Garderies

Quand aller à la garderie est difficile

Cette situation est plutôt courante dans les garderies. Les tout-petits ont parfois de la difficulté à se séparer de leurs parents et peuvent vivre une importante angoisse à ce moment. Pour un parent sensible, les matins deviennent alors extrêmement difficiles émotionnellement. La culpabilité et le sentiment d’abandonner l’enfant les tenaillent sans compter la honte d’avoir à affronter tous les matins les regards interrogateurs des éducatrices et des autres parents qui ne semblent avoir aucun problème à quitter leurs rejetons. Voici quelques suggestions afin d’aider ces parents :

  • Ne le prenez pas de façon personnelle! Ce n’est pas vous qu’il n’aime pas, mais le fait de devoir quitter maman. Si sa réaction vous bouleverse, il n’en sera que plus anxieux!
  • À l’arrivée de l’enfant, prenez le temps de venir l’accueillir de façon douce et joviale. « Hé! Bonjour Antoine, comment ça va ce matin? » Oubliez ses réactions de fuite à votre endroit et montrez-vous empathique : « Hum… Tu n’as pas trop envie de quitter maman ce matin, hein? »
  • Entendez-vous avec le parent sur un court rituel de départ et accompagnez-le dans son application : « Bon, OK mon coco, on donne le bisou à maman, un gros câlin… super! On lui dit bye, bye maintenant! Bye! Bye maman! Nous, nous allons jouer avec les amis… »
  • Avec douceur, fermeté et sourire, amenez l’enfant avec vous et invitez le parent à partir tout en le rassurant : « Bonne journée madame Morin. Vous pouvez partir, on s’occupe de votre petit loup. Tout ira bien! » 
  • Une fois le parent parti, invitez l’enfant à se changer les idées en jouant à un jeu qu'il aime bien. Toutefois, s’il choisit de pleurnicher, de bouder ou de se morfondre, c'est son choix. Il ne doit toutefois pas obtenir de gains secondaires tels que trop d'attention ou de câlins ou, encore, une récompense : « Viens, Manon va te donner du chocolat... »
  • S’il pleure intensément et réclame d’être dans vos bras, prenez-le quelques instants (entre deux et cinq minutes) puis déposez-le en lui suggérant un jeu. Laissez-le ensuite pleurer un peu tout en restant empathique : « Ho! Tu as beaucoup de chagrin n’est-ce pas… » Vous le reprenez ensuite encore après quelques instants (cinq ou dix minutes), le rassurez, puis le déposez à nouveau.
  • Installez au mur une séquence visuelle représentant la routine de la journée et aidez l’enfant à s’y repérer : « Regarde, là c’est le dîner, ensuite, la sieste, et après le bricolage, pendant les jeux libres, maman viendra te chercher. »
  • Si l’enfant manifeste souvent son ennui, consolez-le rapidement puis invitez-le à faire quelque chose qu’il pourra montrer à son parent plus tard : « Qu’est-ce que tu dirais si on faisait une grande tour de blocs. Tu pourras la montrer à papa ce soir! Je pense qu’il va aimer ça! »
  • Pour les enfants qui ne se sentent pas à l’aise en groupe et qui ont besoin d’un peu de solitude, aménagez un petit coin tranquille, derrière une bibliothèque par exemple, où il pourra se retirer et jouer seul quand il en ressentira le besoin. Les endroits exigus sont souvent réconfortants pour l’enfant anxieux; il s’agit d’une sorte de cocon.
  • Au départ, n’obligez pas l’enfant à participer aux activités de groupe. Certains enfants ressentent le besoin d’observer longtemps avant de se sentir à l’aise, de plonger. Toutefois, si la situation perdure au-delà de trois ou quatre semaines, commencez doucement à insister pour intégrer un ou deux enfants dans son jeu tout en restant près de lui de façon rassurante. Valoriser, sans exagérer, ses tentatives d’autonomie et de socialisation.
  • Tous les jours, faites part aux parents des PROGRÈS de leur enfant. Évitez toutefois de parler de ses difficultés devant lui afin de ne pas le stresser davantage ni inquiéter ses parents.
  • Soyez patientes! Pour s’adapter à un nouvel environnement, un enfant anxieux peut avoir besoin de deux mois.
Nancy Doyon

Coach familiale et auteure

Nancy Doyon est auteur, formatrice et conférencière depuis plusieurs années, elle est aussi très active dans les médias à titre de chroniqueuse famille. Elle est collaboratrice régulière à l’émission Bonheur total au Canal Vox ainsi qu’à Salut Bonjour! Week end à TVA et à Truc et cie à V télé. De plus sa chronique SOS NANCY est présentée tous les lundis au FM93 ainsi que tous les mercredis à Rythme FM Mauricie. Elle est également présidente-fondatrice de l’entreprise SOS NANCY, qui offre des services de coaching familial. Nancy Doyon est coach familial et éducatrice spécialisée depuis près de vingt ans. Elle a travaillé dans les centres jeunesse, les CPE, les CLSC et les écoles primaires et secondaires de la région de Québec avant de plonger dans l’univers du coaching.   Parent gros bon sens - Mieux comprendre mon enfant pour mieux intervenir Par Nancy Doyon Éditions Midi trente 2010 ISBN : 9782923827070 22,95 $

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Commentaires