Garderies

Quand aller à la garderie est difficile

Ce qu'il faut faire?

  • Confrontez graduellement l'enfant à ses peurs : dans ce cas-ci, il faudrait le faire garder régulièrement pour de courtes périodes et, au fur et à mesure que l'enfant semble mieux tolérer les absences parentales, allonger la durée de garde.
  • Adoptez une attitude chaleureuse, mais rassurante, donc une position forte, empreinte d'assurance. Établissez un court rituel de départ : un bisou, un câlin et un « bye, bye mon chou, à tantôt! »
  • S’il pleure, montrez-vous empathique, mais sans dramatiser : « Je sais que tu as de la peine, mais ça passera dans quelques minutes... Bye, bye mon coco. Je t'aime! À tantôt! » NE VOUS ÉTERNISEZ PAS AU MOMENT DE PARTIR! Votre attitude non verbale doit vouloir dire : « Tout va bien, il n'y a pas de problème. »
  • Ne craignez pas les pleurs et ne tentez pas d'éviter ce qui fait peur à l'enfant. Les gens paient pour aller à la Ronde seulement pour avoir peur. Donc, au moment du départ, ne tentez pas d'empêcher l'enfant de pleurer et ne tentez pas de le rassurer à tout prix. Il a le droit de pleurer et s'ennuyer ne le tuera pas.
  • Laissez un « objet transitionnel » à l’enfant. Celui-ci lui permettra de se sentir un peu comme à la maison ou de se rassurer lorsqu’il aura des périodes d’ennui. Une doudou, une photo de la famille ou même le pyjama de maman peuvent l’aider à mieux accepter l’éloignement.
  • Allez chercher l’enfant toujours au même moment de la journée. Il apprendra graduellement à se repérer dans le temps et développera ainsi une certaine confiance. « Hum, la sieste est finie, papa arrive bientôt… »
  • À la maison, entraînez-le à vivre l'absence de disponibilité de ses parents : alternez entre des moments où vous jouez avec lui et où vous êtes disponible avec d'autres moments où il doit jouer seul et à remettre à plus tard ses demandes d'attention. Par exemple, allez prendre un bain et verrouillez la porte. Ne l’ouvrez pas même s'il pleure (si papa est là pour répondre aux urgences et le surveiller, bien entendu!).
  • Confrontez-le régulièrement à des nouveautés et inscrivez-le à des activités où il sera en contact avec d'autres enfants (où vous n'êtes pas là). Avant de se décider à participer, il est possible qu'il passe les trois premiers cours à bouder.
  • Enfin, à la maison, évitez de le surprotéger dans toutes les sphères de sa vie. Plus le nid familial sera douillet, moins il se sentira à l'aise à l’extérieur... Sans le brusquer toutefois, entraînez-le à consoler lui-même ses petits chagrins, à jouer seul, à être autonome, à soigner lui-même ses petits bobos, à écouter le film sans être collé à ses parents, etc.
Éducatrices, comment pouvez-vous aider la maman d’Antoine?

Tous les matins, je constate le désarroi de la maman d’Antoine. Elle ne semble plus savoir comment le quitter sans le blesser et reste malheureusement beaucoup trop longtemps à argumenter avec lui. De mon côté, je ne sais pas trop quel comportement adopter. Devrais-je m’imposer et demander à la mère de partir, l’accompagner et tenter moi aussi de le rassurer ou encore, les laisser seuls et assurer la relève lorsque madame s'en va? De plus, bien que la plupart du temps, il se console rapidement, il pleure parfois longtemps après le départ de sa mère et réclame que je le prenne dans mes bras. Je dois aussi m’occuper des autres et il doit socialiser. Que puis-je faire pour l’aider et aider sa mère?

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Commentaires