Les signatures forum sont temporairement désactivées.
Se connecter pour répondre

La complaisance face aux enfants et aux bébés

Auteur Message

sauvageonne

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 30 juillet 2008 17:29:02 EDT  
Helo parlait de: Un enfant pleure chez le médecin pour x raisons et la maman pleure avec lui parce qu'elle ne supporte pas la situation que ce dernier vie au moment présent.
puis, c'est moi qui ai parlee de vaccins car c'est le premier lien que j'ai fait...somme toute, les bebes ont plus tendance a pleurer et hurler en se faisnt vacciner qu'en allant sur la balance Wink

C'est vrai que le débat est intéressant!!!

Par contre, si on est émotives face a une situation, on ne devrais pas a avoir a se justifier, on est pas moins bonne maman parce que notre rationalité nous quitte subitement pour faire place a un sentiment de sympathie face a notre enfant, et je ne suis pas prete a croire que la façon de traiter mon enfant face a sa douleur devrait se rapprocher de l'empathie, c'est mon bébé, je ne suis plus objective devant ses besoins (ou caprices). Ça c'est bien différent que d'être infirmière ou éducatrice, non? C'est bien certain que lorsque je travaillait en garderie, je ne prenait pas une demi heure a bercer en donnant des bisous aux petits blessés, a mon fils...peut être, je ne l'ai pas vécu, le premier gros accident (a part la fois ou il est tombe en bas de mon lit...mais il ne s'est pas fait très mal)

Je crois q'on a tendance a l'hyper-sympathie quand on se sent un peu coupable...ais-je tord?

revenir en haut

misslady

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 30 juillet 2008 15:55:21 EDT  
hélo tu ne parlait pas de vaccins tu as raison, j'ai relu et probablement que plusieurs comme moi on compris ca car il est écris l'enfant pleure chez le médecin pour X raisons.

Je trouve ca plus poche les vaccins car pour moi la 1ere expérience de vaccins c'était la premiere fois que je la voyais souffrir et ca m'a fait mal a mon coeur de mere et je ne crois pas que c'était de la complaisance.. elle n'a jamais été malade alors je ne connais pas ma réaction encore ds ce genre de situation. Je crois que la complaisance c'est quand la mere agis tout le temps comme ca, mais un vaccin chez le medecin je trouve que c'est un evenement isolé.

revenir en haut

Hélo

Inscrit le :
10 avr. 2008

Posté le: 30 juillet 2008 15:29:04 EDT  
Misslady, dit-moi, pourquoi cet exemple (vaccin) serait plus poche qu'un autre?

Hélo

revenir en haut

Hélo

Inscrit le :
10 avr. 2008

Posté le: 30 juillet 2008 15:27:24 EDT  
misslady a écrit
PARCONTRE l'exemple des vaccins je trouve ca poche un peu comme exemple à donner.


C'est drôle, dans mon intro je n'ai jamais parlé de vaccin et vous êtes plusieurs a en parler comme si je l'avais fait...

Ceci-dit, j'aime beaucoup vos commentaires!

Hélo

revenir en haut

misslady

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 30 juillet 2008 15:19:28 EDT  
Je suis une grande émotive parcontre moi aussi je travaille dans le domaine de la santé et je connais très bien l'empathie!

Pour ceux qui ne connaissent pas voici la différence entre empathie et sympathie.

sympathie tu comprends, tu ressens et tu vis l'émotion.

l'empathie, tu comprends et tu écoutes l'autres mais sans ressentir toute l'émotion.

Lorsque ma fille se cognera ou autre, je ne vais pas dramatiser ni meme faire un ''ohhhhh'' car l'enfant voit la panique dans tes yeux et c'est la que la peur s'installe.

