Sécurité

Ne laissez jamais un enfant seul en voiture

Vous arrive-t-il de laisser votre enfant seul dans la voiture, le temps de faire, par exemple, une course rapide ou de déposer le petit dernier au service de garde? Mais qu’est-ce que la loi dit sur le sujet?

Selon l’article 380 du Code de la sécurité routière du Québec, « nul ne peut laisser sans surveillance dans un véhicule routier dont il a la garde un enfant de moins de 7 ans ». Bref, vous ne pouvez pas laisser un enfant de 6 ans ou moins seul dans votre voiture. Si vous le faites, vous vous exposez à une contravention minimum de 95 $. Tous les ans, des dizaines de contraventions sont ainsi remises au Québec.

Quelques nuances

L’article 380 est donc clair, même si la notion de « surveillance », pour sa part, demeure un brin nébuleuse. Est-ce que l’on peut laisser un enfant de trois ans dans la voiture s’il est surveillé par son frère ou sa sœur de dix ans? Au Québec, contrairement à d’autres provinces canadiennes, il n’y a pas d’âge minimum fixé par la loi pour qu’un enfant puisse se garder seul. Dans le même ordre d’idée, il n’y a pas d’âge minimum pour qu’un enfant puisse garder d’autres enfants, mais on établit qu’entre dix et douze, selon sa maturité, l’enfant serait assez responsable pour se garder et surveiller les plus jeunes.

Bref, on pourrait en venir à la conclusion qu’il n’est pas criminel de laisser un enfant de moins de sept ans dans la voiture, à condition que son frère ou sa sœur de 10 ans et plus l’accompagne.

À la station-service

Et si vous ne sortez de la voiture que pour une petite minute : pour aller payer l’essence, par exemple? Est-ce que votre enfant est toujours considéré comme étant sous votre surveillance? La loi manque encore une fois de clarté à cet égard. Ceci dit, il serait surprenant qu’on remette une contravention à un parent pour une situation similaire. Malgré tout, il est toujours recommandé de faire descendre l’enfant avec vous. Quelques minutes suffisent pour qu’un fâcheux accident survienne. L’enfant sans surveillance pourrait s’étouffer en mangeant, ou même coincer ses doigts ou sa tête dans la fenêtre. À partir de l’âge de trois ans, les petits arrivent à se détacher et à descendre de leur banc sans l’aide d’un adulte. Ils pourraient en profiter pour jouer avec les contrôles de la voiture, ou sortir, pour aller vous rejoindre. Sans compter les risques qu’un inconnu profite de votre absence temporaire pour partir avec votre voiture et votre enfant... C’est déjà arrivé!

Bébé dort

Bien sûr, comme parent, on sait que cette directive peut s’avérer un peu contraignante : en particulier lorsque bébé s’est endormi. En effet, personne n’a envie de réveiller un enfant qui fait (enfin!) la sieste pour une course qui ne demandera qu’une petite minute. Heureusement, il existe des façons de ne pas brimer le sommeil de bébé, tout en respectant la loi : en payant à la pompe, par exemple! De plus, il existe de plus en plus de commerce qui offre le service au volant. Les restaurants, bien sûr; mais certaines banques ont aussi installé des guichets automatiques extérieurs, et il y a de plus en plus de pharmacies qui offrent le service au volant!

Fâcheux oublis

Difficile à concevoir, mais, chaque année, il y a de nombreuses personnes qui oublient leur enfant dans leur voiture. Fatigue, changement de routine : un parent oublie que c’est à son tour de déposer l’enfant au service de garde sur le chemin du travail et l’oubli, endormi, dans son siège. Personne n’est à l’abri de ce cauchemar. Pourtant, un simple oubli en période de canicule ou de froid intense pourrait s’avérer mortel pour l’enfant. En été, même si la température ambiante est confortable, voire fraîche, celle de l’habitacle d’un véhicule monte très, très rapidement. L’été, la température à l’intérieur d’une auto peut facilement grimper à 50 °C, et laisser les fenêtres un peu ouvertes n’est pas suffisant pour réduire la température dans la voiture. Ainsi, lorsqu’il fait 26 °C, la température dans une auto atteint 50 °C en une heure; cette température est atteinte en seulement vingt minutes lorsque le mercure grimpe à 35 °C, comme c’est souvent le cas en période de canicule en été. C’est pourquoi il ne faut jamais laisser son enfant seul dans la voiture. Pour différentes raisons, les courses qui ne devaient que vous prendre que quelques minutes peuvent finalement en prendre plusieurs, comme le démontre cette publicité-choc :

Prévenir les oublis

Afin de prévenir ces oublis qui pourraient avoir des conséquences fâcheuses, placez toujours votre téléphone cellulaire, votre sac à main ou tout autre objet dont vous aurez besoin pendant la journée sur la banquette arrière. Non seulement vous mettez les distractions potentielles loin de vos mains, mais vous vous assurerez qu’à destination, vous verrez votre enfant en récupérant vos objets. Si vous installez le siège d’auto du plus jeune derrière celui du passager avant, vous aurez aussi plus de chance de le voir en sortant. Essayez de prendre l’habitude de toujours ouvrir la portière arrière avant de vous éloigner de votre voiture. Vous pourriez également demander à l’éducatrice du service de garde de vous téléphoner si votre enfant n’est pas à la garderie à l’heure habituelle.

Quelques chiffres

Vous croyez que ça n'arrive jamais? Que ces mises en garde sont superflues? Ces quelques chiffres prouvent le contraire!

En France, entre juin 2007 et août 2009, on a rapporté 26 incidents : 11 d’entre eux ont été causés par un malheureux oubli. Dans les autres cas, on a laissé volontairement les enfants seuls, en voiture.

Mais la palme de la négligence revient à nos voisins du Sud : entre 1998 et 2014, 637 décès d’enfants laissés seuls en voiture ont été comptabilisés aux États-Unis, dont 31 l’an dernier, et 44 en 2013. 53 % de ces décès ont été causés par des oublis!

Au Québec, depuis 2009, 82 contraventions ont été remises à des conducteurs qui avaient oublié ou laissé intentionnellement leurs enfants de moins de sept ans seuls en voiture.

Publication initiale juillet 2015

Image de Marie-Eve Bourassa

Autrice, scénariste, rédactrice et chroniqueuse.


Cette semaine
Covid-19 - Le partage des congés des Fêtes pour les parents séparés

Le 19 novembre 2020, le Gouvernement du Québec annonçait les mesures d’assouplissement permises pour les rassemblements durant les Fêtes de fin d’année 2020. Un casse-tête pour les parents séparés? 

Laissez-les croire au Père Noël!

Est-ce qu’on doit laisser nos enfants croire au Père Noël et à toute cette magie des Fêtes? Absolument, et Solène Bourque nous dit pourquoi!

Le baby blues, ce phénomène mal connu

On l’entend sans cesse ce terme, baby blues, et pourtant il est si mal connu du grand public et même des professionnels de la santé. On l’utilise sans bien le comprendre alors que, pourtant, jusqu’à 80 % des femmes en connaissent un épisode plus ou moins difficile.

Un calendrier de l’Avent dans le sapin

Ce que j’aime du temps des fêtes avec les enfants, c’est toutes ces traditions magiques qui mettent des étoiles dans leurs yeux.  

Nos Concours

Gagnez le livre Bœuf braisé au jus

Participez pour gagner le livre Bœuf braisé au jus de Mamzells

Gagnez une Poupée Maplelea

Participez pour gagner une poupée Maplelea de votre choix et un journal d'histoire

Commentaires