Bébé

Bébé a « encore » le hoquet, dois-je m’inquiéter?

Depuis une quinzaine de minutes, son petit corps trésaille au rythme des hics et des hops. Vous trouviez cela mignon au début, mais là, l’inquiétude commence à vous ronger. 

Et si bébé avait mal? Et si c’était dangereux? Qu’ai-je fait de mal?

Rappelez-vous, alors même que bébé était encore dans votre ventre, il lui arrivait d’avoir des épisodes de hoquet dont vous étiez témoin. Pendant de longues minutes (qui pouvaient s’étirer jusqu'à une demi-heure), votre ventre était secoué par de petits soubresauts.

Bébé est donc familier avec le hoquet. En fait, il a passé 1 % de sa vie intra-utérine à l’avoir. On peut donc dire qu’il s’agit d’un phénomène somme toute normal et plutôt banal.

Pourquoi le hoquet

Même si dans la grande majorité des cas il n’y a pas lieu de s’inquiéter, il est intéressant de comprendre —ou tenter de comprendre — ce drôle de phénomène. Pour démystifier le tout, nous avons sollicité l’expertise de Delphine Bélanger, ostéopathe à la Clinique Inspiration.

« Il est difficile d’expliquer scientifiquement la cause primaire du hoquet chez le bébé, mais on croit fortement en un symptôme réflexe du bébé et de sondiaphragme, lorsque ce dernier avale trop d’air, » explique d’emblée madame Bélanger. Donc, aurisque de décevoir toutes les grand-mères de ce monde, le hoquet n’a aucun lien avec la prise de poids comme le veut une croyante populaire. 

Ni souffrant, ni inquiétant, le hoquet peut cependant devenir un irritant. Si les crises perdurent dans le temps, ou sont trop fréquentes, elles peuvent nuire à la qualité du sommeil de bébé et/ou à son humeur. 

Tous les trucs farfelus conseillés aux adultes (boire de l’eau la tête renversée, se mettre une clé froide dans le dos, etc.) sont, bien entendu, inutiles et complètement déconseillés chez les bébés. Pour faire disparaître le hoquet, le meilleur allié reste le temps. Il faut prendre son mal en patience.

L’ostéopathie, une avenue à envisager

Si les crises de hoquet sont fréquentes, l’ostéopathie s’avère une avenue intéressante. « Tout d’abord, on évalue le diaphragme, les côtes et l’estomac/œsophage pour s’assurer qu’il n’y a pas de pression excessive dans cette région, puis on s'intéresse ensuite au système nerveux en lien avec ces structures. Le fait de travailler en étirement toute la chaine antérieure du bébé aide souvent à rééquilibrer les pressions et à libérer les tensions de la sphère digestive, » précise l’ostéopathe diplômée. 

Prévenir pour ne pas subir 

Un travail manuel en ostéopathie est donc une avenue à considérer pour limiter — voire enrayer —les crises fréquentes de hoquet, mais le meilleur des remèdes reste la prévention.

  • Pendant les boires, il est conseillé de faire faire plusieurs rots à bébé
  • Ne pas coucher bébé immédiatement après le boire 
  • Pour les mères qui n’allaitement pas, utiliser des biberons de type « airfree »
  • Ne pas surstimuler bébé

Néanmoins, si la situation vous inquiète, ou si la fréquence du hoquet vous semble anormalement élevée, il est recommandé de consulter un médecin afin de s’assurer que bébé n’a aucune malformation du diaphragme.

Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

La tête tranquille grâce à Braun!

Gagnez un thermomètre frontal sans contact de Braun!

Méli-Mélo de livres pour enfants de 6 à 8 ans

Gagnez 10 livres pour enfants de 6 à 8 ans

Commentaires