Grossesse/Maternité

La gestion de la douleur à l'accouchement

On décrit souvent les contractions comme des vagues. Elles vont et viennent, et on conseille à la femme de les surmonter une à la fois. Ainsi, entre les contractions, il devient possible de relaxer et de reprendre son souffle. Évidemment, plus le travail progresse, plus ces contractions sont longues, intenses et douloureuses. C’est pourquoi il est préférable de bien se préparer à l’accouchement.

Une douleur porteuse de sens

Contrairement aux douleurs occasionnées par la maladie, par exemple, la douleur de l’accouchement est porteuse de sens. C’est, en d’autres mots, une douleur positive, puisque son aboutissement est grandiose : il s’agit en effet du don de la vie. Il est donc important de se rappeler ceci, au moment de l’accouchement même si, on le sait, certaines choses sont plus faciles à dire qu’à faire! C’est pourquoi il existe certaines méthodes naturelles et médicales pour aider la femme à bien gérer la douleur, et ce, à tous les stades de son accouchement.

Les méthodes naturelles

Depuis quelques années, l’accouchement naturel a retrouvé ses lettres de noblesse et plusieurs femmes souhaitent accoucher sans intervention médicale. On dit de l’accouchement naturel qu’il permettrait en effet un meilleur lien d’attachement avec l’enfant et qu’il faciliterait l’allaitement. La nouvelle maman s’en remettrait aussi plus facilement. Ceci étant dit, la peur, le stress et, bien entendu, la douleur elle-même peuvent grandement nuire au déroulement de l’accouchement. C’est pourquoi une bonne préparation pourrait faire toute la différence, même si, on le sait, on ne peut jamais prévoir comment se déroulera un accouchement.

L’entourage et l’environnement

Il ne faut pas, en effet, minimiser l’impact qu’aura un bon accompagnateur. Assurez-vous d’être bien entourée, par des gens préparés et en qui vous avez confiance : cela contribue à réduire le stress. De plus, si vous faites appel à une accompagnatrice à la naissance (ou à une doula), son expertise, les informations et les soins qu’elle vous promulguera tout au long de l’accouchement vous permettront de vous sentir en confiance.

L’environnement dans lequel vous accoucherez peut grandement jouer sur votre état d’esprit. Aux lumières des néons, on préfère les sources lumineuses douces, de la musique… Créez-vous une bulle dans laquelle vous serez le plus sereine possible.

Méthodes naturelles de base

Voici quelques petites mesures de base, toutes simples, qui pourraient grandement vous soulager lors de votre accouchement :

  • N’hésitez pas à bouger, vous lever, changer de position, balancer le bassin, marcher;
  • L’eau a un effet apaisant. Prendre un bain, ou encore une douche, fait donc le plus grand bien;
  • Pendant les contractions, on applique des compresses d’eau chaude ou d’eau froide aux endroits douloureux, ce qui permet de diminuer la perception de la douleur;
  • Il faut relaxer le plus possible, à l’aide de respirations profondes et de visualisation (c’est le moment de penser à cette fameuse « douleur positive »);
  • Certains massages ou points de pressions soulagent beaucoup – et papa se sent alors utile;
  • Écoutez de la musique;
  • N’oubliez pas de vous hydrater, en suçant des glaçons, par exemple.
Méthodes naturelles complémentaires

En plus des méthodes de base énumérées ci-dessus, il existe plusieurs méthodes complémentaires, mais la plupart d’entre elles demandent un investissement monétaire. De plus, elles requièrent habituellement une implication avant l’accouchement, sous la forme de cours ou de préparation. On pense entre autres à :

Pendant l’accouchement, on peut aussi avoir recours à l’acupuncture, l’acupression ou l’aromathérapie, mais il est toujours fortement recommandé d’en parler avec votre médecin ou votre sage-femme avant, parce que tous les établissements n’ont pas la même ouverture envers ces méthodes de gestion de la douleur.

D’autres méthodes

Les méthodes suivantes nécessitent des outils particuliers ou l’intervention du personnel soignant.

  • Injection d’eau stérile : une infirmière injecte de petites quantités d’eau stérile dans le bas de votre dos. Tout d’abord, vous ressentirez une sensation de brûlure là où on a injecté le liquide, une sensation qui ne durera que quelques minutes. Les injections d’eau stérile permettent de soulager les douleurs au bas du dos pour 45 à 120 minutes.
  • Appareil TENS : certains établissements ont un appareil TENS, bien que son efficacité soit incertaine. L’appareil, sous votre contrôle, appliquera une petite impulsion électrique, le but étant que cette stimulation des nerfs permette de bloquer les influx douloureux. Le TENS contribuerait aussi au relâchement d’endorphines, ce qui permet de réduire l’anxiété. On conseille aux femmes qui le souhaitent de l’utiliser en début de travail.
Méthodes médicales

Lorsque la gestion de la douleur devient trop intense pour la femme, les professionnels de la santé l’orienteront probablement vers des méthodes médicales, puisque l’anxiété et le stress causés par une douleur excessive nuisent à l’équilibre hormonal. Ces méthodes ne sont recommandées que lorsque les méthodes de bases se sont avérées inefficaces.

  • Protoxyde d’azote (gaz hilarant) : après deux ou trois inspirations, la douleur est réduite, et ce, pendant quelques minutes. Cette méthode sécuritaire est sûre pour le bébé, et permet à la mère de reprendre un peu son souffle. Elle peut cependant causer des nausées, des étourdissements, de l’hyperventilation et de l’hypoventilation.
  • Analgésie péridurale (épidurale) : très efficace, l’épidurale bloque la douleur du travail de l’accouchement. Cependant, il y a un risque d’allongement du 2e stade de travail et la poussée est aussi plus difficile, après une analgésie péridurale. Il y a aussi plusieurs effets secondaires possibles.
  • Narcotiques : ils permettent de soulager les femmes qui ne peuvent pas recevoir l’épidurale. Le soulagement que les narcotiques procurent est incomplet et il y a plusieurs effets secondaires possibles, comme le transfert du médicament au bébé, qui peut entraîner une détresse respiratoire.
  • Bloc du nerf honteux : il s’agit d’une analgésie du périnée dont l’effet se fait ressentir très rapidement et qui permet de diminuer la douleur périnéale, lors de la poussée.
Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

25 cadeaux sous le sapin 2019 – Jour 6 – Juste pour rire

Gagnez une paire de billets VIP pour la comédie musicale Mamma Mia!

Nos Concours

Vivre la magie de Noël grâce à Exporail!

Exporail vous offre la chance de gagner un forfait famille

Stodal® : le sirop à toujours avoir à porter de la main!

Gagnez une bouteille de fabuleux sirop pour la toux.

Commentaires