Blogues

Mon enfant en veut toujours plus

Un de mes clients m'explique une situation frustrante. Il a passé toute la matinée à jouer avec son fils de trois ans, toute une belle énergie déployée pour remplir son réservoir.

À quatre pattes dans toutes les positions inconfortables pour lui permette de compenser le temps de la semaine où il a été moins disponible. 

Il est alors temps de partir se faire garder, et l'enfant pleure en arrivant chez sa mamie en hurlant : « Papa je veux encore jouer avec toi! » Et là, l'impatience s'empare du père; il en a assez, il se sent pris au piège, il a mal partout et surtout, il est en retard.

Frustration assurée!

Une question de perspective

Je lui explique qu'un enfant de trois ans qui dit « encore jouer » peut vouloir dire en fait une multitude de choses. Et si nous modifions notre perspective? Et si cette fois, cela voulait dire: « Papa j'ai adoré jouer avec toi et j'ai envie que ça dure toujours parce que je n'ai pas envie de me séparer de toi »…

En fait l'enfant n'a pas encore envie de jouer spécifiquement, mais il se remémore le doux moment qu'il voudrait voir perdurer car le moment de la séparation est brutal. Jouer c'est la nostalgie d'un moment passé. Mais s'en rappeler aide aussi l'enfant à passer la transition.

Nous pourrions alors répondre simplement: « Moi aussi j'ai encore envie de jouer avec toi, j'adore être à tes côtés et je me réjouis de recommencer très bientôt. On pourra sortir tous les legos et construire un grand château… Comme j'ai hâte! »

L'enfant se sent entendu, reconnu, compris et surtout accueilli. Il a besoin que le parent connecte à son désir, sans pour autant y accéder. Mais lui permettre de se rappeler ces instants l'aide lors de la séparation, comme un coup de force pour oser se séparer et commencer une autre partie de la journée.

En développement

Nous aussi nous avons cette tendance à nous remémorer les bons moments pour tenir lors des mauvais, on se transpose à nos soirées agréables, on est nostalgique de nos vacances à la mer, ou de notre week-end en amoureux. On tente toujours de ramener le beau pour tenir lors de l'effort. Les enfants font la même chose, mais avec moins de mots et surtout, avec une construction cérébrale encore en développement.

Participer à la projection, avec l’enfant, l'aidera à se sentir moins anxieux car il apprendra en grandissant que ces moments reviendront encore, la joie sera de retour. En attendant il a besoin d'une caresse, une caresse mentale afin de l'aider à franchir la prochaine étape.

Les transitions sont des étapes douloureuses pour nous tous. En offrant à nos enfants la possibilité de formuler la difficulté, cela leur servira à mieux verbaliser leurs émotions et à les reconnaître.

Et puis « je veux encore jouer », ça veut dire à quel point il nous aime et apprécie notre présence. Pour pallier à l'absence il faut être plein de ceux qu'on aime!

Publication initiale le 20 mars 2017

Chloé Finiels
Accompagnement périnatal et familial

Chloé Finiels s’est tournée vers l'accompagnement périnatal et familial après un Baccalauréat en psychologie clinique. Consultante, elle tient des chroniques sur les réseaux sociaux. Sa mission est de permettre à la famille de reprendre confiance en son intuition et développer ses aptitudes grâce à des outils concrets, une communication efficace et une écoute empathique. Elle s'intéresse aux relations et à l'émotionnel dans toute leur authenticité. La difficulté parentale, l'épuisement maternel ou les familles neuro atypiques forment son domaine d'expertise. Elle exerce depuis 2011 et ses clients se disent touchés par sa sensibilité, son empathie, le non jugement et son écoute. Son intention est de briser la solitude et la difficulté parentale en levant les tabous sociétaux. Elle exerce au Québec et dans toute la francophonie, par visio conférence.


Cette semaine
Covid-19 - Le partage des congés des Fêtes pour les parents séparés

Le 19 novembre 2020, le Gouvernement du Québec annonçait les mesures d’assouplissement permises pour les rassemblements durant les Fêtes de fin d’année 2020. Un casse-tête pour les parents séparés? 

Laissez-les croire au Père Noël!

Est-ce qu’on doit laisser nos enfants croire au Père Noël et à toute cette magie des Fêtes? Absolument, et Solène Bourque nous dit pourquoi!

Le baby blues, ce phénomène mal connu

On l’entend sans cesse ce terme, baby blues, et pourtant il est si mal connu du grand public et même des professionnels de la santé. On l’utilise sans bien le comprendre alors que, pourtant, jusqu’à 80 % des femmes en connaissent un épisode plus ou moins difficile.

Un calendrier de l’Avent dans le sapin

Ce que j’aime du temps des fêtes avec les enfants, c’est toutes ces traditions magiques qui mettent des étoiles dans leurs yeux.  

Nos Concours

Gagnez le livre Bœuf braisé au jus

Participez pour gagner le livre Bœuf braisé au jus de Mamzells

Gagnez une Poupée Maplelea

Participez pour gagner une poupée Maplelea de votre choix et un journal d'histoire

Commentaires