Grossesse/Maternité

La gestion de la douleur à l'accouchement

D’autres méthodes

Les méthodes suivantes nécessitent des outils particuliers ou l’intervention du personnel soignant.

  • Injection d’eau stérile : une infirmière injecte de petites quantités d’eau stérile dans le bas de votre dos. Tout d’abord, vous ressentirez une sensation de brûlure là où on a injecté le liquide, une sensation qui ne durera que quelques minutes. Les injections d’eau stérile permettent de soulager les douleurs au bas du dos pour 45 à 120 minutes.
  • Appareil TENS : certains établissements ont un appareil TENS, bien que son efficacité soit incertaine. L’appareil, sous votre contrôle, appliquera une petite impulsion électrique, le but étant que cette stimulation des nerfs permette de bloquer les influx douloureux. Le TENS contribuerait aussi au relâchement d’endorphines, ce qui permet de réduire l’anxiété. On conseille aux femmes qui le souhaitent de l’utiliser en début de travail.
Méthodes médicales

Lorsque la gestion de la douleur devient trop intense pour la femme, les professionnels de la santé l’orienteront probablement vers des méthodes médicales, puisque l’anxiété et le stress causés par une douleur excessive nuisent à l’équilibre hormonal. Ces méthodes ne sont recommandées que lorsque les méthodes de bases se sont avérées inefficaces.

  • Protoxyde d’azote (gaz hilarant) : après deux ou trois inspirations, la douleur est réduite, et ce, pendant quelques minutes. Cette méthode sécuritaire est sûre pour le bébé, et permet à la mère de reprendre un peu son souffle. Elle peut cependant causer des nausées, des étourdissements, de l’hyperventilation et de l’hypoventilation.
  • Analgésie péridurale (épidurale) : très efficace, l’épidurale bloque la douleur du travail de l’accouchement. Cependant, il y a un risque d’allongement du 2e stade de travail et la poussée est aussi plus difficile, après une analgésie péridurale. Il y a aussi plusieurs effets secondaires possibles.
  • Narcotiques : ils permettent de soulager les femmes qui ne peuvent pas recevoir l’épidurale. Le soulagement que les narcotiques procurent est incomplet et il y a plusieurs effets secondaires possibles, comme le transfert du médicament au bébé, qui peut entraîner une détresse respiratoire.
  • Bloc du nerf honteux : il s’agit d’une analgésie du périnée dont l’effet se fait ressentir très rapidement et qui permet de diminuer la douleur périnéale, lors de la poussée.
Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Le parcours de l’horreur pour des frissons assurés

Courez la chance de gagner 4 passes pour le parcours de l'horreur du Méga Parc

Apprendre l'anglais en s'amusant!

Courez la chance de gagner le jeu de cartes Hola Clara pour apprendre l'anglais.

Commentaires