Les signatures forum sont temporairement désactivées.
Se connecter pour répondre

Pas le droit de pleurer

Auteur Message

Marieestrada

Inscrit le :
22 janv. 2009

Posté le: 25 août 2011 12:03:48 EDT  
Je m'explique. Pour mon chum, verser des larmes c'est un signe de faiblesse et d'immaturité et c'est totalement inutile à ses yeux. Ça ne sert à rien. Le hic, c'est que je suis une vraie braillarde. Et je pleure pas pour m'apitoyer sur mon sort. Je pleure pour évacuer, et après, je me relève. Mais pour lui, je suis ridicule.

Hier, j'ai eu une journée de c**. En soirée, je lui ai demandé de venir s'asseoir avec moi parce que j'avais le goût de parler et de lui confier mes peurs et mes appréhensions suite à tout ce qui m'était tombé dessus dans la journée. Et à ce moment, je pleurais pas. J'avais juste besoin de parler, qu'il me prenne dans ses bras et qu'il me dise que ça irait. Mais plutôt que de m'offrir une oreille attentive et le creux de ses bras, il a commencé à me dire que je capotais pour rien, que je devrais voir le positif de la situation, que ça servait à rien de vivre mes émotions puisqu'elles ne me feraient pas avancer.

Je sais que je vais devoir me relever et me retrousser les manches, mais avant de penser à ça, est-ce que j'ai droit de vivre ma peine et de pleurer ma perte? Et est-ce que j'ai droit d'avoir peur de ce qui m'attend sans m'en sentir coupable et sans me faire diminuer.

Bref, c'est toujours comme ça avec lui. Parce qu'il a été élevé à la dure où un gars n'avait pas le droit de rien ressentir, il voudrait que je sois comme lui. Il se refuse la moindre émotion, de peur de perdre le contrôl de lui. Il est intransigeant envers les personnes obèses, qui démontrent à ses yeux la preuve même de la faiblesse humaine, même chose pour les gens qui font des dépressions. Ce sont pour lui des gens qui profitent du système et qui veulent se faire payer des vacances... Bref, aucune faiblesse est acceptée puisque c'est de l'apitoyement.

Hier, j'ai décidé de ne plus jamais me confier à lui. Je lui en ai souvent parlé mais je vois bien que ça sert à rien. À partir d'aujourd'hui, je vivrai mes émotions avec mes amis et ma famille puisqu'eux acceptent que je tombe et savent que je me relèverai quand j'en aurai la force.

Merci de m'avoir lue! 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
07 juil. 2011

Posté le: 25 août 2011 12:52:59 EDT  
C'est plate comme situation... mais je te conseillerais de ne pas jeter la serviette. Si tu arrêtes complètement de lui confier tes peines et tes peurs, vous aller finir par vous éloigner l'un de l'autre... 

revenir en haut

Nanuk72

Inscrit le :
07 mai 2010

Posté le: 25 août 2011 14:13:34 EDT  
Malheureusement, les hommes sont souvent comme ça. Pas tous, mais c'est fréquent. Ils ne comprennent pas qu'on puisse juste avoir envie de se faire prendre dans leurs bras et pleurer. Alors que nous cherchons du réconfort, eux cherchent tout de suite une solution.
Oui, tu as le droit d'avoir de la peine et tu as le droit de vivre ta peine.

C'est plate, car il y a des hommes qui voient des faiblesses partout. La tristesse, la dépression, ça ne doit pas exister, on doit contrôler ça. C'est ce genre d'homme qui n'iront pas demander de l'aide quand ils en auront besoin et qui peuvent finir par éclater.

Eh Oh ! Je ne dis pas que c'est ce qui va t'arriver! Mais ton conjoint doit comprendre que c'est bon de "libérer la pression sous la soupape".