PARCONTRE l'exemple des vaccins je trouve ca poche un peu comme exemple à donner. Oui ma puce elle n'avait que 6 ou 7 semaines a ses premiers vaccins et j'ai pleuré. Elle hurlait et était rouge comme une tomate, c'était la premiere fois qu'elle avait un corps étranger dans son petit corps tout neuf et fragile et oui j'ai pleurer, je n'en ai pas honte. Des émotions de mamans ca ne se retient pas toujours! Si elle tombe sur les fesses ou se cogne ok un calin beké bobo et on passera a autre chose mais je suis humaine et voir ma mini qui commence dans la vie en se faisant piquer c'est triste. Et je ne crois pas qu'elle s'en rapellera le jour de ses noces!

revenir en haut

Gala

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 30 juillet 2008 15:08:13 EDT  
Éduquer un enfant, c'est lui donner des outils pour faire face aux problèmes qu'ils rencontrent seul ou avec d'autres...La complaisance n'est pas saine pour y parvenir..Je pense donc que le parent qui agit de façon complaisante le fait pour répondre à ses besoins à lui avant tout.

Parfois c'est un manque qui remonte à l'enfance ou de la projection relié au vécu de ce parents..

Je pense qu'il faut comprendre que l'enfant à d'abord et avant tout besoin d'un parent avec un jugement sûr et capable de gros bon sens... Wink

revenir en haut

épicurette

Inscrit le :
07 mai 2008

Posté le: 30 juillet 2008 14:41:10 EDT  
Pour ma part, je déteste les vaccins, aiguilles, etc et oui, quand mon fils a eu ses vaccins de 6 mois, j'ai dû tourner le regard en versant quelques petites larmes... mais non, je n'ai pas fait de crise d'hystérie ou de panique.
Il est très rare que je pleure mais quand mon bébé exprime de la douleur physique en hurlant et en me regardant, eh bien , non je suis incapable de retenir ces larmes d'émotions. Et je ne me sens pas coupable d'agir ainsi, de toute façon, je n'y peux rien. je ne crois pas que ce soit très grave non plus.

C'est peut-être juste une question de personnalité différente ou d'expérience. Une mère qui voit son 5e enfant s'égratigner le genoux va peut-être prendre ça avec le plus grand détachement puisqu'elle a l'habitude de voir cela et qu'elle sait que ce n'est pas grave. D'un autre côté, peut-être qu'une autre mère dans la même situation va vivre cela avec plus de sensibilité parce que c'est dans sa nature tout simplement. Et je ne crois pas que ça chamboule un enfant tant que ça de constater que sa mère vit ses émotions d'une manière plus intense qu'une autre personne (tant que ce n'est pas exagéré et déplacé comme réaction).

revenir en haut

Liliemma

Inscrit le :
30 oct. 2006

Posté le: 30 juillet 2008 13:42:31 EDT  
Dédramatiser ....merci La Grande, c`est le mot parfait que je cherchais pour expliquer mon point de vue. Tu as bien raison! Il faut dédramatiser.

revenir en haut

lagrande

Inscrit le :
21 sept. 2005

Posté le: 30 juillet 2008 13:35:13 EDT  
Je suis une personne qui contrôle plutôt bien ses émotions dans presque toutes les situations. Certains disent que je suis froide. Je préfère penser que je suis pondérée.

Quand il s'agit de mon fils, j'ai parfois plus de difficulté à faire la part des choses. Je ne pleure pas devant lui quand il se blesse (c'est arrivé quelques fois), mais j'ai le coeur très gros. Quand ce genre de choses arrivent (vu qu'il a vingt mois, c'est ça qui est le grand drame de sa vie jusqu'à maintenant Wink ), je vais le voir surtout pour le rassurer. Je veux qu'il comprenne que sa peur, sa frustration ou sa peine sont des sentiments que je respecte. Par contre, une fois que je lui ai donné un gros calin et que j'ai vérifié que tout était correct, je dirige son attention sur autre chose pour dédramatiser la situation.

