Santé

Les enfants face aux événements stressants

Félicitez-les de tout progrès accompli. Complimenter un enfant pour sa bonne conduite entraîne des résultats positifs.

Les enfants qui s'agrippent ont besoin d'être rassurés. Quittez-les lorsque c'est nécessaire, mais dites-leur que vous reviendrez.

Réconfortez-les et prenez-les dans vos bras. Les enfants ont besoin de contact physique, de se faire prendre, de se faire rassurer. Ils se sentent alors davantage en sécurité.

Protégez les enfants des sources d'angoisse et de crainte. Les très jeunes enfants ne sont pas assez mûrs pour comprendre certains événements. C'est pourquoi il faut les protéger des scènes effrayantes présentées à la télévision. Soyez à leurs côtés pour leur expliquer toute situation qui pourrait leur faire peur.

Passez plus de temps en famille. Les enfants ont besoin d'être entourés de leurs parents, des autres membres de leur famille ou d'adultes familiers pendant et après un événement stressant ou traumatisant. Si les membres de la famille d'un enfant ne sont pas là pour le rassurer, la présence d'autres adultes devient alors très importante.

Respectez la routine. Les repas, la visite des compagnons de jeu et le coucher à des heures régulières sont des activités réconfortantes pour les enfants. La routine renforce leur sentiment de sécurité.

Créez un milieu dans lequel les enfants seront assez à l'aise pour poser des questions. Les jeunes enfants n'ont pas besoin que vous leur expliquiez les événements en détail, mais ils ont besoin de parler de leurs émotions. Laissez-leur savoir qu'ils peuvent poser des questions. Demandez-leur ce qu'ils ont vu et entendu, et comment ils se sentent à cet égard. Répondez franchement à leurs questions, mais faites en sorte que vos réponses conviennent à leur niveau de compréhension. N'oubliez pas qu'ils vous écoutent lorsque vous parlez avec d'autres Comment aider les enfants personnes. Dites-leur que tout le monde fait de son mieux pour assurer leur sécurité.

L'attention des enfants est de courte durée. Parlez-leur brièvement, mais souvent.

Demandez-leur régulièrement comment ils vont.

Dites aux enfants comment vous vous sentez. Faites-leur comprendre qu'il n'y a rien de mal à avoir peur, à être triste ou en colère, et qu'il y a des façons saines d'exprimer leurs émotions et d'y faire face. Ils se sentiront ainsi moins seuls et plus libres de parler de leurs émotions. Ils se sentiront plus en sécurité en sachant que vous maîtrisez la situation.

Problèmes à l'heure du coucher

Pendant et après un événement stressant, les problèmes à l'heure du coucher comptent parmi les plus fréquemment signalés par les parents. Il est possible que les enfants :

  • Refusent d'aller seuls dans leur chambre pour dormir
  • Se réveillent effrayés, en pleurant ou en tremblant de peur
  • Insistent, une fois réveillés, pour coucher avec leurs parents ou un autre membre de la famille, ou tout simplement pour avoir quelqu'un auprès d'eux
  • Aient peur du noir, des « monstres » ou des animaux
Comment les aider à l’heure du dodo?

Passez plus de temps avec les enfants lorsqu'ils sont éveillés. Cela leur permettra de se sentir plus en sécurité la nuit.

Encouragez vos enfants à faire de l'exercice et à participer à des jeux vigoureux afin de leur permettre de réduire leur anxiété et d'épuiser leurs surplus d'énergie. La participation à de telles activités le jour favorisera un meilleur sommeil la nuit.

Établissez un « rituel » réconfortant à l'heure du coucher. Un bain, des jeux paisibles, une histoire, une berceuse, un jouet ou un objet favori sont autant de moyens qui contribuent aux sentiments de sécurité, de confort et de bien-être d'un enfant.

Prenez le temps d'écouter. L'heure du coucher est souvent un temps privilégié où les enfants posent des questions et partagent leurs craintes. C'est aussi le moment idéal pour les rassurer.

Si un enfant se réveille effrayé

  • Allez le réconforter immédiatement. Lorsque vous entrez dans la chambre, évitez d'allumer les lumières ou de parler fort.
  • Reconnaissez sa peur. S'il a fait un mauvais rêve, laissez-le vous raconter son rêve et prenez le temps de l'écouter sans l'interrompre.
  • Ne niez pas l'existence de sa peur en lui disant : « Tu n'as pas à avoir peur ». Au contraire, soyez réceptif et compréhensif et amenez l'enfant à parler de sa peur. Cela pourrait l'aider à faire la différence entre le réel et l'imaginaire.
  • Rassurez l'enfant en lui rappelant que d'autres sont tout près, qu'il est en sécurité. Vous voudrez peut-être rester près de lui jusqu'à ce qu'il se rendorme.
Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Commentaires