Les signatures forum sont temporairement désactivées.
Se connecter pour répondre

J'ai laissé mon conjoint...

Auteur Message

Misha

Inscrit le :
23 oct. 2007

Posté le: 12 août 2016 19:05:30 EDT  
Bonjour,
je ne savais pas à quel endroit je pouvais écrire ce message. En résumé, je suis avec mon conjoint depuis 10 ans, nous avons deux enfants, de 9 et 4 ans. Ça fait longtemps que ça ne va plus et que j'endure... J'ai toujours dit que je ne me séparerais jamais, que je ne voulais pas faire vivre cela à mes enfants. Mais je suis maintenant au bout du rouleau.
En résumé, mon conjoint a un problème de dépendance aux jeux. Il joue en moyenne 30-40 heures semaine et travaille au moins 45-50 heures. Bref, j'ai toujours pris sur mon dos la maison, les enfants, les responsabilités. Je me sentais capable de tout assumer. Je voulais lui laisser sa liberté. Évidemment, tout cela nous a éloignés peu à peu. En fait, je réalise avec le recul que dès le début de notre relation, j'ai souffert de sa dépendance. Mais je n'ai jamais rien dit. Avec le enfants, il ne s'est jamais impliqué à fond, comme si cela le regardait à moitié, comme si tout se ferait tout seul. J'endurais... Parce que je n'ai pas une forte estime de moi. Par peur d'être seule, de vivre ce que ma mère a vécu comme mère monoparentale.
Il a commencé ces dernières années à me traiter avec peu de respect. À oublier sciemment ma fête, ou à la gâcher (être en criss, me faire sentir mal d'être obligé de faire quelque chose, etc.). Il a commencé à m'humilier devant des amis, à me descendre devant sa famille...
Il y a un an, j'ai rencontré quelqu'un qui m'a complètement chamboulée. Un coup de foudre, quelqu'un de gentil. Et j'ai compris que je devais remettre en question ma relation avec mon conjoint. Même s'il ne s'est rien passé avec lui et que je ne pense pas qu'il soit intéressé, cela m'a ouvert les yeux. J'ai pris mon temps, j'en ai parlé à mon conjoint. Et l'année a été très douloureuse. Je me suis mise à faire des crises d'anxiété et à ressentir des signes de dépression avec idées noires, dès qu'il allait au sous-sol pour jouer. Comme si je n'étais plus capable de l'accepter. J'ai commencé à prendre des médicaments, j'ai fait une thérapie. Je vais mieux, j'ai réussi à le laisser pour vrai cet été. Ça m'a pris un courage énorme. Il a mal réagi, m'a dit qu'il fallait vendre la maison. M'a fait des menaces de violence - ce qui n'est pas nouveau... J'ai tenu mon bout. J'étais prête à laisser ma maison, à me trouver un appartement. Puis, coup de malheur, je suis en enseignement et on a coupé ma tâche. J'ai réussi à trouver des remplacements, mais j'ai peu de sécurité financière. Nous restons ensemble, lui au sous-sol et moi en haut. C'est froid entre nous, mais vivable.
À cette étape, je ne sais plus quoi faire. Comment me louer un appartement dans une situation aussi précaire? Comment garder la maison si je peux perdre mon emploi à n'importe quel moment?
J'ai peur pour les enfants, peur de les blesser. Mais je sais que je dois aller de l'avant pour ma santé mentale. Je suis tout simplement au bout du rouleau...

Merci de m'avoir lue. Si vous avez des témoignages ou des conseils, ils seront les bienvenus...

