Les signatures forum sont temporairement désactivées.
Répondre au message

Mon témoignage

Auteur Message

Mybo

Inscrit le :
16 sept. 2013

Posté le: 13 août 2014 07:00:32 EDT  
Bonjour à celles qui devront malheureusement se retrouver ici. Sachez d'abord que je comprends totalement comment vous pouvez vous sentir en ce moment. Anéantie, en beau cr*** après la vie et contre l'injustice de celle-ci et j'en passe.... Je commencerai donc par vous raconter mon histoire pour obtenir ce + tant convoité et ce qui s'en est suivi. 

Le début
Nous avons débuté les essais en juillet 2013. Premier cycle après arrêt de la pilule 43 jours, les deux ou trois suivants même chose. Je trouvais ça long en plus d'utiliser des tests d'ovulation que j'arrivais difficilement à interpréter à savoir s'ils étaient positifs ou non... En octobre, j'ai mon rendez-vous annuel avec mon médecin. Je lui confie mes craintes et angoisses quant à l'obtention d'une éventuelle grossesse. Travaillant dans le domaine de la santé et connaissant beaucoup de femmes dans mon entourage et au travail qui ont eu des difficultés à concevoir j'étais quand même très préoccupée par mes cycles "longs" et mes menstruations très peu abondantes. On convient à ce moment que si je ne suis toujours pas enceinte après les fêtes 2013 de retourner la voir pour qu'elle me fasse une référence pour une ouverture de dossier pour un suivi en fertilité au Chul. Oui ça fait seulement 6 mois dans les faits mais avec le délais variable entre 4 et 6 mois pour le premier rendez-vous avec le Chul ça se rapproche du un an d'essais. Les fêtes passent, j'ai ma référence en janvier je vais porter le tout et on me dit 4 mois d'attente. À ce moment, je commence mon 5e cycle depuis juillet... On me rappelle en mars pour me donner mon premier rendez-vous début avril, le 5e cycle est toujours en cours.... J'ai peine à y croire, je me dis que je vais sûrement avoir la chance de débuter c6 avant la rencontre et bien non! J'ai dépassé le 120 jours....

Le suivi
Bref, en racontant mon histoire la résidente est super ouverte ça se passe bien et on s'arrange pour mettre fin à ce cycle de m.... On fait les tests sanguins, le spermo, l'écho de base.... Tout est beau pour monsieur et pour moi on diagnostique des ovaires polykystiques... Bon, ce n'est pas la fin du monde au moins on sait ce qui se passe. Clomid pour c6 mais la dose n'est pas assez forte, il n'y aura jamais d'ovulation pour celui-ci... On repart la machine au provera... C7 clomid augmenté combiné au metformin...bingo on a 3 fofos, gogo go les zozos.... Je surveille attentivement ma courbe j'ai des doutes, j'ai ultra mal aux mamelons, j'aille sensation d'inflammation au niveau du bas ventre mais je ne m'emballe pas jusqu'à ce que je fasse un test à dpo 12 pour voir apparaître les deux lignes tant espérées. Rendez-vous de fin de cycle, j'annonce la bonne nouvelle à mon médecin, on me revoit deux semaines plus tard (5 sa) pour vérifier combien il y a de bébé car risque de grossesse multiple. Un sac gestationnel seulement fiouf! Par contre, trop tôt pour dire si c'est viable donc une autre écho prévue au retour de mon voyage dans le sud...deux semaines plus tard (7 sa). Entre temps, mini spotting de m... 24 avant la fin du voyage, je contacte ma mère via internet en catastrophe, je lui fait appeler info santé, l'infirmière se veut rassurante mais j'ai moins mal au seins... Étrange mais bon ça peut changer rapidement les symptômes de grossesse... Arrive l'écho (nous sommes lundi), je sais que je suis à 7.4 aucun doute ma courbe est très claire, je m'attends à voir le c?ur clignoter en guise de battements.... On voit l'embryon mais pas le c?ur... Le technicien estime la grossesse à 6.4... Je panique par en dedans, dans ma tête c'est impossible.... Je suis sûre de la date de conception.... Nous voyons le médecin qui me répond que la courbe est fiable seulement à 85% de ne pas s'énerver et qu'en journée ou pour le moment qu'on re-contrôle le tout par écho 4 jours plus tard et qu'on sera officiellement fixé... Ok, je vais faire mon chiffre mais je veux une prise de sang pour me rassurer avec mon taux, on me rappelle 80740, ça correspond au stade de l'image de l'écho... Bon ça devrait aller.... Vendredi c'est le c?ur quand même léger que nous entrons dans la salle d'écho... Le technicien entre la sonde et là on voit le sac mais je me rends compte "qu'il gosse" et qu'il cherche... On ne voit plus l'embryon, à cet instant précis dans ma tête mon monde s'effondre... Mon chum est à côté de moi mais n'a pas encore mesuré l'ampleur de ce qui ce passe à cet instant... Le technicien nous dit que le médecin va nous voir et bon courage pour la suite. Je n'ai pas besoin de plus.... On nous a fait bretter une heure dans la salle d'attente... Une heure pour se faire confirmer le pire.... Une heure à avoir un air d'enterrement dans la salle où j'ai vu deux mamans avant moi ressortir avec leur photo d'écho avec un bel embryon dessus, Ben oui c'est si mini comme endroit qu'on a pas trop besoin de se forcer pour voir... Et avec le sourire béat des patientes c'est facile de comprendre comment ça se passe pour chacune d'entre nous là bas...

