Blogues

C’est la fête à la Charte de langue française, mais pas que…

Mon beau-père est un homme d’exception. En 1978, lors de la fermeture de l’usine Cadbury de Montréal, il a pris part à la campagne de boycottage « On barre Cadbury » et, depuis, il n’a jamais remangé l’un de leurs produits.

Fils d’un immigré anglais, il a le Québec tatoué sur le cœur et se bat depuis l’ère Lévesque pour son indépendance. Je vous dis que sa langue française et sa province, il y tient aussi fermement qu’à la justice et à l’équité. Alors que certains pourraient y voir une forme d’entêtement, j’y vois plutôt un homme d’une trempe peu commune : mon beau-père a la force de ses convictions.

Un enseignement pour mes enfants

À l'approche de cette journée anniversaire de la Charte de la langue française (la fameuse loi 101), c’est à tous ces hommes et à toutes ces femmes, fabriqués du même bois que mon beau-père, que je pense. Ceux et celles qui hier se sont levés, les coudes et les dents serrés, pour protester et protéger notre langue, notre culture et une partie de notre histoire. Dénoncer haut et fort, se faire les porte-voix, prendre position et bousculer l’ordre établi publiquement, sans masque et sans le réconfortant anonymat que procurent les médias sociaux : ça, c’est du courage. Et c’est exactement ce que je tente d’enseigner à mes petits humains.

Une fête quotidienne

La Charte de la langue française ne devrait pas, à mon sens, avoir besoin d’un anniversaire puisque notre belle langue, c’est au quotidien qu’elle est célébrée. Toutes les fois que l’on choisit d’écrire et de parler en français ou lorsqu’on nous interpelle dans notre langue aux accents colorés : tous ces choix sont de petits devoirs de mémoire, des raisons de se réjouir. Ne vous méprenez pas : je ne veux pas dire par là qu’il faut UNIQUEMENT parler en français. Absolument pas, puisque toutes les langues sont des richesses et qu’il vaut mieux en posséder plusieurs. Ceci dit, il faut être fiers de la nôtre et, tous les jours, il faut la louanger publiquement en l’utilisant.

La langue est aussi synonyme d’histoire

Si elle est souvent écorchée, parfois grossière et qu’elle ne suit pas toujours les règles, c’est parce qu’elle est un peu rebelle et insoumise, peut-être un peu à l’image de son peuple. Le français est vivant, il s’adapte et emprunte à d’autres langues quelques mots : c’est une histoire en soi qui se module au fil du temps.

Merci pour tout

Tout ceci pour dire que je suis d’avis que le 26 août, nous devrions plutôt célébrer le courage d’une nation, le pouvoir de l’union et ces qualités plutôt rares qui font de certaines personnes des figures d’exception. Nous devrions fêter Lévesque, Laurin, mon beau-père et tous ceux et celles qui se tiennent debout : à eux et à leurs homologues de demain, merci pour l’enseignement.

Je veux que mes enfants sachent qu’il est important de dire ce que l’on pense, de penser ce que l’on dit et d’accorder nos bottines avec nos babines car c’est là, et seulement là, qu’on arrive à déplacer des montagnes. Et en français, svp.

Maman Zarb

Rédactrice web, stratège, gestionnaire de communauté, artiste et mère de trois garçons, elle déteste les étiquettes. Ses enfants le confirment ; Annie est une attachante maman zarb (ce qui veut dire bizarre en verlan) qui déborde d’imagination et qui adore se mettre en déséquilibre. Toujours un peu dans la marge, elle habite l’autoroute 15 à cheval entre la rive nord et Montréal. Ses billets sont souvent le fruit de ses longues heures à jouer dans le trafic. Confrontée au TDAH, elle s’est intéressée au sujet et tient un blogue sur le sujet. Si non, vous pouvez la suivre sur sa page Facebook.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Le parcours de l’horreur pour des frissons assurés

Courez la chance de gagner 4 passes pour le parcours de l'horreur du Méga Parc

Apprendre l'anglais en s'amusant!

Courez la chance de gagner le jeu de cartes Hola Clara pour apprendre l'anglais.

Commentaires