Santé

Traitement du TDAH – Tour d’horizon sur la médication

Commencer ou non la médication, telle est la question. En bout de ligne, la réponse sera personnelle, mais les parents partagent un réflexe, celui de fouiller le net à la recherche d’informations. Biphentin, Strattera, Intuniv, etc., facile de s’y perdre.

Trouver la bonne molécule, le bon dosage ou la combinaison de traitements qui atténuera les symptômes prédominants (ceux qui ont un impact sur la vie de l’enfant au niveau académique, sportif ou familial), peut être un travail de longue haleine. Si certains verront les bénéfices de la médication au premier essai, les autres devront s’armer de patience.  

Même médicament, effets différents

Bien souvent, le parent, soucieux du bien-être de son enfant, commencera à fureter sur les forums et les groupes d’entraide à la recherche de LA solution miracle. « On le fait tous, dit Julie Dumont, pharmacienne. Mais si ça fonctionne pour l’un, ça ne veut pas dire que ce sera le cas pour l’autre. Il faut se rappeler que chaque cas est unique et que seul le médecin traitant peut faire des ordonnances. Plusieurs facteurs sont à prendre en considération. On pense aux antécédents médicaux, à l’interaction entre produits, au poids de l’enfant, aux symptômes de comorbidité, etc., ce n’est pas simple! » En effet, les traitements pharmacologiques du trouble du déficit de l’attention (TDAH) au Canada sont nombreux.

Des psychostimulants pour les hyperactifs?

D’un côté, on retrouve les psychostimulants (à base d’amphétamines ou de méthylphénidate) et de l’autre, les non stimulants. Si leurs effets sont presque similaires, ils agissent un peu différemment. « Les psychostimulants, nous explique Mme Dumont, libèrent de la dopamine et de la noradrénaline qui viennent réveiller les synapses, dans une zone du cerveau moins active chez les TDA/H. ». Les non stimulants, quant à eux, seront des inhibiteurs de la noradrénaline ou des agonistes adrénergiques qui ont, à peu de choses près, le même rôle que les psychostimulants.

Durée d’action et libération immédiate ou longue durée

Le début et la durée d’action, ainsi que la libération de l’ingrédient actif, sont des facteurs qui varient d’un médicament à l’autre. Julie Dumont explique : « Si l’on pense au Biphentin et au Concerta, par exemple, il faut attendre de 30 minutes à 2 heures avant de voir les effets apparaître et ceux-ci vont demeurer entre 10h et 12h. Par contre, il existe une différence majeure entre les deux. Du côté du Biphentin, 40% de l’agent actif sera libérée immédiatement contre 22% pour le ConcertaLe Ritalin, lui, a une action en continue dont les effets peuvent persister de 3h à 8h. »

Les médicaments à action prolongées ont de nombreux avantages. Ils améliorent le bien-être en général et les aptitudes, favorise de meilleurs rapports sociaux et (dans certains) cas une atténuent les symptômes de comorbidité. Quant aux stimulants à courte action, ils sont surtout utilisés pour augmenter l’effet des autres médicaments et/ou donner un coup de pouce à la médication habituelle, en période d’examen, par exemple.

Efficacité de la médication

Utilisée en combinaison avec une approche psychosociale adaptée, la médication est efficace dans plus de 70% des cas et aide à réduire d’une manière significative les symptômes du TDA/H. « Généralement, après 3 semaines, explique la pharmacienne, on voit un effet plateau dans le traitement. Ça veut dire que le patient aura l’impression d’être habitué au médicament et le piège est de vouloir augmenter la médication. Cependant, si son fonctionnement, sur une base générale s’est amélioré, il est inutile de le faire. »

Pas d’accoutumance, mais…

D’ailleurs, c’est cette notion d’accoutumance qui freine les parents lorsque vient le temps de débuter la médication. « Pourtant, assure Mme Dumont, on ne peut pas devenir accros à ces médicaments. » Même si, dans la plupart des cas, on peut arrêter la médication lorsque souhaité, certaines précautions sont à prendre. « C’est le cas du Intuniv (Guanfacine XR), cite en exemple la spécialiste. L’arrêt brutal peut augmenter, entre autres, le risque d’hypertension. ». Avant de cesser un traitement, il est donc préférable d’en parler avec un spécialiste de la santé.

Les médicaments qui interviennent dans le traitement du TDAH ne font pas exception aux autres. Ils ont, malheureusement, des effets secondaires. Les troubles du sommeil et la perte d’appétit sont parmi les plus rapportés. Il faut donc tenir compte des bienfaits versus les inconvénients, avant de penser changer la médication.

Fait intéressant

« N’importe qui, TDAH ou pas, qui prend ce genre de médicaments verra une amélioration de sa concentration. Ce n’est donc pas un bon indicateur pour savoir si on souffre ou pas d’un trouble de l’attention. C’est aussi pour ça que certains étudiants qui ne sont pas TDA/H en prennent pendant les examens. Ils deviennent ultra performants. » - Julie Dumont, pharmacienne.

InfoTDAH

InfoTDAH est né, en 2015, du désir d’aider une petite fille à mieux vivre avec un trouble du déficit de l’attention. Tranquillement, comme cette enfant, le projet s’est métamorphosé et s’est épanoui. Aujourd’hui, InfoTDAH c’est une communauté (hyper) active et un site Internet dont l’objectif est d’informer et de guider les familles qui doivent composer avec un TDAH. Une partie de notre mission consiste également à favoriser l’estime de soi chez les enfants qui vivent avec un diagnostic. Nous sommes aussi derrière les Toutous D’Lidou, des petites peluches faites à la main et crées d’après des dessins d’enfants, dont la vente sert de contrepartie pour aider le site à poursuivre ses activités.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

Bayard Jeunesse fête la rentrée avec vous!

1000$ en prix à gagner, dont la chance que votre facture de fournitures scolaires vous soit payée!

Nos Concours

Stylés pour la rentrée!

Gagnez une carte-cadeau de 250$ chez Sports Experts!

Commentaires