Les signatures forum sont temporairement désactivées.
Répondre au message

grosse déception

Auteur Message

bahiya

Inscrit le :
11 janv. 2013

Posté le: 9 février 2014 14:53:10 EST  
Voilà je viens ici partager une peine que peu de gens peuvent comprendre. Je suis présentement en train de faire une fausse couche. J'ai commencé a saigner vendredi matin très légèrement vers 4 heure am et vers 6:30 am c'est devenu hyper abondant et doublé de maux de ventre donc direction l'hopital c'est en larme que j'ai passé les 4 heure d'attente a l'hopital de st jean sur richelieu avant de voir le médecin. Quand le doc est entré a la petite salle avec les résultat de ma prise de sang dans les main, elle m'a regardé en train de pleurer a chaude larme et mon mari blanc comme un linge et elle m'a dis :" Qu'est ce qui y a?" Sur le choc, je me suis dis qu'elle n'avait pas dû lire le dossier que l'infirmière avais rempli (celui qu'elle avait en main) et je n'ai donc rien répondu en la regardant. Elle m'a alors demandé a nouveau : "Qu'est ce qui se passe???". Je lui ai répondu entre 2 sanglot qu'on est inquiet. Elle ma regarder le papier et elle m'a dis froidement " ben au moins tu sais que tu peut tomber enceinte. En plus il y a 10 ans, tu n'aurait peut être même pas su que tu étais enceinte"

PAAAAFFFFFF!!!!!!!!!!
Qu'elle horreur de se faire dire ça par un médecin (une FEMME en plus).

Donc pour résumé, j'étais enceinte de 6 semaines, on essayait depuis 19 mois et on était sur le point d'aller en insémination artificielle au moment ou j'ai appris que j'étais ENFIN enceinte mais ce n'est pas grave et il faut que j'arrete de chialer parce qu'il y a 10 ans je n'aurais même pas su que j'étais enceinte... oui c'est sur, pourquoi n'ai je pas vu ça comment ça... pourquoi je me sens comme une loque. Pourquoi j'ai l'impression qu'on vient de m'enlever le plus beau moment de ma vie...

J'ai 26 ans, je suis en bonne santé, je ne boit pas (même pas un verre), je ne fume pas, je n'ai jamais pris de drogue, je mange bien, je suis a mon poids santé, je ne consomme ni café ni boisson énergisante, je suis active sans exagération, pour mon mari c'est pareil tout est parfait mais je n'arrive pas a tomber enceinte pour une raison plus ou moins inexpliqué par tous les docteurs qui m'on fait passer a peu près tous les tests. Je suis enfin tomber enceinte... le plus beau jour de ma vie. Je pleurait de joie, j'avait tellement de chance. C'est la première fois que ce maudit test de donnait enfin un +. Tout allait bien. Une semaine plus tard, c'Est fini, le bonheur c'est pas pour nous il parait...

mon mari ne sais plus quoi me dire, moi non plus. Je saigne encore mais le bébé est évacué sans curetage donc c'est bien...

Je me sens comme une vieille souche d'arbre vide. J'ai l'impression que ça ne nous arrivera jamais a nous...

Le seul point qui me console c,est que notre rendez vous a la clinique de fertilité est encore là donc on va pouvoir aller en insémination.

Il parait (mythe ou réalité)qu'il arrive souvent aux femmes ayant fait une fausse couche de retomber enceinte naturellement très rapidement (le mois suivant) après la fausse couche. Peut être a cause des hormones, je ne sais pas si c'est vrai mais j'en entend beaucoup parler (un peu comme la pleine lune et les accouchement, c'est pas scientifique mais ça arrive souvent pareil). Est ce que vous avez déjà entendu parler de ça?

je n'en peux plus d'attendre je n'en peu plus... Crying or Very sad 

revenir en haut

valco

Inscrit le :
25 mars 2009

Posté le: 9 février 2014 19:41:12 EST  
Salut belle fille... Ton message me touche beaucoup et me fait revivre plein de tristes émotions. Pour ma part, il s'est passé 4 mois entre deux grossesses qui se sont soldées par des fausses couches. Après sept ans d'attente, de peine et parfois de désespoir j'ai enfin pu mener une grossesse à terme. Je trouve que le docteur que tu as vu a manqué d'humanité comme ce n'est pas possible. Malheureusement, les gens ont cette tendance à nous dire des platitudes comme "Au moins tu sais que tu peux tomber enceinte". Je te conseille la lecture du livre Fausse couche vrai deuil... C'est sorti il y a à peine quelques mois. Ce n'est pas parfait mais surtout les témoignages nous aident à nous sentir moins seules dans notre douleur, qui demeurent toujours présente...