 

revenir en haut

Melamibome

Inscrit le :
21 mai 2011

Posté le: 25 août 2011 14:59:23 EDT  
Pourquoi accepter une situation qui te fait mal et qui, à la longue (pas si longue que ça en fait) va dégénérer en hargne envers lui?

Un conjoint n'est-il pas sensé nous aimer pour ce que l'on est? Dans ton cas, tu as le besoin de pleurer, de lécher un peu tes plaies pour ensuite mieux te relever. Pour lui, ça ne sert à rien, pour toi, c'est important.

Si on ne peut partager ses peines, ses appréhensions, ses doutes avec son conjoint parce que ça le tape, désolée, mais ça n'a rien d'un conjoint.

Veut-on d'un ami qui nous revire debord dans nos culottes quand ce qu'on aurait besoin, c'est simplement de se faire écouter? Non! Alors un conjoint? Vraiment pas.

Cette insensibilité te touche, la preuve, tu viens nous en glisser mot. Et j'imagine que tu n'aurais pas le droit, à ses yeux, d'aller en parler à un psychologue, parce que ça voudrait dire que tu es faible?

Mon chum a beaucoup de défaut, mais celui là, vraiment pas! Si je pleure, il compatit et pleure parfois avec moi. Ça me rend vulnérable, ça le rend humain et j'aime ça!

Quoiqu'il en soit, évalue bien ta décision de passer outre. Tu vas finir que par le détester d'être aussi intransigeant et obtus!

Mel 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
29 nov. 2010

Posté le: 28 août 2011 10:40:27 EDT  
Bonjour,
Un jour, l'humoriste Pierre Légaré disait que les hommes et les femmes, c'est 2 planètes. Il avait bien raison. Tu es simplement en train de vivre ces différences.

Ce que tu vis est un grand classique. Comme femme, en général, on peut avoir grandement besoin de parler et de ventiler les émotions. Une fois qu'on a pleuré et décanté tout ceci, le calme revient. La logique masculine est tout autre.

C'est important de comprendre que, devant la peur et les émotions, les hommes réagissent de façon très différente. Eux se placent en mode "solutions". Ils vont, en général, droit au but.

-C'est quoi le problème? T'as peur? T'as peur de quoi? Agis comme ça. C'est réglé. NEXT! Laughing

Nous, entre copines, on va se raconter les détails, on va compatir, on va écouter, conseiller. Si notre copine pleure, on va lui dire que ça fait du bien que ça sorte... Il y a des hommes qui sont aussi à l'aise avec ces expressions d'émotions et laisseront le temps qu'elles s'expriment. Par contre, la solution et les conseils pour que ça se règle ne sont jamais loin! Laughing

Donc, il faut savoir qu'il y a 2 visions qui se confrontent et clarifier nos attentes. Chez la femme, quand on a peur et qu'on a envie de pleurer pour évacuer le trop plein de stress, ça désarme certains hommes. Donc, quand on se confie, les hommes peuvent être mal à l'aise et ne pas savoir par quel bout prendre le problème. C'est comme s'ils ont dans la face le portrait où ils voyaient leur mère pleurer, étant enfant, et se trouvaient désarmés à la consoler. Pour résoudre leur malaise, bien, ils proposent des solutions ou font ressortir le côté inefficace de s'apitoyer sur les émotions ressenties.

Donc, il faut être plus précise quand ça t'arrive. Dis à ton chum ceci : "Chéri, j'ai eu une journée de c... je suis fatiguée et plus émotive. Pour le moment, je n'ai pas besoin de conseils ou de solutions, je veux juste que tu m'écoutes pour faire sortir le trop plein et me sentir entourée de tes bras. Point. On jasera solution après, ça te va? Donc, pour X minutes, tu n'auras pas besoin de parler : juste de m'écouter et de me prendre dans tes bras pour qu'on se colle. C'est de ça dont j'ai besoin!" Laughing

Oui, parfois, ça leur prend un dessin pour nous comprendre... et même nous, parfois, on ne se comprend pas nous-même. Donc, le gars en face doit être drôlement rusé et avisé pour percer le mystère de nos larmes. Laughing

Ce dont vous avez besoin, c'est de jaser à tête reposée de ce genre de situations et à clarifier vos points de vue et attentes. Ça vous aidera. 

revenir en haut

*alexee*

Inscrit le :
23 mai 2010

Posté le: 28 août 2011 20:56:32 EDT  
Personnellement, je trouve cela franchement plate de sa part!

