Désir d'enfant

La fécondation in vitro, étape par étape

Lorsque d’un mois à l’autre, la cigogne se laisse désirer et que le rêve s’assombri par les attentes déçues, les couples n’ont souvent d’autre choix que de se tourner vers la procréation assistée.

La procréation médicalement assistée (PMA) est le terme général qui désigne l’ensemble des interventions médiales qui ont pour but de favoriser et/ou d’induire une grossesse. La fécondation in vitro (FIV), quant à elle, est le processus qui permet à l’ovule de se faire féconder en laboratoire.

Voici donc, en détails, les étapes de la FIV lors d’un protocole dit « classique ».

Établir le protocole

Le premier rendez-vous en clinique de fertilité sert à établir le profil médical de la patiente. On s’informe sur les antécédents de grossesse, de fausses couches, d’avortements, etc., à la suite de quoi, le médecin prescrit un bilan sanguin préconceptionnelle. Dans quelques cas, avant d’établir un protocole et de prescrire des médicaments hormonaux, une échographie est nécessaire afin d’établir la réserve ovarienne de la patiente.

Débuter les injections

On attend ensuite les prochaines menstruations. Au jour 1 de ses règles, la patiente doit appeler à la clinique et alors, une infirmière lui indique quand débuter les injections d’hormones, toujours en fonction du protocole mis en place.

Renée Cardinal, directrice des opérations de la clinique Ovo explique : « À l’intérieur d’un cycle naturel, la femme n’a qu’un seul ovule à la fois. Dans un processus de FIV, la prise de médicaments sert à stimuler les follicules et à accroître le nombre d’ovocytes, dans le but d’augmenter les chances de réussite. ».

La ronde des échographies

À la suite des premières injections, des échographies sont effectuées aux deux ou trois jours environ, afin de vérifier les effets de la médication sur la maturation des ovules. La qualité et la grosseur des follicules sont surveillées et la dose des injections est modulée en fonction des résultats. Une attention particulière est portée à l’hyperstimulation ovarienne (augmentation anormale des ovaires), une complication que l’on veut absolument éviter.

Ponction et prélèvement

D’une manière générale, aux alentours de la troisième échographie, les follicules sont assez gros pour être prélevés et c’est à ce moment que la ponction est effectuée. On en retire le plus grand nombre possible que l’on met en contact avec les spermatozoïdes.

« Le sperme, quant à lui, a été recueilli le jour même de la ponction, pour qu’il soit le plus frais possible », explique Mme Cardinal.

La fertilisation en laboratoire

Les spermatozoïdes récupérés sont insérés dans l’ovule, dans l’espoir d’obtenir des embryons. Trois à cinq jour plus tard, selon la gradation, les meilleurs d’entre eux sont transférés dans l’utérus et il ne reste plus qu’à attendre que l’implantation se produise.

On attend que le taux d’HCG augmente

Une quinzaine de jours plus tard, une prise de sang est effectuée pour s’assurer que le taux le taux d’hormone chorionique gonadotrope (HCG) augmente. Si c’est le cas, c’est bon signe, puisque cette hormone n’est produite qu’à partir de la fécondation.

Calculatrice d'ovulation

Entrez la date de la première journée de vos dernières règles et la durée moyenne de votre cycle

Cette semaine

Concours Partenaires

25 cadeaux sous le sapin 2019 – Jour 11 – Geneviève O’Gleman

À gagner: Le duo Les lunchs + Soupers rapides

Nos Concours

Vivre la magie de Noël grâce à Exporail!

Exporail vous offre la chance de gagner un forfait famille

Commentaires

Calculatrice d'ovulation

Entrez la date de la première journée de vos dernières règles et la durée moyenne de votre cycle

Suivez-nous Facebook Twitter Pinterest Google+ Instagram Youtube RSS

Les mocktails, tout le plaisir, l’alcool en moins

838 vues / 0 commentaire

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!