La fausse couche
Finalement, nous rencontrons une résidente, elle nous explique la situation: grossesse arrêtée il y a environ deux semaines (ça explique la semaine de différence du lundi), les options qui s'offrent à nous: laisser mon corps "expulser" naturellement de lui-même, prendre du misoprostol pour déclencher "l'avortement" ce mot me répugne.... Je n'ai pas "choisi" d'avorter comme ils disent.... Ou un curetage méthode beaucoup plus invasive.... Sachant que quelques femmes que je connais ont eu des problèmes post curetage c'est automatiquement exclut. Expulser naturellement... Non merci mon corps garde déjà un embryon décédé en lui depuis deux semaines je ne lui fais pas "confiance" pour gérer ça de lui-même... Reste le misoprostol... Je repars avec la prescription, une feuille explicative, un arrêt de travail d'une semaine (fort heureusement) et c'est à peu près tout... Je me laisse la fds avant de prendre le médicament... Le dimanche, je n'arrive pas à me raisonner que lundi je dois provoquer tout ça, je n'ai pas la conscience tranquille alors je vais au sans rendez-vous pour quémander une prise de sang pour voir si le taux de hcg a continué d'augmenter. L'infirmière super gentille m'explique que ça ne sert à rien puisque tant que le sac gestationnel est là c'est lui qui engendre la production d'hormones et non pas l'embryon... Donc ça va continuer d'augmenter... Je retourne chez-moi et j'entends tourner en boucle ces dernières paroles.... Le lundi mon chum passe l'avant midi et le début d'après-midi avec moi. Nous avons prévu que je sois accompagnée tout au long des 48h suivant la prise du miso au cas où ça dégénère en hémorragie. Personne ne nous a fait cette recommandation c'est une précaution de mon propre cru... Midi, j'insère les comprimés. 13h, mini spotting et campes au bas du ventre et mal au bas du dos annonçant l'arrivée des menstruations, jusque là je suis en terrain connu. 14h je dis à mon chum que je ressens le besoin d'aller à la toilette, j'y reste clouée jusqu'à 15h15 environ. Me tordant de douleur ne sachant plus quelle position adopter... J'essaie le bain chaud impossible, j'ai pris du naprosyn et des tylenol mais la douleur est si intense que j'en vomis tout le contenu de mon estomac à maintes reprises... Je suis assise sur la toilette pliée en deux et je rêve de morphine, de dilaudid et je regrette amèrement d'avoir choisi la médication plutôt que le curetage. Mon chum est parti au boulot depuis 15h environ et ma belle-mère est là le temps que ma mère arrive en fin de journée. Je réussi à me convaincre de sortir de la salle de bains et d'aller la voir, elle me demande si j'ai des bouillottes: non mais j'ai des sacs magiques. Je me rends de peine et de misère dans mon lit et m'affaisse sur la pile de coussins recroquevillée sur moi-même un sac sur le bas du ventre et l'autre dans le bas du dos. Je reprends du tylenol, il faudra une heure pour que la douleur soit tolérable et contrôlée. 16h30 ça va "mieux" ma belle mère va chercher le fils de mon chum au terrain de jeux, ma mère devrait arriver sous peu... 17h je retourne à la salle de bain, j'ai besoin de "forcer" alors c'est ce que je fais.... J'entends un premier plouffe..... C'est gros comme environ un ?uf.... Je sais que c'est terminé, la cuvette est un bain de sang et mon petit poussin est quelque part là-dedans.... Je ne sais pas trop quoi faire je suis seule et j'ai conscience de ce qui se passe mais j'ai l'impression d'être témoin d'une scène en même temps.... Machinalement je "flush" la toilette.... Et je me rassois.... Je force encore un peu et un deuxième plouffe se produit, là je me dis que c'est vraiment fini, probablement les restants du sac vitellin.... La douleur est encore présente mais facile à contrôler simplement par la chaleur. Je sais que tout est parti parce que j'ai lu la veille sur le sujet et je savais un peu ce qui pouvait se passer pour la partie "toilette". Je m'attendais à avoir un déluge de sang j'étais équipée comme une maman post accouchement quand finalement je réalise que mes petites serviettes standards auraient fait la job... Que voulez vous je ne saigne pas moi ça l'air... Le hic, sur la prescription de miso c'était écrit répéter 24h post première dose si saignements peu abondants.... Le soir même je laisse un message à la clinique de fertilité en prévision d'un retour d'appel le lendemain. Je ne veux pas répéter le miso inutilement compte tenu de l'épisode actuel... Le mardi fin d'avant midi, j'appelle info santé car aucune nouvelle de la clinique.... L'infirmière n'ose pas se prononcer mais est consciente que je ne veuille pas repasser par ces douleurs atroces, qui,soit dit en passant, étaient ni plus ni moins que du travail et des contractions... Elle me suggère d'attendre le retour d'appel qui n'a jamais été retourné ce jour-là... Selon ce qu'elle me disait, les femmes sont vraiment mal informées quand à ce qui entoure la prise du misoprostol, elle ´ma raconté qu'un conjoint en pleurs a déjà téléphoné parce qu'il ne savait plus quoi faire pour sa conjointe tellement elle souffrait....ça vous donne une idée de la désinformation... Le soir venu, je me dis que je n'ai pas eu toutes ces douleurs pour aboutir en curetage alors je prends mon courage à deux mains, j'insère la deuxième dose Armée de mes sacs magiques aux endroits stratégiques. Tout se déroule à peu près dans les même temps mais la douleur est moindre et tolérable à la chaleur et c'est à peine si les saignements ont repris... Le mercredi, c'est un jour nouveau le côté physique semble réglé. Une semaine plus tard, j'ai mon écho post miso et on me dit que selon les images c'est un avortement complet car il reste environ 15 MM de débris. Aucune intervention nécessaire le reste devrait sortir aux prochaines menstruations... Mon calvers a débuté le 14 juillet et j'attends toujours la suite pour recommencer les essais....

