Les signatures forum sont temporairement désactivées.
Se connecter pour répondre

Complainte d'un prof au Québec

Auteur Message

gege123

Inscrit le :
01 avr. 2005

Posté le: 31 juillet 2008 17:29:40 EDT  
Suite au post des p'tits morveux, je vous propose de m'écrire vos pires et meilleures expériences en tant qu'enseignant.

Alors mes pires sont 2 histoires d'objets volants. Un élève de 5e année a lancé une brique à un autre élève pendant un cours de math (à celles qui se demandent pourquoi j'avais des briques en classe, c'est parce qu'étant pauvre en meubles, la titulaire se servait de briques et de planches comme bibliothèque).
Un élève de 4e année m'a lancé son cartable au visage.

Mes meilleures sont : Un voyage de fin d'année qui a duré 2 jours, où tous les élèves furent merveilleux (tellement occupés et fatigués qu'ils n'avaient pas la chance d'être turbulents Laughing ) et les liens que j'ai développés avec une élève et une maman (pas la même famille). Nous nous invitions à coucher et à souper. Ça fait chaud au coeur. Je pourrais en raconter des milliers comme ça.

revenir en haut

Historica

Inscrit le :
12 avr. 2008

Posté le: 31 juillet 2008 17:52:24 EDT  
Bonne idée ce post Very Happy

Mes plus belles expériences : Il y en a beaucoup mais j'en ai une que je vais me rappeller toute ma vie. C'était au mois de décembre, pendant un cours d'art. Tous les élèves étaient occupé à faire leur projet un peu partout dans la classe en s'entraidant mutuellement. Il y avait un joyeux babillage (les élèves parlaient entre eux mais il n'y avait personne qui criait) avec de la musique de Noël. Moi j'étais assise par terre (oui, oui Very Happy ) entrain d'aider certains élèves à réaliser leurs projets. Il n'y avait pas de stress et je ne sentais pas que je devais "jouer à la police", car les élèves faisaient qu'ils avaient à faire. Je crois que mon bonheur était tout simplement d'être là à les voir travailler calmement et de pouvoir m'impliquer en les aidant.

Expériences difficiles: Il y en a malheureusement. Quand tu te rend compte que le système scolaire (horaire rigide, trop d'élèves dans les classes, manque de ressources etc...) ne correspond pas aux besoins de certains élèves qui éprouvent des besoins spéciaux et qu'on te répond que c'est toi le professionnel et que c'est ta responsabilité de régler ce problème. Je veux bien aider mais il faut quand même qu'on me donne des moyens (ressources).

Aussi, mon après-midi de remplacement dans la classe à problème (voir le post des p'tits morveux) les élèves criaient et se frappaient entre eux. Et pendant que j'essayais de régler un problème, il y en avait un autre qui commençait dans un autre coin. Une vrai situation pour virer fou.

Évidemment, quand on m'a rappellé pour retourner dans cette classe j'ai dit.... NON. La meilleure décision de toute ma vie.

revenir en haut

gege123

Inscrit le :
01 avr. 2005

Posté le: 31 juillet 2008 17:57:29 EDT  
Historica a écrit
on te répond que c'est toi le professionnel et que c'est ta responsabilité de régler ce problème. Je veux bien aider mais il faut quand même qu'on me donne des moyens (ressources).


Evil or Very Mad Evil or Very Mad

Je suis chanceuse, j'ai la chance de travailler dans un milieu plein de ressources.

revenir en haut

Historica

Inscrit le :
12 avr. 2008

Posté le: 31 juillet 2008 17:59:43 EDT  
Wow ! Chanceuse Gege.

revenir en haut

sauvageonne

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 31 juillet 2008 18:55:14 EDT  
Les educatrices en garderies ont-elles le droit de faire un temoignage?

Car j'en ai une bonne...

Mon pire paquet de trouble, celui qui me donnait le plus de fil a retordre au temps ou je faisait éducatrice, est arrivé le jour de son dernier matin (il avait 5 ans) avec un dessin (tout plié dans sa poche) me le donne. Je l'ouvre, et il m'a dessiné, avec un coeur sur ma poitrine et un petit bonhomme a mes cotes...Il me dit: " Ca, c;est toi parce que je t'aime et ça c'est moi parce que je m'excuse" je vous jure que les larmes me sont montées aux yeux et j'ai son dessin encadré dans mon bureau

Et une mauvaise...

Un jour de tempête de neige, les enfant son en feu et decident de sortir le papier de toilette et de tout mettre (soigneusement déroulé) dans la toilette (la seule de la garderie) et "flusher", "flusher", et encore "flusher" [endant que je ramasse le vomi d'une petite que digere mal et que mon plus petit est en crise d'ennui de a mere...je vous jure que ce jour la, j'ai du m'armer de la plus grande patience du monde!

Je sais, c'est pas pareille que d'etre prof mais c'etait plus fort que moi....

