Blogues

Famille recomposée - cohabiter ou pas?

Dans le coin droit, pesant trois enfants de 9 à 15 ans, on trouve un père-deux-fins-de-semaine-sur-trois, séparé depuis quatre ans et qui a eu deux ou trois amoureuses depuis le jour J. Dans le coin gauche, pesant trois enfants de 11 à 18 ans, une mère-en-garde-partagée, séparée depuis seize petits mois de rien du tout.

Cohabiter ou ne pas cohabiter, c’est un chapitre sur lequel tous les nouveaux couples de parents usagés doivent se pencher à un moment ou à un autre. Quand Elle a tâté le terrain auprès de ses enfants, la réponse a été mitigée, sauf pour le plus vieux qui a carrément refusé.

Est-ce que ça veut dire que je ne pourrai pas refaire ma vie tant que mes enfants sont là? m’a-t-elle demandé, désespérée.

Il est clair pour Elle que sa décision a de l’impact sur ses enfants. Mais quel genre d’impact exactement? Les enfants doivent-ils être consultés ou informés? Noter la distinction importante : informés une fois la décision prise ou consultés avant qu’elle ne le soit. Ce n’est pas comme si les enfants avaient tous moins de deux ans. Non, ils parlent, ils réfléchissent et ils ont une opinion sur la question.

N’est-ce pas parfaitement égoïste de leur imposer de vivre avec une nouvelle personne, juste parce que je l’aime? À cette question, toutes les réponses sont acceptables. Il n’y a que nous qui pouvons prendre la meilleure décision pour nous et notre famille.

Dans mon histoire en tous cas, Elle a refusé d’imposer la cohabitation à ses enfants. Mais enfin, avec qui fais-tu ta vie? lui a-t-il lancé, un peu exaspéré. Et là, Elle s’est vue à soixante-dix ans, vieille (!), seule et triste. (Et laide, pour faire bonne mesure!) Fallait-il laisser partir cet homme qu’elle aime parce que les enfants refusent la cohabitation?

Mais non! Mon histoire finira bien, vous verrez. Changer le statu quo pour l’inconnu est parmi les choses les plus difficiles à réaliser pour les humains, mais il est inévitable. Et le courage est plus répandu qu’on le croit quand on sait où chercher.

Prendre son temps et dire les choses clairement sont deux piliers de ce genre de changement. Elle et Lui ont parlé ensemble, souvent, longtemps, avec des pauses pour laisser retomber la poussière. Sans les enfants, juste eux deux. Ils ont échangé encore et encore, jusqu’à trouver des réponses à toutes leurs questions. Qu’est-ce qui est le plus important? Qui passe avant qui? Quel rôle jouera chacun auprès de chacun des enfants? Plusieurs mois de discussion à deux.

Après avoir trouvé leur point de jonction, ils ont annoncé à tous leurs enfants réunis que d’ici deux ans, ils habiteraient ensemble. Quelle bonne idée! Deux ans, c’est un horizon assez proche pour entretenir la flamme amoureuse et assez loin pour apprivoiser doucement l’idée que les choses vont vraiment changer.

Ça permet à chacun de faire ses représentations et on négocie; les espaces, les règlements, les tâches. Tous les sujets sont abordés. Ce procédé a même créé une complicité entre les deux clans d’enfants quand ils ont réalisé qu’un front commun permet d’obtenir beaucoup de choses...

Comme ça, ils avancent. Très lentement, c’est vrai. Mais parfois, ça va plus vite d’aller lentement.

France Paradis

Orthopédagogue, conférencière et formatrice en intervention psychosociale, France Paradis est une mère de famille profondément engagée dans sa communauté, et se définit comme une anthropologue du sens de la vie. Ce texte a d’abord été publié sur son blogue personnel. Vous pouvez suivre France Paradis sur Twitter et sur sa page Facebook.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Gagnez une carte-cadeau de 100$ chez Patati & Patata !

Courez la chance de gagner une carte-cadeau de 100$!

Commentaires