Santé

Petits et fragiles!

Nos poupons et nos enfants sont petits et fragiles, ne les exposons pas inutilement aux germes! Voyons les risques et les moyens de les protéger.

 Parallèle entre les moyens qu'utilisaient nos grands-mères pour protéger les nourrissons et les enfants et nos habitudes du 21e siècle, très différents!

Les infections étaient une cause majeure de décès chez les enfants et les nourrissons au début du siècle. Les enfants mourraient de diphtérie, poliomyélite, pneumonie, gastro-entérite, de la grippe, de la tuberculose, etc. Aujourd'hui, ces infections ont fait place à la méningite, la septicémie, la bactérie mangeuse de chair, mais les décès causés par les infections se font de plus en plus rares.

Lorsque je discute avec ma grand-mère de la façon dont on élevait des enfants hier et la manière dont on s'y prend aujourd'hui, il y a vraiment de grandes différences. Dans le même courant, les femmes élevant des enfants au début du siècle passé ne profitaient pas de tous les médicaments contre la fièvre, les antibiotiques, les vaccins et les désinfectants. Ils ne connaissaient même pas la façon dont les germes se transmettent! Alors comment faisaient-elles pour protéger leurs nourrissons des germes qui circulaient? Parallèlement, comment agissons-nous mamans d'aujourd'hui pour protéger nos bébés des germes?

Le mode de garde

Autrefois, les enfants étaient gardés à la maison. Un avantage certain puisqu'il y avait moins de chance que les germes se transmettent d'une personne à l'autre. Aujourd'hui, parfois même avant 6 mois, les poupons sont placés en service de garde où les microbes pullulent. En effet, un enfant qui fréquente un service de garde, en installation ou en milieu familial, court trois fois plus de risques de contracter une infection qu'un enfant restant à la maison. Plus que jamais, les dirigeants des services de garde et les autres intervenants sont sensibilisés à ce problème et mettent des outils en place pour minimiser ce risque.

La nourriture

Au début du siècle, toute la nourriture était faite maison. Aujourd'hui, plats cuisinés, congelés, transformés ainsi que le prêt à manger ont pris la place de la bonne nourriture maison.

L'air pur

Les enfants du début du siècle passaient la majeure partie de leur journée à jouer dehors à respirer l'air pur à pleins poumons, d'un autre côté, leur résistance aux microbes était augmentée et les occasions de se les transmettre étaient diminuées. Aujourd'hui, l'enfant passe beaucoup plus de temps devant le téléviseur qu'à l'extérieur, un avantage certain pour les germes.

Le poupon jalousement protégé autrefois au poupon trophée d'aujourd'hui!

Ma grand-mère m'explique très clairement qu'un nouveau-né ne sortait que très rarement dans son temps. Pas question de se promener à l'église ou au marché avec un nouveau-né. Pas question non plus de les faire prendre par tout le monde. Les poupons étaient "réservés" aux mamans et aux nourrices. Le poupon était gardé au propre et au sec dans son couffin loin du brouhaha familial. Aujourd'hui, avoir des enfants relève plus de l'exploit que d'un cheminement naturel de la vie. On est en extase devant ces nouveau-nés, on veut tous les prendre dans nos bras, on se permet même de leur toucher au visage (la porte d'entrée de plusieurs germes!) Les très jeunes mamans, à peine sorties de l'hôpital, promènent leurs poupons dans les centres commerciaux de préférence en gang, changent leur couche sur les tables à langer des lieux publics (danger!), les amènent aux restaurants, les fêtes, etc. Plus il y a de gens qui nous disent félicitations, plus de gens voient nos enfants, plus on est heureux. Toute une différence!

"Tu es malade, couche-toi" disait ma grand-mère!

"Tu es malade, prends ce médicament et dépêche-toi on est en retard!" disons-nous souvent!
Une énorme différence entre les deux époques est la réaction face à la maladie. Ma grand-mère n'hésitait pas à garder ses enfants plusieurs jours s'il le fallait pour les remettre sur pied! Aujourd'hui, pas question de manquer plusieurs journées de travail pour une simple infection! Un petit sirop ou un médicament et hop c'est reparti!

Le lavage des mains

Une des seules différences positives que j'ai vues à notre époque c'est que l'on prend plus le temps de se laver les mains qu'avant. En effet, les gens étaient peu sensibles à ce petit geste à moins bien sûr d'avoir les mains très sales. Mais aujourd'hui nous savons que des mains visiblement propres peuvent porter des germes pathogènes!

Bref, une grande prise de conscience sur nos habitudes qui sont peut-être à réviser légèrement… Nos grands-mères savaient autrefois que la vie était fragile, qu'elle ne tenait qu'à un fil et qu'il fallait la protéger le plus possible. Je crois qu'aujourd'hui, nous avons perdu cette notion de fragilité, car nous avons beaucoup de moyens médicaux à notre disposition pour soigner nos enfants. Pourtant, il faudrait apprendre de la sagesse de nos grands-mères qui n'en restent pas moins des mamans pour la vie! Merci Grand-maman.

Nathalie Thibault

B.Sc M.Sc, Consultante en prévention des infections

Nathalie Thibault B.Sc.M.Sc. est consultante en prévention des infections pour Germaction. Elle est conférencière et formatrice pour les CPE, RSG, écoles et foyers pour personnes âgées. www.germaction.com, (418) 831-6499.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

Bayard Jeunesse fête la rentrée avec vous!

1000$ en prix à gagner, dont la chance que votre facture de fournitures scolaires vous soit payée!

Nos Concours

Passez du temps de qualité au Zoo de Granby!

Participez pour gagner deux laisser-passer pour le Zoo de Granby!

Commentaires