Si je peux me permettre un conseil, ne te mets  

revenir en haut

valco

Inscrit le :
25 mars 2009

Posté le: 9 février 2014 19:45:46 EST  
Maudit iPhone!!!

Ne te mets pas trop de pression pour retomber enceinte le mois qui suit... Permets toi de vivre le deuil de ce petit bébé... De ce petit espoir que tu imaginais déjà auprès de toi et dans vos bras. Vous êtes jeunes, en santé, continuez à vous aimer, persiste à consulter en fertilité et fais toi confiance! C'est difficile de lâchez prise mais ça arrivera!!!! Courage!!!

Je te fais un gros câlins xx 

revenir en haut

Many_789

Inscrit le :
22 oct. 2013

Posté le: 9 février 2014 22:30:03 EST  
Ma chère Bahiya, je suis tellement désolée pour toi. En février dernier, jour 29 de mon cycle qui en dure habituellement 28, je me rends à l'urgence pour une forte douleur dans le milieu du ventre, à droite. Le médecin me demande s'il y a possibilité que je sois enceinte. Je lui dis que oui, parce qu'on est en essais, mais que je n'ai pas encore pris la peine de tester, parce que je n'ai pas encore de retard (j'attends mes règles dans les prochaines heures.) Il me fais donc une prise de sang pour vérifier s'il y a présence de BhCG avant de m'envoyer passer une écho, qui démontre que mon rein est enflé, ce qui suppose une pierre au rein. Le médecin me revoit et me réfère en radiologie pour un scan abdo-pelvien. Il ne me parle pas des résultats de la prise de sang et il quitte la pièce, en me laissant avec l'infirmière qui m'installe une perfusion. Je lui demande si le fait d'aller passer un scan signifie que les résultats de la prise de sang sont négatifs. Sans vérifier dans mon dossier, elle me dit que oui. Je la crois. Je passe mon scan, mais la pierre est passée et, déjà, la douleur s'estompe. Mes règles ne viennent pas, pourtant. Je les attends toute une semaine puis, je me mets à douter et je fais un test de grossesse qui est positif. On est vraiment heureux, le timing est si parfait, mais on est un peu inquiet des conséquence de l'examen sur un début de grossesse. Je fais plusieurs téléphone à la clinique pour essayer de prendre des infos sur le sujet. On me répond qu'il n'y a pas plus de risques que pour n'importe quelle autre grossesse. 2 semaines plus tard, je commence à avoir des traces rosées en m'essuyant, sans douleur. Je me rends à l'hôpital ou on me fait une prise de sang (BhCG à 1450) et un examen gynéco. Mon taux est un peu faible mais mon col est fermé alors on me parle de "risque de fausse couche, 50% de chance de perdre le bébé" et on me retourne à la maison en me donnant rendez-vous pour une écho le lendemain. Comme les saignements cessent dans la soirée, je me rends à mon écho toute seule le lendemain, plutôt confiante. Comme j'ai trop envie, je vais à la salle de bain pour faire pipi quelques minutes seulement avant mon examen. Là, je perds pour la première fois du sang rouge et de petits caillots. J'arrive dans la salle d'examen en pleurs et un peu paniquée. Le radiologue fait comme si de rien était. Même chose quand il m'annonce qu'il ne voit rien à l'écran, alors que "à 6sa, on devrait au moins voir un sac gestationnel." Il m'envoie en médecine d'un jour, rencontrer un médecin généraliste que je n'ai jamais vu et qui ne connait rien à mon dossier qui m'explique que mon taux de BhCG a encore augmenté (1600) depuis la veille mais que, puisqu'ils ne voient rien à l'écho et que j'ai des saignements, ils ne savent pas trop quoi me dire et qu'ils me transfèrent en gynéco, à la clinique GARE de l'hôpital (Oui, oui, la clinique de grossesse à risque. La salle d'attente remplie de femmes enceintes jusqu'aux oreilles, de laquelle on entend parfaitement les battements des petits coeurs des bébés dont les mamans sont en plein monitoring et juste à côté de la pouponnière modulaire.) Je suis donc en larmes, dans le couloir rempli de bédaines bien rondes et toujours toute seule parce que mon chum n'est pas encore arrivé. Finalement, je vois la seule personne qui me semble avoir un peu de compassion pour mon cas: la gynéco de garde. Elle me refait une écho et me confirme que Bébé n'est plus là. Par contre, on ne sait pas s'il s'agit d'une simple fausse couche ou encore d'une GEU alors elle me donne un nouveau rendez-vous 2 jours plus tard, pour refaire un suivi. Entre temps, j'ai perdu mon Bébé à la maison, une minuscule crevette. La gynéco que j'ai vu 2 jours après ma fausse couche n'était pas la même, elle était encore plus douce et compréhensive que la première. Elle a pris le temps de me demander comment ça allait, si je pensais avoir besoin d'aide (psychologue) et de répondre à mes questions. À cause de la possibilité de GEU, qu'ils ne peuvent pas écarter vu qu'ils n'ont aucune preuve que la grossesse se situait bien dans l'utérus, ils doivent me suivre jusqu'à ce que mon taux d'hormone retombe à 0, avec des prises de sang et des échos aux 2 jours. 