Wink 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
21 févr. 2016

Posté le: 15 août 2016 19:04:12 EDT  
Allo Misha,
Je trouve ton témoignage très émouvant. Tu en inspireras sûrement d'autres par ton courage.
Il n'y a pas de réponse simple à ton problème. Même si ton ex-conjoint semble ne pas se sentir concerné, il détient une partie de la solution. Je te suggère d'aller en médiation familiale avec lui. C'est gratuit puisque vous avez des enfants. Si tu gardes les enfants, tu auras droit à une pension alimentaire après tout.
Bonne chance et fais attention à toi! 

revenir en haut

Misha

Inscrit le :
23 oct. 2007

Posté le: 16 septembre 2016 05:49:54 EDT  
Salut Marine!
Désolée d'avoir répondu si tardivement à ta réponse. Je te remercie d'avoir pris le temps de m'écrire. Je me relis et me souviens dans quel état de désespoir j'étais... Je redonne des nouvelles parce que les choses vont mieux...
Pour le travail, j'ai finalement réussi à trouver l'équivalent d'un temps plein. J'ai pris mon courage à deux mains et suis allée à la banque. La dame que j'ai rencontré m'a rassurée, a été d'une grande écoute. Elle m'a dit qu'elle m'aiderait à faire en sorte que je puisse récupérer l'hypothèque. Finalement, ça me reviendrait au même prix qu'un loyer. Quand on se sépare, les gens sont plus conciliants. Même chose pour Hydro, ils ne m'ont pas fait payer de frais (je devais récupérer le compte de mon conjoint et ils considéraient ça comme un "emménagement"!). Finalement, ils ont accepté de me créer un compte sans frais.

Mon ex-conjoint a décidé de se louer une maison près d'ici. C'est un bon scénario. Les enfants seront bien. Ça va mieux avec lui, il y a des tensions mais il se fait à l'idée et ma thérapie m'aide à ne pas me laisser atteindre lorsqu'il est moins gentil. Nous irons quand même en médiation, pour régler les questions de garde et de $$.

Et bon... la gars que j'avais rencontré qui me semblait plus ou moins intéressé a comme changé complètement quand il a su que j'étais célibataire. Nous vivons un beau début de relation, très soft, ça fait du bien et me donne de l'espoir. Wink Wink

Reste les enfants, leur réaction, c'est ce qui m'inquiète le plus encore. Ils sont ma priorité en ce moment. Je dois leur annoncer la nouvelle. Je vous raconterai comment cela s'est passé... Crying or Very sad

Merci de me lire Wink  

revenir en haut

NancyD1

Inscrit le :
15 sept. 2016

Posté le: 16 septembre 2016 10:02:18 EDT  
Merci pour ton témoignage émouvant. Bonne chance avec le nouvel homme. Je souhaite le mieux de tes enfants. 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
21 févr. 2016

Posté le: 17 septembre 2016 09:00:18 EDT  
Allo Misha,
Quelles bonnes nouvelles!
Comme quoi même si parfois on pense qu'il n'y a pas de solutions, les choses finissent par se placer!
Pour les enfants, il est fort possible qu'ils réagissent, ils en ont bien le droit. C'est tout un changement pour eux. Mais c'est comme le dentiste : ils ont beau rechigner, on le fait pareil parce que c'est pour leur bien. Et s' il y avait de la violence psychologique dans ta relation, la séparation est assurément pour leur bien.
Merci de partager ton histoire, ça donnera sûrement de l'espoir à d'autres. 

revenir en haut

Misha

Inscrit le :
23 oct. 2007

Posté le: 17 septembre 2016 09:10:34 EDT  
Nous l'avons annoncé aux enfants hier. Ma fille a dit: "C'est difficile à expliquer la séparation, mais facile à comprendre". Elle est très mature pour ses 9 ans. Nous l'avons rassurée sur certains points: nous lui avons dit que la maison de son papa serait tout près... Elle pensait qu'elle devrait s'y rendre à pied avec son petit frère. Pauvre chouette. Parfois on oublie de préciser certaines choses (nous irons te reconduire, ou papa ira te chercher à l'école). Je n'avais pas pensé à cela. Je l'écris pour celles qui me liront et passeront à travers la même épreuve.
Je tiens à préciser que pour l'instant, l'autre personne dans ma vie est présente, de façon virtuelle et au téléphone, mais que nous nous voyons une fois semaine seulement. Je vais attendre quelques mois avant de voir comment évolue la relation et si j'en parle aux enfants...
Merci pour vos messages, bonne journée! 

revenir en haut

Se connecter pour répondre