J'espere que ca ne vous aura pas facher que je temoigne Embarassed

revenir en haut

gege123

Inscrit le :
01 avr. 2005

Posté le: 31 juillet 2008 21:33:21 EDT  
Sauvageonne, c'est la même chose d'être prof. Les enfants sont juste plus vieux. To histoire du dessin m'a bien émue. Avouons que c'est souvent ceux-là à qui on s'attache le plus.

revenir en haut

sauvageonne

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 31 juillet 2008 21:50:34 EDT  
Oui mais l'enjeu est un peu différent, l'agressivité d'un enfant de trois ans est un peu plus facile a gérer que celle d'un gars de 16 ans qui décide que l face de son prof lui revient pas!!! Surprised

C'est clair qu'en éducation que ce soit préscolaire, primaire ou secondaire, il y a des enjeux et de gros obstacles a franchir et malheureusement, trop souvent, le parent en est la cause et ca, c'est triste!

revenir en haut

sauvageonne

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 31 juillet 2008 21:54:01 EDT  
Et oui, pour les petits "tofs", on s'en souvient pas mal longtemps, surtout quand on a fait une bonne job et que l'enfant nous le rend bien en nous revoyant quelques années plus tard, le sourir aux levres!

Ça veut pas dire que les plus calmes n'ont pas leur place mais je doit avouer avoir un peu plus de facilité avec les petits excités Wink

revenir en haut

touché

Inscrit le :
17 mai 2006

Posté le: 31 juillet 2008 22:51:01 EDT  
Je suis enseignante en prématernelle et j'ai fait mon bac en adaptation scolaire et sociale.

C'est ma première année d'enseignement. 2e journée d'école. J'ai la classe des 4-5 ans. Les enfants peuvent venir à temps partiel, donc je n'ai jamais le même groupe à tous les jours. Ce mardi matin, j'ai un petit enfant d'origine arabe qui arrive: il ne parle pas français, ni anglais et ça mère me dit qu'il a même un retard de langage dans sa langue d'origine... Surprised Ce qui devait arriver arriva: 45 minutes après son départ, c'est la crise! Il se sauve du local en courant, se dirige vers la porte de sortie en criant. J'essaie de le retenir, mais il est trèèèèèèèès costaud pour un enfant de 4 ans. L'escalade de la crise que j'ai étudier dans mes fameux cours de comportement, je le vivais life! J'ai du faire un arrêt d'agir physique, aider par ma directrice, appel d'urgence à la maman....J'en ai shaqué tout le reste de la journée....Voilà un moment de ma carrière qui m'a marqué en titi!

Par contre, j'ai mis en place un plan d'intervention avec cet enfant. Je l'ai suivi de très près. Avec tous mes efforts, à la fin de l'année cet enfant s'est adapté à la routine de la classe, il s'est fait des amis, il a développé sa motricité fine (il ne faisait aucun dessin), et il parlait français de façon à se faire comprendre. Mon dieu qu'il avait cheminé pendant cette année!

Mon autre coup de coeur va à un enfant TED qui était dans ma classe l'an dernier. Avec lui aussi nous avons travaillé fort et tellement bien collaboré avec ses parents...c'était wow! J'ai fait avec lui et d'autres élèves un projet de cirque que j'ai filmé. J'ai fait un montage vidéo qu'on a visionné ensemble et j'en ai donné une copie à chaque élève. Lorsqu'il s'est vu à la télé, il était tellement heureux! C'était beau de le voir comme ça!

revenir en haut

vabel20

Inscrit le :
23 oct. 2007

Posté le: 1 août 2008 17:10:45 EDT  
Je suis professeur d'éducation physique au primaire

Mon pire moment : Ma première année de suppléance, je pogne un groupe solidement détestable ! Tout va mal, ils crient en se changeant dans les vestiaires; cours partout dans le gymnase et défont les installations des activités que j'avais prévus; ils répliquent constamment lors de mes interventions; ils se bataillent. À la fin du cours, je découvre qu'un petit gars à un canif dans ses poches !!! Je capote ! Et pour courronner le tout, ils ont dit à leur proffesseur habituelle par la suite que je leur avais dit des choses pas fine et que je les avais traiter de toute sorte de noms, ce qui est totalement faux !!! Vous pouvez être certaine que je ne suis jamais retourner dans cette école !! héhé
Un autre pire moment: Quand un élève de 4ème année, à notre 2ème cours de l'année, m'a dit devant tout le groupe que c'était poche d'avoir un prof d'éduc fille pis qu'il me trouvait nul . Wouah .. ca fesse !

Mon plus beau moment: Quand j'ai organisé un buffet fruité dans une école en milieu très défavorisé et que j'ai vu avec quel civisme et gentillesse les élèves on dégusté les fruits que j'avais apporté. En plus, ils m'ont remercié tendrement et ils ont tout ramassé comme des grands !! Je les ai trouvé tellement extraordinaire !

revenir en haut

MarieCharlo

Inscrit le :
14 mars 2008

Posté le: 1 août 2008 20:03:16 EDT  
J'enseigne au secondaire, en français. J'étais éducatrice auprès des jeunes en centres jeunesse avant d'être enseignante.