4 jours après ma fausse-couche, je revois donc la 1e gynéco de la clinique GARE. C'est encore tout vrai et je trouve ça particulièrement cruel d'être suivie dans le département des naissances, considérant mon ventre vide. Je n'arrive pas à retenir mes larmes. Et ben la gynéco avait l'air de trouver que j'aurais dû m'en être remise, depuis le temps, parce qu'elle a été hyper bête avec moi en me disant que 1 grossesse sur 5 se termine en fausse couche et que c'est comme ça, un point c'est tout, que je ne serai ni la première, ni la dernière à qui ça arrive et qu'il faut que j'arrête de dramatiser Surprised Si je te raconte tout ça, c'est surtout pour que tu vois que tu n'es pas la seule à qui ce genre de situation arrive et que, malheureusement, on se heurte très souvent à des gens qui réagissent très froidement parce qu'ils ne sont pas impliqués émotionnellement. La fameuse phrase "la vie est bien faite" que je ne suis plus capable d'entendre sans tiquer, on se la fait répéter bien trop souvent par des gens qui croient que c'est réconfortant: ils entendent par la que le corps a expulsé l'embryon parce que celui-ci n'était pas viable. Le pire dans tout ça, c'est qu'ils ont raison! Sauf que venant de quelqu'un qui ne l'a pas vécu ou qui la prononce sur un ton qui semble vouloir dire "reviens-en!" c'est la phrase la plus blessante qui soit. J'ai fini par leur répondre que "si la vie était si bien faite que ça, il aurait été viable, mon Bébé." Trop souvent, la douleur et la peine rendent les gens mal à l'aise alors, pour leur propre bien-être, ils voudraient que l'ont se remette très vite et qu'on passe à autre chose. Ne les écoute pas! Prends le temps de vivre ton deuil, ta peine, ta douleur, ta colère et ton incompréhension. Accepte de vivre des hauts et des bas, des journées où ça va mieux puis une rechute de moral. C'est normal et surtout, c'est SAIN. Entoure-toi de gens qui te font du bien et qui te permettent de vivre tes émotions franchement. Pour quelque temps, éloigne-toi le plus possible de ceux avec qui tu ressens le besoin de "faire semblant" que ça va mieux. Une fausse couche, c'est un deuil. Peut importe le moment où tu la fais. La plupart des gens qui ne l'ont pas vécu s'imaginent qu'à 6sa, c'est moins pire, c'est juste un embryon, etc. Non. Parce que dès qu'on a notre +++, on l'aime déjà, notre bébé. Surtout que pour vous, qui l'avez attendu si longtemps, la perte doit être encore plus déconcertante. Je te le répète encore une fois: prends tout le temps dont tu as besoin, sans te culpabiliser... même si c'est très long. La douleur s'estompe avec le temps, mais on n'oublie jamais. Personnellement, je savais que la seule chose qui me ferait du bien et qui m'aiderait à passer au travers, c'était de retomber enceinte. Ma gynéco (celle que j'ai aimé et qui a finalement continué de me suivre pour kyste à l'ovaire qu'elle a diagnostiqué lors de mon écho de contrôle de FC) m'a mise en garde: elle m'a dit que, puisque ma fausse couche avait été complètement naturelle, il n'y avait pas de contre-indication médicale à recommencer les essais tout de suite. Elle m'a par contre conseillé d'attendre un cycle complet, pour permettre à mon corps de se replacer et à mon endomètre d'être prêt à accueillir une nouvelle grossesse (risque de fausse couche légèrement plus accru avant le retour de couche parce que l'endomètre n'est pas optimal) mais surtout, pour me sentir mieux psychologiquement et éviter d'essayer de "remplacer" mon bébé perdu par un nouveau. Il était hors de question que je perdes du temps j'avais vraiment besoin d'un nouvel espoir, alors on a recommencé les essais tout de suite. Ça nous a finalement pris 5 cycles avant d'avoir un nouveau +++ Durant ces cycles-là, il y a eu des hauts et aussi plusieurs bas. Les débuts de cycle étaient un peu plus difficiles à vivre parce qu'ils me rappelaient que j'aurais été à 12, 16, 20sa etc. J'ai mis beaucoup de pression sur mon chum aussi parce que j'étais impatiente. Il a été très compréhensif avec moi, même si lui vivait la situation très différemment (il est beaucoup plus cérébral et moins émotif que moi.) Le début de la grossesse a été stressant, mais je me suis promis d'apprécier au maximum chaque moment et de remercier la vie (et mon petit ange) d'avoir une nouvelle vie à porter. Le fait d'avoir une petite cocotte de 18sa en parfaite santé dans mon ventre ne m'a toutefois pas empêché de verser une larme pour mon étoile partie trop tôt la journée de ma DPA, en novembre dernier. Et même si aujourd'hui j'arrive à me dire que c'est pour laisser la chance à sa petite soeur d'exister que mon Bébé a dû laisser sa place et que, oui, parfois, la vie est bien faite, je sais que je suis marquée à jamais par cette expérience et qu'il n'y a pas de mots qui font de bien à une femme qui vient de vivre ce drame... juste le temps. Bon courage, ma belle. Je suis de tout coeur avec toi... 

