Les signatures forum sont temporairement désactivées.
Se connecter pour répondre

Êtes-vous vous-même ?

Auteur Message

Anonyme

Inscrit le :
12 déc. 2010

Posté le: 14 janvier 2011 19:52:29 EST  
Dans la vie de tous les jours, partout où vous aller, êtres-vous toujours la même, toujours vous-même ?

Vous arrive t-il d'être à quelque part et/ou avec des gens et de toujours penser à ce que vous "pouvez" dire ou non, ce que vous pouvez faire ou non....
Vous sentez-vous toujours libre d'esprit lorsque vous êtes avec d'autres ou vous jouer parfois un "rôle" ? Vous mettez-vous un masque ? 

revenir en haut

manue85

Inscrit le :
25 juin 2007

Posté le: 14 janvier 2011 20:34:51 EST  
je ne suis pas très bonne pour mentir ou faire semblant qu'on m'a déjà dit pour mon plus grand malheur dailleurs parce que parfois ce serait plus simple.
Mais oui je suis toujours moi-même et parfois même trop directe et franche y paraît. Cela dit, je ne fait pas exprès et j'essais d'être le plus diplomate que je suis capable. Je ne joue pas de rôle avec personne, j'en suis incapable. 

revenir en haut

Patchoullie1977

Inscrit le :
23 août 2009

Posté le: 14 janvier 2011 20:54:03 EST  
Disons que j'ai une forte capacité d'adaptation. Je sais que le contact de certaines personnes peut faire ressortir certains traits de ma personnalité, tandis qu'au contact d'autres personnes, un autre trait prendra le dessus.

Tout dépend du "contexte". Avec mes collègues, je serai plus drôle et décontractée qu'avec mes supérieurs. Mais, rien à faire, mon gros penchant "paquet de nerfs" lui, peu importe le contexte, il ressort. Surprised

Mais foncièrement, je suis la même. C'est le contexte qui peut moduler ma façon d'agir.

Au niveau professionnel, je pense que je passe pour une fille sûre d'elle (je sais ce que je vaux) mais au niveau personnel, je doute tout le temps! J'appelle ça mes deux côtés Mini Wheat! 

revenir en haut

Elfie

Inscrit le :
28 déc. 2008

Posté le: 15 janvier 2011 08:42:22 EST  
De mon côté, ça dépend du contexte et des gens avec qui je suis. Au boulot, je suis calme et posée, mais avec des ami(e)s, je suis beaucoup plus décontractée et très rigolote. Par contre, lorsque je rencontre des gens pour la première fois qui ont une forte personnalité, je suis du genre à m'effacer et à observer. Mes ami(e)s savent immédiatement quand je suis intimidée, j'arrête de parler!! Je me laisse encore impressionner par les fortes têtes même si j'ai 31 ans... Embarassed  

revenir en haut

Hochi

Inscrit le :
13 mai 2007

Posté le: 15 janvier 2011 08:53:22 EST  
Je suis toujours moi meme. Mais il vrai qu'avec certaine personne je ne me sens pas a l'aise et je vais plus calculer ce que je dirais sans prendre de manieres ou te comportement qui n'est pas moi.  

revenir en haut

Kessy

Inscrit le :
02 janv. 2011

Posté le: 15 janvier 2011 09:27:36 EST  
Moi aussi je suis toujous moi-même. L'authenticité et l'intégrité sont 2 valeurs que je chéris et que je recherche chez mes amis ! Je ne porte jamais de masque. Mais c'est certain que certains traits de ma personnalité vont plus ressortir avec certaines personnes que d'autres, tout dépend du contexte dans lequel je me trouve et de mon degré d'aise !  

revenir en haut

Anna Banana

Inscrit le :
28 sept. 2009

Posté le: 15 janvier 2011 09:49:43 EST  
Je suis toujours la même. Spontanée, extravertie, un peu naïve, obstinée et aimant faire rire les gens. Que je sois au travail, avec mes amis, avec ma famille, je suis toujours la même. Cool  

revenir en haut

Gala

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 15 janvier 2011 10:06:13 EST  
Nous sommes toujours nous-même.

Avec oui, différents masques selon la personne avec qui nous interagissons et c'est normal.

Personnalité vient de "persona" qui signifie masque .

Ce qui n'est pas normal, c'est justement le contraire...Agir toujours de la même manière en toute circonstances n'est pas souhaitable car un humain équilibré s'est s'adapter aux différentes circonstances de la vie.

