Désir d'enfant

Le cadeau d'une vie

En 2001, Liette Robin et son époux sont devenus les parents d'Alicia, une petite Colombienne âgée de 3 mois. Ce qui est particulier dans cette histoire d'adoption, c'est que la famille québécoise maintient un contact avec la famille colombienne! Liette Robin nous raconte l'histoire!

Les adieux

Au départ, nous savions qu’elle était la quatrième enfant d’une famille unie, contrairement à beaucoup d’autres histoires où la mère enceinte est violentée ou abandonnée par le père de l’enfant à naître. De la transcription de leur rencontre avec le notaire, nous savions qu’ils avaient réfléchi (ou plutôt hésité) à l’adoption pendant toute la grossesse, qu’ils étaient très préoccupés par leur capacité financière à subvenir aux besoins d’un nouvel enfant et, surtout, à le scolariser. Ils ont signé pour l’adoption cinq semaines après la naissance. Cinq semaines qui furent, sans aucun doute dans notre esprit, remplies d’angoisse et d’hésitations pour eux.

Phénomène rarissime, les parents biologiques d’Alicia étaient retournés lui faire leurs adieux à la fin du délai de 30 jours pendant lequel ils pouvaient revenir sur leur décision. Ce soir-là, j’avais rêvé qu’une personne décédée (qui m’était très chère) m’apportait la petite dans mes bras. Une Alicia identique à celle que nous a remise l’orphelinat. (Autre fait intéressant, Alicia est née à 38 semaines de grossesse… 38 semaines exactement après le décès de cette même personne!). Le lendemain, en recevant un courriel de l'agence, j’ai réalisé que mon rêve était prémonitoire!

Tous ces éléments mis ensemble, nous étions convaincus, mon mari et moi, que les parents avaient agi par amour pour leur fille, et non pour « régler » un problème embarrassant. Instinctivement, quelque chose nous poussait à les retrouver pour leur dire tout notre amour et notre reconnaissance de nous avoir permis d’accueillir Alicia chez nous. Nous voulions aussi leur dire quelle enfant merveilleuse elle est, le bonheur qu’elle apporte à notre famille et qu’elle est bien chez nous. Ces pensées nous suivaient dans nos plus beaux rêves. Par contre, l’angoisse du rejet, du refus et de la colère qu’ils pourraient avoir envers nous, nous inquiétait aussi un peu. Mais toujours, notre instinct nous ramenait à désirer les rencontrer… Depuis le début de notre adoption, à chaque fois que je berçais Alicia, bien collée contre moi, me venaient des images de cette femme qui souhaitait ardemment retrouver sa fille.

Maribel, la maman biologique d'Alicia

Malheureusement, l’orphelinat n’encourage pas les contacts entre familles biologiques et adoptives. Nous y avons donc réfléchi pendant plus de deux ans. Nous en avons parlé à différentes personnes du milieu. Plusieurs nous ont découragés, plusieurs autres ont mentionné avoir peur de ces contacts avec la famille biologique. Mais, comment des gens si démunis pourraient-ils nous causer quelque problème que ce soit? Souvent, ils n’ont même pas le téléphone dans leur maison.

Les retrouvailles

Cinq facteurs ont influencé notre décision de tenter des retrouvailles :

  • Notre instinct qui nous a guidés dans notre rêve.
  • Une personne a été déterminante dans notre choix, ayant elle-même vécu l’expérience des retrouvailles auparavant. Pour elle, il n’y avait qu’un choix à faire et il était très clair…
  • J’ai aussi été touchée par les yeux d’une cousine qui a dû donner sa fille en adoption ici au Québec, il y a 40 ans. J’y ai vu tous les regrets d’avoir perdu sa fille à jamais.
  • J’ai regardé un reportage (Enjeux, je crois) où des mères biologiques québécoises expliquaient pourquoi elles voulaient retrouver leur enfant.
  • Le voyage dans son pays d’origine d’une amie colombienne qui a accepté de servir de pigeon voyageur!
Contexte

Si nous nous mettons dans le contexte des adoptions qui se font aujourd’hui dans les pays d’origine, la situation ressemble passablement à celle du Québec des années 50. Absence de contraception, rejet des mères célibataires, rejet des enfants orphelins, manque de moyens financiers pour subvenir aux besoins de l’enfant. Et, comme à cette époque, les mères, en donnant leurs enfants, le font en espérant qu’elles prennent la meilleure décision possible, que l’enfant aura une vie plus facile que celle qu’elles auraient pu lui offrir.

