Santé

Mon bébé n'est pas comme je l'avais imaginé

Votre bébé n’est pas comme vous l'aviez imaginé durant votre grossesse et voilà que la culpabilité et des sentiments contradictoires vous assaillent. Voici quelques pistes de réflexion sur une question tabou.

Après la naissance de votre bébé, vous êtes « une femme heureuse » et c'est un sentiment partagé par le papa, la famille, les amis et aussi, dans une moindre mesure, les autres enfants... C'est vrai, accoucher provoque une sacrée dose d'adrénaline.

Mais les séjours à la clinique étant de plus en plus courts, vous voilà souvent repartie à la maison, avec une épisiotomie ou une césarienne ou sans, et avec une grosse fatigue. Très vite, aussi, s'enchainent les tétées, les nuits courtes, les maux de dos.

Le rêve, alors, ne rejoint pas forcément la réalité

On ne vous préviendra jamais assez de la réalité d'un bébé à la maison. Les cours, pendant la grossesse, sont là pour vous préparer physiquement et échanger avec d'autres mamans et les sages-femmes. On échange surtout sur le bébé dans le ventre. Les magazines, l'entourage et les mamans elles-mêmes parlent du bébé idyllique : un petit ange doux, grassouillet, qui fait des risettes et qui sent bon... telles sont les images fortes véhiculées par l'ensemble de la société. Mais chaque naissance et chaque grossesse ont leur histoire, avec des petits bobos, à prendre au sérieux.

Le sexe que l'on n'avait pas imaginé

Déjà au moment de la lecture de l'échographie, une déception peut naitre : vous aviez envie d'une fille, le médecin annonce un garçon! Patatras, le prénom prévu ne marche plus et puis Mamie adore les petites filles!

Quel sens y a-t-il à préférer un sexe par rapport à un autre? Ce n'est jamais innocent. Peut-être que le papa a idéalisé cette nouvelle petite tête blonde, avec ses propres projections. Mais normalement vous avez du temps pour y penser jusqu'à l'accouchement. Néanmoins, il peut rester une frustration et c'est important d'en parler avec votre compagnon, votre gynécologue ou psy, avant la naissance.

Le retour à la maison est chaotique

Une fois le jour de la sortie prévue, l'organisation de ce moment est aussi importante que celui du départ à l'hôpital. Et pourtant, c'est parfois chaotique, les parents sont excités, les enfants maladroits et c'est peut-être en janvier avec -30 ° que tout le monde revient à la maison, avec des grippes ou des angines, y compris vous. Chacun doit trouver sa place, dans la maison, y compris votre bébé qui souvent partage votre chambre. Alors, commencent les nuits courtes et le manque de sommeil.

La fatigue, suivie du baby blues

On aimerait qu'il y ait plus de médecins et de journaux qui informent mieux sur cette période de fatigue. Votre corps change en un temps record : après être restée 9 mois en lien très étroit avec votre bébé, d'un seul coup, il n'est plus là, et votre corps, lui, n'est pas revenu encore à sa forme d'avant la grossesse... Souvent des kilos à perdre, en plus des autres choses à faire. Les nuits trop courtes dans les semaines qui suivent l'accouchement sont aussi sources de grande fatigue. Vous êtes facilement à bout et fragile! Parfois, vous pleurez et vous vous trouvez stupide!

Sentiment d'ambivalence, voire de déception

Vous ressentez une certaine ambivalence entre la joie d'avoir enfin ce petit être cher, mais vous n'aviez pas imaginé pendant votre grossesse que ce serait un tel chambardement dans votre vie. Seules les mamans qui en sont à leur deuxième ou troisième grossesse le savent.

Vous pouvez aussi ressentir une certaine déception : il n'est pas exactement comme vous le vouliez. On parle alors de distorsion d'image, car vous le rêviez blond, il est roux, il devait être grand, mais il est très petit. Vous trouvez qu'il pleure beaucoup, qu'il ne boit pas assez, etc. Alors, le rêve s'effondre et votre moral aussi commence à jouer au yo-yo.

La culpabilité vous assaille

Le fait que votre moral aille mal, que le petit Arthur ne ressemble pas au petit garçon que vous auriez aimé avoir et vous n'êtes pas loin de vous dire que vous n'êtes pas une bonne mère... Vous vous sentez coupable de vouloir aller au cinéma alors que le petit Arthur vous empêche de le faire et vous le maudissez, après une heure de pleurs dans son berceau!

Mais sachez une chose : les super mamans et les super bébés n'existent pas! Votre bébé est bien réel et vous allez devoir vous apprivoiser l'un l'autre. Vous allez sûrement rouspéter, pleurer, regretter même!! La patience doit vous aider. Par contre, votre récupération physique joue un rôle primordial.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

Bayard Jeunesse fête la rentrée avec vous!

1000$ en prix à gagner, dont la chance que votre facture de fournitures scolaires vous soit payée!

Nos Concours

Passez du temps de qualité au Zoo de Granby!

Participez pour gagner deux laisser-passer pour le Zoo de Granby!

Commentaires