Les signatures forum sont temporairement désactivées.
Se connecter pour répondre

question de santé mentale

Auteur Message

ptite-fleur-rose

Inscrit le :
16 août 2010

Posté le: 30 janvier 2013 22:06:52 EST  
Pour faire une histoire courte, après avoir fais une tentative de suicide en 2010, j'ai due voir un psychiâtre à l'hôpital. Après seulement 2fois, il m'a clairement dit que j'avais pas mal les caractéristique de la "double personnalité de la bipolarité".

Puis quand j'ai pue sortir la 3e journée après mon admission à l'hôpital, j'ai due voir un psychologue pendant quelques mois. Il s'enlignait aussi vers la bipolarité (à noter que le psychiatre n'a jamais parlé ni transmit aucune note à mon psychologue).

Comme ma tentative de suicide remontais à quelques mois et que tout allait bien, j'ai décidé de laisser tomber le psychologue, car je ne voulais pas non plus avoir une étiquette de bipolaire.

Aujourd'hui, je vois bien que j'ai des hauts qui sont très haut au point tel que l'on me demande si je ne serais pas hyper active, je ne dors qu'avec une forte médication de somnifères prescrite par le médecin (dose maximale) et cela dure plusieurs semaines, voir des mois, puis, le moral baisse sans aucune raison. Si j'avais la possibilité de dormir 24h/24, je le ferais sans problème, je n'ai plus le goût de rien faire, je pleure pour rien, je suis très irritable, j'ai des pensées suicidaire, etc. Cette "passe", si je peux dire ainsi, dure aussi quelques semaines à plusieurs mois.

En gros, c'est le jour et la nuit.

Maintenant que j'ai un bon emploi, une vie stable avec des enfants, je me demande comment faire pour savoir si je suis réellement bipolaire? Je sais que ce n'est pas saisonnier, car j'ai été en état quasi euphorique toute l'hiver et ce n'est que depuis quelques jours que le moral descend et descend pour aucune raison. J'ai eu des coups durs pendant l'hiver et cela ne m'a jamais affecté, mais en ce moment, rien ne m'arrive, mais j'ai le moral en chute libre.

Pourquoi? Comment faire pour y remédier? Comme c'était un psychologue du CLSC, ce n'est pas possible de le revoir avant plusieurs mois, car il y a une liste d'attente. J'ai vue une autre psychologue cet été, car j'ai eu des idées suicidaire au début de l'été et je ne l'ai pas aimé du tout elle, donc j'ai arrêté de la voir et le moral a remonté sans aucune raison... 

revenir en haut

ptite-fleur-rose

Inscrit le :
16 août 2010

Posté le: 30 janvier 2013 22:07:37 EST  
ouin... désolé, finalement, mon histoire n'est pas si courte que ça Wink   

revenir en haut

Pattenrond

Inscrit le :
17 juin 2008

Posté le: 31 janvier 2013 07:31:23 EST  
ptite-fleur-rose a écrit

Maintenant que j'ai un bon emploi, une vie stable avec des enfants, je me demande comment faire pour savoir si je suis réellement bipolaire?

Comment faire pour y remédier?


Pour recevoir un diagnostique de bipolarité officiel, il faut faire une évaluation psychiatrique. Tu peux avoir une référence par ton médecin de famille.

Cela dit, je pense que tu pourrais simplement en parler avec ton médecin et ce serait pas nécessaire de passer par l'évaluation... ce serait à voir avec lui.

Un psychologue ne fait pas de diagnostique. Il peut suspecter un trouble et te traiter en ce sens. Et, super important: il ne prescrit pas de médicament. Il y a des troubles qui se traitent super bien sans médicament, avec juste une thérapie, mais la bipolarité ne fais pas partie de ces troubles. C'est un débalancement chimique dans le cerveau. La médication rétabli l'équilibre et la plus grosse partie du trouble est réglée. La thérapie est souvent nécessaire tout de même. Mais c'est vraiment la médication qui va t'aider le plus.

La bipolarité est une maladie. Une maladie comme les autres. Un diabétique doit prendre de l'insuline pour rétablire l'équilibre dans son corps pour aller bien. C'est la même chose pour la bipolarité.

Ce qui est bien dans ton histoire, c'est que tu as déjà eu un contact avec un psychiatre qui a parlé de ce trouble, donc tu n'auras pas trop de misère à trouver de l'aide.

Pour ce qui est du psy, dis-toi que ça se magasine. Les psy du CLSC sont ben fin, mais quand t'as pas le choix de travailler avec quelqu'un avec qui sa clic pas, c'est pas l'idéal! Au privé, tu peux faire tes recherches, en essayer quelques uns et trouver ta perle rare.

