Santé

Qu'est-ce l'énurésie nocturne?

Comme l’énurésie nocturne est une forme d’incontinence fréquente, voici quelques informations qui sauront répondre aux questions de parents aux prises avec un enfant qui mouille encore le lit.

Qu’est-ce que l’énurésie nocturne?

Il s’agit d’un trouble ou d’une condition qui désigne l’émission involontaire et inconsciente d’urine pendant la nuit (communément appelée « pipi au lit » chez les enfants de plus de 5 ans.

Histoire

Le problème n’est pas nouveau puisque les premiers écrits sur l’énurésie nocturne ont été consignés sur le Papyrus Ebers en 1550 av. J.-C. C’est au XIXe siècle que l’on commence à comprendre les causes et que l’on propose un traitement. Le premier traitement proposé ne date pas d’hier; en 1907, Pfaundler a inventé le premier dispositif d’alarme qui fait partie, encore aujourd’hui, des traitements utilisés pour traiter l’énurésie nocturne.

Fréquence

L’énurésie nocturne est très fréquente chez les enfants bien que son incidence diminue avec l’âge : 15 à 20 % des enfants de 5 ans mouillent leur lit, ce pourcentage diminue à 8 % chez les enfants de 8 ans, 3 % à 12 ans puis à 1 % à 15 ans. Elle touche 2 fois plus de garçons que de filles. Au Canada seulement, 200 000 enfants sont aux prises avec cette condition.

Causes

La majorité des enfants énurétiques sont exempts de toute autre pathologie physique ou psychologique. Il n’y a pas de cause unique et les plus fréquentes évoquées dans la littérature sont : une production trop grande d’urine et une vessie qui ne peut accommoder le volume produit pendant la nuit, et un sommeil très profond qui ne permet pas à l’enfant de réagir au signal de la sensation de la vessie pleine.

L’hérédité est souvent présente puisque le risque qu’un enfant présente de l’énurésie nocturne est de 44 % si un seul parent l’a été et de 77 % si les 2 parents ont été énurétiques.

Impact psychologique

Tous les professionnels de la santé s’entendent sur le fait que l’on ne doit pas punir un enfant qui fait pipi au lit puisqu’il n’en est aucunement responsable. Comme il peut ressentir de la honte et de la culpabilité et ainsi affecter son estime de soi, la compréhension, la patience et l’appui des parents sont essentiels. L’énurésie nocturne peut aussi avoir des conséquences sur le développement social de l’enfant puisqu’il peut se priver de sorties intéressantes (camps, sorties avec l’école, etc.) pour éviter de coucher à l’extérieur.

Traitements disponibles

Si l’énurésie nocturne devient un problème pour l’enfant ou pour la famille, il est alors recommandé d’instituer un traitement. Le traitement est de deux types : la thérapie par conditionnement ou la médication.

La thérapie par conditionnement est recommandée en premier lieu par la Société canadienne de pédiatrie puisque c’est la solution la plus efficace et permanente; en effet, elle vise à apprendre à l’enfant à se réveiller à la sensation de la vessie pleine. Le taux de réussite varie selon l’appareil utilisé et surtout selon le suivi offert pendant le traitement (entre 70 et 90 %).

Il existe plusieurs compagnies qui offrent différents types d’alarme et de suivi. Les appareils les plus connus sont le détecteur sur le lit « tapis » et la culotte détectrice qui a l’avantage de permettre une détection rapide de l’urine. La variété de stimuli offerts avec l’appareil est aussi importante; en effet, une alarme sonore unique ne permet pas de réveiller l’enfant aussi facilement que si l’appareil est assorti d’une vibration que l’on dépose sous le matelas.

Le médicament le plus fréquemment prescrit est la desmopressine, (DDAVP), un analogue à l’hormone vasopressine sécrétée par le corps et qui diminue la production d’urine pendant la nuit. À cause de son coût élevé et son efficacité moindre que la thérapie par conditionnement, ce traitement n’est pas de première intention, mais peut être utile pour un camp par exemple.

Conseils et trucs

Avant d’entreprendre un traitement, il peut être utile d’essayer différents moyens pour réduire les risques que l’enfant mouille son lit : cesser la consommation de liquides au moins une heure avant le coucher, demander à l’enfant d’aller à la toilette avant le coucher et le lever quelques heures après le coucher pour l’amener à la toilette. Toutes ces solutions valent la peine d’être essayées puisqu’elles sont faciles, mais n’offrent pas un taux de succès très élevé. L’usage du calendrier où l’on note les nuits sèches et mouillées et à partir duquel on offre des récompenses est controversé puisque l’enfant n’a pas de contrôle ni des nuits sèches ni des nuits où il mouille.

Quant au port de la culotte d’entraînement, la décision doit être individualisée. Si l’enfant est d’accord pour en porter, elle présente tout de même des avantages puisqu’elle permet à l’enfant de ne pas se réveiller le matin dans des draps mouillés et aux parents de faire le lavage quotidien de la literie. Il faut cependant penser aux coûts d’achat qui, à long terme, sont élevés et au facteur environnemental.

Qui consulter en cas d’énurésie nocturne?

Bien sûr, le pédiatre ou médecin de famille demeure la meilleure personne à consulter pour évaluer la situation et recommander un traitement s’il y a lieu. Certains hôpitaux offrent aussi une clinique d’énurésie, tel que l’Hôpital Sainte-Justine (clinique externe de pédiatrie), l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, etc.

Image de Mamanpourlavie.com

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Gagnez 1 des 5 d?sinfectants pour les mains de Attitude.

Petits formats parfaits pour le sac ? dos.

Gardez bébé au chaud cet hiver grâce à Kokoala!

Profitez de l’hiver grâce à Kokoala.

Commentaires