Finances

Famille recomposée - 3 solutions pour répartir les dépenses

Il y a tes enfants, mes enfants, tes dépenses et les miennes… Comment est-ce qu’on partage les factures quand on est une famille recomposée?

Quand on décide de former une nouvelle famille avec quelqu’un qui n’avait pas d’enfants ou qui en avait eu avec quelqu’un d’autre, beaucoup de questions surgissent. Parmi celles-ci, la question des finances en est une à la fois complexe et émotive. Comment est-ce qu’on partage les dépenses avec quelqu’un avec qui on vient de former un couple et des enfants qui ne sont pas les nôtres?

Des gens, des couples, des solutions…

Il existe évidemment toutes sortes de gens qui forment toutes sortes de couples et qui ont des conceptions différentes de l’argent. Il est bien évident que les gens très centrés sur des valeurs d’entraide et de solidarité n’auront pas les mêmes réflexes financiers dans une famille recomposée que ceux qui ont besoin de sécurité et de savoir qu’ils auront assez d’argent pour leurs vieux jours.

D’autres facteurs entrent aussi en ligne de compte, comme le fait de payer ou de recevoir une pension alimentaire pour enfant ou la relation qu’on souhaite donner aux enfants avec les biens matériels, par exemple. Des parents qui préfèrent vivre simplement ne géreront pas les finances de la même façon que d’autres qui dépensent sans compter pour que les enfants ne manquent de rien.

Quand on parle de familles recomposées, on soupçonne également que d’autres parents seront impliqués de près ou de loin dans la vie et les dépenses des enfants. Cette implication varie selon la relation qu’ils entretiennent avec les enfants et avec leur ex. Quand un ex donne énormément aux enfants, il est bien évident que le nouveau conjoint aura tendance à donner autant, sinon plus à ses propres enfants pour équilibrer les choses. Mais dans les cas où les anciens partenaires ne donnent que le minimum, il reste trois options aux parents qui reforment une famille.

Solution 1 : Payer pour ses propres enfants et partager le reste

C’est la solution qui engage le moins. Quand on paie seulement pour ses propres enfants, c’est un peu comme si on était monoparentale et que quelqu’un nous aidait à payer les plus grosses dépenses, comme le logement et l’épicerie. Financièrement, c’est un peu comme si on avait un colocataire. On paie les activités parascolaires, les vêtements, les fournitures scolaires, les activités et tout le reste pour notre propre enfant et notre conjoint paie la même chose pour les siens. On ne se consulte que pour les grandes dépenses et les factures communes.

Cette solution est bonne pour ceux qui ont connu des ruptures difficiles et qui ont peur d’en traverser une autre. Elle donne un certain contrôle et une certaine stabilité à ce qu’on offre à nos enfants, puisqu’on décide de tout.

Solution 2 : Payer tout moitié-moitié

Pour ceux qui préfèrent ne pas trop parler d’argent et tout régler rapidement, séparer toutes les dépenses en deux semble équitable. Après tout, toute la famille passe du temps ensemble et si un enfant coûte un peu plus cher pendant un temps, il n’est pas dit que l’autre ne finira pas par vouloir jouer du piano ou faire un voyage scolaire. Tout s’équilibre à la longue.

En payant tout à deux, ceux qui ont peur de se faire un jour reprocher de ne pas avoir assez contribué sont soulagés. C’est objectivement la façon la plus juste de démontrer que cette famille est la vôtre et que vous êtes prêts à tout partager. Par contre, à long terme, cette gestion des finances peut peser plus lourd sur la personne qui gagne le moins, surtout si l’écart est très important entre les deux salaires.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Concours Partenaires

25 cadeaux sous le sapin 2019 – Jour 10 – Boiron

À gagner: un ensemble de produits Boiron pour survivre à l'hiver

Nos Concours

Vivre la magie de Noël grâce à Exporail!

Exporail vous offre la chance de gagner un forfait famille

Commentaires