Quand j’ai su que notre amie allait à Bogota pour cinq semaines, nous avons mis un morceau de notre cœur dans sa valise. Nous y avons vu un signe du destin. Elle est donc partie avec une lettre qu’elle a traduite et des photos. Elle a posté le tout en arrivant là-bas. Au bout de seulement DEUX jours après l’envoi de la lettre de Bogota, nous avons reçu un courriel de la mère d’Alicia. Ce fut le début d’une histoire comme celle imaginée dans nos plus beaux rêves…

Les frères et sœur en Colombie

Une réponse pleine d'amour! 

La réponse était aussi belle que tout ce que nous aurions pu espérer. Les parents d’Alicia écrivaient que, lorsqu’ils ont reçu la lettre par le courrier, ils ont pleuré de joie, car ils savaient qu’ils auraient enfin des nouvelles de leur fille. En sept jours, ils ont envoyé quatre messages. Quatre messages pleins d’émotions et de bonheur. Ils voulaient tout savoir de la « nina » et de la famille. Les communications se faisaient maintenant de la « familia colombiana » à la « familia canadiense ». En gros, ils disaient leur bonheur de savoir que leur fille est bien, que nous leur permettions de retrouver le « morceau d’eux-mêmes » qui leur manquait pour être heureux, qu’ils sont fiers de nous connaître, qu’ils souhaitent que les deux familles puissent un jour se rencontrer. Bref, nous avions les mêmes rêves!

Les contacts se multiplient

Puis, ils nous ont demandé s’ils pouvaient « chater » avec nous. Nous avons eu besoin d’une traductrice près de nous. Bien que pouvant maintenant lire et écrire mes messages assez bien en espagnol, clavarder est un tout autre monde… Lors de la première séance, nos premières impressions n’ont pu que se confirmer (toujours comme dans nos plus beaux rêves). Ils étaient tellement convaincus que nous voudrions les retrouver un jour qu’ils avaient tourné un vidéo de leur famille pour nous l’envoyer. Ils voulaient téléphoner à Alicia pour sa fête, mais nous avons dû leur expliquer que, malheureusement, elle ne parlait pas encore l’espagnol (notre amie travaille là-dessus!). Ils lui ont alors envoyé un petit poème.

Une belle leçon de vie

Il faut se rappeler que les enfants que nous avons ne nous sont que prêtés. Nous avons la chance de l’avoir compris par le biais de l’adoption. Mais, chaque jour depuis que nous avons cette enfant, nous remercions sa mère de nous avoir fait le plus beau cadeau qui soit. Aujourd’hui, nous la remercions en lui permettant de connaître un peu sa fille et sa famille adoptive. Alicia a deux noms, deux pays, deux familles et deux cultures. Nous croyons que son cœur est assez grand pour nous aimer tous. Et, jamais, nous ne nous sentons menacés face à ces retrouvailles. Déjà, nous en sommes tous enrichis. Maintenant, nous espérons pouvoir réaliser, un jour, la fin de notre rêve. Je vous laisse le deviner…

Maintenant, quand chaque jour je berce Alicia, bien collée contre moi, je la berce un peu plus pour sa mère colombienne. Et je l’embrasse un peu plus aussi.

Calculatrice d'ovulation

Entrez la date de la première journée de vos dernières règles et la durée moyenne de votre cycle


Cette semaine
Potage de courge et porc au cari

L’automne est la saison des soupes et potages. Votre famille adorera cette recette remplie de saveurs, de vitamines et de réconfort!

Le dépistage prénatal, à qui faire confiance?

Chaque femme enceinte sait à quel point notre tête est remplie de questionnements du moment où le test de grossesse s’avère positif jusqu’à l’accouchement. 

Halloween: Décorations rapides et faciles pour parents pressés

Vous paniquez à l’idée que l’Halloween a lieu dans une semaine et qu’il ne vous reste que peu de temps pour décorer? Pas besoin de passer des heures à décorer la maison pour obtenir un résultat «WOW».

Nos Concours

Gagnez 5 livres pour enfants de 6 à 9 ans

Participez pour gagner 5 livres pour enfants de 6 à 9 ans

Améliorez l'apprentissage de vos enfants grâce à Leap start 3D

Participez pour gagner le jeux Leap Start 3D d’une valeur de 60$

Commentaires

Calculatrice d'ovulation

Entrez la date de la première journée de vos dernières règles et la durée moyenne de votre cycle

Suivez-nous
Facebook Twitter Pinterest Instagram Youtube

Quiz sur l’introduction des œufs

7487 vues / 2 commentaires

Bulletin Ma Grossesse

Abonnez-vous dès maintenant.

Bulletin Bébé grandit!

Abonnez-vous dès sa naissance!