Nous avons donc nos masques de parents, d'amantes, de frères ou de soeurs, de travailleurs, d'amies, etc.

Par contre, si dans certaines circonstances la personne se sent "inhibée", "empruntée" et mal dans sa peau, ce n'est pas parce qu'elle n'est pas elle-même mais parce qu'elle a des choses à réglées psychologiquement ( estime de soi, crainte des autres ou phobie sociale, anxiété, etc.)

Je sais que ce message en surprendra plusieurs mais si vous y pensez bien, même si vous pensez être toujours la même, vous n'agissez pas exactement et parfaitement pareil en toutes circonstances. Même si ces différences sont mineures, elles sont présentes quand même. Wink     

revenir en haut

KeRryMe

Inscrit le :
23 nov. 2007

Posté le: 15 janvier 2011 10:21:59 EST  
J'adore te lire Gala Smile .

Je vais donc dire que oui je suis toujours moi par contre j'ai plusieurs masques Wink .

Avec mon chum je suis la vraie moi, la moi pas mal toujours de bonne humeur, un peu fofolle sur les bords, je suis celle qui adore rire et faire rire, qui mords dans la vie à pleine dents, la trop émotive qui se laisse aller à pleurer même lorsqu'elle écoute un film d'animation Laughing , je suis aussi celle qui parfois pogne les nerfs pour rien avec les hormones de la grossesse, bref je suis moi à part entière.

Avec ma famille, je sens que je me suis un peu éloignée, je sens toujours du jugement de leur part même si selon eux ce sont des "conseils" qu'ils me donnent, donc je ne dis peut-être pas toujours ce que je pense parce que je sais que j'aurai à débattre de mon point, à leur expliquer ma façon de voir les choses, par exemple concernant l'éducation de mon fils parce qu'eux pensent vraiment différemment. Donc parfois je ne dis pas tout ce que j'aurais envie.

Avec ma belle-famille mon côté timide ressort énormément, je n'ose jamais aborder quelqu'un directement, ni entreprendre une discussion, je parle si on me parle, autrement je regarde et j'écoute. Avec eux je ne suis pas la "fofolle" qui adore rire et faire rire, je ne suis pas assez à l'aise pour ça. Même si ça fait 5 ans que je les côtoie...

En public je suis moi parce que le jugement des autres je m'en fou, ce que des inconnus pensent de moi me passe dix pieds par-dessus la tête.

Au travail j'étais la vraie moi, avec un petit soupçon de sérieux de plus Wink .  

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
19 janv. 2010

Posté le: 15 janvier 2011 11:06:36 EST  
Je suis tout à fait d'accord avec Gala. Être toujours soi-même ne veut pas dire être toujours la même.

D'ailleurs, j'ai un petit problème avec certains gens qui veulent à tout prix être toujours les mêmes en toutes circonstances... surtout quand ceux-ci travaillent pour moi et me mettent dans l'embarras... Rolling Eyes

Je trouve que quelqu'un qui se présenterait à une réunion de travail importante en culotte de jogging ou en pyjama manquerait de jugement et de professionnalisme. De la même façon, quelqu'un qui affichent toutes ses vulnérabilités et ses faiblesses dans un contexte de travail manque de jugement et de professionnalisme.

Un exemple: chez nous, je suis du genre un peu baveuse... j'aime ça taquiner les gens, je ne suis pas sérieuse et je suis du genre à "niaiser" un peu mes frères, ma soeur, mon chum, mes amies, mes neveux et nièces. Les gens qui m'entourrent me connaissent, trouvent ça drôle (parce que ce n'est jamais méchant et qu'ils le savent), parce que j'accepte qu'ils me rendent la pareil... mais les gens qui ne me connaissent pas, c'est autre chose. Alors je me garde une petite gêne et je crois que c'est bien comme ça. D'ailleurs, quand à l'occasion je m'échappe et que le naturel reprend du terrain, il m'arrive de me mettre dans l'embarras ou de vexer quelqu'un et je m'en veux à chaque fois... Mon boss me dit souvent à la blague: "don't be yourself; BE NICE!"... Laughing

Il m'arrive aussi régulièrement de passer sous silence certaines de mes opinions parce que ce n'est ni la place ni le moment pour un débat... Ou simplement parce que je sens que mon interlocuteur n'est aucunement intéressé par mon opinion et que ce serait une perte de temps. Ça ne m'empêche pas de me tenir debout si je crois que c'est important.

Alors oui, je suis toujours moi-même. Même si j'ai plusieurs visages.