Il y a des étapes a suivre (D'après moi) quand quelque chose nous arrive ... pleurer si c'est triste, rire si c'est drôle,etc. Donc il faut passé par ses étapes pour ne pas rester bloqué a ce stade toute notre vie.

Oui il est vrai que les hommes sont pour certains, "insensible" mais insensible a sa famille je trouve sa gros. Ne pas vouloir pleurer c'est un mais bloquer quelqu'un qui pleure c'est nul comme attitude!

Souvent les choses que n'acceptent pas sont nos plus grandes peurs. Je crois que c'est parfaitement son cas. Il n'accepte pas les obèses = il a peut-être peur de le devenir un jour, il accepte pas les personnes qui font des dépressions = il a peut-être peur de n'en faire une,etc

Bonne chance et j'espère qu'avec le temps sa se règlera parce que moi j'étais comme lui. Consulté ma énormément aidé et aujourd'hui je ne bloque pu.  

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
18 nov. 2008

Posté le: 29 août 2011 07:17:33 EDT  
Ça fait 11 ans que je suis avec mon chum.. à nos débuts, il était comme ça. Insensible, ne comprennait pas le pourquoi de mes pleurs, et pour lui c'était faiblesse.

Une chance qu'à nos débuts j'ai pas eu grands malheurs qui m'ont fait pleurer mais avec le temps des situations comme la tienne j'en ai eu. Pas beaucoup mais ça refroidit une relation que je croyais forte.

Tu déchantes gros.

J'ai une jour décidé de m'expliquer sur ce que je suis. Chose que maintenant aucune autre fille dans sa vie n'avait fait. Je lui ai parlé de nous les femmes.

Je lui ai dit: des fois quand je suis fâchée voir une grosse colère noire, je pleure, pourquoi chéri je sais pas, est-ce que tu crois que j'aime ça?? NON!

Je lui ai expliqué que si je pleure devant lui c'est souvent pour pas pleurer devant la personne concernés surtout quand c'est pour le travail. Je ne veux pas montrer mes flaiblesses comme il dit mais j'ai besoin de faire sortir la pression. Métaphore du presto pour le dessin Laughing

Je l'ai impliqué en lui disant, écoute sur le coup j'ai besoin de tout te dire, de te raconter que tu me dises, que tu me comprends et après: QUAND je te le dmeandes.. donnes moi les solutions viriles pour que je sois forte.

Je lui ai dit que j'avais besoin de ses solutions mais qu'avant je dois clarifier mon cerveau que tant que j'évacue pas, mon cerveau bloque et marche pas.

Bref, il m'a enfin compris...Ça pris beaucoup de temps et de pratique mais aujourd'hui, il écoute me laisse faire et parfois je lui dit, merci et tu sais quoi voici ma solution. Je vois le sourire sur sa bouche car il a vu que je commence tranquillement à raisonner au milieu de ma colère.

Il est plus paitent et il a enfin rencontré une femme capable de lui déchiffrer son cerveau.

Aussi, je me rends compte que sa mère étant monoparental alors qu'il était jeune, n'a pas dû lui permettre de voir ses pleurs et ses colères devant lui afin de le protéger.

Pourtant, comme je m'entends bien avec sa mère et avec le tmeps des situations où nous avons aider sa mère il réalise qu'elle est comme moi, elle pleure en colère ou si elle a de la peine..

Il a réalisé qu'elle est une femme elle aussi.

 

revenir en haut

Se connecter pour répondre