4 journées de festivités permises par le gouvernement pour l’année 2020, afin que les enfants puissent bénéficier des rares occasions de voir la « petite famille élargie » de chacun des parents cette année.

Comment déterminer qui prend les enfants quand?

Les parents doivent garder en tête qu’il s’agit d’une situation exceptionnelle. Ils ont la responsabilité de trouver une solution entre eux et de faire des compromis. 

Quelques solutions concrètes :

Problème : Jonathan devait prendre les enfants le 24 et le 25 et Julie, le 31 et le 1er; 

Solution : Jonathan conservera le 24 ou le 25 décembre cette année et Julie, qui devra toute façon refaire ses plans pour le Jour de l’an prendra le 26 ou le 27 décembre;

Problème : Amélie a la garde de son fils Léo. Son ex-conjointe, Marie, voit Léo à raison d’une fin de semaine sur deux; il était prévu que Marie soit avec Léo du jeudi 25 décembre au lundi 28 décembre;

Solution : Marie pourrait ramener Léo le 27 décembre au matin pour qu’il puisse profiter de 2 jours de festivités avec Amélie, tout en fêtant Noël avec chacune de ses mamans;

Problème : Martin et Françoise exercent une garde partagée. Martin devait prendre les enfants avec lui le 24, et Françoise du 25 au 26; Martin aurait repris les enfants le 27 à 16h00 pour sa semaine de garde;

Solution : l’alternance fonctionne, mais Martin pourrait devancer son temps de garde au matin, le 27 décembre pour profiter pleinement de sa journée « festive »;

Problème : Bernard et Catherine ne s’étaient pas encore entendus pour cette année; ils aimeraient chacun bénéficier de 2 jours consécutifs avec les enfants, car ils doivent tous les deux se rendre chez leurs parents à environ 50 minutes de route; chacun préférerait avoir les 24 et 25 décembre;

Solution : C’est une année particulière, les parents le comprennent bien et décident de tirer à pile ou face! Bernard gagne et aura les enfants avec lui le 24 et le 25 et l’an prochain, Catherine passera Noël avec les enfants.

Vous vous êtes entendus? Écrivez-le!

Gardez une trace écrite de vos ententes sur ce sujet (échange de courriels, etc.), et des répercussions convenues pour l’an prochain, si tel est le cas. De cette façon, vous éviterez des disputes inutiles entre vous.

Discutez-en dès maintenant et au besoin en médiation familiale

La meilleure façon d’éviter des conflits demeure de s’entendre à l’avance sur une façon de procéder pour partager les congés fériés. 

Vous n’êtes pas capable de discuter efficacement entre vous? La rupture est trop récente et vous avez de la difficulté à vous entendre? Vous ne trouvez pas de façon d’y arriver? Pensez à consulter un médiateur familial près de chez-vous. C’est gratuit et la plupart d’entre eux offrent des séances à distance durant la pandémie.

Valérie Laberge
Avocate en droit de la famille

Valérie Laberge est avocate et exerce en droit de la famille depuis son admission au Barreau en 2009. Elle est titulaire d'une maîtrise en droit privé – ses travaux de recherche portent sur la garde partagée. Elle est membre du Comité du Barreau du Québec en droit de la famille et a publié de nombreux articles et commentaires de jurisprudence dans le domaine. Valérie est aussi maman de deux jeunes garçons. Pour plus d’information sur sa pratique, rendez-vous sur son site ou sur sa page Facebook.


Cette semaine
Célébrez le « skinimalism » avec Bioderma

Présenté par Bioderma

Que vous soyez une adepte du maquillage prononcé ou plus léger, ou que vous préfériez un look entièrement naturel, offrir à votre peau un soin nettoyant de bonne qualité demeure essentiel.
 

Quels produits de bébé choisir pour avoir la conscience tranquille?

Présenté par Klorane

Les parents savent à quel point la peau d’un nouveau-né est sensible et fragile et qu’elle mérite des soins de la plus haute qualité pour bien la protéger. 

Côtelette de porc sur le barbecue

Un week-end ensoleillé attend la majorité des québécois. Qui dit beau temps dit BBQ! Voici une recette succulente présentée par Le porc du Québec! 

Nos Concours

Gagner une inscription à la methode Swimforce™!

Une inscription à la méthode Swimforce™ d'une valeur de 200$!

Gagnez un coffret de dentifrices Attitude

Participez pour gagner les nouveaux produits Attitude

Commentaires

Non