 

revenir en haut

Gala

Inscrit le :
12 sept. 2007

Posté le: 15 janvier 2011 11:13:57 EST  
C'est un peu comme si nous avions une couleur de base avec différente variation d'intensité...

Ce qui n'est pas souhaitable, ce sont des changements de couleurs radicales ou une seule et même couleur qui ne varie jamais...

Pour ma part, je suis une personne qui, je le pense, s'adapte. Parfois, je suis intimidé par quelqu'un et je deviens un peu gauche et maladroite dans mes gestes et mes paroles...

D'autres fois, je me sens pleinement en confiance et je deviens alors le meilleur de moi-même !

Nous avons même une cyber-personnalité !



Laughing  

revenir en haut

Euphroisine

Inscrit le :
26 févr. 2008

Posté le: 15 janvier 2011 15:01:50 EST  
Je suis, en général, une fille assez complexée et ma phrase-fétiche est celle de Richard Desjardins :
"La femme de ménage
frappe à la porte en hurlant :
Je veux changer de personnage !" 

revenir en haut

*LouColou*

Inscrit le :
14 janv. 2011

Posté le: 15 janvier 2011 18:34:36 EST  
La capacité d'adaptation et le jugement social n'impliquent aucunement de faire semblant d'être quelqu'un d'autre. Ils permettent simplement de présenter les facettes de notre personnalité qui sont appropriées aux différents contextes.

Quelqu'un qui n'est pas capable de juger de la pertinence de ses réactions ou de ses propos et qui présentent toujours les mêmes facettes se trouvera forcément impliqué dans plus de conflits, de relations insatisfaisantes et n'atteindra que très rarement ses objectifs.

Je connais une personne proche de moi qui a comme grand principe: " Je ne ferai pas l'hypocrite. Je suis comme je suis et je ne vais pas changer pour les autres. Alors qu'on me prenne comme ça, point. ". Ben cette personne est malheureuse depuis des années. Elle n'est pas appréciée dans son milieu de travail, perçoit les autres comme des agresseurs et passent son temps à maugréer que la vie est injuste et que le monde comprend rien. Elle s'enlise dans une attitude de victime.

Mais quand on n'a aucune flexibilité et aucune diplomatie, il ne faut pas s'étonner que les messages qu'on lance passent mal... 

Moi, je reste moi-même, mais en me questionnant régulièrement sur la pertinence contextuelle d'exposer ou non les différentes envies qui m'habitent.  

revenir en haut

Euphroisine

Inscrit le :
26 févr. 2008

Posté le: 15 janvier 2011 19:47:09 EST  
*LouColou* a écrit


Je connais une personne proche de moi qui a comme grand principe: " Je ne ferai pas l'hypocrite. Je suis comme je suis et je ne vais pas changer pour les autres. Alors qu'on me prenne comme ça, point. ". Ben cette personne est malheureuse depuis des années. Elle n'est pas appréciée dans son milieu de travail, perçoit les autres comme des agresseurs et passent son temps à maugréer que la vie est injuste et que le monde comprend rien. Elle s'enlise dans une attitude de victime.

Mais quand on n'a aucune flexibilité et aucune diplomatie, il ne faut pas s'étonner que les messages qu'on lance passent mal... 
 

Et cette personne a probablement besoin de beaucoup de compassion. Si personne ne lui en témoigne, ça ne va pas l'aider.
Il faut aussi comprendre ce qu'une personne a vécu pour comprendre ses mécanismes de défense.
Yvon Deschamps a déjà dit cette très belle phrase : "Chaque personne a ses raisons d'être ce qu'elle est."
Bref ! Ceci étant dit, je ne suis pas moi-même du type le plus tolérant qui soit, alors ce n'est peut-être pas une bonne idée de venir te faire la morale. "Il est plus facile d'être sage pour les autres que pour soi-même", comme disait La Rochefoucauld.
Wink
Et tant qu'à être dans les citations, j'en ajouterai une dernière, avec laquelle je suis 100% d'accord : "La vie est un théâtre dans lequel chacun joue un rôle."
William Whakespeare (et Oscar Wilde, plus tard, a déclaré que les rôles étaient mal répartis, et je suis, encore là, d'accord).
Question  

revenir en haut

Euphroisine

Inscrit le :
26 févr. 2008

Posté le: 15 janvier 2011 19:53:10 EST  
Gala a écrit
Nous sommes toujours nous-même.

Avec oui, différents masques selon la personne avec qui nous interagissons et c'est normal.