Je tiens à te féliciter pour ta démarche! Tu es dans la bonne voie et je suis certaine que ça va aller mieux pour toi bientôt!

Va voir ton médecin et vois ce qu'il te propose. Lâche pas! et reviens nous en parler si t'en a besoin Smile 

revenir en haut

ptite-fleur-rose

Inscrit le :
16 août 2010

Posté le: 31 janvier 2013 09:37:24 EST  
Le problème est que mon médecin a prit sa retraite en décembre dernier et pour lui, ce n'était que des "états passager".

Sinon, je sais que c'est une "maladie mentale" qui se soigne avec médication, car j'ai déjà été hospitalisé à Louis-Hypolite Lafontaine (c'est là que j'ai vue un psychiâtre), communément appelé dans le coin : "l'hôpital des fous". Cet hôpital ne traite et ne soigne que les maladies mentale. Je sais que le médecin, si je peux l'appeler ainsi, m'avait dis que la journée que je voulais en sortir, j'avais des ressources, mais que je n'étais peut-être pas prête à les accepter à ce moment là!

Maintenant, il s'agit de savoir par où commencer... Je n'ai plus de médecin et le psy que j'ai vue qui s'en allait aussi dans cette voie a plusieurs mois d'attente. Confused  Puis aller au priver, j'ai un bon emploi, oui, mais je n'ai pas les moyens pour cela! Je viens tout juste de commencer à payer ma dette d'étude en plus des autres dettes Rolling Eyes  

revenir en haut

Pattenrond

Inscrit le :
17 juin 2008

Posté le: 31 janvier 2013 09:51:39 EST  
Tu peux aller à l'urgence psychiatrique dans ce cas. Tu verras d'abord une infirmière qui évaluera ton cas, ensuite un médecin et puis ils te feront voir un psychiatre. C'est l'une des façon les plus rapides d'avoir accès à un psychiatre sans passer par ton médecin de famille.

Je sais qu'il y a une urgence psychiatrique à Louis-H... si tu as déjà un dossier là, ça pourrait faciliter les choses. Sinon, il y a aussi celle d'Albert-Prévost. De ce qu'on m'a dit, l'attente est pas très longue.

Pour avoir un psy au CLSC, comme tu dis, c'est long l'attente, mais si tu te mets tout de suite sur la liste, ça fera toujours ça de pris.

 

revenir en haut

saralexis

Inscrit le :
26 mai 2009

Posté le: 2 février 2013 07:54:24 EST  
Ma soeur est bi-polaire. Quand elle est dans ses phases manies elle ne le ``sait`` pas. Elle arrête ses medicaments et elle detruit sa vie et la vie des autres autour. Mais elle ne le ``sait`` jamais. Et quand elle en revient, qu'elle recommence ses medicaments, elle essaie de recoller les pots cassés...
Je te dis ca parce que ca me fache. Ca me fache qu'elle ne se fasse pas soigner parce qu'elle n'accepte pas sa maladie et qu'elle decide de vivre dans ces enfers à la place. Je ne comprends pas...
DONC, toi tu as la conscience que quelque chose ne va pas, cherche de l'aide MAINTENANT!!!!! FAIT TOUT CE QU'IL FAUT POUR VOIR QUELQU'UN, meme s'il faut payer au privé pour quelques seances. C'est une maladie qui se controle bien mais qui devient facilement hors de controle et TRES destructrice, alors agis MAINTENANT!!! Je sais que c'est dur a accepter comme diagnostic, mais ca ne se guerira pas tout seul si c'est ce que tu as, ca va juste se traiter pour toute la vie. Bonne chance. 

revenir en haut

ptite-fleur-rose

Inscrit le :
16 août 2010

Posté le: 2 février 2013 10:45:12 EST  
Ça fait longtemps que je ne t'avais pas vue ici Saralexis! Smile

Selon l'association des psy (ou quelque chose du genre), j'ai réussie à trouver mon ancien psy que j'aimais bien et j'ai vue qu'il fait aussi du privé. Je vais essayer de l'appeler cette semaine pour savoir si l'on peut se voir quelques fois. Par contre, je ne sais pas si un psy est apte à poser un tel diagnostique et si oui, ça ne doit surement pas être lui qui donne la médication approprié non?

J'ai peur d'aller le voir et que au final, j'ai perdue mon temps et mon argent... Par contre, s'il n'est pas "apte" à poser un tel diagnostique, il saura surement vers où m'orienter?  

revenir en haut

Se connecter pour répondre