Le non suivi post fausse couche...
Ces moments ont été très difficiles à vivre... Je me suis beaucoup questionnée à essayer de comprendre pourquoi c'était arrivé... Mon chum et moi on ne se comprenait pas. Nous étions à des pôles totalement opposés... Je pense qu'il a fallu une bonne semaine et demie avant qu'on commence à en parler ensemble et puis à force de verbaliser les choses se sont tassées entre nous mais mon humeur est encore en montagnes russes... J'ai acheté une boîte dans laquelle j'ai mis mes tests de grossesse et les deux photos d'échographies. Nous avons également acheté deux arbustes pour ne pas oublier ce petit ange parti trop vite... L'un est situé à l'entrée de la maison et l'autre au coin de la maison à l'arrière tout juste où la future chambre de bébé sera située. Je déplore le manque de soutien post fausse couche et la foutue zone grise où l'on ne sait pas trop quoi faire et quand le faire. La banalisation de ce drame pour un couple, les phrases toutes faites et qui enragent plus qu'elles ne consolent.... J'ai cherché du mieux que j'ai pu pour m'aider à relativiser les choses et à mesurer si je n'avais pas une réaction excessive face à cet événement.... Finalement, en discutant avec une collègue, j'ai trouvé une ressource inespérée.... Un livre dont elle m'a parlé que j'ai littéralement dévoré et que je recommande fortement à celles qui se reconnaissent en lisant mon témoignage et surtout à celles qui vivent un deuil face à leur petite poussière d'ange. Mon chum est en train de le lire également et je crois que ça l'aidera à mieux comprendre ce qui se passe par en dedans pour ma part. Ce bijou s'intitule : Fausse couche - vrai deuil publié par Caractère et écrit par Isabelle Clément et Manon Cyr.