Personnalité vient de "persona" qui signifie masque .

Ce qui n'est pas normal, c'est justement le contraire...Agir toujours de la même manière en toute circonstances n'est pas souhaitable car un humain équilibré s'est s'adapter aux différentes circonstances de la vie.

Nous avons donc nos masques de parents, d'amantes, de frères ou de soeurs, de travailleurs, d'amies, etc.

Par contre, si dans certaines circonstances la personne se sent "inhibée", "empruntée" et mal dans sa peau, ce n'est pas parce qu'elle n'est pas elle-même mais parce qu'elle a des choses à réglées psychologiquement ( estime de soi, crainte des autres ou phobie sociale, anxiété, etc.)

Je sais que ce message en surprendra plusieurs mais si vous y pensez bien, même si vous pensez être toujours la même, vous n'agissez pas exactement et parfaitement pareil en toutes circonstances. Même si ces différences sont mineures, elles sont présentes quand même. Wink     

Une chose qui ne change pas, c'est que j'adore toujours te lire !
Smile  

revenir en haut

Euphroisine

Inscrit le :
26 févr. 2008

Posté le: 15 janvier 2011 19:58:47 EST  
Weeza a écrit


Je trouve que quelqu'un qui se présenterait à une réunion de travail importante en culotte de jogging ou en pyjama manquerait de jugement et de professionnalisme. De la même façon, quelqu'un qui affiche toutes ses vulnérabilités et ses faiblesses dans un contexte de travail manque de jugement et de professionnalisme.

 

La métaphore de l'habillement représente bien l'idée du masque, mais suppose que quelqu'un n'ait simplement pas le budjet pour s'habiller convenablement ? De la même façon, il est peut-être au-dessus des moyens de certaines personnes de dissimuler leur vulnérabilité, non ? 

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
12 déc. 2010

Posté le: 15 janvier 2011 20:06:20 EST  
Wow merci pour vos réponses.

Je suis ici depuis peu et j'adore vous lire.

Effectivement Gala tu es toujours intéressante à lire, on a plusieurs opinions semblables, j'ai hâte de débattre un peu aussi avec vous, hihihi !

J'aurais pu écrire mot pour mot ce que KeRryMe a écrit. Je me reconnait totalement dans ce que tu décris.

Moi aussi avec ma famille je sens qu'on s'est éloignée un peu, je sens que j'ai pris des valeurs de ma belle-famille et que ça m'éloigne parfois des "miens"... Des fois j'ai l'impression de ne plus leur montrer la vraie moi...

Selon moi on n'a pas la même attitude, voir mentalité avec notre conjoint, les enfants versus le patron... hehe !


C'est très intéressant de vous lire !  

revenir en haut

Anonyme

Inscrit le :
19 janv. 2010

Posté le: 15 janvier 2011 20:59:50 EST  
Euphroisine a écrit:

Weeza a écrit


Je trouve que quelqu'un qui se présenterait à une réunion de travail importante en culotte de jogging ou en pyjama manquerait de jugement et de professionnalisme. De la même façon, quelqu'un qui affiche toutes ses vulnérabilités et ses faiblesses dans un contexte de travail manque de jugement et de professionnalisme.



La métaphore de l'habillement représente bien l'idée du masque, mais suppose que quelqu'un n'ait simplement pas le budjet pour s'habiller convenablement ? De la même façon, il est peut-être au-dessus des moyens de certaines personnes de dissimuler leur vulnérabilité, non ?


Pour continuer dans la métaphore... si une personne n'a pas les moyens de s'acheter des vêtements convenables pour aller travailler, elle a besoin d'aide financière. Si une personne n'est pas en moyen de mettre de côté ses faiblesses et vulnérabilités lorsque c'est inapproprié, alors elle a besoin d'aide psycologique.

Mais il faut aussi à la base vouloir faire un effort. Une personne qui veut vraiment va trouver quelques dollar pour s'acheter un vêtement convenable (à défaut d'être beau ou à la mode) dans un comptoir ou au Village des Valeurs. De la même manière, une personne qui le veut vraiment va faire un effort au niveau de sa personnalité... ce ne sera peut-être pas parfait, mais ce sera déjà ça.

J'ai déjà fortement suggéré à une employée qui avait des problèmes majeurs de consulter les services d'aide psycologiques (gratuits et confidentiels) aux employés. Convaincue qu'elle n'avait aucun problème et que c'était le reste de l'organisation qui était contre elle, elle a refusé et elle a fini par me remettre sa démission quelques mois plus tard. Mon petit doigt me dit qu'elle ne doit pas être beaucoup plus heureuse dans son nouvel emploi... Je trouve ça dommage.

