Les signatures forum sont temporairement désactivées.
Se connecter pour répondre

Simplement parce qu'il faut que ça sorte...

Auteur Message

Cake

Inscrit le :
29 mars 2011

Posté le: 29 mars 2011 11:35:04 EDT  
Mon titre est plutôt évocateur... alors je me lance.

Il y a maintenant plus de 2 ans que je suis maman à la maison afin de prendre soin d'une de nos filles qui combattait un cancer. Ses traitements se sont terminés dernièrement et j'ai l'impression de rusher émotionnellement et physiquement autant qu'au moment du diagnostic.

Les dernières années ont passé passablement rapidement malgré tout et il me semble qu'une fois le choc de l'annonce passé, j'avais repris le dessus.

Comment je pourrais bien expliquer comment je me sens. En fait, je dirais que j'ai juste la tête et le coeur "plein"... de colère, de tristesse, d'inquiétudes, d'angoisse, de fatigue, de peur..

Nous commençons maintenant le fameux 5 ans critique. J'ai souvent l'impression que je vais finir par mourir d'inquiétudes et d'angoisse. D'autant plus que ses risques de rechute sont plutôt élevés. Crying or Very sad Je sais que je dois savourer le fait que ma fille est toujours avec nous et tenter de vivre au jour le jour mais c'est vraiment très difficile.

Évidemment, les dernières années ont été toute une épreuve émotionnelle, familiale et malheureusement financière aussi. Nous avons réussi à bien nous en sortir grâce à mon mari qui a pris les bouchées triples au bureau afin d'augmenter nos revenus (qui étaient en crise sans mon salaire et en considérant toutes les dépenses supplémentaires auxquelles nous avons dues faire face). Mon mari s'est vraiment beaucoup donné professionnellement afin de limiter les dégâts financiers. Ça donné le résultat escompté heureusement.

Malheureusement, pendant ce temps, je supportais le reste pratiquement toute seule. Heureusement, il est très présent dans la vie de nos enfants mais pas pour le côté "gestion familiale" si je peux dire ça ainsi. Aujourd'hui, je me rends compte que je n'en peux tout simplement plus... Je n'en peux plus de ne jamais dormir (quand notre fille a été diagnostiquée sa petite soeur ne faisait pas encore ses nuits et ensuite, ce fut son tour de ne plus dormir toutes ses nuits à cause des douleurs et effets secondaires des traitements), de passer mes journées toute seule à la maison avec nos deux plus jeunes, de ne pas pouvoir sortir, de ne pas pouvoir recevoir beaucoup de visites à cause des risques de contamination, d'affronter les traitements, de donner des traitements, etc.

Heureusement, mon mari et moi avons réussi à rester suffisamment près pour ne pas que notre famille éclate mais je me sens dans un cul-de-sac quand je pense que je ne peux pas beaucoup parler à mon homme de comment je me sens car il en a déjà tellement sur les épaules. Surtout qu'il a tendance à me trouver chanceuse de rester à la maison plutôt que devoir me défoncer au travail pour subvenir à nos besoins. en fait, je crois que nous envions la position de l'autre chacun de notre côté. Rolling Eyes

Bref, la maman indigne en moi prend de plus en plus de place il me semble et je déteste ça. Je suis tellement tannée de faire des casse-tête, du dessin, du bricolage, de jouer aux poupées, de jouer dehors, etc. J'ai juste hâte de retourner au bureau. Embarassed Embarassed Embarassed

Ouf c'est long longtemps mon affaire...

Cake 

revenir en haut

Anna Banana

Inscrit le :
28 sept. 2009

Posté le: 29 mars 2011 11:52:59 EDT  
Bonjour Cake,

Ton histoire est très touchante, et je sens toute la peine et le désespoir qui t'habitent. Non, tu n'es pas une mère indigne d'avoir hâte que tout cela finisse pour que ta vie "reprenne", et je suis convaincue que tu aimes ta fille de tout ton coeur. Cependant, je pense que ce ne sont pas toutes les femmes qui sont faites pour rester à la maison avec les enfants. Certaines ne peuvent le faire par contraintes financières, d'autres comme toi y sont obligées. Dans un cas comme dans l'autre, je comprends que ce soit difficile de vivre un choix qui nous a été imposé. Ne te sens pas coupable de penser à ça, ça ne diminue en rien l'amour pour tes enfants.

Quant à ta petite qui est malade, je vous souhaite qu'elle soit tirée d'affaire pour de bon, comme ce doit être éprouvant pour elle-même, mais aussi pour toute la famille. Vous êtes forts pour traverser cette épreuve et demeurer unis. Je vous envoie toutes mes bonnes pensées. 