C'est probablement mon post le plus long à vie depuis que je suis sur le forum de mplv! J'espère que celui-ci pourra en aider quelques unes. C'était important pour moi de partager mon expérience et de donner au suivant. Il me fera plaisir de vous répondre de mon mieux si je peux vous aider dans votre cheminement. Bon courage à toutes et surtout, sachez que vous n'êtes pas une extraterrestre avec votre immense chagrin face à cette perte tragique.  

revenir en haut

xchounex

Inscrit le :
01 mars 2013

Posté le: 20 septembre 2014 18:53:18 EDT  
Je comprend que se soit très important pour toi de partager ton histoires . J'ai vécu exactement la même chose le 14 février 2013 on m'apprend que l'embryon semble avoir que 6 semaine alors que je devais en avoir 8 semaines Sad , j'ai eu le miso également .. Tres mal informer en effet ! Heureusement je n'est pas eu d'atroce douleur ..c'était tolérable ! Mais sa ma vraiment beaucoup attrister / j'espere ne plus jamais vivre sa .. Je te souhaite que tout comme moi tu trouvera ton bonheur .. Jai aujourd'hui une petite fille de 10mois ! Bonne chance a toi !!  

revenir en haut

Lea15

Inscrit le :
30 sept. 2014

Posté le: 30 septembre 2014 09:36:20 EDT  
Bonjour les filles j'ai du basculer du forum bébé en avril a fausse couche .
La vie est tellement imprévisible .
Cela fait trous ans et demi qu'on essaye .
J'ai appris que j'étais enceinte fin juillet et a l'écho du 1 et trimestre boom l'embryon a cessé de vivre a 7 semaine un grand choc . Mais bon on s'est dit Mnt on sait que ça marche . On a prévu un curetage ce mercredi sauf que l'expulsion a commencé hier . C'est tellement dur je ne m'y attendais pas des contractions horribles , une souffrance pour au final pas de bébé .
La je suis en arrêt chez moi car je suis épuisée et vidée . Mais je garde le moral . Je voulais juste partager ça avec des femmes qui vivent ou ont vécu ça .
Merci pour votre écoute .ps: on m'a annoncé hier deux grossesses sont une qui ne m'enchante pas car c'est une personne que je n'apprécie pas et qui m'a toujours prise de haut .

Je me sens vulnérable voilà mais je sais que la roue va tourner pour nous il faut garder l'espoir . 

revenir en haut

Se connecter pour répondre