Et évidement, je ne parle pas d'être une personne complètement différente selon le contexte et d'aller contre nos valeurs. Je parle simplement de s'adapter aux circonstances.   

revenir en haut

Euphroisine

Inscrit le :
26 févr. 2008

Posté le: 15 janvier 2011 22:53:36 EST  
Weeza a écrit

J'ai déjà fortement suggéré à une employée qui avait des problèmes majeurs de consulter les services d'aide psycologiques (gratuits et confidentiels) aux employés. Convaincue qu'elle n'avait aucun problème et que c'était le reste de l'organisation qui était contre elle, elle a refusé et elle a fini par me remettre sa démission quelques mois plus tard. Mon petit doigt me dit qu'elle ne doit pas être beaucoup plus heureuse dans son nouvel emploi... Je trouve ça dommage.

  

Peut-être pas.
Je pense aux soldats qui étaient dépendant de l'opium au Vietnam et qui, lorsqu'ils sont revenus aux États-Unis, se sont sevrés sans subir aucun des symptômes habituels.
Si le milieu ne lui convenait pas, pour une raison ou pour une autre, peut-être a-t-elle réussi à s'épanouir ailleurs...
***
Pour revenir à la métaphore du vêtement, il faut aussi tenir compte du fait que la décence est subjective. Je peux trouver qu'une fille en décolté plongeant est décente et un autre peut trouver que le port du Hijab est une insulte à la société d'accueil. tout est une question de point de vue.
***
Aussi, si c'est la vulnérabilité des autres qui nous dérange, peut-être est-ce surtout parce qu'on n'arrive pas à supporter sa propre vulnérabilité...
***
Enfin, bref ! On a souvent tendance à se donner bonne conscience en se disant que les boucs émissaires sont en quelque sorte responsables de leur sort. Sauf qu'il faut avoir marché un mille dans les souliers de quelqu'un avant de pouvoir le juger. L'histoire familliale, en outre, peut expliquer bien des mécanismes de défense (personnalité paranoide, passive-agressive, narcissique, histrionique, pessimiste, perverse) même si ceux-ci sont inappropriés au contexte actuel...
Question  

revenir en haut

*alexee*

Inscrit le :
23 mai 2010

Posté le: 15 janvier 2011 23:01:53 EST  
Au travail je mettais un masque de gentille & polie puisque dans le service a la clientèle on sait tous que c'est l'enfer avec les clients parfois. Sinon avec ma famille (mère, tante, oncle, grand-parent,etc) aussi je met un masque plus épais cette fois-ci, je ne suis vraiment pas moi-même mais mon copain comprend très bien même lui "joue" un jeux. 

revenir en haut

*LouColou*

Inscrit le :
14 janv. 2011

Posté le: 15 janvier 2011 23:05:07 EST  
Weeza a écrit

Pour continuer dans la métaphore... si une personne n'a pas les moyens de s'acheter des vêtements convenables pour aller travailler, elle a besoin d'aide financière. Si une personne n'est pas en moyen de mettre de côté ses faiblesses et vulnérabilités lorsque c'est inapproprié, alors elle a besoin d'aide psycologique.
 


Voilà aussi la nuance que je fais. Y'a toujours bien une marge entre porter des joggings parce qu'on est pauvre et porter des joggings pour faire un pied-de-nez au monde.

Il est bien évident que des personnes pauvres, violentées, traumatisées, en dépression, handicapées ou je ne sais quoi d'autre peuvent parfois sembler inappropriées. C'est une conséquence d'un vécu difficile, oui. Mais il y a de ces personnes qui font exprès d'être inappropriées au nom d'un soi-disant droit à l'intégrité de leur flamboyante personnalité et ils se surprennent après de vivre de la frustration ou des relations insatisfaisantes... Le problème, c'est qu'elles persistent dans leur attitude. Elles ne réalisent pas qu'elles doivent s'adapter aux gens et aux situations et qu'on ne peut juste pas étaler notre nous-mêmes à tous vents, n'importe comment.

Oui, le manque de jugement social peut résulter d'un vécu difficile, mais il peut aussi simplement résulter d'un esprit borné. Perso, j'ai tendance à avoir pas mal plus de compassion pour le premier que pour le deuxième. 

revenir en haut

Se connecter pour répondre