Je fais ça dans la vie en général. Quand quelqu'un me confie un problème ou autres, je lui dis que je comprends et je l'écoute, mais je ne vais pas me mettre à pleurer avec lui. Des femmes de ma connaissance (parce qu'il ne faut pas se le cacher, c'est un comportement féminin) prennent trop à coeur les malheurs et les histoires d'autrui, et se retrouvent extrêmement bouleversées et en larmes à la moindre occasion. Je n'aime pas tellement ces débordements! Comme l'a dit lyny, il s'agit d'être empathique, pas sympathique!

gege123: Pour répondre à ta question, je ne pense pas que d'accepter un calin de son enfant quand on a une crotte sur le coeur soit de lui transmettre notre peine. À mon avis, ce serait bien pire de le repousser. Les enfants sentent nos émotions et ça peut aussi être pour eux une façon de nous démontrer à leur tour qu'ils sont sensibles à nos peines. Wink

revenir en haut

Liliemma

Inscrit le :
30 oct. 2006

Posté le: 30 juillet 2008 13:31:11 EDT  
Je crois rejoindre Gege123. Je suis a mi chemin entre les 2, dépendamment, bien sur, de l`evenement ou du bobo en question. Je suis plutot du genre a ne pas vouloir que mes filles soient des plaignardes et a avoir vue Lili aller lorsqu`elle a eu son accident a Noel (2 bouts de doigts sectionnes, urgences, injection de morphine, piqure directement dans la main pour geler tous les doigts, points de sutures a n`en plus finir pour faire reprendre les doigts...), je suis assez fiere de na pas toujours avoir etee une maman qui complaint ses enfants. MAIS, ou j`ai pleurer ce soir la sur son lit d`hopital et je n`ai jamais étée aussi a l`envers de ma vie. J`essayais tant bien que mal de me retenir pour ne pas lui montrer que c`etait grave, mais ce n`était pas facile. Elle n`a pas crier et a peine pleurer (bon, elle etait tout de meme en leger etat de choc la puce). Bref, je veux en venir au fait que moi aussi j`attend que mes filles viennent me voir en pleurant pour les consoler. Ca depend bien sur de la gravite de la chose. Lili s`est etouffer une fois et j`ai plus paniquer et pleurer qu`elle. C`eset pas le meilleur exemple a donner! Et meme que parfois (ho qu`elle mere méchante je suis!) si ca fait 10 fois que je lui dit d`arreter de courrir autour de la table et que la elle se cogne, ben c`est tant pis ma chérie car maman t`avait avertie 10 fois! J`ai l`air sévere, mais c`est notre facon a nous d`agir avec nos filles. Moi des enfants qui chignent ou se plaignent pour un ongle brise, ca m`énerve. Oui il arrive que mes filles essaient de jouer la comédie dans le but de se faire plaindre, mais tres peu pour moi.
Et Gege123 , pour répondre a ta question, il m`arrive de pleurer (fatigues, pms, petite chicane de couple sur l`art d`éduquer nos filles! ect...) et quand une de mes filles vient se coller et me dit: Pleure pas maman et qu`elle me fait des calins et des bisous, ca me fait le plus grand bien au monde! Et je les laisses faire croyez-moi! Wink Car venant de nos enfants, nous savons que c`est plus que sincere!

MC

revenir en haut

sauvageonne

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 30 juillet 2008 13:22:37 EDT  
gege123, oui, c'est tout fait correct de prendre une colle (trreess bien venue) de nos mousses quand on est triste, tant que ca vient d'eux. Je pense que la ou ca deviens malsain c'est plus dans une situation ou pour passer a travers un "drame" on va chercher 'l'aide" chez nos enfants plutot que de vivre nos emotions en tant qu'adultes avec des adultes. Un peu comme raconter nos problemes de couples a nos enfants...je sais pas si vous compenez!? Mais ca marche pas dans ma tete...comme dit Murielle, les enfants sont des eponges...

faut doser!

Oui, helo, tu comprends mon point de vue, tout est dans NOTRE gestion des emtions, que ce soit les notres ou celles de nos enfants, a prendre tout dramatiquement et en mettant l'emphase sur ce qui arrive de negatif (ou triste) sans apaiser les peines, on entre dans un engrenage tres delicat qui peut mener a avoir sur les bras des enfants mal outilles, dans le futur, a faire face a des situations plus ou moins critiques.

