Santé

Les amygdales : on les garde ou on les enlève?

Avez-vous déjà regardé dans le fond de la bouche de votre enfant? Pour certaines, ce coup d’œil sera source d’inquiétude. En effet, que faire si on remarque que notre enfant a de grosses amygdales?

« La grosseur en soi, quand on regarde, n’est pas si importante que ça » affirme d’entrée de jeu Dr Janik Sarrazin, président de l’Association d'otorhinolaryngologie et de chirurgie cervico-faciale du Québec. Ce qui est préoccupant n’est donc pas la taille des amygdales, mais plutôt les problèmes que cette condition peut provoquer.

Les différents problèmes reliés à la grosseur des amygdales

De grosses amygdales peuvent être la source de certains problèmes chez l’enfant. Parmi ceux-ci, les infections à répétition comme les amygdalites.

Certains troubles alimentaires peuvent également être causés par les amygdales. En effet, lorsque celles-ci occupent beaucoup de place dans la gorge de l’enfant, ce dernier peut avoir de la difficulté à avaler certains aliments, particulièrement de la viande, car l’espace est trop restreint.

Un autre problème causé par la taille des amygdales sont les troubles de sommeil. Un bon volume d’amygdales va faire ronfler beaucoup d’enfants. Ce bruit en soi n’est pas si grave, mais il peut entraîner l’apnée du sommeil, une condition plus inquiétante. « Les enfants sont pas mal sensibles à l’apnée du sommeil » dit Dr Sarrazin.

Des problèmes d’élocution peuvent également être causés par les amygdales. « Certains enfants semblent avoir une patate chaude derrière la gorge » explique Dr Sarrazin.

Quand et qui consulter?

Si vous avez remarqué que les amygdales de votre enfant sont volumineuses et que, de surcroit, il souffre d’un ou des problèmes énumérés ci-dessus, consultez d’abord votre médecin de famille ou votre pédiatre. Ils seront les premiers à juger de la situation et pourront vous référer à un oto-rhino-laryngologiste – chirurgien cervico-facial (ORL), médecin spécialiste traitant les maladies de la tête et du cou et spécialement celles de l’oreille, du nez et de la gorge. 

C’est une consultation avec l’ORL qui déterminera s’il est préférable d’enlever les amygdales de votre enfant. « Dans certains cas, on juge que ce n’est pas si pire et on va attendre de voir l’évolution. Dans d’autres cas, les indications sont claires et on va procéder à l’intervention » explique Dr Sarrazin. Dans tous les cas, avant l’âge de 3 ans, on recommande d’attendre.

L’amygdalectomie

L’amygdalectomie est l’intervention chirurgicale qui consiste à enlever la totalité des amygdales.                          « Classiquement, en Amérique du Nord, au Québec, on pratique l’amygdalectomie dans la très grande majorité des cas » mentionne Dr Sarrazin. Et dans la très grande majorité des cas, cette intervention règle tous les problèmes.

L’amygdalectomie partielle

Il existe une autre technique pour venir à bout des problèmes causés par les amygdales : l’amygdalectomie partielle. Peu répandue au Québec, cette intervention est davantage pratiquée en Europe. Elle consiste à enlever seulement la portion d’amygdale qui est en trop. « Ça règle les problèmes obstructifs parce qu’on retrouve un volume d’amygdale acceptable. Les enfants ont beaucoup moins mal et les risques de saignement sont beaucoup diminué » affirme Dr Sarrazin. Le point négatif de cette technique ? « Il y a un risque que l’amygdale regrossisse et qu’une autre intervention chirurgicale soit nécessaire » affirme Dr Sarrazin.

Complication possible

L’amygdalectomie et l’amygdalectomie partielle sont des interventions pratiquées régulièrement par un ORL. « Il s’agit d’un geste techniquement maîtrisé par la totalité des ORL, qu’on fait quotidiennement » affirme Dr Sarrazin. La chirurgie se fait sous anesthésie générale et dure moins de 10 minutes.

Les saignements tardifs sont la complication qui peut survenir suite à l’opération. « Sur 100 enfants qui vont être opérés d’amygdalectomie, 1 à 3 % va présenter un saignement 7 à 10 jours après » mentionne Dr Sarrazin.

La plupart du temps, ce saignement est rapidement pris en charge et tout rentre dans l’ordre. Par contre, le président de l’Association d'otorhinolaryngologie et de chirurgie cervico-faciale du Québec ne peut passer sous silence les décès qui ont défrayé les manchettes au cours des dernières années. Ceux-ci sont causés par le saignement post-opératoire. Qu’est-ce qui fait qu’un enfant va saigner plutôt qu’un autre ? « On ne sait pas » affirme Dr Sarrazin.

Selon les statistiques, le taux de décès pour une amygdalectomie est de 1 sur 20 000. Ce chiffre passe à 1 sur 35 000/ et 1 sur 40 000 pour l’amygdalectomie partielle.

À consulter :

Les chirurgies des amygdales. Comparaison entre les dissections intra-amygdales et les dissections extracapsulaires et repérage des enfants à risque d’hémorragie. Note informative rédigée par Geneviève Martin pour l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux du Québec.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Un spectacle en famille la TOHU

Courez la chance de gagner des billets pour le spectacle Le Bibliothécaire

Commentaires