revenir en haut

bahiya

Inscrit le :
11 janv. 2013

Posté le: 10 février 2014 14:43:33 EST  
merci ça fait du bien de ne pas sentir que c'est "rien". On espère que ça ne prendra as longtemps avant d'avoir un nouveau +... on se sentait si près du but c'est frustrant de devoir repartir a zéro 

revenir en haut

kalio

Inscrit le :
23 mars 2012

Posté le: 10 février 2014 15:16:40 EST  
Bonjour Bahiya,

Je voulais juste te faire part de ma petite expérience, question de t'encourager et de t'aider à reprendre espoir. J'ai fait deux fausses couches avant de retomber rapidement enceinte. A ma première fausse couche, cela faisant un an qu'on essayait et je suis retombée enceinte au troisième cycle après celle-ci et j'ai un beau petit garçon de deux ans. Ma deuxième fausse couche je l'ai fait à 11 semaines, c'est ce que j'ai trouvé le plus difficile car j'arrivais à franchir le seuil critique...par contre je suis retombée enceinte après un cycle menstruel. Je l'ai déjà écrit ailleurs, mais un gynécologue m'a expliqué que l'on était plus fertile après une fausse couche, bien que je ne me souvienne plus exactement pourquoi. Et là une petite fille se pointera bientôt le bout du nez!

Une fausse couche n'est jamais facile surtout quand l'attente est longue pour tomber enceinte. Ce qui sera difficile pour la suite, ce sera quand tu retomberas enceinte, car tu vivras surement plus d'anxiété craignant de revivre la même chose. Bon, il n'y a pas de solutions miracles et je ne te citerai pas de phrases cul-cul, mais ait confiance en la vie, tu es encore jeune et je suis certaine que ton désir le plus cher se réalisera. Plusieurs belles histoires pourraient être racontées pour t'aider à te redonner confiance.

Sur ce, mes pensées sont avec toi!

Kalio 

revenir en haut

bahiya

Inscrit le :
11 janv. 2013

Posté le: 11 février 2014 07:23:49 EST  
merci ça me donne espoir!! J'avais entendu souvent que les femmel qui sont une fausse couche retombe plus facilement enceinte (question d'hormone je crois), ma grand mere disait que c'est parce que le "chemain étais fait" mais elle avait peut être raison dans un sens 

revenir en haut

petitemerveille

Inscrit le :
03 sept. 2013

Posté le: 11 février 2014 21:27:09 EST  
Bonjour bahiya!