J'ai ete elevee par une maman emotive (a l'exces) et, je travaille tres fort maintenant (a pres de 30 ans) a apprendre a maitriser mes propres emotion pour ne pas nuire a mon enfant...(je fut une filette tranportee de mon lit a celui de ma mere, par ma mere parce qu'elle faisait des cauchemards...ca dit tout!)

revenir en haut

gege123

Inscrit le :
01 avr. 2005

Posté le: 30 juillet 2008 13:06:07 EDT  
Mais j'ai une question les filles. Lorsque j'ai de la peine, je ne demande pas à mes enfants de me réconforter. Mais si ma grande m'offre un calin, est-ce que c'est sain d'accepter? J'essaie de penser si ça m'est déjà arrivé et je ne vois pas.

revenir en haut

Murielle

Inscrit le :
28 août 2007

Posté le: 30 juillet 2008 13:03:16 EDT  
Je ne sais pas si c'est une déformation professionnelle, mais je suis tellement détaché de tout ça. Pourtant, je m'attendais àa ce que ça me touche plus, mais je me dis qu'il n,a rien là, et on a tous et allons tous passer par là. Ok, j'ai pas eu des choses drammatique à vivre, donc c'est peut-être pour ça que ça me touche moins. Un vaccin, une chute, je ne pleure pas, même si ma fille pleure beaucoup. Elle n'a pas été gravement malade, et je crois que c'est là que c,est plus facile. Une mère que l'enfant doit être hospitalisé, je peux comprendre qu'elle en pleure, je crois que moi aussi, mais c'est pas la même chose qu'un vaccin.

Par contre, un parent qui a des problèmes (de couple par exemple), je trouve ça dommage qu'il ait chercher du réconfort auprès de son enfant. les enfants sont des éponges, ils absorbent toutes les émotions de ses parents, donc veut, veut pas, ça va l'affecter.

revenir en haut

gege123

Inscrit le :
01 avr. 2005

Posté le: 30 juillet 2008 12:52:20 EDT  
Hélo a écrit
une chance mon chum était là et a pris la relève avec plus de contrôle en ces moyens


Une chance qu'on les a ces petites bêtes là. Mon chum n'était pas très fier de moi lorsqu'il m'a vue en train de bercer la petite, sans même avoir vérifié si tout était ok.

revenir en haut

Hélo

Inscrit le :
10 avr. 2008

Posté le: 30 juillet 2008 12:47:36 EDT  
Sauvageonne, je crois comprendre ce que tu veux dire, en fait c'est dans la façon de gérer nos propres émotions face à la situation qui est important et on se rejoint tout a fait la dessus!
J'aime bien aussi ton point sur la compassion, mais je ne crois pas que ce sois toutes les mères qui agissent plutôt par compassion que par complaisance. Wink

Hélo

revenir en haut

Hélo

Inscrit le :
10 avr. 2008

Posté le: 30 juillet 2008 12:39:09 EDT  
gege123 a écrit
Bonjour Hélo, intéressant ton sujet.

Je pense que je suis une maman du milieu. Lorsque mes petits se font mal, j'attends qu'ils viennent me voir et je les réconforte un peu avant de leur dire qu'ils doivent passer à autre chose. Je dédramatise beaucoup, dans toutes sortes de situations. Par contre, lorsque ma fille a déboulé l'escalier la première fois, je n'ai pu m'empêcher de la prendre dans mes bras et de pleurer avec elle. La même chose lorsque ma plus vieille a sauté en bas de sa couchette à 11 mois.

Je pense qu'il faut savoir juger la situation et agir en conséquence. Un becqué bobo est souvent suffisant avant de passer à autre chose.

En ce qui concerne le comportement de nos petits, jamais je ne soutiendrai mon enfant qui fait une bêtise ou qui est impoli et arrogant. Je suis plutôt le genre de parent à ajouter une conséquence.


Ça ne me surprend pas de toi Gege, je trouve que tu as un très bon jugement et je te rejoint! Mon fils est déjà tombé sur la tête du haut de sa table a langer alors qu'il avait 2 mois, je me suis tellement sentis coupable et incompétente en plus de la crainte de blessures graves, j'ai vraiment eu peur et j'ai pleurer a chaude larmes, une chance mon chum était là et a pris la relève avec plus de contrôle en ces moyens, je suis restée a côté de lui, a l'observer l'osculter, toujours en larmes. Mais je crois que ce sont des situations exceptionnelles et une chance que ça n'arrive pas tout les jours.