Ma carrière d'enseignante m'apporte beaucoup de positif contrairement à mon premier emploi... J'ai beaucoup de bons moments comme prof... Celui qui me vient en tête, c'est à la fin de l'année il y a 2 ans. Pendant l'année, j'avais fait écouter le cercle des poètes disparus à mes élèves. Le film les avait bien marqués. À la fin de l'année, lors des aurevoirs, ils se sont tous levés sur leur bureau, debout, sans bruits et m'ont lancé, d'une seule voix, comme dans le film : Ô Capitaine, mon Capitaine!!! la main sur le front comme s'ils répondaient à un ordre... et une des élèves du groupe m'a fait un speech d'aurevoir et de remerciements!... ouf... j'en pleurais... je ne m'étais jamais attendu à tant d'émotions!!!

Le pire moment, c'est comme éducatrice. (J'en ai d'ailleurs vécu quelques uns...) Un jeune un peu fou, trouble de santé mentale non diagnostiqué parce qu'il n'avait que 15 ans, en beau maudit contre une des règles, hurlait, lançait son skate à la grandeur de la maison, frappait tout le monde qui osait s'approcher (les autres jeunes inclus!) et a même arraché la porte du bureau des éducs. Nous étions deux femmes sur le plancher, aucun homme assez fort pour maintenir physiquement. La police a pris 30 minutes à arriver et puisque j'étais en foyer de groupe (et non pas en milieu fermé, sécuritaire), je n'avais aucun agent d'intervention (les gars de bras qui sont présents en milieux sécuritaires) avant une heure... Disons qu'on a freaké un peu... Il nous a fallu sortir les autres gars du foyer de groupe, question que personne ne soit blessé... Méchante hystérie.

Ah... ouin... un autre, plusse plusse pire : je suis entrée dans la chambre d'un gars de 13 ans, 6 pieds, 200 livres, (il était costaud pour son âge...) qui essayait de se rentrer un couteau de cuisine (les gros, ceux qui coupent...) dans le ventre pour mourir. Celle-là m'a marquée pour quelques mois. J'ai réussi à l'apaiser avec mes mots, parce que juste de penser de tenter de lui enlever le couteau, à la grosseur que j'ai... ç'aurait été un exploit.

revenir en haut

gege123

Inscrit le :
01 avr. 2005

Posté le: 1 août 2008 20:06:48 EDT  
MarieCharlo a écrit

Ma carrière d'enseignante m'apporte beaucoup de positif contrairement à mon premier emploi... J'ai beaucoup de bons moments comme prof... Celui qui me vient en tête, c'est à la fin de l'année il y a 2 ans. Pendant l'année, j'avais fait écouter le cercle des poètes disparus à mes élèves. Le film les avait bien marqués. À la fin de l'année, lors des aurevoirs, ils se sont tous levés sur leur bureau, debout, sans bruits et m'ont lancé, d'une seule voix, comme dans le film : Ô Capitaine, mon Capitaine!!! la main sur le front comme s'ils répondaient à un ordre... et une des élèves du groupe m'a fait un speech d'aurevoir et de remerciements!... ouf... j'en pleurais... je ne m'étais jamais attendu à tant d'émotions!!!


J'en ai les larmes aux yeux.

C'est spécial en centre jeunesse. Toutes mes félicitations pour avoir préservé la vie de ce jeune garçon. J'avoue qu'il y a de quoi faire des cauchemars longtemps par exemple. Est-ce que vos employeurs vous fournissaient de l'aide psychologique en cas de besoin?

revenir en haut

MarieCharlo

Inscrit le :
14 mars 2008

Posté le: 1 août 2008 20:18:00 EDT  
Quand mon boss est arrivé, il m'a demandé si je voulais rencontrer un psy, ce qui est fréquent après des périodes de crises. J'ai répondu oui, mais je n'ai jamais eu de suites. Je n'ai pas fait les démarches puisque j'avais réussi à debriefer avec un ami qui travaillait en même temps que moi dans un autre foyer et que j'avais appelé pour avoir du "renfort"... (parce que j'étais seule sur le plancher quand c'est arrivé...) qui a pris le temps, sachant toute l'histoire, de m'écouter sortir le méchant...
Les ressources, en centre jeunesse, selon mon expérience dans les foyers de groupe, c'est pire que dans les écoles... même si je trouve qu'il en manque dans les écoles aussi... Mais bon, rien n'est parfait.

revenir en haut

gege123

Inscrit le :
01 avr. 2005

Posté le: 1 août 2008 20:19:44 EDT  
Ouin, c'est assez ordinaire. On s'entend que la clientèle n'est pas constituée de doux moutons. Au moins à l'école nous avons les services d'un psychologue facilement.

revenir en haut

MarieCharlo

Inscrit le :
14 mars 2008

Posté le: 1 août 2008 20:49:23 EDT  
Non, pas de doux moutons, effectivement. Wink Disons qu'après 7 ans dans les centres jeunesse, j'étais contente de voir qu'il existait des jeunes "normaux"... Wink

revenir en haut

Se connecter pour répondre