Je suis de celles qui sont passées par la fausse couche. Après 3 ans d'attente, j'ai eu un + en août dernier. Une semaine plus tard, je perdais le bébé à 5 semaines. J'étais vraiment triste, déçue, en cri... après la vie. En une semaine, je m'étais vue avec ma fille de 3 ans et ce 2ème enfant qui était vraiment désiré. Comme je l'ai évacué naturellement, j'ai décidé de reprendre tout de suite les essais.

Finalement, je suis retombée enceinte la semaine d'après...j'ai fait ma FC le 24 août et je suis dûe pour accoucher 9 mois après ma fausse couche soit le 25 mai prochain. Le médecin de l'urgence m'avait conseillé d'attendre 3 cycles. Je trouvais ça long en lisant sur le sujet, les médecins ne s'entendent pas vraiment sur la période d'attente optimale après une fausse couche. Certains croient que l'attente permet de bien faire le deuil, de dater plus précisément une éventuelle grossesse. Je sais qu'une attente peut être requise en cas de curetage pour évacuer l'embryon.

Ce n'est pas la première fois que je constate que plusieurs femmes retombent enceintes juste après une fausse couche. À toi de voir si tu as besoin de temps pour panser tes plaies et faire le deuil de cette grossesse. Laisse-toi avoir de la peine. Prends le temps qui faut.

Et les gens autour de nous nous sortent parfois des phrases toutes faites ou bien poches à entendre, je pense juste qu'ils ne savent pas comment réagir à ce genre d'événement. Mais bon, à entendre des inepties, on a envie de leur dire ben dites rien!!!

Bon courage pour la suite!!! 

revenir en haut

bahiya

Inscrit le :
11 janv. 2013

Posté le: 16 février 2014 10:31:55 EST  
on ovule combien de temps après la fausse couche? j'ai commencé la fausse couche il y a 9 jour et j'ai encore des légère perte brunatre (très léger genre un petit protège dessous par jour a peine taché). est ce que c'est normal que j'ai encore des perte... est ce que je devrais ovuler a l'endroit ou j'airais ovuler a un cycle normal? (J'ai des cycle de 34 a 37 jour d'habitude)  

revenir en haut

kar!ne01

Inscrit le :
28 févr. 2014

Posté le: 28 février 2014 14:52:11 EST  
Moi je suis vraiment dans le mythe car depuis ma fausse couche. jai attendu comme le docteur ma dit le retour de mes règles pour recommencer les essaie. et depuis toujours pas de + sur un test de grossesse. mon cycle etait tres stable et régulier auparavant puis maintenant je suis tres irréguliere. jetait enceinte de 11 semaines quand je lai perde. fait 4 mois quon sessaie pi toujours rien.. on dirait que le ciel te tombe sur la tete.. le désir est plus fort que tout mais on peut rien y faire .. malheureusement. Bonne chance dans ton futur
 

revenir en haut

laurensmatte

Inscrit le :
03 juin 2014

Posté le: 3 juin 2014 11:47:03 EDT  
message modéré
message modéré 

revenir en haut

perrin56

Inscrit le :
07 août 2014

Posté le: 7 août 2014 09:37:31 EDT  
Et si vous étiez bénéficiaire d'un contrat d'assurance-vie?
Suite au décès d'un proche, vous souhaitez savoir si vous êtes bénéficiaire d'un contrat d'assurance-vie.
Une personne de votre entourage est décédée et vous pensez qu'elle a souscrit un contrat d'assurance-vie à votre profit ou au profit de l'un de vos proches (enfants, conjoint?), mais elle ne vous en a jamais informé(e) et n'a rien indiqué dans son testament.
Si vous ne trouvez pas trace de documents concernant une telle assurance, ou si les documents ne vous permettent pas de savoir si vous êtes bénéficiaire du contrat, n'hésitez pas à écrire à l'Association pour la gestion des informations sur le risque en assurance (Agira, [email protected] ), qui transmettra votre demande aux différents organismes concernés, à charge pour ces derniers de vous répondre dans un délai de 15 jours à compter de la réception du dossier complet. L'AGIRA est chargée d'organiser la recherche de contrats d'assurance vie non réclamés en cas de décès du souscripteur. Cette mission s'inscrit dans le cadre des lois du 15 décembre 2005 et 17 décembre 2007 qui obligent les sociétés d'assurance à rechercher les bénéficiaires des contrats d'assurance vie non réclamés estimés à environ 2.76 milliards d'euro.

Agira ? Recherche des bénéficiaires en cas de décès
rue Jules-Lefebvre
75431 Paris Cedex 9
Mail : [email protected]
 

revenir en haut

Se connecter pour répondre