Hélo

revenir en haut

lyny

Inscrit le :
17 mai 2006

Posté le: 30 juillet 2008 12:27:41 EDT  
En fait, c'est qu'il faut avoir de l'empathie, et non de la sympathie. C'est un peu le principe de ceux qui travaillent en santé et services sociaux. C'est parfois difficile de ne pas s'engager émotionellement dans un cas.

Donc, on peut consoler, sans pour autant en mettre trop. De l'empathie aide à avoir un certain recul face aux choses. Donc, si mon enfant se blesse, un gros calin et un gros bisoux, mais réussir à l'encourager de se relever et d'apprendre.

revenir en haut

sauvageonne

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 30 juillet 2008 12:21:55 EDT  
Ah bien, je vais me faire un plaisir de te repondre!

Premierement, je ne sais pas si c'est de la complaisance, ou de la compassion (ou meme compensation emotive) qui pousse une mere a vivre les emotions de leurs enfants avec eux. Comme tu dis, pleurer avec bebe qui recoit son vaccin (ce que j'ai fait au premier vaccin de mon fils et mausus que j'avais honte!) ca peut avoir ses cotes negatifs, c'est pas necessairement ce qui a de mieux, mais des fois c'est plus fort que la rationnalite maternelle!

C'est certain que je suis le genre de mere qui a mal a chaque fois que mon loup se cogne le bout du nez et pleure a chaude larmes. Cela ne m'empche pas de garder un certain sang froid losque ca arrive, oui je compatis avec sa detresse, mais je garde mon calme (je suis l'adulte apres tout). Ce qui n'empeche pas que des fois (peut etre pas fatigue?) je pleue avec lui, ca douleur me touche que voulez-vous!

Pour moi, il est important de ne pas minimiser la peine ou la douleur (tout comme la joie) que mon enfant vit. Tout en gardant mon sang froid, autant que faire se peut! Je tente de donner du reconfort a mon enfant qui vit un "drame" de bebe. Je le prend et lui dit en mots ce que lui ne peut pas dire, du genre "ca fais mal hein mon poulet, maman est la tu vas voir ca va passer..." de trucs du genre, mais sans vraiment mettre l'emphase sur les petts tracas, une fois calme, il retourne a ses besognes et c'est tout! on va pas chercher plus loin et tout le monde est content.

Pour ce qui est de, moi, vivre une tristesse, jamais je n'irais prendre mon gars et lui fare subir ma peine, ca, c'est malsain!

revenir en haut

gege123

Inscrit le :
01 avr. 2005

Posté le: 30 juillet 2008 12:03:08 EDT  
Bonjour Hélo, intéressant ton sujet.

Je pense que je suis une maman du milieu. Lorsque mes petits se font mal, j'attends qu'ils viennent me voir et je les réconforte un peu avant de leur dire qu'ils doivent passer à autre chose. Je dédramatise beaucoup, dans toutes sortes de situations. Par contre, lorsque ma fille a déboulé l'escalier la première fois, je n'ai pu m'empêcher de la prendre dans mes bras et de pleurer avec elle. La même chose lorsque ma plus vieille a sauté en bas de sa couchette à 11 mois.

Je pense qu'il faut savoir juger la situation et agir en conséquence. Un becqué bobo est souvent suffisant avant de passer à autre chose.

En ce qui concerne le comportement de nos petits, jamais je ne soutiendrai mon enfant qui fait une bêtise ou qui est impoli et arrogant. Je suis plutôt le genre de parent à ajouter une conséquence.

revenir en haut

Hélo

Inscrit le :
10 avr. 2008

Posté le: 30 juillet 2008 11:50:36 EDT  
Je viens de voir le post de Yin Yan sur les "P'tits morveux" et je trouve qu'il y a là de bons exemples de complaisance de la part de certains parents face aux enfants d'âge scolaire.

Hélo

revenir en haut

Se connecter pour répondre