Famille

Jumeaux - un développement unique!

Longtemps, on a étudié le développement des jumeaux en le comparant à celui des autres enfants. Pourtant, le fait de naître avec un « double » influence leur développement psychologique unique.

Peut-on se développer de la même façon lorsqu’on est un « vrai » jumeau que lorsqu’on est biologiquement unique? Longtemps, la communauté scientifique a boudé la question, s’intéressant davantage aux similarités qu’affichaient les jumeaux. Ainsi, on en venait à la conclusion plutôt défavorable que les jumeaux, contrairement aux enfants uniques, développaient le langage, l’abstraction et d’autres capacités cognitives avec un retard systématique.

C’est une erreur : on sait aujourd’hui que les jumeaux ont un développement qui leur est propre et qu’il est dès lors impossible de le calquer sur celui des enfants uniques. En effet, ils passent par certaines étapes supplémentaires, qui leur permettront de développer leur personnalité et les mèneront, ultimement, à l’autonomie. Le parcours d’autonomisation des jumeaux comporte en fait trois phases : l’étape fusionnelle, au court de laquelle les jumeaux sont comme soudés l’un à l’autre, indifférenciés. Puis vient l’étape de complémentarité, où des rôles distincts sont attribués aux jumeaux. Finalement, l’étape d’autonomie, qui se profile à l’adolescence, avec les premières relations amoureuses.

La fusion gémellaire

De la naissance à l’âge de deux ans, les jumeaux passent par une étape naturelle que l’on appelle « fusion gémellaire ». Celle-ci est la conséquence directe de la nécessité des parents de devoir s’occuper de deux enfants simultanément. Puisqu’ils ne veulent pas léser un des enfants par rapport à l’autre, les parents offrent aux deux enfants la même chose : ils apportent donc une réponse commune et non individuelle aux besoins des petits. Les deux enfants deviennent ainsi une seule entité. C’est la présence de cette « entité gémellaire » qui explique pourquoi les jumeaux présentent un certain retard (de six à dix mois) sur le plan de la maturité affective et cognitive par rapport aux autres enfants : les jumeaux interagissent moins avec leur environnement, et davantage l’un avec l’autre.

Complémentarité

Puis, entre l’âge de deux et six ans, les jumeaux abordent une seconde étape de leur développement : la complémentarité. À partir de ce moment, les parents commencent à répondre aux demandes de leurs enfants de façon individuelle. Souvent, à cet âge, les besoins des enfants seront en effet différents, voire opposés. Il n’est pas rare de constater des différences importantes : l’un des jumeaux est colérique, alors que son frère est docile. L’un préfère les desserts, alors que l’autre aime le salé. On dit qu’ils sont complémentaires – comme un couple!

C’est souvent à cette époque que les parents commencent à insister sur une compétence (peinture, musique, dessin, chanson) qui sera probablement différente chez chacun des jumeaux, créant ainsi une asymétrie. Le cojumeau apprendra de l’apprentissage de son frère ou de sa sœur, ce qui peut être vu comme une étape de « parasitage du développement cognitif ». Si l’appellation n’est pas très flatteuse, cette étape constitue un premier pas vers l’autonomie des jumeaux, qui sont en train de se construire l’un par rapport à l’autre.

Cette complémentarité peut aussi se voir au niveau physique et il se pourrait que, à cette étape, il y ait plus de batailles entre les deux. Ils sont en train de se tester, de mettre leurs forces à l’épreuve. Si leurs oppositions peuvent être très virulentes, voire violentes, ils ne se blesseront pas et, une fois le conflit réglé, recommenceront à jouer ensemble, comme si rien n’était arrivé.

Retard du langage et cryptophasie

C’est au cours de la période de complémentarité qu’apparaît parfois le phénomène de cryptophasie, désignant un langage propre que les jumeaux se construisent pour communiquer l’un avec l’autre, et que l’entourage ne réussit pas à percer. C’est à la fin des années 1950 que ce phénomène a été une première fois mis en lumière par deux psychologues russes, Alexandre Louria et F. Yudovich. Ceux-ci avaient étudié deux jumeaux enlevés d’une façon totalement symbiotique et qui avaient développé un langage structuré, avec un lexique et une syntaxe à part. Ce langage unique leur permettait de se comprendre, sans que personne d’autre n’y arrive!

Un tel phénomène est rarissime, mais un retard de langage, lui, n’est pas rare. Lorsqu’un des jumeaux apprend un mot, il le répète avec certaines déformations. L’autre jumeau apprend alors le mot déformé de son frère ou de sa sœur. Chacun des jumeaux a donc, en quelque sorte, un mauvais modèle à ses côtés.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

Le Zoo Ecomuseum : découvrir les animaux d’ici!

Participez pour gagner des laisser-passer pour le Zoo Ecomuseum.

Nos Concours

Gagnez une carte-cadeau de 100$ chez Patati & Patata !

Courez la chance de gagner une carte-cadeau de 100$!

Découvrez le Méga Parc des galeries de la Capitale!

Participez pour gagner un forfait turbofun, pour toute la famille!

Commentaires