Ado

Mon enfant m’insulte!

Affirmation

Les adolescents ne sont pas reconnus pour avoir la langue dans leur poche. C’est normal : c’est un âge important, mais trouble, où ils sont en train de former leur propre personnalité et, par le fait même, de clamer leur indépendance. Ils ont des idées, des opinions et veulent les partager, peu importe les conséquences! Ainsi, votre ado s’affirme, et ce besoin se manifeste souvent par la critique. Il vous répond de plus en plus : il va même jusqu’à vous insulter! C’est maladroit, soit, même méchant, à l’occasion. N’en reste pas moins que, ce qu’il fait en réalité, c’est exprimer son indépendance.

Sentiment d’appartenance

Vous ne le reconnaissez plus. Ces mots qui sortent de sa bouche, ces phrases toutes faites, ces expressions idiotes, ces inflexions étranges ne peuvent pas être de lui. Vous l’avez mieux élevé que ça! Vous en venez donc à la conclusion qu’il est influençable et cherchez dans son groupe d’amis celui ou celle qui a corrompu votre ex-chérubin.

Votre enfant clame son indépendance, mais il a tout de même besoin d’appartenir à un groupe. Son style vestimentaire, entre autres, fait aussi état de cet ardent désir de faire partie d’un groupe. Il s’agit pour lui d’une façon d’exister en dehors de vous. Pendant des années, il a porté ce que vous lui avez donné, mangé ce que vous avez cuisiné, aimé ce que vous lui avez partagé. C’est maintenant à son tour, que ça vous plaise ou non. Ceci étant dit, est-ce que ce besoin d’affirmation doit absolument passer par les injures et la provocation?

Flot d’émotions

On le sait, on s’en souvient, l’adolescence est une période pour le moins trouble. Tout est paradoxe : l’ado cherche l’indépendance, mais, d’un autre côté, craint l’inconnu. Les flots d’émotions qui envahissent l’enfant en puberté ont assurément un rôle à jouer dans ce changement de comportement. Ah! Ces sacrées hormones! Françoise Dolto donne d’ailleurs à l’adolescence le sobriquet de « complexe du homard ». Comme ce crustacé entre deux changements de carapace, l’adolescent est fragilisé, pris entre l’enfance et l’âge adulte.

Souvenez-vous comment, vers l’âge de deux ans, tout rimait avec « non ». Puis, un peu plus tard, quoique mignon et affectueux, votre bambin de quatre ans s’est mis à vous répondre et à rouspéter, à propos de tout et de rien. Vous revivez, à peu de chose près, la même chose avec votre adolescent, mais les mots ont changé. À « pipi, caca… », il préfère des phrases plus dures, qui, cela va de soi, font aussi plus mal. Son impertinence n’est plus anodine, mais les raisons pour lesquelles il répond grossièrement demeurent. Comme lorsqu’il avait deux ans, votre adolescent est si peu au clair avec ce qu’il ressent vraiment qu’il use de la provocation comme d’un langage. L’insolence devient ainsi un rempart contre les sentiments complexes qui l’habitent. C’est aussi une façon de tester vos limites et, par le fait même, les siennes.

Comment réagir?

Souvenez-vous que cette période est normale : comme la « petite adolescence » des enfants d’âge préscolaire, elle finira pas passer. Bien qu’il soit plus vieux, il n’a pas toujours le vocabulaire nécessaire qui lui permettrait d’exprimer exactement ce qu’il ressent. Il use donc d’un langage ordurier et coupe court à vos conversations en vous insultant. Période normale, soit : mais est-ce à dire que vous devez vous laisser faire?

Bien sûr que non. Cependant, n’oubliez jamais que le parent doit donner l’exemple. Même si votre adolescent semble rejeter votre autorité et vos idées, vous n’en demeurez pas moins un modèle, un modèle dont il a besoin. De répondre à ses insultes par des insultes ne ferait qu’empirer les choses, tout en donnant, en quelque sorte, raison à votre enfant. Pour éviter l’escalade, évitez donc de monter sur vos grands chevaux chaque fois qu’il est déplacé. Souvenez-vous cependant que l’adolescent a non seulement besoin de limites, il les recherche, et vous êtes en droit de lui faire savoir que vous n’appréciez guère ce genre de langage : il doit s’autocensurer devant vous.

Communication

La communication, on le répète souvent, est la clé de toute relation harmonieuse. Votre enfant devrait être sensibilisé au fait que sa liberté s’arrête là où celle des autres, dont la vôtre, commence. Ainsi, les insultes et les paroles désobligeantes envers les autres, que ce soit vous, ses enseignants ou ses amis, ne doivent jamais être tolérées. Il a le droit d’être en colère, mais il a besoin de trouver des façons d’exprimer ses sentiments, aussi bigarrés soient-ils, dans le respect et la tolérance. Aidez-le donc à mesurer le poids et la portée de ses paroles. Aimerait-il se faire traiter de la sorte?

N’hésitez pas à replonger dans votre propre passé, en sa compagnie. Comment vous sentiez-vous, à son âge? Comment étaient les relations avec vos parents? Un modèle n’est pas nécessairement quelqu’un d’intouchable, et de parler de vos propres expériences avec votre enfant pourrait lui permettre de prendre un peu de distance et de se sentir moins seul.

Lectures inspirantes
Calculatrice d'accouchement

Calculez votre date d'accouchement en rentrant la date de vos dernières règles.

Cette semaine

Nos Concours

Gagnez les jouets officiels de la série Go Go Cory Carson!

Participez pour gagner la station de pompier, le train DJ et les personnages de la série.

Commentaires