revenir en haut

J&J

Inscrit le :
21 nov. 2007

Posté le: 29 mars 2011 17:11:34 EDT  
Bonjour Cake, Je ne peux pas me permettre de sire que je comprends ta situation mais j'ai aussi vécu des choses difficiles avec la maladie ces dernières années. On m'a diagnostiqué un cancer à 8 mois de grossesse de mon deuxième garcon. J'ai eu mes traitements de chimio aussitôt accouché...avec un bébé qui ne fait pas ses nuits et un autre petit bonhomme de 21 mois. Là où je peux te comprendre c'est au niveau du trop-plein de sentiment qui nous envahit, un mélange de toute sorte et de l'angoisse au maximum. Si tu as envie de jaser et de te défouler tu peux compter sur moi : [email protected] , si tu as msn ou facebook.
C'est normal d'être au bout du rouleau, tu dois prendre du temps pour toi et demander de l'aide. Lâche pas, Josianne 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
29 nov. 2010

Posté le: 30 mars 2011 12:33:29 EDT  
Bonjour,

Ce que tu vis est un peu le retour de vague de ton profond investissement dans ta famille et dans la lutte à la survie de ta fille. Un de mes professeurs de gestion des ressources humaines disait souvent : "On ne peut pas être héroïques à jets continus". L'esprit et le corps ont besoin de pauses.

Pour t'aider à remonter la pente et à t'accorder du temps pour toi, ça ne prend pas des heures dans l'horaire.
- Y a-t-il des gens fiables autour de toi, excepté ton conjoint, qui peut veiller sur tes enfants 30 minutes ou 1 heure? Pendant ce temps, tu pourrais simplement aller marcher un peu, prendre de grandes respirations et faire le plein de silence.
- Comme tu as vécu de grands stress, il faut compenser le tout par des grands volumes de plaisir. Ça n'a pas besoin de coûter un bras. Il faut juste s'accorder au moins 1 plaisir par jour minimum... et pas seulement de source alimentaire. Varie...
- Ensuite, si tu as besoin de voir des adultes, c'est possible. Accorde-toi un peu de temps pour sortir dans des activités où on offre des services de garderie sur place. Même si ça ne dure que 15 minutes, tu t'en sentiras déjà mieux.
- À quand remonte ton dernier cappuccino avec ça d'épais de mousse de lait et du chocolat dessus??? Laughing On sirote le tout à la maison entre 2 brassées de lavage et on part en pensée en Italie ou en France sur une terrasse... Bref, la rêvasserie permet de se créer une petite bulle momentanée qui fait du bien.
- Puis, ce sera difficile mais nécessaire : il ne faut pas anticiper trop ce qui vient. On se branche sur le temps présent et on se réjouit du parcours et des réussites plutôt que de regretter les actes non faits ou de craindre les étapes à venir.

L'important, c'est d'économiser ton énergie et de rétablir un peu l'équilibre. Tu ne pourras pas poursuivre à ce rythme pendant des décennies. Il faut que tu sois consciente qu'il est tout aussi important de prendre soin de toi que d'être généreuse et présente pour ta fille, ton conjoint et ta famille.

Bon courage... Je t'envoie une vague de bienveillance pour t'aider. 

revenir en haut

Cake

Inscrit le :
29 mars 2011

Posté le: 30 mars 2011 13:14:34 EDT  
Merci de vos bons mots! Je ne vous cacherai pas que juste d'avoir écrit ce qui me trottait dans la tête a fait beaucoup de bien.

Anna Banana : Tu as tellement raison quand tu parles de la difficulté de vivre avec un choix imposé et tu as encore plus raison quand tu dis que ça ne fait pas de moi une mère indigne. Avec du recul, j'arrive à m'en rendre compte mais parfois quand l'émotivité prend le dessus c'est beaucoup plus difficile d'y voir clair. MERCI!

J&J : Ouf! Tu ne l'as vraiment pas eu facile toi non plus! Tu as toute mon admiration pour avoir mener tout cela de front. Tu auras de mes nouvelles prochainement par courriel assurément. MERCI!

Syrinx : J'adore la citation de ton professeur. Ça représente tellement bien la réalité. Tu as aussi tout à fait raison que c'est possible de prendre du temps pour moi sans que ça implique beaucoup de dépenses ou de temps. Je vais m'efforcer de mettre le tout en pratique quotidiennement. C'est officiel que ça ne peut pas nuire du tout. C'est fou comme on s'oublie quand notre enfant mène un tel combat. C'est maintenant le moment de ramener la balance à son juste milieu. MERCI!



 

revenir en haut

Mélimélo2008

Inscrit le :
06 mars 2008

Posté le: 30 mars 2011 14:31:12 EDT  
Je voulais simplement te dire que je t'ai lu! Je ne sais tellement pas quoi te répondre mais je tenais a te dire que je suis de tout coeur avec toi!

Je sais que ce n'est pas beaucoup mais mes pensées sont avec toi et ta famille!  

revenir en haut

gypsou

Inscrit le :
03 juin 2008

Posté le: 30 mars 2011 16:30:32 EDT  
ouff je ne peux qu'être empathique à ta situation même si je ments en disant que je sais ce que tu vis. Je ne sais pas, mais je peux tenter de comprendre. Je trouve que tu es une femme courageuse et que tu as le droit d'avoir du réconfort toi aussi. Tu n'est pas une mère indigne car tu envies la situation de ton mari, tu es humaine!

Je vous souhaites que le meilleur pour les années à venir, pleins d'ondes positives à toi et ta famille!! 

revenir en haut

Se connecter pour répondre